Geek

mon-evolution-en-tant-que-blogueuse

Mon évolution en tant que blogueuse

En faisant un petit tour sur la fameuse l’outil Search Console de Google Webmaster Tools je me suis mise à réfléchir sur ma façon de bloguer… Et surtout mon évolution, en tant que blogueuse.

Je me suis dit que partager tout ça et surtout découvrir vos propres expériences pourrait être très intéressant ! Alors n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !

Au tout début,  lorsque j’ai ouvert mon blogue je n’avais pas de ligne éditoriale.

Je ne savais d’ailleurs pas vraiment dans quoi je m’embarquais… Je n’avais pas de fil rouge, ni de sujets préférés à proprement parler.

Depuis, les temps ont changés, de l’eau a coulé sous les ponts… Et désormais, s’il y a une chose dont je suis certaine c’est que j’ai beaucoup évolué en tant que blogueuse. J’ai fait des erreurs. J’ai appris. Et j’ai envie de partager tout cela, avec vous.

L’orthographe, un point à ne pas négliger !

Il est possible que je fasse encore des fautes dans mes articles, mais mon blog m’a permis de faire plus attention à ma façon de m’exprimer à l’écrit. En effet, depuis que j’écris et que je publie de façon plus régulière, j’ai appris à faire plus attention aux fautes d’orthographe. Parfois, lorsque je regarde mes statistiques sur Google Analytics, je réalise que mon blogue est pas mal lu. Alors, pour tes ces personnes, qui prennent le temps de me lire, j’essaie de soigner mon orthographe, du mieux que je peux. Je dis du mieux que je peux, car étant dyslexique, il se peut que des coquilles se glissent encore dans mes textes…

La longueur des articles

Une des choses sur lesquelles j’ai changé c’est la longueur des articles.

Petit à petit en analysant mes statistiques, mais aussi mon propre comportement sur le Web je me suis aperçue que j’aimais mieux lire des textes pas trop court. Sinon j’ai l’impression de rester sur ma fin.

Je vais vous apprendre à ce sujet, car je crois intimement, que le nombre de mots idéal pour un article de blog n’existe tout bonnement pas…Cela dépend des sujets, de votre audience, et de votre style rédactionnel.

Qu’est-ce que ça signifie pour moi en termes de chiffres ?

Et bien, j’écris des articles qui font entre 600 et 1200 mots je dirais. Cependant je ne m’impose pas un nombre de mots définis. J’essaye de faire en sorte que l’article se tienne, sans trop me préoccuper de sa longueur. S’il dépasse les 2 000 mots, je vais essayer de voir s’il est possible que je le coupe. Dans ce cas de figure, s’il est possible, je le sépare en 2 articles distincts.
Cependant, il arrive que des articles très courts ,en terme de nombre de mots soient également publiés sur le blog. C’est le cas notamment des DIY. Bien que ce type d’article soient assez court, ils comportent de nombreuses photographies pour pouvoir suivre visuellement les étapes une à unes. Dans ce cas de figures là, il est tout à fait possible de réduire le nombre de mots de façon assez conséquente.

La promotion de mes articles.

Ce point mériterait un article complet sur le sujet. Mais il est vrai que j’ai souvent utilisé les réseaux sociaux pour partager mes articles sur Facebook sur Pinterest sur Instagram afin de les partager. Car au début lorsqu’on commence à bloguer, on est tout content tout excité. Mais lorsqu’on regarde nos statistiques, on déchante un peu. Alors si comme moi le fait de ne pas être beaucoup lu dès le début vous déçoit un peu il est possible de remédier à ça en partageant vos articles sur différents réseaux sociaux. Ça peut faire une grande différence.

Ce que je vous conseille au début c’est de le faire sur toutes les plates-formes, et de regarder lesquels marchent le mieux pour votre secteur…

Voilà j’espère que ce petit article vous a plu.

Et vous quelles sont les choses sur lesquelles vous avez évoluer depuis que vous êtes devenus blogueur ou blogueuse ?

les-10-erreurs-de-blogs-a-eviter

Les 10 erreurs de blogging à éviter

Voici 10 d’erreurs fréquentes qui peuvent entraver le succès de votre blog.

Quand on débute c’est normal de faire quelques erreurs, découvrez donc comment gagner du temps en évitant ces faux pas.

1. Ne pas trouver une niche

Quand la portée et l’audience que vous essayez d’atteindre sont trop larges, votre blog ne plaira à personne.
En trouvant un créneau et en réduisant votre concentration, vous pouvez orienter vos messages vers un groupe spécifique de personnes et attirer leur attention.

2. Utiliser des titres peu accrocheurs

Je vais être honnête, c’est une erreur  difficile à éviter.

Certaines personnes ont plus de facilité à trouver des titres accrocheurs que d’autres, et je tombe définitivement dans la catégorie des « autres ». Mais ne faites pas je que je fais ! Ne négligez pas ce détail. Un bon titre peut vraiment considérablement accroitre votre trafic. Alors, faites preuve de créativité!

3. L’irrégularité

La régularité est la clé. Lorsque les lecteurs savent que vous publiez chaque jour de la semaine (ou tous bien deux fois par semaine à des jours défini, ou une fois par semaine), cela crée une certaine attente et cela les fait revenir fréquemment.

4. Une grammaire approximative et une syntaxe qui laisse à désirer

Si vous voulez que les gens vous prennent au sérieux, soignez la grammaire et la ponctuation de vos articles. Un article plein de fautes d’orthographe fera fuir votre audience. En tant que dyslexique, j’essaie de soigner au maximum mes articles afin que cela paraisse le moins possible.

5. Des articles sans intérêt

Certaines blogueuses se mettent la pression pour tenir un rythme de publication élevé… Cependant, cela entraîne parfois des articles peu intéressants. Bref,  moi je vous suggérerais de ne rien publier si vous n’avez pas d’informations utiles à partager à vos lecteurs.

