pourquoi-choisir-un-ecran-solaire-naturel

Pourquoi choisir un écran solaire naturel?

Comme nous appliquons régulièrement une généreuse quantité d’écran solaire sur notre corps, il est essentiel de porter attention aux ingrédients qu’il renferme.

Un bon écran solaire doit être à la fois sûr, hypoallergénique et résistant aux rayons UV. 

Malheureusement, de nombreux écrans solaires offerts sur le marché contiennent des produits chimiques. 

La plupart sont potentiellement dangereux. Selon l’EWG (Environmental Working Group), qui évalue plus de 1 500 produits de protection solaire, les trois quarts des produits évalués ne protègent pas bien la peau. 

De plus, ils sont problématiques à bien des égards! 

Ils présentent un caractère nocif pour la santé et l’environnement.

Les filtres solaires chimiques contiennent une combinaison de plusieurs filtres chimiques. 

Les écrans solaires chimiques sont très populaires. Ils comprennent généralement entre deux et six ingrédients actifs tels que l’oxybenzone, l’avobenzone, l’octisalate, l’octocrylène, l’homosalate et l’octinoxate.

Pourquoi faut-il éviter les écrans solaires chimiques ?

1. Ils peuvent irriter la peau.

Les filtres chimiques pénètrent dans l’épiderme et peuvent provoquer des allergies ou des irritations. Les filtres solaires sont incriminés dans des phénomènes d’allergies et/ou de photoallergies. Le benzophénone peut provoquer diverses réactions cutanées. Y compris : acné, éruptions cutanées, brûlures, ampoules, sécheresse et démangeaisons. Mais aussi des rougeurs, picotements, et gonflements de la peau.

2. Ils peuvent pénétrer votre peau et circuler dans votre corps.

Il est démontré que de nombreux filtres chimiques peuvent pénétrer la peau à un certain degré [1]. Une fois dans votre corps, ils peuvent s’introduire dans la circulation sanguine. Le benzophénone, tout en étant hautement allergène, traverserait la barrière de la peau et atteindrait le sang, et l’urine, ainsi que le placenta et le lait maternel. Une étude a détecté de l’oxybenzone dans plus de 96 % des 2500 enfants et adultes testés [2].

3. Certains écrans solaires chimiques seraient des perturbateurs hormonaux.

Certains filtres solaires chimiques peuvent imiter les hormones humaines [3]. Les perturbateurs hormonaux peuvent causer des anomalies congénitales ou des anomalies de croissance chez les enfants, et contribuer au développement du cancer. Il pourrait y avoir un lien entre une concentration élevée d’oxybenzone dans le corps et un risque d’augmentation de l’endométriose ainsi qu’un poids moins élevé à la naissance chez les filles [4].

4. Ils sont mauvais pour l’environnement.

Plusieurs milliers de tonnes de résidus de crèmes solaires se déposent chaque année sur des massifs coralliens. Ils finissent par blanchir et mourir.

Les produits solaires contenant des filtres chimiques participent activement à la destruction de l’un des écosystèmes les plus importants de la planète. Les plus problématiques sont : l’Ethylhexyl Methoxycinnamate (EHMC, OMC) = Octinoxate), Benzophénone-3 (BP3, Oxybenzone), 4 — Methylbenzylidene Camphor (4MBC) et l’Octocrylène (OC.)

Les filtres chimiques ont également des conséquences sur les organismes aquatiques.

S’ils se retrouvent dans les océans, ces filtres solaires se retrouvent également dans les rivières et lacs. Leur impact est donc non négligeable. Ils induiraient des effets hormonaux dans l’environnement aquatique et affecteraient la fertilité et la reproduction chez les poissons.

5. De nombreux filtres solaires chimiques contiennent aussi d’autres produits chimiques indésirables.

Non seulement ils peuvent contenir plus de 20 % de filtres chimiques, mais aussi des parfums artificiels, des agents de conservation chimiques, et des polymères synthétiques. D’autres produits chimiques couramment présents dans les écrans solaires et à éviter sont les copolymères acrylates/octylacrylamide, le butane, le diéthylnaphtalate, le diméthicone, le méthylparabène, les PEGs, le phénoxy-éthanol, et la triéthanolamine.

Face à la nocivité extrême des filtres solaires chimiques sur la santé humaine et sur l’environnement, il faut mettre en place des solutions.

Parmi elles :

1. Interdiction des filtres chimiques sur certaines îles

Chaque année, entre 4000 et 6000 tonnes de crèmes solaires seraient déversées dans les mers et océans. On ne connaît pourtant pas encore toutes les conséquences de cette pollution. Il convient d’appliquer le principe de précaution. En effet, certaines îles, dont les massifs coralliens sont un patrimoine à préserver. C’est pourquoi elles ont décidé de les interdire.

C’est le cas, de plusieurs sites touristiques en Polynésie, mais aussi des Palaos, ainsi que d’Hawaii.

2. Informer les consommateurs

La tendance pour des cosmétiques plus sains vise à créer des produits plus respectueux de la peau et de la planète. 

Plusieurs applications mobiles se sont emparées de ce phénomène, leur but étant de décrypter les substances chimiques dans la composition des produits cosmétiques. Cependant, selon les applications, les commentaires sur les ingrédients peuvent varier d’une application à l’autre cf. tableau comparatif selon les applications UFC, INCI Beauty, et Clean beauty. Il est donc possible de se faire une idée de la composition d’un produit « clean ou non », mais il faut rester vigilant. Une chose est sûre, c’est qu’un produit solaire composé de filtres chimiques sera toujours plus néfaste, qu’une protection solaire naturelle à base de filtres minéraux, pour l’homme et la nature.

3. Utiliser une protection solaire minérale certifiée bio

Il existe donc une alternative à la protection solaire chimique, tout aussi efficace et beaucoup plus respectueuse de la nature. La protection solaire via l’utilisation de filtres minéraux. En cosmétique bio seuls deux filtres naturels sont acceptés, le Dioxyde de Titane et l’Oxyde de Zinc. Ces deux filtres naturels assurent une protection immédiate contre les UVs contrairement aux filtres chimiques qui mettent jusqu’à 25 minutes avant de garantir la protection affichée sur l’emballage. Avec un filtre minéral, la protection est donc active dès l’application.

Vous pouvez éviter les filtres chimiques en choisissant un écran solaire contenant de l’oxyde de zinc ou du dioxyde de titane naturel, mais cela ne garantit pas qu’il est 100 % naturel !

De nombreux écrans solaires prétendant être « naturels » contiennent encore des produits chimiques potentiellement nocifs.

Pour être vraiment naturels, l’oxyde de zinc ou le dioxyde de titane ne doivent pas être recouverts de produits chimiques tel le silicone ni être micronisés en nanoparticules.

Aussi, la formulation de base ne doit pas contenir d’autres produits chimiques tels que des parfums artificiels ou agents de conservations chimiques. Pour vous assurer qu’un écran solaire naturel soit vraiment ce qu’il prétend être, il doit être certifié par un certificateur tiers indépendant de bonne réputation.

La certification BIO est aussi un gage de qualité, car pour aller plus loin dans le respect du corps et de l’environnement, les labels s’engagent à bannir totalement tous les ingrédients polémiques (perturbateurs endocriniens suspectés, matières issues de la pétrochimie, pesticides, etc.).

Alors, faites vos devoirs! Et lisez l’étiquette des écrans solaires qui prétendent être 100 % naturels.

Sources :

1. http://www.cdc.gov/ biomonitoring/Benzophenone-3_ BiomonitoringSummary.html
2. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/ articles/PMC2453157/
3. http://www.ewg. org/2015sunscreen/report/the- trouble-with-sunscreen-chemicals/
4. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/ articles/PMC3352028/

Enfin, si ce type d’article vous intéresse, vous apprécierez sans doute mon article vernis à ongles et toxicité.

