3-facons-de-resister-aux-achats-compulsifs-mode-durable-ethique

3 façons de résister aux achats compulsifs

Je suis humaine et je sais que l’on ne devient pas du jour au lendemain un.e acheteur.se conscient.e. Ça prend des mois voir des années pour y parvenir réellement. Cependant avec le temps et en discutant autour de moi j’ai rassemblé trois conseils qui pourraient vous aider à résister à la tentation d’acheter n’importe quoi.

  1. Le premier conseil c’est d’apprendre à gérer son argent.

La plupart des gens qui sont dans la vingtaine ou qui arrivent dans la vie active ne font pas leurs comptes. Ils sont juste heureux de pouvoir disposer du fruit de leur travail… Et pour beaucoup cela se résume à dépenser son argent.

Cependant une des façons les plus simples pour résister à la tentation d’achats impulsifs c’est de ne pas avoir d’argent à dépenser.

Lorsque le compte de banque est vide et/ou que la carte de crédit a atteint sa limite, difficile de dépenser. En revanche, à l’inverse, lorsque les comptes en banque sont au vert on songe beaucoup moins à la façon dont on dépense. On achète un peu vite, les yeux fermés, et parfois même sans prendre la peine d’essayer un vêtement ou même de se demander si on en a réellement besoin…

Bref, pour vous aider à limiter les dépenses je vous encourage à cesser de faire la méthode de l’autruche et à regarder en face votre compte en banque et vos dépenses. À partir de votre propre situation et de vos projets octroyez-vous des enveloppes hebdomadaires ou mensuelles par catégories de dépenses. Exemple de catégories : dépenses quotidiennes (alimentaire, vêtement, loisir,…) ; épargne (oui l’épargne puisque obligatoire doit être comptée en tant que dépense) ; impôts ; vacances ; santé ; équipement (maison, voiture) ; logement.
De cette façon, avec moins de latitude au sein de votre budget vous mettez toutes les chances de votre coté pour éviter les achats compulsifs.

  1. Une autre technique pour parvenir à vaincre les achats impulsifs c’est de prendre le temps de réfléchir un peu.

Dès que je suis sur le point de magasiner ou de valider une commande en ligne, j’applique toujours la règle de « la nuit porte conseil ».

Vous savez ce proverbe qui affirme qu’une bonne nuit de sommeil permet d’avoir un nouvel éclairage au réveil sur les questions qui nous tourmentent et bien je m’y remets lorsque je dois faire des dépenses qui ne sont pas de nécessité.

Dès que je suis face à un objet qui me fait de l’œil, je le dépose et prends un moment de réflexion avant de l’acheter. Je prends toujours un moment de réflexion, peu importe l’objet. Même s’il s’agit d’un pull dans une friperie, même s’il est en rabais ou même si c’est une vente finale. Finalement, plus le prix est bas plus ce moment de réflexion est primordial. Car plus c’est peu cher moins notre cerveau a tendance à se poser les bonnes questions. Je préfère vous avertir avec un processus décisionnel plus long, il arrive qu’à l’issue de ma réflexion l’aubaine ne soit plus là. Mais dans la majorité des cas, l’envie me passe et je me félicite d’avoir pris le temps de réfléchir.

  1. Si vous êtes du type « visuel.le », je vous suggère de retirer l’argent que vous avez l’intention de dépenser à chaque début de mois.

L’argent liquide permet aussi de mieux contrôler les dépenses».

Avoir de l’argent comptant sur soi permet à certaines personnes d’être plus conscientes de la somme qu’elles dépensent. En effet, avez-vous déjà senti la différence d’impact psychologique entre dépenser un billet de 100 dollars sorti de votre portefeuille et de payer la même somme en carte bancaire? Le contact tactile avec les billets, le faite de les sortir un a un permet de ressentir le paiement, et de prendre conscience des dépenses de façon plus concrète.

Personne n’a dit qu’il était simple de résister… ⠀

Pourtant, il faut résister à acheter neuf. Il faut résister à acheter ce dont on n’a pas besoin. Mais aussi résister à acheter des vêtements ou des produit à des prix ridiculement bas, souvent réalisés, dans des conditions de travail déplorables ou dans des matières chargées de produits nocifs.  Car à chaque fois qu’on achète quelque chose, on approuve. Alors résistons!⠀

Enfin, dites-moi dans les commentaires si vous avez également des astuces pour résister aux achats impulsifs.

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-blog.les-esthetes

10 idées écolos pour faire un sapin de Noël plus vert 

La chute des températures cette semaine m’a fait réaliser que Noël approche à grands pas… Qui dit Noël dit décoration, sapin, calendrier, couronne de l’avent … Bref, c’est le temps de décorer nos intérieurs. Aujourd’hui j’aimerais vous parler un peu de sapins de Noël !

Et si… cette année on faisait un sapin de Noël un peu plus écolo ?

Voici 10 des sapins de Noël alternatifs, pour allier le beau à l’écolo !