6. Le manque d’originalité

Aujourd’hui dans d’originalité de la blogosphère parfois on retrouve trop d’uniformité au niveau du choix des tenues notamment chez les blogueuses mode par exemple. Mon conseil : assumez votre style, qui vous êtes et ce qui vous plait.

7. Le manque d’engagement et de conservation avec vos lecteurs

Si vous créez un blog, c’est avant tout pour partager votre passion. Alors, n’hésitez pas à engager la conversation avec vos lecteurs. Posez des questions à vos lecteurs et répondez à chacun des commentaires, même si ce n’est qu’une petite réponse rapide.

8.Le manque de variation

Bien qu’il soit bon d’assurer la cohérence de vos messages, assurez-vous de ne pas vous répéter. Ça pourrait entraîner l’ennui de vos lecteurs. N’hésitez pas à explorer de nouvelles pistes, de nouvelles idées. Surprenez vos lecteurs, ajouter des anecdotes croustillantes… les possibilités sont infinies. Alors, évitez de rester coincé dans un même schéma. Mais si cela fonctionne déjà bien comme cela.

9. Ne pas entrer en contact avec d’autres blogueurs

Ne pas entrer en contact avec d’autres personnes de votre niche limitera votre portée. En clair, ne soyez pas une ermite; n’hésitez pas à leur faire de liens aussi de vos articles, à commenter leurs articles… Etc.

10. Le contenu pas assez axé sur le lecteur

C’est la plus grande erreur. Les lecteurs sont toujours à la recherche de divertissement, d’informations ou de connaissances. Si votre blog n’amuse pas et n’informe pas, vos lecteurs ne seront pas susceptibles de revenir. Alors, lorsque vous écrivez, gardez toujours dans un coin de la tête que c’est pour eux que vous faisiez cela.

Voilà ! C’était les 10 choses à ne pas faire.

Si vous évitez ces 10 erreurs, vous êtes pas mal certains de réussir à gagner la confiance et de votre lectorat.

Vous l’aurez compris, je ne prône pas la quantité, mais la qualité des articles publiés. Mieux vaut réduire le nombre d’articles postés, mais veuillez à produire du contenu original et de qualité.

Y a-t-il des erreurs sur cette liste que vous n’aviez pas envisagées comme telles auparavant?

Y a-t-il des erreurs que je n’ai pas mentionnées mais qu’il faut à tout prix éviter? N’hésitez pas à partager votre point de vue dans les commentaires.

la-nouvelle-tendance-instagram-le-snap-and-send-back-outfit-of-the-day-ootd

La nouvelle tendance instagram : le snap and send back 

À ce jour le hashtag «outfit of the day», #OOTD, compte plus de 200 000 000 de publications sur Instagram.

Depuis la création d’Instagram en 2010, une multitude hashtag sont utilisés de façon quotidienne. Parmi ces millers d’hastags #OOTD pour Outfit of the Day est l’un des plus utilisés.
Le concept derrière cet acronyme est simple, il s’agit de prendre en photo sa tenue du jour de la poster sur les réseaux sociaux…

la-nouvelle-tendance-instagram-le-snap-and-send-back-outfit-of-the-day-ootd-1

Si ce hashtag était jusqu’ici équivalent à un autre, il pourrait désormais constituer un obstacle à la mode durable.

Ce hashtag encourage les modeuses et plus généralement les utilisateurs à renouveler constamment leur garde-robe. Ainsi les plus pointus d’entre eux s’attachent à ne jamais porter deux fois la même tenue. En principe, c’est quasiment impossible! À moins d’avoir accès à un compte en banque bien garni. Et à moins d’avoir un dressing suffisamment grand pour pouvoir contenir le tout.
Alors dans la course aux abonnés certains ont trouvé une technique tout toute simple. Ils achètent des vêtements, font des photos avec sans enlever les étiquette et les renvois en boutique dans le but de se faire rembourser.

la-nouvelle-tendance-instagram-le-snap-and-send-back-outfit-of-the-day-ootd

Crédit photo : Suco Fashion

Le hashtag #OOTD alimente et encourager une consommation dysfonctionnelle.

Cette pratique d’achat-retour est loin d’être marginale. En effet selon l’enquête commandée par Barclays, un Britannique sur 10 avoue utiliser cette méthode. Mais plus étonnant encore, l’étude réalisée sur un panel de plus de 2000 personnes révèle que les hommes sont les plus nombreux à utiliser cette méthode. Si cette petite combine a d’abord de quoi surprendre, après réflexion elle n’est pas si étonnante. Sur les réseaux sociaux, on souhaite toujours montrer la meilleure version de nous-mêmes. C’est-à-dire démontrer une vie de rêve… Seulement lorsqu’on n’a pas les moyens de se l’offrir, certains trouvent des méthodes “créatives ” pour parvenir à créer l’illusion et tromper la galerie.

D’ailleurs le phénomène porte même un nom : le « snap and send back »

Cette pratique pourrait se traduire en français par photographier puis renvoyer.

C’est fou de voir à quel point les réseaux sociaux peuvent modifier la façon de consommer la mode.

En effet, si certains usent de stratégies pour ne pas finir fauchés, de nombreux influenceurs sont tellement sollicités qu’ils leur arrivent réellement de porter leurs vêtements une seule fois  pour faire des photos ou des vidéos.

Cette tendance émergente est particulièrement problématique car elle encourage le gaspillage vestimentaire, et la surconsommation.

De plus, ce rapport à la mode modifie également l’expérience d’achat.

Les acheteurs ne pensent plus en terme de qualité lorsqu’ils font un achat, ils pensent en terme de likes. Ils se préoccupent parfois plus de savoir quel vêtement pourrait faire une belle photo à poster sur les réseaux sociaux, plutot que de celui qui leur va réellement bien.

Mais du côté des enseignes la multiplication des retours engendrent un véritable manque à gagner.

