per-b-sundberg-x-ikea-foremal-une-collection-surprenante

Per B Sundberg x IKEA : Föremål une collection surprenante

IKEA s’associe à l’artiste Per B Sundberg pour créer Föremål, une collection faisant la promotion du côté figuratif et humoristique du design suédois, plutôt que l’esthétique minimaliste avec laquelle la région est plus communément associée.

Pour une fois, IKEA ne s’adresse pas au plus grand nombre, mais plutôt à quelques initiés.

Per B Sundberg est un artiste qui suit sa propre curiosité, plutôt que les tendances!

Et le moins que l’on puisse dire c’est que ça se voit!

per-b-sundberg-x-ikea-foremal-une-collection-surprenante-1

À quoi peut-on s’attendre dans cette collection étonnante voir déconcertante ? À des crânes, des bananes des couronnes, et des champignons…

Per B Sundberg a fabriqué un crâne et quelques os en céramique pour le film d’un ami. Il a particulièrement aimé le crâne et a continué à l’employer dans son travail, comme un leitmotiv. Pour lui, ces vanités sont indispensables pour rappeler que la vie est courte et éphémère. C’est donc, une invitation insidieuse à profiter de la vie!

La collection propose des petits accessoires décoratifs comme des figurines de personnes, de plantes et d’animaux, comme deux bougeoirs en métal en forme de caniches, et une série de aussi coussins de traversin imprimés avec des motifs symétriques répétés.

per-b-sundberg-x-ikea-foremal-une-collection-surprenante-1

per-b-sundberg-x-ikea-foremal-une-collection-surprenante-1  per-b-sundberg-x-ikea-foremal-une-collection-surprenante-1

La collection Föremål nous rappelle que dans nos maisons nous avons besoin d’accessoires et d’objets qui attisent les émotions.

Avec les objets familiers (mais particuliers), vous pourrez alors personnaliser vos intérieurs avec des objets kitchs, et irrévérencieux. Per B Sundberg est un artiste qui a toujours questionné et remis en question les idées préconçues de ce qui est considéré comme beau ou comme laid. Cette épineuse question traverse d’ailleurs l’histoire de l’art et du design moderne et perdure encore encore aujourd’hui.

 

Per B Sundberg se doute donc que cette collection ne fera pas l’unanimité, mais peut importe, puisqu’il s’agit d’une collection en édition limitée.

De plus, il se fiche de la beauté. Föremål est une collection manifeste, de pièces de conversation. Tu sais, le genre d’objets que tu poses sur ta table basse, et que tous tes invités vont remarquer. Bref, il y a fort à parier que ces 26 objets ne manqueront pas de susciter l’interrogation, la convoitise, ou le désaccord de tes convives.

Enfin, si tu souhaites te procurer une de ces créations, elles seront en boutiques à partir du mois de septembre !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Good On You, l’appli pour une mode plus écoresponsable

Good On You, l’appli pour une mode plus écoresponsable

Aujourd’hui je vous reviens avec un article sur une application qui va changer (je l’espère) votre façon de consommer la mode… À moins que vous soyez exemplaire sur ce sujet-là. Pour ma part j’ai longtemps été une surconsommatrice, et plus particulièrement surconsommatrice de vêtements. Mes placards débordaient littéralement. J’étais du genre à acheter n’importe quoi, et surtout n’importe où… Mais un jour au détour d’une exposition, une photo m’a bouleversé. Ce jour-là je me suis promis de ne plus encourager des compagnies qui sont à l’écoute de rien si ce n’est du profit. Bref, je t’ai déjà parlé de ce sujet et de sa cette fameuse photo ici.

Mais vouloir consommer mieux, ce n’est pas si évident qu’il n’y paraît. En effet, entre greenwashing, et coup de campagne de pub, pas si simple de perdre ces vieilles habitudes…

Cependant, aujourd’hui j’ai une bonne nouvelle : l’application australienne Good On You, souhaite inciter le monde entier à consommer la mode de façon un peu plus écoresponsable.

Pour cela elle a mis au point une application innovante pour aider les gens à acheter de marques plus respectueuses…

Par contre, comme il s’agit d’une application développée en Australie, les commentaires et l’appli en générale sont en anglais. Cependant, même pour ceux qui ne parlent pratiquement pas anglais, je vous rassure, l’application est très facile à prendre en main. Et pour comprendre le système de notation, nul besoin d’être bilingue!

Bref, l’appli est vraiment facile d’utilisation. Elle est gratuite et disponible en téléchargement sur www.goodonyou.org, sur iTunes et Google Play.