1/ Le sapin de Noël à base de matériaux de récup :

On vous propose une décoration de Noël à faire en recyclant ses emballages !

Ainsi cela peut-être un sapin de Noël en carton :

Pourquoi ne pas utiliser du papier journal et des pages de magazines ou de catalogues pour fabriquer vos décorations de Noël. Du carton, du papier, du bois, des bouteilles, du tissu, des boîtes…, on voit de plus en plus d’arbres de Noël fabriqués à partir d’objets recyclés.

Pour créer un sapin à partir de trucs récupérés, nul besoin de dépenser une fortune !! Il suffit d’aller d’être créatif ou bien de trouver de l’inspiration sur les médias sociaux et d’essayer de fabriquer un sapin à partir de ce que vous jetez habituellement à la poubelle.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-upcycling-réinventer ses emballages de Isabelle Bruno et Christine Baillet

2/ Le sapin de Noël avec une échelle :

Très simple, mais toujours aussi inspiré, vous pouvez créer un sapin à l’aide d’une échelle. Cette fois, ne servira pas à monter et fixer l’étoile au sommet, mais elle servira en temps que base à décorer. Mettez votre échelle, là où vous mettez habituellement votre arbre. Enroulez autour d’elle vos belles décorations. À vous de décider si vous en mettez plein ou juste quelques-unes.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-echelle

3/ Le sapin de Noël suspendu :

Vous pouvez le faire uniquement en boules, ou alors avec d’autres décorations suspendues.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-suspendu-Michael-Haug

4/Un sapin de Noël phosphorescent !

L’arbre de Noël n’a pas besoin d’être physiquement là. C’est pourquoi, je vous suggère de composer un arbre de Noël avec ces pastilles phosphorescentes ! Ainsi ce sapin de Noël phosphorescent scintillera durant la nuit ! Cette solution peut être une bonne alternative pour les personnes qui vivent dans de petits appartements.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-phosphorescent

5/ Le sapin de Noël à peindre :

Si vous avez des talents de peintre, ou pas, vous pouvez dessiner sur votre mur ou sur un autre support votre arbre de Noël. Pensez à réutiliser une vieille toile cirée, ou encore des draps dont vous ne vous servez plus.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-sapin-sur-drap

Laissez parler l’artiste qui sommeille en vous ! L’important, c’est avant tout de s’amuser !

Faites participer tous les membres de la famille pour avoir un arbre qui vous ressemble à 100 %.

Vous pouvez également peindre un mur avec de la peinture à tableau.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-aleggup

Selon les saisons vous pourrez ainsi à l’aide de vos talents, et de votre créativité dessiner les saisons au fil des jours !

6/ Un papier de Noël à base de petites planchettes.

On laisse tomber le sapin qui perd ses épines pour créer un arbre de Noël en bois !

Pour vous fabriquer un sapin semblable, vous pouvez récupérer quelques petites planchettes ou encore q quelques palettes de bois, afin de réaliser un sapin.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-Possibilitree

7/ Un sapin de Noël à manger !

Plus tôt que d’acheter de la déco, les Allemands et les Autrichiens confectionnent des petits sujets en pain d’épice puis les accrochent sur leurs sapins.

Alors plutôt que d’aller magasiner des boules de Noël de couleurs tendances, organisez un atelier cuisine en famille !.

De plus, à l’issue de cet atelier vous aurez un sapin vraiment unique !

8/ Le sapin de Noël lumineux

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-apartmenttherapy

9/ Le sapin de livres

Tu manques de place

façon tour de Pise, décorer le tout d

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-art-contemporain-Christmas-Trees

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-christmas-tree-ideas-book

10/ Le sapin de branches

Souvent lorsqu’on habite en ville, et que l’on vit dans de tout petits appartements il n’est pas évident de caser le sapin de Noël. Alors si vous n’avez pas la place nécessaire pour installer un sapin, vous pouvez très bien installer juste une branche sur un meuble ou dans un vase.

Va donc dans un parc, baisse-toi et ramasse branches, fleurs, feuilles et autres trucs sympas.

un-sapin-de-noel-plus-vert-diy-zero-dechet-do-it-yourself-inspiration-tendance-tutoriel-branche

Par exemple au lieu d’avoir un immense sapin il est possible de décorer avec quelques branchages.

C’est tout aussi beau bien que ce soit beaucoup moins demandant en matière première et en espace !

D’ailleurs, installer quelques branchages peut également être une solution pour lorsque l’on vit dans de petits appartements.

 

J’espère que ces quelques idées qui vous en inspireront d’autres !

D’ailleurs, parmi toutes ces options lesquelles vous paraissent les plus cool ?

Est-ce que tu as d’autres belles idées de sapins alternatifs ? Partage-les-nous dans les commentaires !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

les-10-erreurs-de-blogs-a-eviter

Les 10 erreurs de blogging à éviter

Voici 10 d’erreurs fréquentes qui peuvent entraver le succès de votre blog.