Bien que tous les retours ne soient pas liés à ce mouvement de « snap and send back », les détaillants pourraient à l’avenir pourraient être amenés à modifier leurs politiques de retour… Dans de nombreuses enseignes, les retours sont souvent pris en charge “gratuitement”. Mais si le manque à gagner des enseignes devenait trop important, il serait peut-être envisageable que les détaillants mettent en place des politiques de retour plus strictes.

Mais malgré le manque à gagner qui représenterait environ sept milliards de livres par an, je pense que la plupart des enseignes ne vont pas prendre de mesures pour atténuer le phénomène de « snap and send back » .

En effet, le manque à gagner lié aux multiples retours est fort probablement compensé par une augmentation des ventes induites par les publications sur les réseaux sociaux. Le contenu généré par les utilisateurs génère également un gros volume de ventes. Alors bien que ce modèle totalement fake conduit au gaspillage vestimentaire, il est sans doute là pour rester.

La réalité commerciale prend hélas trop souvent le dessus.

Choisir une plateforme de blog

L’une des décisions les plus importantes que vous allez prendre lorsque vous allez décider de lancer votre blog, est sans doute la plateforme que vous allez choisir.

Les migrations sont quelque chose d’un petit peu complexe.  Alors mieux vaut prendre le temps de considérer les différentes plateformes. Cela ter permettra de faire un choix éclairé !

Cependant, la bonne nouvelle c’est que bien qu’il s’agisse d’une décision importante, rien ne vous empêche de revenir dessus si jamais vous changiez d’avis.  Ce qui a été mon cas. J’ai fait mes débuts sur la plateforme blogger. Facile et gratuite j’ai commencé avec celle-ci. Cependant, rapidement je me suis rendue compte que l’aspect graphique de la plateforme qui était important pour moi, me contraignait.

Alors en bavant devant tout les différents templates WordPress disponibles, j’ai rapidement pris la décision de changer de plateforme !

En principe, l’intégralité de votre contenu peut être exporté depuis n’importe quelle plateforme vers n’importe quelle autre plateforme. Cependant comme je vous le mentionnais, c’est une étape longue. De plus, elle s’avère un peu stressante… Surtout lorsqu’on fait ces premiers pas dans le monde des blogues : on est pas certain, que la mise en page, les photos ou les commentaires vont suivre….

Bref, d’où l’intérêt de bien choisir sa plateforme. Aujourd’hui je vais plus spécifiquement parler de WordPress, car c’est la plateforme que j’utilise.

Et souvent rien que pour cette plateforme de nombreuses interrogations subsistent lorsqu’on émerge dans le vaste monde des blogs.

Quelle est la différence entre WordPress.org et WordPress.com du coup je suis sur WordPress.com mais je ne comprends pas trop pourquoi il y en a deux. .org serait-il mieux que .com? Ou inversement ? L’un donnerait-il plus de possibilité que l’autre?

Voici autant de questions auxquelles je vais essayé de répondre dans cet article.

WordPress c’est quoi ?

Tout d’abord, WordPress est le CMS (Content Management System) le plus populaire sur le marché. Il gère environ 24% de tous les sites Web dans le monde et il a la plus grande communauté. Il existe de nombreux thèmes et plugins à la fois gratuits et premium à utiliser.

WordPress est mis à jour régulièrement et vous pouvez être sûr que vous avez toujours une longueur d’avance.

Faire partie du CMS le plus utilisé signifie que vous allez accès à de nombreuses ressources liées à WordPress. En effet, un des points positifs de cette plateforme très utilisée, c’est qu’il est très facile d’apprendre car les ressources et les tutoriels disponibles en ligne sont nombreux.

De plus, le système de plugin que WordPress offre une grande flexibilité

En effet, les plugin sont des fonctionnalités que des développeurs ont codés que tu peux ajouter pour accroitre une fonctionnalité de ton site web. Il peut s’agir d’un outils pour t’aider à améliorer ton référencement, ou encore, pour compresser des images, ou encore pour créer un lexique ou une carte. Bref, il en existe des milliers, et ils vont vous permettre de développer votre site web, sans avoir besoin de faire appel à un développeur.

En fait, il faut un peu concevoir et imaginez que WordPress est un gros LEGO. Les plugins sont en quelques sorte des briques supplémentaires que tu peux ajouter à ta construction. Et la bonne nouvelle, c’est qu’un plugin est quasi aussi facile à ajouter, qu’un brique LEGO… Ils permettent d’étendre les fonctionnalités de votre site Web et le gros avantage c’est que la plupart d’entre eux sont gratuits.

Dans un prochain article, je vais d’ailleurs vous présenter tout les plugins WordPress que j’utilise! 

WordPress est grandement optimisé pour les moteurs de recherche. Vous pouvez également améliorer votre SEO (Search Engine Optimization) avec quelques bons plugins – je vais vous montrer comment dans un prochain chapitre.

Une autre grande fonctionnalité de WordPress est ses capacités de localisation. WordPress est traduit dans presque toutes les langues et généralement les plugins sont inclus avec les langues les plus utilisées. Si pour une raison quelconque, votre langue n’est pas incluse, des plugins peuvent vous aider à traduire votre site web.

Être si populaire signifie que la plupart des gens connaissent le système. Si vous avez du personnel, il leur sera très facile d’apprendre et certains d’entre eux auront peut-être déjà travaillé avec WordPress.

Last but not least, si pour une raison quelconque, vous décidez de vendre votre site Web, il sera plus facile pour vous parce que la plupart des acheteurs cherchent à acheter quelque chose de familier.

En raison des caractéristiques improbables, les principales marques du monde utilisent WordPress pour plusieurs de leurs sites: Time Magazine, Sony, Disney, LinkedIn, le New York Times, le CNN, eBay, et la liste est infinie .

Quelles sont les différences entre WordPress.com et WordPress.org?

Beaucoup sont confus quelle est la différence entre WordPress.com et WordPress.org. Maintenant, le mystère sera dévoilé.

WordPress.com est la version gratuite de WordPress. 