8-idees-pour-un-pique-nique-sans-dechets-sans-plastique-0

8 idées pour un pique-nique sans déchets

La saison estivale est synonyme de pique-niques et de bon temps dans les parcs ! Mais que dire des gobelets en plastique, des paquets de croustille et des emballages qui subsistent ?   

Voici notre guide pour vous aider à profiter d’un pique-nique sans déchets.

1) Planifier à l’avance votre pique-nique

Planifier à l’avance peut sembler être une chose évidente, mais c’est certainement la façon la plus simple de vous assurer un pique-nique sans déchets. Évitez les courses de dernière minute et préparez quelques plats et grignotines en toute simplicité. Investissez dans un kit d’ustensiles à trainer avec vous partout, et penser à emmener et à remplir des gourdes d’eau à la maison. 

2) Cuisinez à partir de zéro

Le plus que vous pouvez faire à partir de rien, le mieux c’est. Et ça n’a pas besoin d’être compliqué. Quelques salades, quelques sandwiches et des bouchées préparées à la main, et quelques fruits ou légumes feront l’affaire. Rassemblez le tout dans de petits pots ou des contenants bien scellés pour y mettre les vinaigrettes, le sel et le poivre — ils permettront de rehausser une salade, une miche de pain, un avocat coupé en deux ou une tomate tranchée pour en faire quelque chose de délicieux.

3) Installez les assiettes de façon adéquate

Je n’ai rien contre les assiettes en plastique tant qu’elles ne sont pas conçues pour un usage unique. Vous avez deux possibilités : apporter vos propres assiettes de la maison ou investir dans des alternatives plus légères et sous en plastique. Il y a de nombreuses assiettes de camping qui pourront durer des années. Vous pouvez les acheter neuves ou usagées, dans des boutiques de charité. Vous pouvez aussi utiliser les couvercles Tupperware comme assiettes. Enfin pensez aussi à apportez une quelques de fourchettes et quelques couteaux bien aiguisés pour couper les fruits, les légumes ou du fromage à votre arrivée.

4) Réappropriez-vous la gourde. 

N’oubliez pas d’apporter une ou deux bouteilles d’eau réutilisables, plutôt que de céder à l’achat de bouteilles à la dernière minute. Les cafés et restaurants aux alentours des parcs seront le plus souvent plus qu’heureux de vous remplir votre gourde gratuitement. I 

5) Gardez de la fraîcheur tout au long de la journée

Évitez d’acheter des sacs de glace au dépanneur. Congelez plutôt l’eau embouteillée et conservez-la dans votre glacière ou votre sac de pique-niques. Elle gardera la nourriture et les boissons au frais pendant le voyage et fondra durant le trajet ou durant la journée pour vous offrir une eau délicieusement fraîche par la suite. Conservez des glaçons dans une bouteille thermos pour les empêcher de fondre dans votre sac réfrigéré. Vous pouvez aussi investir dans des ice-packs si le cœur vous en dit! 

6) Trempettes maison

C’est facile de céder à la facilité : on achète un paquet de houmous, de guacamole ou de tzatziki au supermarché. Mais honnêtement, c’est pas beaucoup plus compliqué à faire soi-même et c’est 100 fois meilleur. Pourquoi ne pas essayer de faire vos propres trempettes, les mettre dans des tupperwares et c’est parti, le tour est joué…

7) Attention aux emballages !

Le film plastique et le papier d’aluminium ne sont pas faciles à recycler, alors soyez créatifs dans la façon dont vous emballez vos aliments et vos bouchées, que ce soit pour les transporter ou pour les faire griller!

8) Appréciez vos restes de pique-nique

Plus tôt que de jeter cette dernière bouchée de houmous, ramenez les restants à la maison. La trempette d’hier, d’apparence triste, peut être égayée par un filet d’huile d’olive extra-vierge, ou par une poignée de noix hachées grillées ou encore par un peu de paprika.

Et surtout, ne laissez pas de déchet derrière vous!

You-Can-T-shirt-15-Vero-Modadeviens-feministe-arretes-la-fast-fashion-

Deviens féministe, arrête la fast fashion

Le 8 mars, nous célébrons la Journée internationale de la femme.

C’est le moment de se mobiliser, de protester et d’écrire un message sur le féminisme et l’empowerment de la femme sur Instagram. Mais c’est aussi un moment pour avoir des conversations plus significatives et approfondies.

Cette année, nous demandons donc : l’industrie de la mode peut-elle être féministe?

En 2004, un livre de Kristin Rowe-Finkbeiner exprime que le « féminisme » est désormais considéré comme un nouveau gros mot. Le féminisme est, selon elle, devenu « un gros mot ». Un mot qui divise. Un mot qui anime et cristallise les conservations. Mais également un mot qui effraie. Un mot qui rend mal à l’aise. Un mot auxquel de nombreuses femmes sont nerveuses et hésitante à l’idée de s’affirmer ou de se définir comme tel.

De nombreuses femmes on peur de dire “je suis féministe”.

Pour moi, le féminisme ne devrait jamais être un gros mot.

Ces derniers jours, les grandes marques ont lancé des collections et des t-shirts à slogan sur “l’empowerment” de la femme. Certaines vont même jusqu’à reverser les profits des associations. Une action qui peut paraitre engagée de prime abord, mais en réalité, il s’agit de greenwashing plus qu’autre chose.

Ces campagnes d’émancipation des femmes sont, dans leur essence et par leur nature même, hypocrites.

En cette journée du 8 mars, j’aimerais que l’autonomisation des femmes ne soit pas uniquement un argument marketing.

J’aimerais que l’empowerment de la condition féminine se prolonge à travers la chaîne d’approvisionnement.

En cette Journée internationale du droit des femmes, j’aimerais dénoncer un nouveau gros mot qui commence aussi par la lettre F : la Fast Fashion.

La Fast Fashion se caractérise par une course effrénée et acharnée.

Dans celle-ci les détaillants produisent constamment de nouvelles lignes de vêtements et les proposent à des prix bon marché. Cette course effrénée a permis de rendre la mode plus accessible, notamment à la classe moyenne. Les vêtements sont aujourd’hui disponibles pour tous à des prix très abordables. Ainsi, la Fast Fashion a permis aux femmes occidentales d’avoir accès à une industrie historiquement élitiste. Mais il y a un problème avec cette industrie.

Elle repose sur l’exploitation des travailleuses.

En effet, la Fast Fashion a démocratisé le vêtement, mais elle continue d’opprimer les travailleuses de la filière.

La majorité des travailleurs de l’habillement dans les pays en développement sont des femmes.

Elles représentent jusqu’à 80% de la main-d’œuvre peu qualifiée dans le secteur du prêt-à-porter. Et elles font partie des personnes les plus vulnérables de la chaîne d’approvisionnement. À l’inverse, la majorité des directeurs d’usines de confection sont des hommes. Ce fait à lui seul ouvre la voie à l’exploitation potentielle des travailleuses.

Les femmes de la chaîne d’approvisionnement sont à la merci de la pression exercées par leurs supérieurs. Ces derniers exigent fréquemment qu’elles fassent des heures supplémentaires qui ne sont pratiquement jamais rémunérées ou indemnisées.

Les propriétaires d’usines dans des pays tels que le Bangladesh et le Cambodge utilisent la place inégale des femmes dans la société comme base pour les exploiter cette main-d’œuvre bon marché.

Les femmes qui font des heures supplémentaires gagnent un salaire inférieur au minimum vital.  C’est-à-dire que malgré qu’elles consacrent leur vie à leur travail, le salaire qu’elles en retirent ne leur permet pas de vivre décemment. Ainsi elles se retrouvent dans des situations de pauvreté voir de précarité.

Bien que l’exploitation des travailleuses constitue un problème important, il touche particulièrement la production des vêtements issus des entreprises de Fast Fashion, car cette dernière exige des délais de production irréalistes. Ce modèle et les exigences qui lui sont inhérentes ont pour conséquence directe de réduire le bien-être des travailleurs et de leur imposer des semaines à rallonge et des heures supplémentaires.