Quand on débute c’est normal de faire quelques erreurs, découvrez donc comment gagner du temps en évitant ces faux pas.

1. Ne pas trouver une niche

Quand la portée et l’audience que vous essayez d’atteindre sont trop larges, votre blog ne plaira à personne.
En trouvant un créneau et en réduisant votre concentration, vous pouvez orienter vos messages vers un groupe spécifique de personnes et attirer leur attention.

2. Utiliser des titres peu accrocheurs

Je vais être honnête, c’est une erreur  difficile à éviter.

Certaines personnes ont plus de facilité à trouver des titres accrocheurs que d’autres, et je tombe définitivement dans la catégorie des « autres ». Mais ne faites pas je que je fais ! Ne négligez pas ce détail. Un bon titre peut vraiment considérablement accroitre votre trafic. Alors, faites preuve de créativité!

3. L’irrégularité

La régularité est la clé. Lorsque les lecteurs savent que vous publiez chaque jour de la semaine (ou tous bien deux fois par semaine à des jours défini, ou une fois par semaine), cela crée une certaine attente et cela les fait revenir fréquemment.

4. Une grammaire approximative et une syntaxe qui laisse à désirer

Si vous voulez que les gens vous prennent au sérieux, soignez la grammaire et la ponctuation de vos articles. Un article plein de fautes d’orthographe fera fuir votre audience. En tant que dyslexique, j’essaie de soigner au maximum mes articles afin que cela paraisse le moins possible.

5. Des articles sans intérêt

Certaines blogueuses se mettent la pression pour tenir un rythme de publication élevé… Cependant, cela entraîne parfois des articles peu intéressants. Bref,  moi je vous suggérerais de ne rien publier si vous n’avez pas d’informations utiles à partager à vos lecteurs.

6. Le manque d’originalité

Aujourd’hui dans d’originalité de la blogosphère parfois on retrouve trop d’uniformité au niveau du choix des tenues notamment chez les blogueuses mode par exemple. Mon conseil : assumez votre style, qui vous êtes et ce qui vous plait.

7. Le manque d’engagement et de conservation avec vos lecteurs

Si vous créez un blog, c’est avant tout pour partager votre passion. Alors, n’hésitez pas à engager la conversation avec vos lecteurs. Posez des questions à vos lecteurs et répondez à chacun des commentaires, même si ce n’est qu’une petite réponse rapide.

8.Le manque de variation

Bien qu’il soit bon d’assurer la cohérence de vos messages, assurez-vous de ne pas vous répéter. Ça pourrait entraîner l’ennui de vos lecteurs. N’hésitez pas à explorer de nouvelles pistes, de nouvelles idées. Surprenez vos lecteurs, ajouter des anecdotes croustillantes… les possibilités sont infinies. Alors, évitez de rester coincé dans un même schéma. Mais si cela fonctionne déjà bien comme cela.

9. Ne pas entrer en contact avec d’autres blogueurs

Ne pas entrer en contact avec d’autres personnes de votre niche limitera votre portée. En clair, ne soyez pas une ermite; n’hésitez pas à leur faire de liens aussi de vos articles, à commenter leurs articles… Etc.

10. Le contenu pas assez axé sur le lecteur

C’est la plus grande erreur. Les lecteurs sont toujours à la recherche de divertissement, d’informations ou de connaissances. Si votre blog n’amuse pas et n’informe pas, vos lecteurs ne seront pas susceptibles de revenir. Alors, lorsque vous écrivez, gardez toujours dans un coin de la tête que c’est pour eux que vous faisiez cela.

Voilà ! C’était les 10 choses à ne pas faire.

Si vous évitez ces 10 erreurs, vous êtes pas mal certains de réussir à gagner la confiance et de votre lectorat.

Vous l’aurez compris, je ne prône pas la quantité, mais la qualité des articles publiés. Mieux vaut réduire le nombre d’articles postés, mais veuillez à produire du contenu original et de qualité.

Y a-t-il des erreurs sur cette liste que vous n’aviez pas envisagées comme telles auparavant?

Y a-t-il des erreurs que je n’ai pas mentionnées mais qu’il faut à tout prix éviter? N’hésitez pas à partager votre point de vue dans les commentaires.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

vetta-capsule-garde-robe-minimaliste-5-items-30-outfits-6

Vetta Capsule une garde-robe minimaliste : 5 items 30 outfits

Quel est le véritable sens de la mode responsable? Est-ce qu’il s’agit d’acheter des vêtements conçus localement? Est-ce qu’il s’agit de choisir des matériaux responsables? Ou bien est-ce qu’il s’agit de ne pas utiliser de produits provenant d’animaux?

Il y a de nombreuses façons de concevoir et consommer la mode de façon plus responsable… Mais la plus responsable de toute, est sans doute d’en consommer moins.

Et c’est dans cette optique-là, d’acheter moins que Cara Bartlett et Vanessa Van Zyl ont crée VETTA Capsule.