WordPress.com est un hébergeur de blogs. C’est un gros site internet, qui héberge plein de sites web, et qui permet aux visiteurs d’y inscrire le leur, en quelques clics.

La plateforme gère la technique, l’infrastructure, et vous le contenu.

En fait, c’est un peu comme si vous louiez une voiture. Vous avez un engin qui vous permet de vous déplacer facilement, mais c’est vous qui décidez quelle route vous allez prendre.

Évidement, au même titre que lorsque vous louez une voiture de location il y a des règles et des choses à faire ou ne pas faire. Par exemple, avec une voiture de location, et bien vous ne pourrez pas choisir de la repeindre en rose si vous le désirez, et bien avec WordPress.com c’est pareil !

Il y a quelques limites, mais c’est génial pour les gens qui commencent, et qui veulent juste roulez !

Cependant, à l’instar de la voiture de location, si vous souhaitez avoir une toutes options il va falloir passer à la caisse. Et bien là c’est exactement la même chose. Cependant tout comme lorsque vous louez une voiture de location, l’agence se charge de l’entretien de faire la vidange  ici l’hébergeur se charge de faire les mises à jour et les sauvegardes !

Alors c’est je crois la formule parfaite pour ceux qui débutent et qui veulent voir s’ils aiment conduire avant d’investir dans l’achat d’une voiture ! Cela permet d’offrir l’expérience et un avant gout de ce que c’est d’avoir son propre site Web.

WordPress.com a de nombreux avantages : 

Il offre un hébergement gratuit pour votre site web.

Comme je le mentionnais, il offre l’hébergement et se charge de la maintenance vous permet de ne pas avoir à vous soucier de la maintenance. C’est idéal si vous ne cherchez pas à faire grandir et évoluer votre site Web.

Avec WordPress.com vous n’avez pas besoin d’acheter un nom de domaine.

Une dépense pas énorme mais qu’il faut tout de même renouveler chaque année. WordPress.com vous permet d’utiliser un sous-domaine avec une structure comme celle-ci – votredomaineweb.wordpress.com.

Les points faibles de WordPress.com c’est que 

Cependant, certaines limites de WordPress.com peuvent être très gênantes.

Pour commencer, le forfait gratuit de base sur wordpress.com pas gratuit. Mais rapidement, si vous souhaitez avoir des options… Il faut mettre la main au portefeuille.

Si vous voulez désactiver les publicités, vous devez payer 30 $ par an.
….

Si vous utilisez la version gratuite de base, vous ne pouvez pas ajouter de plugins et n’avez accès qu’aux fichiers gratuits de WordPress.com.

Un autre inconvénient avec WordPress.com c’est que vous n’êtes pas en mesure de participer au programme Google AdSense et que vous ne pouvez pas suivre les donnés de votre site Web notamment avec Google Analytics.

La version WordPress.com est adaptée aux personnes qui bloguent pour le plaisir et font cela comme un passe-temps.

Si tu as un objectif, ou des ambitions professionnelles, il vaut mieux partir sur WordPress.org et acheter un nom de domaine.

WordPress.org te permet de construire ta “marque” sur un nom établi… et c’est beaucoup plus facile ensuite de la monétiser…

De plus, le fait de réserver ton nom de domaine t’assure également, que lorsque tu souhaiteras l’utiliser en temps que tel, il ne sera pas déjà pris et réservé par quelqu’un d’autre comme nom de domaine.

Finalement  WordPress.com et WordPress.org sont deux écoles qui émergent de deux raisonnements : 

Alors pour choisir entre WordPress.com et WordPress.org, finalement tout dépends de tes ambitions !

Soit tu te dis : “Je fais un blog perso pour le fun… Et peut-être qui sait, un jour il me rapportera quelque chose! Mais ce n’est pas mon objectif premier.” Dans ce cas là tu peux partir sur du gratuit. Si la situation évolue, tu pourras envisager un changement plus tard.

Soit tu pars avec l’idée de tout faire pour dégager un revenu. Dans ce cas là il faut raisonner dès le départ en mode : “Je construis ma marque et ma réputation donc j’investis”.

Voilà, j’espère que cet article aidera des novices à faire leur choix. Souhaiteriez-vous que j’aborde d’autres plateformes ?

Si oui, dites-le moi dans les commentaires.

Enfin, n’hésitez à partager vos impressions sur WordPress.com et WordPress.org… Laquelle utilisez-vous, et pourquoi  ? 

10 façons d’être plus productif

Si jamais vous avez des journées longues, et que vous avez beaucoup à faire, mais que parfois vous n’êtes pas très bien organisé et que du coup, à la fin de la journée vous vous rendez compte qu’il y a encore une chose que vous n’avez pas faite, j’ai rédigé cet article pour vous.

Voici 10 astuces pour être productif :

Astuce numéro 1 : pour être productif, il y a quelque chose que je fais depuis toujours c’est de se lever tôt.

Voilà ne commencez pas à traîner dans votre lit, car dedans le temps passe extrêmement vite. Puis on a tous fait l’expérience on se dit à cinq minutes de plus, mais ça finit par une bonne demi-heure de plus. Et encore ça c’est lors ce que vous ne vous ne rendormez pas après.

Astuce numéro 2 : cessez de procrastiner

Ne pas remettre les choses à demain.

Si vous avez quelque chose aujourd’hui, faites-le aujourd’hui. Si vous commencez à dire je le ferai demain…. il y a de fortes chances que vous remettez ça à plus tard. Et cela peut durer pendant des mois et des mois, voir des années !

Astuce numéro 3 : faire des to do list

Avant de commencer la journée, c’est le moment idéal pour savoir tout ce que l’on a à faire durant la journée. Afin de ne pas progresser, mais vous pouvez également associé à chacune des tâches une durée. Et ensuite vous pouvez faire votre emploi du temps de la journée à partir de chacune de ses tâches.