Le système Sumangali en Inde représente un exemple particulièrement inquiétant d’exploitation des travailleuses.

Les recruteurs de Sumangali ciblent les filles issues de familles pauvres. Ils leur offrent des contrats contraignants, de 3 à 5 ans pour travailler dans les filatures. Pendant cette période, les jeunes filles s’installent dans une enceinte contrôlée par l’entreprise et ne peuvent pas voir leur famille.

Le système est également conçu pour limiter les contacts entre les travailleuses de peur qu’elles ne forment des syndicats. Ces jeunes filles sont censées travailler en équipes de 12 heures dans les filatures, bien que cela se prolonge souvent par des heures supplémentaires, pour un salaire de 34 roupies (soit quelques centimes) par jour.

À la fin du contrat, on leur offre une somme forfaitaire à titre de dot et on les pousse à se marier de force. Il est clair que si ce système est l’un de ceux qui produisent les vêtements de Fast Fashion, alors il est clair que la Fast Fashion féministe ne pourra jamais être une réalité.

La réalité de la vie quotidienne de ces femmes est pratiquement invisible pour nous, consommatrices occidentales quand on parcourt les rayonnages des magasins de vêtements.

Mais sous les apparences et derrière les rayonnages bien rangés se cachent des histoires tragiques et des destins brisés. Derrière les messages à caractère féministes se cache une triste réalité face à laquelle nous préférons fermons les yeux ou ne pas trop nous y arrêter. 

En fin de compte, la mode rapide ne ressemble pas à ce qu’elle prétend être.

Le dernier rapport de l’EAC, ‘FixingFashion’, affirme que le pouvoir de la mode rapide réside dans le fait qu’’à aucun autre moment de l’histoire de l’humanité, la mode n’a été aussi accessible à autant de personnes dans notre société’ (EAC 2019, 7).

Mais, à quel prix ? Nous ne pouvons pas accéder ou échanger l’accessibilité des vêtements à petits prix contre les violations des droits humains fondamentaux.

Ainsi, bien que la Fast Fashion permettre aux femmes occidentales, la possibilité de se vêtir de façon tendance sans y laisser un rein, en contrepartie, les travailleuses du secteur travaillent dans des conditions si déplorables, qu’on préfère détourner le regard, et continuer à profiter de nos privilèges. Malheureusement, la grande majorité des personnes qui fabriquent nos vêtements dans des conditions moins qu’idéales, caractérisées par le harcèlement et les abus, reçoivent un salaire bien inférieur au salaire décent et n’ont pas le droit humain fondamental à la négociation collective.

Bref, en cette journée internationale de la femme, des femmes, du droit des femmes, je vous invite à prendre un engagement féministe, ferme et  audacieux: celui de renoncer à la fast Fashion.

cuir-vegan-cuir-vegetalien-quest-ce-que-cest

Le cuir vegan / cuir végétalien – qu’est-ce que c’est ?

Depuis quelques années, je suis devenue plus consciente de la façon dont je magasine et de l’impact de mes achats sur le monde qui m’entoure. Étant donné la popularité des produits en cuir végétalien, je pensais, comme sans doute beaucoup de monde, que le cuir végétalien était une nouvelle alternative plus éthique au cuir véritable.

On s’est désormais que l’élevage d’animaux destiné à l’abattage présente des facteurs nuisibles pour l’environnement.

En effet, selon l’ONU, l’agriculture animale est responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre. Et 70% de la déforestation en Amazonie est due au fait de défricher des terres pour la culture de céréales pour le bétail.

Il me semblait donc logique qu’une version végétalienne d’un matériau à base de peau animale soit une solution plus « éthique » et « durable », mais en réalité les choses ne sont pas si simples…

Le cuir végétalien a gagné en popularité au cours des 10 dernières années.

Il s’est notamment taillé une place de choix auprès des milléniaux. Et plus particulièrement, cet avènement est lié au succès de la ligne de vêtements et d’accessoires végans de Stella McCartney.

Depuis, des marques comme American Apparel, TopShop et des marques de mode rapide comme Forever21 et H&M ont adopté la tendance, en produisant à leurs tours, des sacs et portefeuilles, mais aussi des chaussures et vestes « en cuir végétalien ».

Bien qu’il soit facile de savoir qu’il ne s’agit pas — d’un produit issu d’un animal — la question « qu’est-ce qu’est le cuir végétalien? », demeure.

Le cuir végétalien est un terme valise.

Il est utilisé pour décrire beaucoup de choses. Il peut désigner une matière fabriquée à partir de matériaux renouvelables comme le liège ou de l’ananas. Mais la méthode la plus couramment utilisée pour fabriquer du cuir synthétique, en particulier lorsqu’il est fabriqué en grande série, est du textile enduit avec du polyuréthane ou polychlorure de vinyle (PVC).

Donc, en d’autres termes : la plupart des cuirs végétaliens ne sont que du plastique.

Autrefois on les appelait « faux cuir », « similicuir » ou « cuir synthétique ». Désormais on l’appelle « cuir végétalien », c’est plus trendy.

Cette appellation a une meilleure conation aux yeux des acheteurs. Ainsi, cela vient donner un second souffle à ces appellations démodées et vectrices de qualité médiocre.

Cependant ce n’est pas parce qu’il est fabriqué avec autre chose que du cuir qu’il est nécessairement végétalien. Beaucoup de fabricants se revendiquent comme utilisant du « cuir végétalien ». Mais ces matières n’ont parfois rien de végétal, et ne sont pas nécessairement vegan. Parfois les fabricants utilisent même des colles et des adhésifs qui ont été testés sur les animaux par exemple.

Pour s’assurer du bien-fondé des marques, il est donc nécessaire de vérifier de plus près la qualité des produits et l’implication des entreprises dans la cause vegan ou non.

Mais revenons-en au polyuréthane et au polychlorure de vinyle (PVC)

Le PVC est fabriqué par un procédé appelé polymérisation, dans lequel les molécules de chlorure de vinyle monomères se combinent. Le procédé libère des dioxines, un produit chimique toxique pour l’environnement et le corps humain lorsqu’il est chauffé. Mais le plus gros problème réside dans le fait que le PVC est un plastique rigide. Pour rendre ce matériau dur flexible, il faut traiter le plastique avec des phtalates.

Les phtalates sont un ensemble de produits chimiques connus pour endommager le foie, les reins, les poumons et le système reproducteur.

Tous les matériaux à base de PVC utilisent des phtalates, de sorte que les sacs en cuir végétalien peuvent être sans cruauté pour les animaux, mais dangereux pour le corps humain.

Ce qui est doublement déroutant, c’est que Greenpeace — un grand défenseur d’alternative plus durable — a considéré le PVC comme étant le « type de plastique le plus nuisible à l’environnement », car il a un impact négatif sur les humains et l’environnement par sa production, pendant son utilisation et après son utilisation, et une fois jeté.

Si les fabricants n’utilisent pas de PVC, l’autre alternative couramment répandue consiste généralement à enduire un support en tissu de polyuréthane pour lui donner un aspect et un toucher cuir.

Le polyuréthane est moins toxique que le PVC.

En effet, le polyuréthane se dégrade dans le temps. Il peut être incinéré de manière plus sûre, alors que des composants toxiques tels que l’acide chlorhydrique par exemple, peuvent être dégagés pendant la combustion de PVC. Également le polyuréthane contient nettement moins de COV (composés organiques volatils) que le PVC.

Mais le polyuréthane s’accompagne de préoccupations environnementales. Le polyuréthane est une matière synthétique contenant des substances cancérigènes et mutagènes pour le système immunitaire jusqu’ici sous-évalué.