­­­

VETTA Capsule c’est le nom d’une startup new-yorkaise privilégie la qualité à la quantité. Crée par Cara Bartlett et Vanessa Van Zyl l’enseigne de vêtement propose des micro-collections composées d’une gamme de seulement cinq items. Pourquoi seulement 5 pièces? Parce que c’est largement assez pour pouvoir les assortir et les agencer de façon créative. En effet, avec cette micro garde-robe il est possible de créer 30 tenues différentes…

vetta-capsule-garde-robe-minimaliste-5-items-30-outfits-2vetta-capsule-garde-robe-minimaliste-5-items-30-outfits-1

Vetta Capsule : c’est une marque de vêtements qui crée des collections sous forme de gardes-robes minimalistes ou de capsule wardrobe en anglais.

Les collections Capsules de Vetta ont été créées pour lutter contre le cycle sans fin des achats impulsifs, qui ont des effets néfastes sur la population et la planète. Cara Bartlett et Vanessa Van Zyl se sont dit : “Il doit y avoir une meilleure solution”. La solution réside dans la créativité. Les deux femmes se sont alors efforcées de créer des vêtements polyvalents et fabriqués de manière responsable. Afin, que les vêtements ne soient pas soumis aux tendances éphémères, les fondatrices privilégient des coupes et des couleurs classiques. Chacune des collection capsules, comportent donc 5 items incontournables à avoir dans sa garde-robe.

Pour ce faire les créatrices de la start-up redoublent d’inventivité pour créer des vêtements versatiles. En effet, pour ce faire chaque collection Vetta mise sur des pièces polyvalentes. Grâce à des coupes ingénieuses,  les pièces minimalistes peuvent être mélangées et agencées de façons créative pour créer une très grande variété de looks.

Ainsi, une robe devient un t-shirt et une jupe, un chemisier à col en V pouvant être porté de deux manières, une tunique à manches courtes peut être nouée pour cintrer le look…

3-facons-de-porter-un-T-shirt-une-garde-robe-minimaliste

3 façons de porter le “Wrap Top 2.0t” de la “relaxed capsule” de Vetta

3-facons-de-porter-une-chemise-une-garde-robe-minimaliste

3 façons de porter la “Boyfriend Shirt” présentée au dessus, et qui fait partie de la “casual capsule” de Vetta

 

Vetta privilégie aussi une fabrication responsable

Conscients que chaque aspect de la chaîne d’approvisionnement a un impact sur les personnes et la planète, Vetta s’efforce de produire des vêtements tout en se souciant des travailleurs. Pour ce faire, ils se sont engagés à travailler avec des usines responsables qui paient les travailleurs décemment. Les usines avec lesquels Vetta travaille protègent les droits des travailleurs. Elles assurent également un environnement de travail sûr et interdisent le travail des enfants, le travail forcé et la discrimination. Les entreprises sont basées non loin des lieux de distribution, c’est-à-dire  à New York, et à Los Angeles.

Quels sont les matériaux utilisés par VETTA?

VETTA utilise des tissus “dead stock” de “fin de stock” ainsi que des tissus composés de fibres naturelles, et artificielles.

  • Utiliser des fins de stocks est également une belle façon d’éviter de créer de nouveaux déchets.

Parmi les fibres naturelles utilisées par Vetta Capsule, il y a :

  • Le lin est fabriqué à partir de fibres naturelles et ne nécessite pas de pesticides ou de produits chimiques. C’est un matériaux naturel et biodégradable.
  • Le tencel. Il s’agit d’un tissu de fibres de cellulose, c’est-à-dire fabriqué à partir de pulpe de bois de feuillus, d’eucalyptus ou encore de bambous.Le tencel a une texture fluide, entre le coton et la soie, qui vous charmera certainement! Son caractère résistant, absorbant (1.5X plus que le coton) et quasi infroissable sont d’autres atouts considérables.
  • Du coton biologique certifié GOTS.

Vetta Capsule utilise aussi du modal : une fibre textile artificielle, obtenue par le filage de fibres de cellulose de bois.

Je trouve le concept de Vetta Capsule très chouette. Les vêtements sont ravissants. Et les prix proposés sont plutôt abordables… compte tenu des conditions de fabrication et des matériaux utilisés. À bon entendeur ! 🙂

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Lutter contre le réchauffement climatique avec sa garde-robe-1

Lutter contre le réchauffement climatique avec sa garde-robe

Si, comme beaucoup, vous vous sentez découragé par la décision du président Donald Trump de retirer les États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, ou par la démission de Nicolat Hulot, vous pourriez également vous sentir impuissant face au changement climatique. Et pourtant, chacun d’entre nous a les moyens de changer les choses à son échelle, et votre garde-robe pourrait être un bon point de départ.