Grâce à elle vous pourrez donc consulter l’appréciation des pratiques responsables ou non de plus de 1000 marques de vêtements, de chaussures et d’accessoires… et le tout en quelques clics seulement!! Voici quelques exemples.

 

L’évaluation des marques répertoriées sur Good On You est basé 3 principaux critères : sur la façon dont les marques traitent leurs travailleurs, l’environnement et les animaux.

  1. Les travailleurs : Good On You examine l’impact de la marque à travers la chaîne d’approvisionnement. Elle évalue le travail des enfants, le travail forcé, la sécurité des travailleurs, le droit de se syndiquer et enfin le salaire perçu par les travailleurs
  2. L’environnement : Good On You examine les impacts directs et indirects de l’entreprise. Cela prend en compte le choix de matériaux, l’utilisation de l’eau, les produits chimiques dangereux, les emballages et les déchets produits.
  3. Le bien-être animal : pour ce critère, Good On You prend en considération, l’utilisation de la fourrure, de l’angora, de laine, ainsi que l’utilisation du cuir, ou non.
    good-on-you-appli-pour-une-mode-plus-ecoresponsable-exemple-veja

Les sources qui permettent à l’application de réaliser ces évaluations sont diverses et variés.

  • Baptist World Aid Fashion Report
  • Cleans Clothes Campaign
  • Fair Wear Foundation
  • Worldwide Responsible Accredited Production (WRAP)
  • Social Accountability 8000 (SA8000)
  • FLA Workplace Code of Conduct
  • WFTO Guarantee System
  • The Ethical Trading Initiative – Code
  • ILO Labour Standards
  • L’Accord sur les incendies et la sécurité au Bangladesh
  • Réseau d’approvisionnement responsable Ouzbékistan Cotton Pledge
  • … Vous pouvez consulter la liste compète ici.

Je pense que ce genre d’application est indispensable. Il faut outiller les consommateurs. Beaucoup d’entre eux seraient prêts à acheter mieux, mais ne savent pas par où commencer. Cette application permet de comprendre facilement ce que font les marques en coulisses.

Aujourd’hui, nous ne pouvons plus nous permettre d’acheter aveuglement des vêtements bon marché, s’en se préoccuper de l’impact environnemental de ceux-ci. L’industrie de la mode est polluante, destructrice, et tout ça en exploitant des humains, qui plus est!!! Et oui, pour ceux qui l’ignoraient encore, la mode est la 2eme industrie la plus polluante au monde. Triste exploit, n’est-ce pas?!

Alors, je vous invite à réfléchir quelques minutes, avec de sortir votre carte de crédit. Car acheter c’est voter. Dans les pays occidentaux dans lesquels nous vivions, nous devrions prendre conscience que notre pouvoir d’achat, c’est comme le droit de vote. À chaque achat réalisé, nous votons pour le type de monde dans lequel nous voulons vivre. Personnellement, je ne souhaite plus encourager des compagnies méprisantes envers leurs travailleurs, l’environnement et les animaux.

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

DIY – Pimper vos accessoires à l’aide de pompons

Ce mois-ci je vous propose de pimper vos affaires avec des pompons – glands !

Plus facile et rapide à faire que les po­mpons traditionnel, nous allons voir com­ment s’en servir pour customiser vos dra­ps de bain, vos serv­iettes ou même transf­ormer vos torchons tr­istou en un accessoi­re chic et tendance !

tuto diy pompons glands torchon

Pour ce DIY pompons -­ glands, il vous faudra : 

  • une pelote de laine ou du coton
  • une serviette ou un torchon …
  • une grosse aiguille
  • une paire de ciseaux
Nous allons commencer par la création des pompons

Étape 1 :

Créez un petit tas de laine composé de brins de 12-15 cm de long

 

 

 

tuto diy pompons glands torchon

Étape 2 :

Coupez un nouveau br­in et placez-le au centre du tas de laine précédemment créé

Faire un double noeud avec.

tuto diy pompons glands torchon laineÉtape 3 :

Coupez un autre brin et placez-le sur le haut du futur pompon : on va créer la tête du gland…

Faire un double nœud avec.

tuto diy pompons glands torchon

Étape 4 :

Égalisez le pompon en coupant bien droit les brins !

Répétez plusieurs fo­is l’opération pour créer autant de pomp­ons – glands souhaités évidement.

tuto diy pompons glands torchon

Étape 5 :

Nous allons maintena­nt coudre les glands à la serviette !

Donc il faut faire passer le long brin sortant de la tête du pompon dans l’aigui­lle.