L’emploi de polyuréthane nécessite des solvants chimiques qui, selon leur qualité et leur coût de production, peuvent être dangereux pour l’homme et l’environnement. Bien que l’utilisation de solvants de meilleure qualité et plus sûrs puisse réduire les risques pour l’environnement, les fabricants produisent des matériaux derrière des portes fermées, souvent dans de grandes usines où les processus chimiques sont tenus secrets. Il est difficile pour les consommateurs de savoir quelles entreprises le font bien, surtout si l’on considère que la fabrication est souvent sous-traitée.

En revanche les « cuirs végétaliens » utilisent moins d’eau que le cuir issu de l’élevage.

Également au niveau des émissions de gaz à effet de serre, le cuir végétalien émet moins de CO2, que ceux issus de l’élevage.

Mais les produits en cuir végétalien ont comme la plupart des plastiques, une durée de vie plus courte que ceux en cuir issu de l’élevage.

En effet, contrairement au cuir véritable, qui devrait durer toute une vie avec un entretien approprié, le cuir végétalien a tendance à se décolorer et à se détériorer après quelques années. Ainsi cela signifie que vous allez remplacer et jeter les produits plus que vous ne l’auriez fait avec du cuir.

Bref, considérant tout cela, l’appellation « cuir végétalien » paraît inappropriée voir erronée.

Cette appellation englobe aujourd’hui de multiples matières qui ne peuvent être regroupées en une seule entité. De plus, ces matières ne possèdent pas les propriétés du cuir.

De belles alternatives au cuir existent.

Elles doivent se faire une place, pas en temps que substitut, mais en temps matière à part entière.

D’ailleurs, en France, le terme cuir est un terme déposé. Cela signifie que son utilisation est encadrée par un décret. Cela désigne une « matière issue de la peau animale, transformée pour être rendue imputrescible ». Elle peut-être issue des bovins, ovins, caprins, porcins, équidés, reptiles, poissons et oiseaux.

  • Il existe quelques options de matériaux plus éthiques durables, mais ils ont un prix.
  • Paguro Upcycle, par exemple, fabrique ses sacs en caoutchouc recyclé. Le caoutchouc recyclé est une alternative au cuir. Il a un toucher et une densité similaire à celle du cuir, mais sans l’impact environnemental.
  • Minuit sur Terre également vous propose ses chaussures véganes pour hommes et femmes, certifiées PETA Approved Vegan. Conçues sans aucun produit d’origine animale, elles ne contiennent pas de cuir. Les chaussures véganes Minuit sur Terre sont conçues dans le respect des animaux, mais aussi des travailleurs et de l’environnement. Elles sont confectionnées au Portugal, dans la région de Porto, connue pour son savoir-faire dans la chaussure. Elles sont acheminées en France par camions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au transport.
  • Balzac Paris a mis au point des sandales en Piñatex®. Le piñatex est une alternative au cuir animal fabriquée à partir de fibres de feuilles d’ananas. (je vous parle plus en détail de ce matériau ici)
  • La veste Grand Cerf revisite, en alter-cuir par Poétique
  • Travel Bag en bâche de camion recyclée par Freitag
  • Modern Meadow aussi a dévelopé un procédé appelé biofabrication pour cultiver un matériau semblable au cuir. Il est également possible de fabriquer du textile à partir de soie d’araignée, de champignons, cellulose microbienne et autres bactéries. Les produits ne sont pas encore en vente.
Sources :
http://en.wikipedia.org/wiki/Pvc
http://toxtown.nlm.nih.gov/text_version/chemicals.php?id=24 http://www.freepatentsonline.com/7306825.html http://oecotextiles.wordpress.com/2012/05/29/what-about-chrome-free-or-eco-leather/ 
https://www.greenpeace.org/usa/toxics/pvc-free/ https://www.atsdr.cdc.gov/substances/toxsubstance.asp?toxid=79
pinatex

7 marques éthiques qui utilisent le pinatex

Qu’est-ce que le pinatex ?

Le Pinatex est une alternative naturelle, durable et respectueuse au cuir. C’est une fibre textile, dont je vous ai déjà parlé ici, ici ou encore ici qui est fabriquée à partir de fibres de feuilles d’ananas.

Plutôt cool, hein ? 

Mieux encore, dans la fabrication du pinatex, ce sont les résidus de la récolte de l’ananas qui sont utilisés. Ainsi aucune ressource supplémentaire (terre, eau, engrais ou pesticides) n’est nécessaire pour produire du pinatex. Ce matériau permet également aux agriculteurs philippins de bénéficier d’un revenu supplémentaire.

Ce super matériau a été développé par Carmen Hijosa.

Après pas moins de sept années de recherche et développement. Elle a auparavant travaillé comme consultante dans l’industrie de la maroquinerie aux Philippines dans les années 1990, et elle été choquée par l’impact environnemental de la production du cuir et du tannage chimique.

Sachant que les alternatives au cuir conventionnel n’étaient pas la solution, Carmen a décidé de s’atteler à créer un nouveau textile durable. Elle voulait quelque chose qui puisse être « produit commercialement, avoir un impact social et économique positif tout en ayant une faible empreinte environnementale tout au long de son cycle de vie ».

Voici donc des marques fabriquent de superbes pièces à partir de feuilles d’ananas (pinatex).

SACS À MAIN EN PINATEX PAR EDUN

 C’est l’une de mes utilisations préférées du Pinatex que j’ai vues. J’aime la façon dont les coutures et les poignées artisanales en bois recyclé sont en accord avec le Pinatex. Ce Bibi Bag blanc cassé est fabriqué par EDUN, au Kenya dans des conditions de commerce équitable.

EDUN est une marque de mode haut de gamme dont la mission est de créer un changement social positif grâce à une mode durable et éthique. Ils sont basés à New York et s’approvisionnent auprès d’artisans africains.  

CHAUSSURES EN PINATEX PAR MANAVAI

 Manavai est une nouvelle marque de chaussures végétaliennes chiliennes qui privilégie une mode durable et des conditions de fabrication éthiques. Ces mules à talons Labradorita associent le Pinatex à un talon en bois. Le pinatex est doublé avec une doublure et semelle intérieure en coton biologique certifié GOTS. Tandis que l’extérieur de la chaussure est recouvert d’une semelle en caoutchouc. Enfin, une petite touche de déco avec des des pierres naturelles vient orner le tout. 

La marque propose également de jolies bottines. 

VESTE STYLE PERFECTO / DE MOTARD EN CUIR VÉGÉTALIEN PAR ALTIIR

Le pinatex n’est pas seulement réservé aux accessoires. Altiir démontre que Pinatex peut également être utilisé dans les vêtements. Leurs vestes de motards audacieuses et affirmées sont un clin d’œil à la contre-culture rock’n’roll des années 60. Elles se déclinent en version or, argent, noir et brun.

Les vestes Altiir sont fabriquées en Italie et sont doublées de cupro, une fibre de cellulose régénérée extraite du coton.  

SACS ET SACS À CEINTURE EN CUIR VÉGÉTAL PAR LE COLLECTIF HFS 

HFS Collective (anciennement appelé Hipsters For Sisters) est merveilleux pour de nombreuses raisons. Passionné de mode durable, éthique et végétalienne, le collectif fabrique des sacs mains en mode bandoulière conçus pour libérer les femmes de leurs mains. HFS est dirigé par une équipe mère-fille à Los Angeles. C’est également là où leurs sacs sont fabriqués. L’entreprise affirme « Nous connaissons toutes les personnes qui coupent et cousent nos sacs. Nous leur fournissons un salaire équitable dans un milieu de travail sûr, heureux et sain “.

CHAUSSURES EN PINATEX PAR BOHÈME BOURGEOIS

 Bourgeois Boheme est un créateur de chaussures végétaliennes éthiques pour hommes et femmes, confectionnées avec amour. Bourgeois Boheme est constamment à la recherche de matériaux innovants et durables. C’est donc tout naturellement qu’ils ont opté pour le Pinatex dans certains de leurs modèles. Si vous êtes à la recherche de chaussures, n’hésitez pas à parcourir leur site web, ils utilisent également des matériaux écologiques comme le liège et des revêtements biopolyols à base de graines.