Saviez-vous que l’achat et l’utilisation de vêtements représentent environ 3 % des émissions mondiales de CO2? C’est plus que toutes les émissions combinées de l’industrie aéronautique!
De plus, en tant que consommateurs, nous sommes responsables de 70 % de ces impacts. Donc nous avons le pouvoir de modifier l’équation.

Voici 5 conseils pour diminuer l’impact environnemental de votre garde-robe :

1. Choisissez des fibres naturelles

Ces dernières années, l’utilisation du polyester n’a cessé de croître. Le polyester a même détrôné le coton. Désormais le polyester est la fibre textile la plus utilisée au monde. Mais notre dépendance au polyester s’accompagne d’une augmentation de l’impact environnemental de nos vêtements. Les émissions provenant de la production de polyester sont près de trois fois supérieures à celles du coton. D’ailleurs en parlant de coton, mieux vaut choisir du coton bio.

2. Choisissez des vêtements fabriqués localement

Aujourd’hui, la plupart de nos vêtements sont fabriqués loin de chez nous. La Chine est de loin le premier producteur mondial de textiles — représentant 43 % des exportations mondiales. En choisissant des vêtements fabriqués localement, vous réduirez les émissions dues au transport et, dans de nombreux cas, soutiendrez votre industrie textile locale.

3. Laver moins et sécher à l’air vos vêtements

Laver et sécher 1 kilogramme de vêtements sur tout son cycle de vie, en utilisant des méthodes typiques, crée 11 kilogrammes de gaz à effet de serre. En lavant moins souvent vos vêtements et en les laissant sécher à l’air frais au lieu d’utiliser un sèche-linge, vous réduirez l’empreinte carbonée de vos vêtements.

4. Faites durer vos vêtements plus longtemps

Aujourd’hui, 60 % de nos vêtements se retrouvent dans des sites d’enfouissement seulement un an après leur achat. En faisant durer vos vêtements un peu plus longtemps, vous pouvez faire une grande différence.

5. Considérez les vêtements de seconde main

Bon, OK, j’avoue que certains peuvent avoir des réticences à porter de vêtement qui ont déjà été porter. Pour ma part, mis à part les sous-vêtements, je trouve tout ce dont j’ai besoin en friperie. D’ailleurs pour les plus réticents, sachez qu’il y a aussi des vêtements neufs qui ont encore leurs étiquettes.

Choisir des vêtements en friperie, plutôt que dans des magasins conventionnels est un moyen de trouver de jolies pièces, tout en limitant notre impact sur l’environnement. Dans le cas des vêtements véritablement vintage, ils sont souvent de bien meilleure qualité que ceux vendus dans les enseignes de fast fashion. En achetant seconde main, vous contribuez à réduire également les émissions de CO2 provenant des vêtements qui seraient autrement destinés à l’enfouissement.

Aujourd’hui, dans le cadre de la Semaine Québécoise de Réduction des Déchets — (SQRD) je vous souhaite de commencer votre transition, vers une mode plus responsable, durable et éthique.

Pour tenter de “sauver la planète” (ou d’éviter le pire), chacun d’entre nous peut  doit apporter sa contribution.

 

Sources :
Style that’s sustainable: A new fast-fashion formula
International Carbon Flows
Man-Made Fibers Continue To Grow

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

produits-toxiques-dans-nos-vetements

Des produits toxiques dans nos vêtements?

Pour rendre les vêtements aussi colorés, brillants, si faciles à repasser et si bon marché on retrouve dans nos vêtements des perturbateurs endocriniens, des métaux lourds ou des nano matériaux!

Les vêtements peuvent-ils constituer un danger pour nous?

Existe-t-il un risque pour notre santé?

Comme je vous le disais dans mon article intitulé 5 astuces pour une garde-robe responsable, il existe une loi sur l’étiquetage des textiles. Elle stipule que l’étiquette de composition doit indiquer le nom et le pourcentage des différentes fibres textiles présentent le vêtement. Les fibres représentant moins de 15 % de la composition du produit peuvent être désignées par les termes « autres fibres », ce qui n’est déjà pas très transparent…

Mais qu’en est-il des ajouts?

  • Qu’en est-il des substances qui ont servi à rendre les textiles plus souples ou plus résistants ?
  • Combien de substances chimiques sont présentes dans nos T-shirt?
  • Combien de substances chimiques interdites ou jugées dangereuses pour la santé se retrouvent dans notre pantalon?

Difficile à dire. Car il n’y a aucune obligation légale à noter les procédés de teinture sur l’étiquette du vêtement.

Ce manque d’information est problématique. Les consommateurs ignorent donc totalement les concentrations et des substances qui composent leurs vêtements. Et lorsqu’ils le découvrent c’est souvent à leurs dépens, suite à des complications.

­ Top 3 des substances chimiques qu’on retrouve dans nos vêtements

1. Parmi les produits chimiques que l’on retrouve le plus souvent dans nos vêtements, il y a le formaldéhyde.

Il est souvent présent dans les vêtements synthétiques, car il permet les rendre infroissables, résistants, et hydrofuges.