Y associer une durée et le faite de mettre ça dans une planification va vous permettre d’une part de prioriser et d’autre part ne pas laisser de temps à la procrastination.

Vous pouvez également faire votre liste des choses à faire la veille. On va souvent avant de quitter le bureau par exemple si c’est un jour de semaine j’inscris toujours mes taches du lendemain dans mon petit carnet. Et le lendemain matin en arrivant je les priorise et j’ai inscrit les temps alloués à chacune de ces tâches.

Le faite d’avoir tout écrit vous savez exactement quelles sont vos objectifs. Et le fait de les relever est toujours très stimulant.

Également si vous êtes des adeptes de jolie papeterie, et de petits outils pour vous aider à moins procrastiner je vous suggère d’utiliser le productivity planner. C’est un planner de compétition qui permet de gérer son emploi du temps !

Astuce numéro 4 : fixer des rappels

Servez-vous de votre agenda électronique pour programmer des rappels. Ça peut être 10 minutes ou 30 minutes avant votre rendez-vous. Cela va vous permettre de vous libérer l’esprit. En effet, on confiant la tâche à votre téléphone, vous savez qu’il s’en souviendra pour vous. De plus, de cette façon vous serez certain de ne plus manquer aucun de vos rendez-vous !

Vous pouvez vous servir des rappels de votre agenda pour des rendez-vous, mais également pour des taches à effectuer.

Astuce numéro 5 : apprendre à prioriser

Prioriser c’est hyper important.

Essayez de mettre les tâches les plus importantes en haut. Ou bien, inscrivez des numéros selon l’ordre de priorité. Car quand on a une to do list on est toujours tenté de faire des choses qui nous plaisent le plus en premier. Mais les choses qui nous plaisent le plus ne sont  pas toujours les plus importantes ou les plus urgentes.

Cette question de priorisation je vous en parle également un peu plus en détail dans un article sur la méthode Eat that frog de Brian Tracy.

Astuce numéro 6 : planifier

Dans la mesure du possible il faut essayer de planifier ces mois et semaines à l’avance. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble sur les choses qu’on a faire. Et ça, c’est vraiment pratique.

Astuce numéro 7 : prendre de l’avance sur son travail sur les choses que l’on à faire

Le faite de prendre de l’avance sur ses échéances permet de se libérer l’esprit et de ne pas être stressé. Cela permet également de ne pas toujours être dans l’urgence de la dernière minute. Cela permet aussi de pouvoir avoir un peu plus de disponibilité dans son emploi du temps pour pouvoir accueillir les imprévus.

Astuce numéro 8 : faire une seule chose à la fois

C’est sans doute l’une des plus difficiles! Du moins pour moi… Je crois que ce problème du multitâche (multitasking) est tout de même assez symptomatique de notre génération. Nous sommes nombreux à avoir tendance à s’épivarder … Et notamment sur les réseaux sociaux, ou autre. En effet, on commence quelque chose en écoutant une vidéo, ou encore on travaille sur un dossier, puis on reçoit une notification qu’un courriel arrive en le regarde et on y répond, etc., etc.

Bref, le fait de ne pas rester focaliser est sur la tâche que l’on est en train d’accomplir nous fait perdre du temps.

Il vaut mieux se concentrer sur une tâche à la fois et la faire en entier, de façon méthodique et précise. Et seulement une fois que c’est fini, passer à la suivante.

Bien qu’aujourd’hui de nombreuses personnes et employeurs font l’apologie des gens multitâches, de nombreuses études prouvent que le fait d’être multitâche rendrait également les gens moins performants. Car à chaque fois que l’on passe d’une tâche à l’autre, il y a un petit moment d’intervalle et de déconcentration. Mis bout à bout, tous ces moments vous font perdre du temps précieux.

Alors pour venir à bout de votre to do, allez-y une tache à la fois!

Astuce numéro 9 : faire des pauses

On ne peut pas être tout le temps hyper concentré durant quatre ou cinq heures d’affilée. Notre cerveau et notre corps ont besoin de prendre des temps de pause. Pour ce faire prenez des courtes pauses régulièrement.

Pour optimiser votre temps de pause et votre temps de travail, je vous suggère de lire  mon article sur la technique de Pomodoro. Cette technique est parfaite pour ne pas trop allonger les pauses.

Astuce numéro 10 : avoir un environnement rangé.

Les gens qui arrivent à travailler sur un bureau encombré ou bordélique, je ne sais pas comment font-ils ! De plus, si vous avez un peu à tendance à procrastiner avec un bureau en bazar, vous allez passer votre temps à ranger plutôt qu’à travailler. Alors, pour éviter de vous disperser, passez cinq ou dix minutes la veille avant de partir de votre bureau, à ranger votre espace de travail. Ainsi, cela vous permettra d’arriver le lendemain dans un espace propre et rangé dans lequel vous pourrez  tout de suite vous mettre au travail.

Et voilà c’était mes 10 astuces pour être plus productive dans son travail et / ou dans sa vie !

N’hésitez pas à me dire dans les commentaires si vous avez d’autres astuces ou d’autres petits trucs qui vous permettent d’être plus efficient.

 

la-taille-et-la-longueur-ideale-des-articles-de-blog

La taille et la longueur idéale des articles de blog 

Est-il préférable de faire 2 ou 3 petits articles sur un même thème ou 1 seul mais plus longs ?

Tout d’abord il n’y a pas de longueur idéale.

L’essentiel c’est avant tout que le(s) article(s) est/soient bien écrit(s).

Il peut m’arriver de séparer un article en deux, si l’article est long (plus de 2000 mots), mais évidemment si l’article se prête à une séparation. C’est-à-dire si le sujet comporte plusieurs « aspects » ou facettes qui puissent être séparés en deux textes d’au moins 600 mots environ, je le sépare.

Cependant je ne les sépare pas nécessairement… car les longs articles ont plus de poids en termes de SEO.