Bourgeois Boheme est basée à Londres, et leurs chaussures sont toutes fabriquées équitablement au Portugal.

SACS À MAIN VÉGÉTALIENS PAR ALEXANDRA K

 Vous pouvez toujours compter sur la designer polonaise Alexandra K pour des sacs à main végétaliens de luxe. Ses dernières collections sont de plus en plus axées sur le développement durable et mettent en vedette des matériaux écologiques novateurs comme le Pinatex, le cuir de pomme, le quartz et les textiles recyclés.

Les accessoires Alexandra K sont fabriqués à la main en quantités limitées en Europe.

REMBOURRAGE DE CHAISE PAR TAMASINE OSHER

 Pour montrer que l’utilisation de Pinatex va au-delà de la mode, en voici un exemple d’utilisation dans l’ameublement. 

Cette chaise Spider est fabriquée par Tamasine Osher Design, une compagnie de meubles artisanale basée à Londres qui crée des pièces uniques et en édition limitée. Leurs créations allient les méthodes traditionnelles à la technologie moderne pour créer des meubles durables. 

Parmi tous ces items, lequel est votre préféré?

30-resolutions-durables-pour-2020

30 résolutions durables pour 2020

Nous arrivons déjà à la fin de l’année.  Les repas de fête et soirées entre amis sont de mise, dans cet article, je vais vous proposer mes meilleures astuces et résolutions pour appliquer de un changement positif pour l’environnement en 2020 !

Passez au vert en 2020 !

Vivre durablement, c’est faire de petits changements et continuer à apprendre et à s’améliorer. Intégrez des résolutions sur le développement durable dans vos résolutions de la nouvelle année pour une 2020 plus consciente.

Idées de résolutions respectueuses de l’environnement :

1. Séchez vos vêtements à l’air libre pour les aider à durer plus longtemps et à économiser de l’énergie et de l’argent.

Lire aussi 10 conseils pour prendre soin de vos vêtements.

2. Regardez / lire un documentaire ou un livre sur l’environnement tous les mois.

Je vous recommande par exemple de voir le film documentaire The True Cost , qui analyse les travers de la confection des vêtements, le véritable coût social et environnemental de vêtements à bas coûts.

3. Évitez l’huile de palme.

Pour découvrir pourquoi : consultez mon article tout sur l’huile de palme.

4. Ne jetez jamais vos vêtements, échangez-les, donnez-les, recyclez-les.

5. Commencez une garde-robe capsule.

6. Passez à des produits menstruels réutilisables.

7. Essayez d’abord de réparer les articles avant de les jeter.

8. Conduisez moins – marchez plus, faites du vélo, prenez le transport en commun, faites du covoiturage, etc.

9. Lavez vos vêtements à l’eau froide.

Lire aussi Faites durer vos vêtements plus longtemps!

10. Utilisez des produits d’entretien naturels et non toxiques à la maison.

11. Organisez un échange de vêtements pour que vos amis, votre famille ou votre voisins afin que chacun puisse magasiner dans les placards de l’autre.

12. Organisez une activité de propreté dans votre quartier, avec vos voisins.

13. Passez à un fournisseur d’énergie verte pour votre maison.

14. Achetez uniquement des produits de beauté sans cruauté et certifié biologique.

15. Contactez vos marques préférées et posez vos questions.

16. Achetez des produits en vrac.

17. Réduisez la viande et les produits d’origine animale de votre alimentation.

Ne serait-ce qu’opter pour un régime flexitarien fait la différence.

18. Trouvez des alternatives beauté plus vertes ou simplifier votre routine beauté.

19. Incorporez des aliments de saisons à vos repas.

20. Achetez bio, abonnez-vous à un panier de légumes biologique, par exemple ceux de chez Seconde Life, Lufa ou Équiterre.

21. Apportez toujours une tasse ou une bouteille réutilisable.

22. Communiquez avec vos représentants du gouvernement au sujet de questions importantes.

Rejoignez des causes telles que La Planète s’invite au Parlement, un collectif de citoyen.ne.s engagé. e.s a mis la planète au cœur des enjeux électoraux au Québec.

23. Planifiez vos achats et réduisez le gaspillage de nourriture.

24. Faites un don mensuel à votre organisme préféré.

25. Achetez auprès d’entreprises locales.

26. Achetez des crédits de carbone pour compenser les émissions de CO2 associées à vos déplacements tout en soutenant des programmes de reforestation qui encouragent la biodiversité.

27. Faites du bénévolat pour un organisme ou une cause importante.

Beaucoup de personnes font du bénévolat avant Noël, mais en vérité les associations ont besoin de bénévoles toute l’année.

28. Évitez les matières synthétiques ou procurez-vous un sac Guppyfriend pour aider à réduire la pollution par les microfibres lors du lavage.

29. Participez à une communauté durable – comme le groupe Facebook Pour une mode éthique, durable, éco-responsable, transparente et engagée 😉

30. Partagez vos trouvailles de mode conscientes préférées sur les médias sociaux.

Et vous, quelles sont vos résolutions durables pour la nouvelle année ?

Même si en ce premier jour de l’année vous êtes très ambitieux, je vous suggère d’être réaliste, et de prendre seulement une ou deux résolutions. Ce sont souvent de gros changements, et il faut donc beaucoup de temps et d’efforts pour y arriver.

Enfin si vous lisez cet article en plein mois de mars, si vous manquez votre coup le 1er janvier… Rappelez-vous que tous les jours de l’année sont susceptibles de marquer une remise en question et des changements d’attitude ou de comportement !

faites-le-point-bilan-de-l-année-decennie-

Faites le bilan de cette décennie

Avant de dire au revoir aux années 2010, faites le bilan de la décennie qui vient de s’écouler.

Nous avons une vie précieuse — mais la passons-nous à faire des choses qui comptent vraiment pour nous ?  

C’est une question que je revisite chaque fois que je fais le bilan d’une année. Il est important de regarder en arrière, pour célébrer vos victoires, pour reconnaître les progrès accomplis, et surtout pour tirer les leçons des apprentissages. Cela te permet de repenser vos succès et vos regrets, mais aussi de prendre conscience de tout ce qu’une année peut vous apporter. C’est en étudiant son passé que l’on apprend à planifier notre futur, ainsi on peut éviter de refaire les mêmes erreurs et on peut prendre en main la gestion de sa propre vie.

Mais ce n’est pas juste la fin d’une année ordinaire. Les années 2010 au complet, tirent à leur fin. 

Nous sommes sur le point d’entrer dans une toute nouvelle décennie!

Prenez le temps de faire le bilan calmement!

Je ne sais pas pour vous, mais de mon coté beaucoup de choses se sont passées au cours des dix dernières années. J’ai vécu des choses incroyables, des choses difficiles, et des choses auxquelles la personne que j’étais il y a dix ans,  n’aurait jamais imaginer.

Alors, je vous propose de lever la tête du guidon, de prendre du temps pour vous, de célébrer le chemin parcouru en faisant le bilan.

Prenez un journal et un stylo, et suivez les instructions ci-dessous.

Partie 1 : Célébrez vos victoires 

Section 1 : Ce dont vous êtes fier

Réjouissez-vous des belles choses de la décennie #Gratitudepower 

Au cours des 10 dernières années, qu’avez-vous fait et dont vous êtes fier ? 

Quels sont les obstacles que vous avez surmontés ? 

Quels sont les résultats que vous avez obtenus dans votre carrière ou votre vie depuis 2010 ?

Sortez vos vieux calendriers, journaux, agendas, courriels ou photos pour vous rafraîchir la mémoire.