Le formaldéhyde permet également d’aider à fixer les colorants. C’est grâce à lui que nos jeans, pulls et autres chaussettes ne se décolorent pas au premier lavage.
Cependant l’utilisation du formaldéhyde n’est pas sans danger. Il a été classé comme étant une substance cancérogène avérée pour l’homme par le centre international de recherche sur le cancer. Le formaldéhyde provoque entre autres des irritations aux yeux et affecte les voies respiratoires. Il accroît le risque de pathologies d’asthmatiques et de sensibilisation allergique.

2. D’ailleurs, en parlant de repassage facilité c’est aussi grâce aux composés perfluorés (PFC) que la tâche est plus simple.

En effet, grâce aux PFC les graisses et l’humidité pénètrent plus difficilement dans les fibres. Ainsi les vêtements sont plus faciles à nettoyer et repasser.

On retrouve ces composés perfluorés dans des vêtements type Gore-Tex. Les PFC sont des perturbateurs endocriniens. Ils provoquent entre autres des problèmes d’infertilité et favorise le développement de cancers.Les PFC sont présent dans de nombreux textiles et plus généralement dans les vêtements pour le plein air.

3. Parmi les autres substances toxiques également présentent dans de nombreux vêtements il y a aussi les retardateurs de flamme.

Les retardateurs de flamme permettent d’éviter que les vêtements s’enflamment rapidement. Il s’agit généralement d’un mélange de substances regroupées sous le nom de polybromodiphényléthers (PBDE).

Ces substances sont également dangereuses pour la santé. Elles altèrent la tension, la mémoire et l’apprentissage même à des doses minimes. Et au contact de la peau, elles pénètrent dans le corps humain… et se rendent même jusqu’au foetus, puisqu’on en retrouve même dans des cordons ombilicaux.

Alors bien pratique les vêtements « easy care » (entretien facile) qui ne se froissent pas. Mais à quel prix?

Vous l’aurez compris, nos vêtements contiennent de nombreux produits chimiques.

De plus, comme il n’est pas nécessaire de mentionner la présence de produits toxiques sur les étiquettes, cela rend le contrôle et la régulation de l’utilisation de ces substances chimiques synthétiques extrêmement compliquées à mettre en place.

Les 3 substances chimiques mentionnées ci-dessus, ne représentent que la partie émergée de l’iceberg. En effet, on estime que l’industrie textile utilise près de 1900 substances chimiques différentes. Parmi elles 1750 ne seraient pas classifiées en terme de dangerosité.

Cependant pour les 150 substances toxiques concernées peu d’États renforcent leurs règlementations au sujet de la présence des substances chimiques dans les textiles.

Les travailleurs sont les premières victimes

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-explosion-tannerie-cuir-apex-bangladesh

Les travailleurs de l’industrie textiles, sont les premiers qui sont en contact avec les composés chimiques. Ils les inhalent, et les ingèrent.

Au Bangladesh, il est fréquent que des ouvriers de l’industrie textile trouvent la mort suite au contact prolongé avec ces substances. Il y a également trop fréquemment des explosions de produits toxiques. Probablement suite à des erreurs de manipulation.

Ce fut le cas de la tannerie Apex, où plusieurs employés ont perdu la vie suite à une explosion. Apex a versé 2500$ aux familles des victimes, mais l’incident a fait l’objet d’aucune enquête, et aucune mesure n’a été prise à l’issu de celui-ci.

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements--Les-travailleurs-manipulent-des-colorants-chimiques-sans-la-moindre-protection

Mais ce ne sont pas les seuls à subir cette pollution. En effet, souvent c’est tout le village environnant qui pâtit de la pollution liée à ces substances.

C’est le cas notamment des citadins de la ville de Tiruppur, en Inde. Tiruppur est célèbre pour ses teintureries au sein desquelles les ouvriers utilisent des colorants azoïques (qui sont par ailleurs interdit en Europe) ou chlorés. Dans un reportage tourné par Arte on peut voir des travailleurs qui manipulent des colorants et les dissolvent dans l’eau sans la moindre protection. Les ouvriers sont donc directement exposés. Selon les professionnels de la santé interviewés dans le reportage intitulé « Du poison dans les vêtements », le nombre de personnes qui souffrent de cancer dans la ville aurait doublé durant les 10 dernières années.

Mais il n’y a pas que les travailleurs des usines du bout de la terre qui sont affectés par les substances chimiques.

Il y a aussi les ouvriers qui travaillent dans les ports ou dans les lieux d’embarquement et de réception des marchandises.

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-employe-se-plaignent-vapeurs-degagees-ouverture-des-conteneurs

Dans le port du Havre, en France les ouvriers se sont insurgés contre l’odeur et les vapeurs dégagées lorsqu’ils ouvraient les conteneurs. La seule mesure prise par le gouvernement, c’est de laisser le conteneur ouvert quelques temps afin que les émanations toxiques puissent s’en dégager. Dans le reportage mentionné ci-dessus, on apprend également que la plupart de ses composants chimiques retrouvés dans les conteneurs de marchandises sont interdits en Europe. Cependant aucune mesure restrictive n’a été prise pour de la part du gouvernement pour tenter d’endiguer le phénomène.