Ainsi les longs articles sont ceux qui te permettront davantage d’atterrir sur les premières pages de Google. Alors l’idée de toujours les séparer n’est pas toujours idéale.

Soignez la forme

Si vous optez pour un article plutôt long, assurez-vous que l’article soit bien structuré avec des sous-titres.

En effet, les sous-titres vont vous permettre de structurer l’article et la lecture. Aérez le texte pour ne pas donner l’impression d’un bloc condensé.  Le but est de rendre la lecture conviviale pour les lecteurs. En général, les lecteurs se découragent devant un article à la mauvaise mise en page.

Cependant s’il est vrai que d’une façon gêne les longs articles ont plus de poids pour le SEO, cela dépend du sujet.

En effet, j’ai des articles qui sont extrêmement bien référencés qui ne comporte pas plus de 500 mots!  Alors tout dépend du sujet, sur lequel vous écrivez.

Le point le plus important, c’est de maintenir l’intérêt de tes lecteurs tout au long de la lecture.

Il ne faut jamais oublier qu’au-delà des robots de Google, il y a des humains qui nous lisent. Voilà je pense que c’est ça le meilleur conseil que je pourrais vous donnez.

Mettez-vous à la place de celui qui vous lit et qui découvre le sujet.

Car la vérité, c’est qu’il n’y a pas de règles, mais que des moyennes.

Selon les études et les plateformes le nombre de mots recommandés varie beaucoup.

Par exemple, la plateforme Buffer a publié une étude montrant que le temps moyen de lecture d’un article en ligne était de 7 minutes. Au-delà de cette limite, l’attention du lecteur s’épuise. Or, 7 minutes de lecture correspondent à 1600 mots.

Cependant, tout les experts ne s’accordent pas ! Les experts du référencement naturel, s’accordent eux pour dire que la longueur idéale d’un article tourne autour de 2000 mots.

Une étude de Microsoft Canada a montré que notre capacité d’attention sur le net était semblable à celle d’un poisson rouge, soit 12 secondes. En tenant compte de la moyenne de lecture de 300 mots / minute pour un adulte, l’article idéal ferait 60 mots. L’article de blog « parfait » serait proche de celui du gourou américain du marketing, Seth Goldin : 66 mots et 6000 partages !

Il n’y a pas de formule magique mais simplement un ensemble de règles à respecter.

La bonne longueur d’un article de blog est celle qui correspond à votre style, aux attentes de vos cibles, qui traite d’un sujet intéressant et qui apporte surtout des informations de qualité à vos lecteurs. Cela pourra être parfois court, parfois long. Au bout du compte, si votre article est intéressant, bien structuré et traite d’un thème répondant aux attentes de vos lecteurs, la longueur devient alors le dernier de vos soucis. Et tout le reste suivra…

Et vous, la longueur de vos articles varie-t-elle beaucoup d’un article à l’autre ?

N’hésitez-pas à nous donner votre avis !

blog-a-quelle-frequence-faut-il-publier 

Blog :  à quelle fréquence faut-il publier ?

Quelle est la bonne fréquence de publication ?

Une fois que vous décidez de démarrer un blog, vous devez déterminer quels sont vos objectifs pour votre blog.

Si vous voulez développer votre blog et attirer de nouveaux lecteurs (et les garder une fois qu’ils le visitent), vous devrez réfléchir à la fréquence de publication de votre blog.

Mais avant de parler de fréquence, il ne faut pas perdre de vue le contenu. Car la quantité est parfois l’ennemi de la qualité !

Le contenu du blog est la clé :

Dans le monde des blogs ou dans la blogosphère, on entend fréquemment « “it’s all about the content » que l’on pourrait traduire en français, par l’importance c’est le contenu ».

En bref, cela signifie que la partie la plus importante de votre blog est le contenu que vous publiez. Ce qui rend votre contenu attrayant, c’est une combinaison entre votre sujet, et votre style d’écriture. Si le lecteur apprécie cette base-là, il est envisageable de faire de lui, un lecteur récurrent.

Mais pour qu’il devienne un lecteur récurrent, il faut aussi attiser sa curiosité. Pour cela, il y a différentes façons de le faire.

La plus simple est de lui donner des rendez-vous récurrents :

Exemple : chaque lundi sort un nouvel article consacré au blogging. Ainsi en lui faisant cette promesse, il sait que tous les lundis, il trouvera de l’information sur ce thème précis.

À l’inverse, si vous publiez de façon aléatoire, il se peut que le lecteur revienne sur votre blog, et qu’il ne constate aucun nouvel article, il y a de très faibles chances qu’il revienne encore et encore… Et c’est tout à fait normal : en d’autres termes, achèteriez-vous un journal tous les jours si les articles de ce journal ne changeaient jamais? Probablement pas. Cependant, à l’inverse si les articles se renouvellent chaque jour, vous êtes sans doute beaucoup plus susceptible d’acheter un nouveau journal tous les jours.

Et bien voilà, c’est exactement la même chose pour votre blog. Si vous ne publiez pas votre blog régulièrement, il n’y a aucune raison pour que les internautes le visitent, puisqu’il n’y a rien de nouveau à voir.

Cependant, si vous publiez fréquemment de nouveaux articles, il est probable que les utilisateurs soient susceptibles de venir de façon récurrente lire le contenu que vous publiez.

Et plus vous publiez régulièrement, plus il y a de chance que les internautes reviennent sur votre blog.

Publier régulièrement va attirer de nouveaux visiteurs, mais aussi jouer en votre faveur d’un point de vue du référencement.

Non seulement les nouveaux billets de blog donnent aux gens une raison de revenir sur votre blog, mais ils aident aussi votre blog en termes d’optimisation pour les moteurs de recherche.

À chaque nouvel article publié, il est référencé dans les moteurs de recherche. Donc chaque nouvel article devient donc potentiellement un nouveau point d’entrée pour les utilisateurs potentiels via les moteurs de recherche.
Vous l’aurez compris, plus il y a de points d’entrée, meilleures sont les chances que de nouveaux lecteurs trouvent votre blog.