Par exemple, dans les domaines suivants :

  • Relationnel et rencontres (amour, amitié, famille,…)
  • Loisirs et hobbies
  • Bien-être, santé, forme
  • Découvertes, apprentissages et développement personnel
  • Expériences professionnelles et carrière
  • Coups de cœur et les très beaux moments
Cela peut prendre un certain temps, mais cela en vaut la peine. 

Une fois que vous aurez terminé, revenez sur cette liste et répondez à ces questions:

De tout ce que vous avez listé, qu’est-ce qui est le plus important ? Encerclez tout ce qui vous saute aux yeux.
Pourquoi est-ce le plus important ?

Lorsque vous parviendrez à identifier les choses les plus importantes pour vous et votre qualité de vie, vous serez en mesure de prendre des décisions plus judicieuses pour planifier les dix prochaines années.

Section 2 : Bilan de vos apprentissages

Capitaliser sur ses réussites et apprendre de ses erreurs !

Qu’avez-vous appris au cours de ces dix dernières années ? 
Quelle sagesse vous est apparue clairement ?
Quelles erreurs avez-vous commises et qu’avez-vous appris d’elles ? 

Pensez à votre carrière, votre famille, vos relations, votre temps, votre santé, vos finances et votre créativité et notez-les toutes — petites et grandes. 

Une fois que vous aurez terminé, revenez sur cette liste et identifiez à nouveau quels étaient les apprentissage qui ont été les plus important et pourquoi

Regardez la liste que vous venez de créer et posez ces questions :

Quels ont été les principaux enseignements de l’année écoulée ? Et pourquoi ceux là sont davantage important à vos yeux?

Partie 2 : Établissez votre bilan et libérez votre passé 

La deuxième partie de ce bilan décennal consiste à laisser de côté les choses qui vous tirent vers le bas afin que vous puissiez pleinement profiter des 10 prochaines années avec un esprit libre. Croyez-moi, vous vous sentirez tellement plus léger et plus disponible et émancipé quand vous aurez fini.

Section 3 : Ce que vous êtes prêt à laisser aller 

Vous allez créer trois listes distinctes sous cette section.
Cela prendra du temps, mais ça en vaut la peine.

1. Inventorier vos anciens projets et objectifs

Y a-t-il des projets que vous avez toujours l’intention de faire, mais pour lesquels vous n’avez pas trouvé le temps ? Avez-vous des objectifs du type « je devrais passer le permis de conduire» que vous ne cessez de remettre à plus tard ?
Y a-t-il des attentes de la part de votre famille, de vos proches ou même de vous-même qui ne sont pas fidèles à vos aspirations profondes?

Les objectifs d’autrefois et projets abandonnés sont un peu comme des restes dans votre frigo. Ce sont des aliments que vous aviez peut-être cuisinés avec amour, que vous vouliez manger, mais qui aujourd’hui ne sont plus bons et qui prennent de la place. Faire la liste des vos anciens projets et objectifs est une occasion de nettoyer votre frigo mental pour que vous puissiez basculer dans la décennie 2020 sans que ces « choses que vous auriez dû faire » n’encombrent votre cœur et votre esprit.

2. Faites le bilan de vos ressentiments négatifs, la colère et des contrariétés éprouvées.

Avez-vous un vieux bagage émotionnel que vous êtes prêt à libérer ?
Y a-t-il quelqu’un que vous devez pardonner?
Y compris vous-même ?

Soyez honnête et écrivez tout les gens, les situations qui vous viennent à l’esprit. Écrivez, même si vous ne savez pas comment pardonner ni comment lâcher prise en ce moment. Le fait de nommer et d’admettre les choses est déjà un premier pas de fait vers l’acceptation et le pardon.

3. Identifier les croyances limitantes qui vous empêchent d’aller de l’avant.

Les croyances limitantes, c’est penser qu’on est incapable de faire quelque chose et donc ne pas le tenter. C’est par exemple se dire :

  • Je n’ai pas de chance…
  • C’est impossible…
  • Je n’ai pas d’espoir…
  • Dans ma famille ça se passe toujours ainsi…
  • Je n’ai pas de capacité…
  • Je ne mérite pas…
  • Les hommes sont tous les mêmes…
  • Les femmes sont toutes les mêmes…

Toutes ces croyances brident votre potentiel. Prenez conscience de ces croyances, des situations dans lesquelles ce genre de petites phrases vient limiter votre potentiel.

N’oubliez pas que vous êtes tellement plus puissant et capable que vous ne le pensez. 

Laisser tomber toutes les pensées négatives et toutes les croyances limitantes qui vous entravent. Accomplissez ce travail maintenant, de sorte qu’elles ne régissent pas vos 10 prochaines années.

Une fois que vous avez terminé, d’identifier ces  fausses croyances répondez à ces 3 questions :

  1. Qu’est-ce que ces objectifs, ressentiments ou croyances limitantes vous ont coûté au cours de la dernière décennie ?
  2. Quelles sont les choses les pensées négatives plus importantes à laisser tomber ? Encerclez-les maintenant.
  3. Pourquoi est-il vital de laisser tomber ces choses maintenant ?

Partie 3 : Créez votre plan décennal

Maintenant que vous avez posé les bases, il est temps de passer à la partie amusante : imaginer ce qui va se produire ensuite!

Préparez-vous à faire preuve d’imagination et de courage, car c’est dans cette troisième partie que vous élaborerez votre plan stratégique pour les dix prochaines années.

Section 4 : Et ensuite… ? Quel est l’avenir que je souhaite avoir ?

Que voulez-vous créer, expérimenter ou réaliser au cours des 10 prochaines années ? Qu’est-ce que vous voulez ressentir ou accomplir en termes de…

  • De finances et de relations ?
  • De communauté et de charité ?
  • Santé et bien-être ?
  • De carrière ou d’affaires ?

Pensez à ce que vous voulez ressentir de façon plus soutenue ?
Voulez-vous vivre une vie plus libre et plus flexible?
Si oui, inscrivez pourquoi exactement est-ce que vous souhaitez ça? 

L’objectif est d’être aussi précis et concret que possible.

Imaginez la meilleure décennie possible de votre vie et laissez-vous emporter par vos rêves. Ne sous-estimez pas ce que vous pouvez réaliser.

Ensuite, déterminez les 3 objectifs les plus importants pour l’année à venir.

Quels sont les trois objectifs les plus importants sur lesquels vous voulez vous concentrer au cours des 12 prochains mois ?
Encerclez-les.
En quoi est-ce que chacun de ces objectifs est important pour vous ?
Que devez-vous faire pour réaliser chacun de ces objectifs ?
Quels traits de caractère, habitudes ou compétences devez-vous développer pour atteindre ces objectifs ?

Faire cet exercice chaque année vous aidera à décomposer tous vos buts, rêves et objectifs de votre plan décennal, une année à la fois.  

Section 5 : Quel avenir souhaitez-vous avoir ? 

Maintenant que vous avez mis par écrit vos objectifs tactiques et vos rêves, vous allez faire un dernier exercice.

Imaginez-vous dix ans dans le futur, et commencez à écrire une lettre à la personne que vous êtes aujourd’hui. Cela peut commencer quelque chose comme ça :

Chère ______, j’aimerais que tu saches que…

Laissez votre main bouger et écrivez tout ce qui vous vient à l’esprit. Ne jugez pas, n’éditez pas et ne faites pas attention à la grammaire, à l’orthographe ou à la ponctuation.  

Si vous êtes bloqué, voici quelques suggestions que vous pouvez expérimenter :

J’aimerais que tu commences… 
J’aimerais que tu te souviennes… 
Également, j’aimerais que tu te concentres sur… 

Je sais que ça peut sembler un peu bizarre ou étrange de s’écrire une lettre à soi même, mais c’est un outil puissant.

Cela permet d’accéder à des vérités profondes que vous connaissez intuitivement, mais que parfois vous n’osez pas imaginer ou envisager pour vous même.