Puis traverser le ti­ssu à l’aide de l’a­iguille à l’endroit voulu et faire un do­uble nœud.

Vous pouvez jouer av­ec des pompons de co­uleurs différentes ou encore jouer avec l’accumulation.

tuto diy pompons glands torchon laine

Étape 6 :

Ici je ne me suis pas arrêtée au pompon; j’ai aussi cousu rap­idement un motif sur les bords. A l’aide d’un fil (le même que pour les glands) et de la grosse aig­uille vous n’avez qu­’à traverser le tiss­u d’un côté à l’aut­re et finir par un nœud.

tuto diy pompons glands torchon

Voilà comment pimper facilement des acce­ssoires à l’aide de pelotes de laine. Très sympa aussi en porte clés, ou sur un sac, panier, bou­cle d’oreilles …

tuto diy pompons glands torchon

la-taille-et-la-longueur-ideale-des-articles-de-blog

La taille et la longueur idéale des articles de blog 

Est-il préférable de faire 2 ou 3 petits articles sur un même thème ou 1 seul mais plus longs ?

Tout d’abord il n’y a pas de longueur idéale.

L’essentiel c’est avant tout que le(s) article(s) est/soient bien écrit(s).

Il peut m’arriver de séparer un article en deux, si l’article est long (plus de 2000 mots), mais évidemment si l’article se prête à une séparation. C’est-à-dire si le sujet comporte plusieurs « aspects » ou facettes qui puissent être séparés en deux textes d’au moins 600 mots environ, je le sépare.

Cependant je ne les sépare pas nécessairement… car les longs articles ont plus de poids en termes de SEO.

Ainsi les longs articles sont ceux qui te permettront davantage d’atterrir sur les premières pages de Google. Alors l’idée de toujours les séparer n’est pas toujours idéale.

Soignez la forme

Si vous optez pour un article plutôt long, assurez-vous que l’article soit bien structuré avec des sous-titres.

En effet, les sous-titres vont vous permettre de structurer l’article et la lecture. Aérez le texte pour ne pas donner l’impression d’un bloc condensé.  Le but est de rendre la lecture conviviale pour les lecteurs. En général, les lecteurs se découragent devant un article à la mauvaise mise en page.

Cependant s’il est vrai que d’une façon gêne les longs articles ont plus de poids pour le SEO, cela dépend du sujet.

En effet, j’ai des articles qui sont extrêmement bien référencés qui ne comporte pas plus de 500 mots!  Alors tout dépend du sujet, sur lequel vous écrivez.

Le point le plus important, c’est de maintenir l’intérêt de tes lecteurs tout au long de la lecture.

Il ne faut jamais oublier qu’au-delà des robots de Google, il y a des humains qui nous lisent. Voilà je pense que c’est ça le meilleur conseil que je pourrais vous donnez.

Mettez-vous à la place de celui qui vous lit et qui découvre le sujet.

Car la vérité, c’est qu’il n’y a pas de règles, mais que des moyennes.

Selon les études et les plateformes le nombre de mots recommandés varie beaucoup.

Par exemple, la plateforme Buffer a publié une étude montrant que le temps moyen de lecture d’un article en ligne était de 7 minutes. Au-delà de cette limite, l’attention du lecteur s’épuise. Or, 7 minutes de lecture correspondent à 1600 mots.

Cependant, tout les experts ne s’accordent pas ! Les experts du référencement naturel, s’accordent eux pour dire que la longueur idéale d’un article tourne autour de 2000 mots.

Une étude de Microsoft Canada a montré que notre capacité d’attention sur le net était semblable à celle d’un poisson rouge, soit 12 secondes. En tenant compte de la moyenne de lecture de 300 mots / minute pour un adulte, l’article idéal ferait 60 mots. L’article de blog « parfait » serait proche de celui du gourou américain du marketing, Seth Goldin : 66 mots et 6000 partages !

Il n’y a pas de formule magique mais simplement un ensemble de règles à respecter.

La bonne longueur d’un article de blog est celle qui correspond à votre style, aux attentes de vos cibles, qui traite d’un sujet intéressant et qui apporte surtout des informations de qualité à vos lecteurs. Cela pourra être parfois court, parfois long. Au bout du compte, si votre article est intéressant, bien structuré et traite d’un thème répondant aux attentes de vos lecteurs, la longueur devient alors le dernier de vos soucis. Et tout le reste suivra…

Et vous, la longueur de vos articles varie-t-elle beaucoup d’un article à l’autre ?

N’hésitez-pas à nous donner votre avis !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.