Publier de nouveaux articles régulièrement peut vous à fidéliser les visiteurs :

Publier régulièrement permet d’attirer plus de visites. En effet, il y a de fortes chances que les lecteurs qui apprécient votre blog décident de s’y abonner afin de ne pas manquer de nouveautés.

Alors que ce soit un abonnement via newsletter, ou un abonnement sur les réseaux sociaux, l’important c’est que vos abonnées reçoivent une notification qui les informe qu’un nouvel article est désormais en ligne.

Informer vos abonnés des nouveautés est une excellente opportunité pour augmenter le trafic sur votre blog.

Alors vous l’aurez compris, il est préférable de publier du contenu de façon régulière mais également de façon rapprochée.

Cependant, avant de vous fixer des objectifs de publication intenables, comme les font néanmoins certaines blogueuses, réfléchissez à combien de temps chaque semaine serrez-vous prêt à consacrer à l’écriture.  En fonction de cela, et du temps dont vous avez besoin pour écrire un article, fixez vous votre propre fréquence de publication.

Voilà ! J’espère que ce petit article t’aidera à y voir plus clair !
les-demandes-de-partenariats-foireux-quand-on-est-blogueurs

Les demandes de partenariats foireux quand on est blogueurs

Quand on est blogueurs, ont reçois toutes sortes de demandes de partenariats. Et la plupart sont vraiment inintéressante : mauvais ciblage, le manque de personnalisation et de clarté du message… Mais parfois il arrive également que les produits proposés soient très borderline …

Cette semaine j’ai été contacté via mes deux blogues. Une entreprise m’a proposé un partenariat pour proposer à mes lecteurs d’acheter ou de nommer une étoile.

À chaque fois que je reçois ce genre de demande je vais toujours une petite veille informatique. Cela me permet de voir qui en parle et de quoi il s’agit. Mais cela me permet également de ne pas proposer à mes lecteurs tout et n’importe quoi…attirée par l’appât du gain. Car à première vue ça à l’air plutôt cool non ?

Tout d’abord j’ai donc fait une recherche sur le site Hellocoton. 

Hellocoton, pour ceux qui ne sont pas familier avec le nom, il s’agit d’un portail d’actualité de blogs. Ainsi, une recherches sur ce site, me permet d’identifier rapidement quel genre de blogueuses ont collaboré avec cette entreprise. Mon constat ? Et bien, j’ai été surprise de voir que des centaines de blogueuses avaient déjà publié des articles à ce sujet. Compte tenu du nombre d’articles déjà en ligne, je me suis questionnée … Est-il encore pertinent que j’y consacre un article de de plus.

Au-delà de ça je me suis questionné sur la véracité du concept.

Alors bien sûr toutes les blogueuses qui ont accepté le partenariat ne font pas vraiment mention de cela. C’est pourquoi j’ai cherché à élucider cette question.

Bien que je trouve qu’offrir une étoile soit un cadeau très beau symboliquement parlant, je voulais m’assurer que si je proposais quelque chose à mes lecteurs il ne s’agisse pas d’un faux papier qui ne comporte rien d’autre que de la symbolique, vous comprenez…

Alors je me suis rendu sur le site web de l’entreprise qui m’a contacté à la recherche d’information. Car dans son courriel d’approche elle ne m’a pas fourni de dossier de presse ou autre document. Alors bien que leur site web tout soit très bien expliqué puis qu’ils mettent énormément en avant la dimension symbolique du cadeau, très peu d’informations sur la véracité du certificat remis.

Peut-on réellement acheter une étoile ?

Alors je vais la faire courte : ne vous faites pas d’idée !

On ne peut pas acheter une étoile ni en baptiser une — du moins, pas officiellement.

Alors les vendeurs d’étoiles sont-ils des vendeurs de rêve et de paillettes ?

Les revendeurs d’étoiles délivrent des certificats « officiels ». Cependant il n’existe aucun moyen d’acheter une étoile comme l’on achète un sac à main, et encore moins de leur donner un nom officiel.

En fait, seuls l’U.A.I, ou l’Union astronomique internationale a le pouvoir de nommer officiellement une étoile, ou tout autre objet céleste. De plus, toutes les étoiles reconnues ont déjà un nom ou un numéro qui les identifient…

Qui plus est, les sites vous offrant d’acheter une étoile ou d’en baptiser une ne sont pas reconnus par cet organisme.

les-demandes-de-partenariats-foireux-quand-on-est-blogueurs-acheter-une-etoile

Bref si vous approchez un blogueur ou une blogueuse dans le but de travailler avec lui ou elle, fournissez-lui un dossier de presse pour parler de vous, de votre entreprise et de votre produit.

Fournir un dossier de presse est sans doute une des choses essentielle à fournir. Cela permettra à la personne contactée de pouvoir se faire une idée, et lui permettra également lui faire économiser du temps.

De plus, je crois qu’un partenariat établi avec une blogueuse doit être gagnant-gagnant gagnant.

C’est-à-dire le partenariat, doit être pertinent pour la blogueuse et pour ces lecteurs. Quelles sont les raisons pour lesquelles elle s’associerait avec vous ?
Les courriels avec des phrases complètement bateau que l’on reçoit de façon unanime fonctionnent rarement. Et oui, jai deux blog, et donc deux boîtes courriels alors quand je reçois sensiblement le même bla-bla, disons que c’est tout tout suite moins convaincant !
De plus les courriels, sans avec aucune présentation de la société c’est beaucoup trop vague pour aller de l’avant.
Enfin, lorsque les courriels sont signés que par un prénom, cela démontre également un manque de professionnalisme évident.

Bref, si vous êtes une jeune blogueuse j’espère que cet article vous aidera à remettre les pendules à l’heure, et vous convaincra de ne pas acceptez tout et n’importe quoi.