Si vous avez terminé les trois parties de cette série, vous avez maintenant entre vos mains une précieuse réflexion qui vous aidera et vous guidera de façon à rendre les dix prochaines années plus productives, plus joyeuses et plus significatives. 

100-idees-de-videos-pour-votre-chaine-youtube-mode

100 idées de vidéos pour votre chaîne Youtube mode

Ce matin en écoutant des Stories sur Instagram je suis tombée sur celles d’une influenceuse québécoise qui comptabilise près de 200 000 abonnés. Elle expliquait qu’elle sortait une vidéo YouTube qui présente des Looks de fête pour inspirer ses abonnés. Elle expliquait que pour leur faciliter la vie elle a inscrit dans la barre de description YouTube des liens vers les vêtements présentés, mais vendus chez des marques plus éthiques. Jusqu’ici tout va bien. Elle consomme du fast fashion. Mais elle est consciente que ce n’est pas top. Mais cela ne l’empêche pas de collaborer avec H&M…  “Money is money” ! Bref, ce discours alambiqué commençait un petit peu plus me déranger.

Mais bon, chacun ces choix et chacun ces prises de conscience.

Mais dire aux gens «  faites ce que je dis, mais pas ce que je fais.” Je trouve ça un peu limite ! Au-delà du fait que son discours soit assez questionnable compte tenu du clivage entre ses actes et son discours, il y a quelque chose dans son discours qui m’a vraiment rendu perplexe. Elle s’est justifiée auprès de ces abonnés de la sorte “vous comprenez moi j’achète du fast fashion car j’aime créer des looks insanes. Et parce qu’en temps que créatrice de contenu mode, à part faire des Haul, des Try on Haul et des vidéos comment styler telle ou telle pièce, il n’y a pas grand-chose à faire…”

Cette phrase m’a laissée vraiment pantoise. Je me suis dit comment on peut aimer la mode et voir la mode uniquement par le prisme de la consommation. Il y a tellement d’autres contenus à proposer… ça que ça m’a vraiment décontenancé.

Je me suis demandé si la dictature de la nouveauté, du contenu avait eu raison de la créativité des créateurs de contenu.

Mais plus tôt que de critiquer ouvertement cette personne ou ces choix de consommation, je me suis dit pourquoi ne pas proposer sur ce blogue des idées de vidéos YouTube qui soient autre chose que des Haul, ou que des vidéos ANTI-HAUL. (Vidéo dans lesquelles on énumère et présente les produits que jamais on achèterait.)

Voici 100 idées de vidéos pour une chaîne Youtube mode!

  1. J’échange de style avec mes abonnés.
  2. Je reproduis les looks des photos de ma grand-mère.
  3. Tournée des meilleures friperies/magasins secondes mains.
  4. Je donne une seconde vie à des vêtements.
  5. Je relooke un. e abonné .
  6. Conseils pour magasiner dans des friperies.
  7. Comment retoucher ou customiser ces vêtements.
  8. Un look de seconde main à moins de 15 $.
  9. J’essaie les vêtements de ma mère ou de ma grand-mère.
  10. Comment anticiper les tendances.
  11. Les indémodables de l’été/du printemps/de l’automne/de l’hiver.
  12. Et faire une wardrobe capsule?
  13. Les robes iconiques de l’histoire de la mode.
  14. Où trouver des habits de bonne qualité en ligne?
  15. Comment porter telle ou telle couleur?
  16. Quels sont les sacs à main dispendieux, mais qui valent la peine d’investir?
  17. 100 ans de style : je juge les looks de la reine Elizabeth. Déclinable avec d’autres personnalités marquantes.
  18. Le gala du MET : le thème de l’année. Déclinable chaque année.
  19. Quelles sont les personnes qu’ils ont bien interprétées ou non? Déclinable chaque année.
  20. Comment porter les tendances avec ce qu’on a déjà dans notre garde-robe? Déclinable chaque année.
  21. Comment paraître plus jeune ou plus âgé selon sa façon de s’habiller?
  22. Vidéo en mémoire de designer. Déclinable en lien avec l’actualité et avec l’actualité des expositions présentées à Montréal ou dans une ville près de chez vous.
  23. Comment s’habiller en fonction de sa morphologie?
  24. Comment créer 20 outfits à partir de quatre ou cinq pièces basiques?
  25. Tendance de la saison et comment les porter? Déclinable chaque saison.
  26. Comment porter des leggins et comment en trouver de qualité?
  27. Comment avoir l’air plus grand. e?
  28. Quelle célébrité a votre morphologie?
  29. Cinq idées pour rendre votre outfit plus stylé.
  30. Cinq choses qu’on devrait savoir avant d’acheter des pièces de luxe.
  31. Comment appliquer la technique du layering.
  32. Comment porter le trench?
  33. Quelles sont les erreurs vestimentaires qui vous vieillissent?
  34. Comment s’approprier cette tendance?
  35. Comment survivre en s’habillant en tout en blanc?
  36. Cinq pièces basiques dans lesquelles investir.
  37. Ce que je pense des défilés haute couture… Déclinable à chaque saison avec chaque défilé.
  38. Quelles sont les cinq choses les plus What the fuck des défilés ? Déclinable à chaque saison avec chaque défilé.
  39. Quels sont mes coups de cœur des défilés? Déclinable à chaque saison avec chaque défilé.
  40. Mais réaction face aux tenues des vedettes lors des festivals de films? Déclinable chaque année, avec chaque festival de films.
  41. Qu’est-ce que je pense des pages de couverture de tel magazine ? Déclinable chaque année et déclinable avec tous les magazines de mode ?
  42. Présentation des différents magazines de presse spécialisée de l’industrie mode.
  43. Ce que je pense du style de telle ou telle artiste dans son nouveau vidéo-clip. Déclinable à l’infini.
  44. Je reproduis le look de telle actrice dans une série, de telle chanceuse dans tel clip vidéo. Déclinable à l’infini.
  45. Comment s’habiller en fonction de votre morphologie?
  46. Comment déterminer sa morphologie ?
  47. Mon opinion sur : est-ce que les Youtubeurs devraient être invités aux défilés de mode ?
  48. Comment s’habiller pour un enterrement?
  49. Comment s’habiller pour un entretien d’embauche? 
  50. Est-ce que la créativité de Chanel est morte depuis le départ de Karl?
  51. Comment prendre ses mesures pour commander en ligne?
  52. Comment s’habiller lorsqu’on a une silhouette en forme de V?
  53. S’habiller lorsqu’on a une silhouette en forme de H, conseils…
  54. Comment s’habiller lorsqu’on a une silhouette en forme bouteille? 
  55. Comment s’habiller lorsqu’on a une silhouette en forme de 8?
  56. Quelles tendances ne pas suivre cette année?
  57. Comment magasiner de façon éthique? 
  58. Comment est fabriquée telle ou telle fibre textile? Avantages/inconvénients? Déclinable avec les dizaines de fibres textiles  
  59. Comment s’habiller lorsqu’on fait une taille plus?
  60. Comment ajouter de la couleur à ce garde-robe?
  61. Sélection de livres pour en savoir plus sur la mode. Déclinable chaque année avec les nouveautés.
  62. Comment prendre soin de ses vêtements?
  63. Ce que je pense du Look de telle ou telle personnalité lors de festival de musique. Déclinable chaque année, avec chaque festival de musique.
  64. Comment s’habiller lorsqu’on est enceinte? 
  65. Comment s’habiller lorsqu’on est en post-partum?
  66. D’où vient cette tendance? 
  67. Comment utiliser Instagram pour trouver de l’inspiration pour se créer des outfits cool?
  68. Comment utiliser Pinterest pour trouver de l’inspiration pour se créer des outfits cool?
  69. Je recrée le look de telle ou telle célébrité avec ce que je possède dans ma garde-robe. Déclinable avec chaque célébrité.
  70. Comment se trouver son style vestimentaire?
  71. Nouveauté écoresponsable chez telle ou telle enseigne. Déclinable avec chaque enseigne, à chaque sortie de collection.
  72. Histoire du sac à main 
  73. Histoire du maillot de bain.
  74. Le port du pantalon pour les femmes, un symbole de l’émancipation des femmes.
  75. L’émancipation des femmes et l’histoire de la minijupe.
  76. Histoire de la lingerie. 
  77. Histoire de l’éventail… etc.
  78. Comment emporter le nécessaire et voyager avec uniquement une valise cabine?
  79. Les marques de mode qui avancent dans le bon sens : quelles sont celles qui ont arrêté de commercialiser… de la fourrure? Du cuir?…
  80. Comment reconnaître des chaussures de bonne qualité?
  81. Ma garde-robe idéale.
  82. Comment entretenir le cuir ?
  83. Comment entretenir des baskets? 
  84. Ou encore, comment entretenir des bottes?
  85. Comment je fais des photos stylées pour mon Instagram avec des vêtements que j’ai déjà dans ma garde-robe ?
  86. Est-ce que la mode est politique?
  87. Comment choisir la parfaite chemise blanche?
  88. Comment je vais résister à l’envie d’acheter de la merde?
  89. Back to the 70th, les meilleurs looks/ je recrée des outfits avec ce que j’ai déjà- Déclinable avec chaque décennie.
  90. Ma réunion au #Guccichallenge. 
  91. Ce que je pense que tel ou telle campagne de pub. 
  92. La presse de style a-t-elle encore sa place à l’heure du numérique?
  93. Que faire des invendus et des fins de série?
  94. Mes photographes de modes et d’éditoriaux préférés. 
  95. Comment la mode se réinvente-t-elle encore aujourd’hui?
  96. La mode, ses représentations dans l’art, et vice-versa.
  97. Interview de créateurs.
  98. Impacts du développement du e-commerce sur les boutiques physiques.
  99. Comment est-ce que le domaine de la mode, et celui des médias tendent de plus en plus à se fondre? (Alors que le site Net-a-Porter édite le magazine sur papier glacé Porter, les sélections du site Harper’s Bazaar renvoient à des sites marchands, quand ce n’est pas Condé Nast qui investit dans le e-commerce…
  100. Comment est-ce que les e-shop évoluent? Comment ne pas frôler l’overdose de fringues en naviguer sur certains sites marchands?