En effet, nous sommes dans une zone grise, dans un vide juridique par rapport à cette question. La réglementation européenne REACH s’applique uniquement si le produit a été fabriqué dans l’Union Européenne. Elle ne se s’applique donc pas à tout les vêtements et chaussures importés d’Asie, et du reste de la planète.

Même si les travailleurs sont les premiers à être contact avec des produits contenants de substances chimiques, mais ce ne sont pas les seuls.

En effet, nous en tant que consommateur nous y sommes également directement exposés. Différents scandales, ont éclaté ces dernières années à ce propos, notamment suite à la campagne internationale Detox de Greenpeace en 2011, qui a largement participé à sensibiliser les citoyens à la question.

Cependant sommes-nous tous autant sensibles à la présence de substances toxiques dans nos vêtements? Les enfants sont-ils plus vulnérables?

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-Proteger-les-enfants-des-substances-toxiques-

La présence de toutes ces substances toxiques dans nos vêtements et particulièrement problématiques pour les enfants. Notamment ceux en bas âge qui mettent les textiles dans la bouche. Ils absorbent directement les substances chimiques par voie orale. La peau des enfants est également plus perméable que celle des adultes et absorbe donc plus facilement les polluants.

Mais compte tenu de l’étiquetage très lacunaire des vêtements, il est extrêmement difficile d’y voir clair et de contrôler cela.

Ainsi qui dit absence de contrôle, dit aussi porte ouverte à beaucoup d’abus !

Par ailleurs, les teintures chimiques synthétiques causent de nombreux problèmes environnementaux au niveau notamment de la gestion des eaux.

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-teintures-chimiques synthetiques-pollution-inde-bangladesh-tirripur-problemes-environnementaux

Le problème de pollution de l’eau se pose au sein de l’usine dans lequel le textile est teint, mais aussi lorsqu’il est lavé dans nos machines à laver domestiques.

Les populations locales sont contraintes de vivre avec des eaux complètement polluées par les déchets des colorants toxiques. L’absence de réglementation autorise tacitement les usines à verser leurs eaux usées n’importe où.

Mais les vêtements polluent également lors du lavage. En effet, les vêtements en matières synthétiques comme le nylon, le polyester ou l’acrylique libèrent des microparticules de plastiques qui polluent les océeans! Les microparticules de plastiques comme leur nom l’indique sont minuscules. Ainsi même les stations de traitement des eaux usées ne sont pas capables de les filtrer. Ainsi, elles se retrouvent donc dans les océans.

Que faire pour éviter un maximum les substances chimiques présentes dans les vêtements?

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-eviter-les-substances-chimiquesTout d’abord privilégiez, les vêtements certifiés biologiques, et si possible privilégier les fibres naturelles comme le coton ou la laine.

Cependant en achetant un vêtement non labélisé vous n’êtes pas à l’abri de la présence de contaminants. Car les fibres naturelles sont également traitées avec des substances chimiques. Certaines sont traitées avec du nonylphénol éthoxylé. Il s’agit d’un perturbateur endocrinien qui intervient dans plusieurs étapes du processus de transformation de la fibre.

D’une façon générale il est toujours mieux de privilégier les vêtements labelisés par des labels indépendants et fiables tel que le label Oeko-Tex 100 qui limite les substances nocives dans les textiles.

Il est également préférable de toujours laver un vêtement neuf avant de le porter pour la première fois. Également si le vêtement dégorge au premier trempage, relaver-le. S’il perd encore de la couleur au second lavage, c’est mauvais signe… Recommencez-à nouveau.

Voici un petit tableau qui récapitule les principaux les labels qui certifient l’absence ou l’encadrement par règlementation des seuils autorisés de quelques-uns des très nombreux composés chimiques que l’on retrouve dans nos vêtements.

produits-toxiques-chimique-vetements-labels-reglementation

Voilà j’espère que ce petit article vous aura plu. Je vous détaillerai sans doute prochainement les différents labels mentionnés au sein du tableau ci-dessous.

À bientôt

Sources:
http://www.reponsesbio.com/2012/04/04/textile-industriel-attention-danger/
https://www.bastamag.net/Textile-ces-vetements-qui-nous
http://www.danger-sante.org/toxique-vetements/
https://www.greenpeace.fr/dessous-toxiques-de-mode/
Crédits photo :
icci-ci.com
Du poison dans les vêtements
20 Minutes
Être Parent

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

5-bonnes-raisons-dacheter-de-seconde-main

5 bonnes raisons d’acheter de seconde main

Nous vivons dans une économie basée sur le consumérisme. Acheter des vêtements de seconde main est une pratique qui reste encore stigmatisée, surtout parce qu’elle ne rentre pas dans l’idéologie de la croissance sans limites.