Enfin, si vous êtes une marque, et que vous souhaitez contacter une blogueuse, faites lui une proposition directe et concrète, en lui fournissant l’information nécessaire pour qu’elle puisse prendre sa décision.

 

Pinterest lance la fonctionnalité Shop the Look

Voici une nouvelle qui devrait réjouir les amateurs de mode et de décoration :

La plateforme Pinterest déploie enfin sa fonctionnalité Shop the Look en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et au Japon !

La fonctionnalité Shop the Look permet désormais aux utilisateurs de Pinterest d’acheter les objets repérés dans leurs tableaux préférés.

Concrètement, en cliquant sur le cercle blanc désignant un article, l’utilisateur pourra désormais découvrir des recommandations de produits similaires. Ensuite, il pourra les acheter en toute simplicité, grâce à ce simple clic ! L’achat n’aura jamais été aussi simple !

Pourquoi je trouve ça enthousiasmant ? Car cela peut également être parfait pour augmenter votre trafic, ou sur votre site web.

pinterest-lance-la-fonctionnalite-shop-the-look-2

Crédit : Pinterest

Mais cette nouvelle fonctionnalité c’est aussi une opportunité pour les influenceurs et pour les marques d’avoir plus de visibilité, mais également de faire plus d’argent.

La fonctionnalité Shop the Look permet d’augmenter significativement le nombre de vues de l’épingle.

Ainsi avec pratiquement deux fois plus de personnes qui sont confrontées, c’est également de fois plus de chance de réaliser des ventes. Cette nouvelle fonctionnalité est donc une opportunité pour générer plus de revenus.

Qu’est-ce que cela signifie pour les utilisateurs de la plateforme ?

Pour avoir accès aux détails d’un look ou d’un intérieur, il suffit à l’utilisateur de cliquer sur l’un des cercles. Tous les produits marqués dans du Look ou de l’intérieur déco seront marqués d’un petit point. Le gros avantage de cette nouvelle fonctionnalité, c’est qu’il est possible d’inclure plusieurs liens, sous une et même photo.

Petit fun fact : Saviez-vous qu’il est possible d’étiqueter jusqu’à 200 produits par Look?

Avec autant de précision, il est possible ainsi de mentionner chaque détail du look.

De plus, le fait de pouvoir mentionner beaucoup de produits permet également de proposer des items similaires. Ainsi,  si le produit n’est plus en vente ou pour proposer des solutions plus ou moins dispendieuses.

Le fait d’indiquer différents produits similaires permettra de rejoindre une cible plus large et ainsi d’augmenter le nombre de clics et potentiellement le nombre de conversions.

 

 

pinterest-lance-la-fonctionnalite-shop-the-look-3

Crédit : Pinterest

Bref plus le temps passe et plus je pense qu’il y a dans ce réseau social de réelles opportunités que peu exploitent.

En clair je trouve qu’il y a beaucoup de gens qui négligent ce réseau social… Alors que Pinterest peut grandement vous aider à développer votre activité, faire grandir votre marque, atteindre de nouveaux publics, monétiser votre influence et votre activité.

Pinterest s’impose comme étant la plateforme sociale la plus pratique pour miser sur une longue visibilité.

Alors que les tweet, les que les posts sur Facebook, et les publications Instragram ou Snapchat ont une durée de vie qui dépasse rarement plus de  20 de deux jours, les pins sur Pinterest eux, peuvent durer plus de 2 ans !

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-5

Monoprix se démarque une nouvelle fois à l’occasion de la Saint-Valentin 

Opération Saint-Valentin chez Monoprix !

Monoprix est une chaîne de magasins de la grande distribution. Majoritairement implantés en ville qui sont aujourd’hui habitées par des célibataires. À l’occasion de la Saint-Valentin Monoprix a donc eu l’idée de leur rendre hommage ou de les aider dans leur quête amoureuse. Pour se faire elle a ainsi lancé le « Pack 06 ».

Le Pack 06 une gamme de produits pour draguer en magasin et laissez votre 06 dans son caddie.

Il s’agit d’une gamme composée de sept faux produits. Ce qui fait leur charme c’est bien sur leur packaging. Monoprix a une fois de plus misé sur les jeux de mots.

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-5

Ces faux produits permettront aux célibataires de déclarer leur flamme à l’inconnu(e) croisé(e) au détour d’une allée. Car honnêtement, qui n’a jamais craqué sur un(e) inconnu(e)dans les rayons d’un supermarché ? Personne!

Pour ne plus laisser filer l’amour de votre vie, Monoprix a une fois de plus fait appel à l’agence Rosapark pour monter cette ingénieuse idée marketing !

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-5

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-5

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-5

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-1

Ensemble ils ont développé des messages teintés d’humour. Ils ont ainsi détourné les célèbres packaging de l’enseigne pour aider les plus timides à faire le premier à pas… Et pourquoi pas trouver l’amour ! Pour démontrer l’utilité des « Packs 06 », l’agence a même conçu un film digital dans lequel Alice parvient à aborder César au rayon salades grâce à un de ces packs.

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-5

Malheureusement, les « Packs 06 » ne seront pas disponibles dans toutes les boutiques à travers la France.

Pour cette opération marketing réussie Monoprix à mis à disposition de ces clients ces packs 06 dans les magasins de Paris Les Halles, Paris Saint-Paul, Lyon GBL (Cordeliers).

Cependant, l’espoir de faire savoir à votre crush que vous existez n’est pas totalement anéanti puisque Monoprix donnera l’opportunité aux utilisateurs de Twitter de décrire leurs crush secrets avec #UnCrushChezMonoprix et fera appel à sa communauté pour tenter de les retrouver.

Monoprix et Rosapark ont une fois de plus réussi leur campagne marketing

monoprix-campagne-publicitaire-marketing-rosapark-saint-valentin-5

Ils sont parvenus à renforcer leur communauté grâce à une campagne teintée d’humour et de génie!

Et qui sait, les Packs 06 ont permis à certains de tisser de nouveaux liens !