Bref, je crois qu’un créateur de contenu doit se diversifier. 

Et qu’il doit également proposer des vidéos pas justes parce qu’elles sont trendy. 

Enfin, j’espère que cette liste saura redonner envie aux créateurs de contenu de créer des vidéos avec un peu plus de fond et de discernement.

theatre-de-Londres-interdit-bouteilles-en-plastique

Un théâtre de Londres interdit les bouteilles en plastique

Le théâtre de Londres a annoncé qu’il abandonnait sa programmation en vue de réfléchir à l’urgence climatique. Au de présenter comme à son habitude des spectacles, le théâtre a déclaré qu’il consacrerait du temps à la réflexion. Le but est faire le point. Mais aussi de trouver des moyens de rendre l’organisation neutre en carbone d’ici la fin de l’année prochaine. L’objectif de la carboneutralité vise tous les aspects des opérations du théâtre.

Ainsi le théâtre Royal Court de Londres examinera comment changer l’éclairage, la scénographie, le bar et le restaurant, et interdira aux spectateurs d’apporter des bouteilles en plastique à usage unique.

Ainsi à partir de 2020, le théâtre Royal Court de Londres interdira aux visiteurs d’apporter des bouteilles en plastique à usage unique.

Le Royal Court souhaite devenir un lieu d’art sans émission de carbone en 2020.

“Il sera interdit de se présenter avec une bouteille en plastique à usage unique  et je pense qu’il est très important qu’il le soit “, a déclaré la directrice artistique du théâtre, Vicky Featherstone. Elle a ajouté “Nous ne sommes pas pour autant des inspecteurs : quand les spectateurs quittent notre établissement, ils peuvent se comporter comme ils le veulent, mais au sein du théâtre nous voulons établir des règles afin que les spectateurs, puissent également réfléchir à la façon dont ils viennent dans l’espace et à ce que cela signifie.”

Interdire aux visiteurs d’apporter des bouteilles en plastique, ça peut paraitre radical, mais ça peut aussi avoir un grand impact.

Un-theatre-de-Londres-interdit-bouteilles-en-plastique
Voici le nombre de bouteilles d’eau en plastique que chaque personne éviterait en 3 ans, si elle se procurait une gourde.

En effet, “une gourde remplace en moyenne 73 bouteilles d’eau en plastique par personne et par an“.

Les bouteilles en plastique sont donc un véritable fléau pour l’environnement. Mais, elles sont très facilement remplaçables!

Il suffit de s’équiper d’une gourde !

L’accessoire indispensable en déplacement, au travail, n’importe quel endroit en dehors de chez soi : la gourde remplace parfaitement les bouteilles jetables en plastique.

Dove-en-guerre-contre-le-plastique

Dove déclare la guerre au plastique

Les savons Dove seront bientôt emballés dans un emballage sans plastique!

Sur le compte instagram que l’enseigne, le géant de la beauté a annoncé avoir mis en place des petites choses pour se diminuer la part du plastique dans les conditionnements. 

Désormais les savons Dove vont perdre leur emballage en plastique!

Les barres de savon seront dorénavant recouvertes d’un revêtement de substitution sans plastique. En effet, à compter de 2020, les savons vendus à l’unité ainsi que les packs de savons ne seront plus vendus dans un emballage plastifié. 

L’objectif de Dove est de réduire son utilisation de plastique de 20 500 tonnes par an.

20 000 tonnes c’est énorme! Je suis contente de constater que des grandes enseignes affichent des objectifs clairs et mesurables en matière de réduction de consommation de plastique.

En plus de ne plus emballer les savons dans des emballages plastifiés, Dove a également annoncé qu’elle aura recourt à l’utilisation de flacons en plastique 100 % recyclés en Europe et en Amérique du Nord. Cette initiative bien que ciblant uniquement une petite part du globe, s’inscrit dans l’engagement de la marque à réduire fortement les déchets plastiques qu’elle génère. 

La commercialisation de bouteilles en plastique recyclé s’étendra à toutes les gammes. En revanche, il y a encore certaines parties dans emballages qui posent encore problème. En effet, Dove est toujours à la recherche de solutions plus durables pour remplacer les bouchons et les pompes par des alternatives en plastique recyclé, car les options actuelles ne sont toujours pas « techniquement réalisables ».

Enfin, la marque travaille aussi sur une nouvelle technologie qui lui permettra de remplacer son déodorant par un nouveau format rechargeable.

Il arrivera un peu plus tard.. Mais le but est le même… à savoir de réduire au maximum l’utilisation de plastique.

Ces décisions font suite à l’annonce de la société mère de Dove, Unilever, qui a déclaré qu’elle réduirait de moitié son utilisation de plastique vierge d’ici 2025, en diminuant la consommation d’emballages plastiques de plus de 100 000 tonnes et en intensifiant son recours au recyclage du plastique.

Richard Slater, directeur de la R&D chez Unilever, a déclaré : « Chez Dove, nous sommes fiers d’avoir lancé plus de 100 initiatives pour contrer le problème de la pollution plastique », affirme Richard Slater, directeur de la recherche et du développement chez Unilever. « Mais en tant que géant de la beauté, nous avons pour responsabilité d’accélérer encore la cadence. Les annonces d’aujourd’hui représentent un pas important dans cette direction, dans la transformation de notre façon de produire, d’utiliser et de traiter nos emballages », conclut-il.

Dove-declare-guerre-au-plastique

Dove, est une marque commerciale de produits d’hygiène et de produits cosmétiques qui est vendue dans plus de 150 pays à travers le monde. En tant que multinationale chaque petit pas dans la bonne direction est un grand pas pour la planète.