Mais n’ayez pas peur, les magasins de seconde main sont souvent remplis de produits qui sont encore en parfait état. Voici quelques arguments à considérer avant de faire vos prochaines courses :

1. Tout d’abord, acheter en seconde main, c’est moins cher

  • Un ordinateur portable de qualité professionnelle et garantit un an à 250$ ? C’est ce que l’on trouve en seconde main dans une entreprise d’économie sociale.
  • Une table en bois à 30 $ qui ne demande qu’un coup de peinture ? Pareil.
  • Un mélangeur quasi neuf pour 12 $ ?

Bref, les bonnes affaires sont au rendez-vous.

acheter-en-seconde-main-environnement-vous-remercie

2. De plus, c’est meilleur pour l’environnement

Le réemploi offre des bénéfices directs pour l’environnement :

  • Tant qu’on réutilise un objet ou un appareil, on lui évite de devenir un déchet.
  • Réutiliser un objet permet aussi de ne pas en acheter un neuf, soit une sacrée économie de ressources (matières premières et énergie nécessaires à la fabrication de l’objet neuf).

Par exemple, la fabrication d’un frigo ou d’un ordinateur nécessite 900kWh d’énergie. Soit à peine moins que la consommation d’électricité annuelle d’un ménage économe en énergie. Fabriquer un smartphone produit 57 kilos de CO2 (soit l’équivalent de 600 km parcourus avec une petite voiture).

3. Le seconde main, c’est tendance!

Une jolie malle des années 20, un meuble des fifties, une jupe de l’époque flower power… La mode est un éternel recommencement. Grâce au seconde main, on trouve des objets et vêtements qui redeviennent tendance.

Plusieurs magasins d’économie sociale remettent aussi des meubles au goût du jour. La vieille penderie en chêne devient une belle armoire patinée après quelques petites transformations. Cela donne des objets uniques qu’on ne trouvera dans aucune chaîne de meubles neufs.

les-achats-de-seconde-main-contribuent-a-linsertion-professionnelle-des-jeunes-et-a-diminuer-la-precarite

4. Les achats de seconde main contribuent à l’insertion professionnelle des jeunes et à diminuer la précarité

De nombreuses friperies sont gérées par des OBNL (organismes à but non lucratif), qui aide des jeunes sans emploi à retourner sur le marché du travail, tout en donnant l’opportunité d’intégrer le marché de l’emploi.

Le seconde main permet à de nombreuses personnes d’accéder à des produits qu’elles n’ont pas les moyens ou l’envie d’acheter neufs.

La collecte, la réparation, la distribution et la revente créent des emplois.

friperies-achats-seconde-main-meilleure-qualite-slow-fashion

5. Les achats de seconde main sont de meilleure qualité

C’est dernière règle n’est pas universelle. Car dans les friperies et autres boutique d’achat usagé,  on trouve tout de même beaucoup de vêtements qui proviennent des enseignes de fast fashion.

Enfin, un vêtement ou un objet qui a déjà traverser plusieurs décennies sans prendre une ride, est un sacré gage de qualité pour un objet !

Une qualité qui se paie quand on achète du neuf.

Avouez que ça vous donne envie d’essayer ? Vous n’avez rien à perdre, mais plutôt tout à gagner…
Alors que ce soit pour l’environnement, ou votre porte feuille, achetez en seconde main comporte vraiment beaucoup d’avantage !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

romeos-premier-musee-art-urbain-au-canada-montreal-mile-end-street-art-1

Le Romeo’s : premier Musée d’Art Urbain au Canada

Un nouveau musée montréalais a ouvert ses portes : il s’agit du Romeo’s.

Situé dans le mile end ce musée est le premier musée d’art urbain au Canada.

Tu n’auras jamais vu une cage d’escalier aussi invitante ! Car ce nouveau musée est situé au sein d’une cage d’escalier.

romeos-premier-musee-art-urbain-au-canada-montreal-mile-end-street-art-2

Le musée Romeo’s permet de réinventer les escaliers de secours. En effet, souvent les gens prennent les escaliers pour se rendre d’un point A à un point B et n’apprécient guère leur traversée au sein de cet espace transitoire, vide et blanc.

Les escaliers du 5445 et du 5455 de Gaspé : plus qu’un simple espace de transition.

Ce projet permet de rendre des escaliers moins ennuyeux et ainsi d’inciter les gens à plus prendre les escaliers. Fini les couloirs blancs et les murs dont seul le numéro change entre chaque étage.

Vous l’aurez compris ce musée n’est pas un musée comme les autres…

De plus, il est situé dans un édifice qui comporte de nombreux bureaux.

Réaliser un musée dans une cage d’escalier contribue à promouvoir l’art urbain.

romeos-premier-musee-art-urbain-au-canada-montreal-mile-end-street-art-3 romeos-premier-musee-art-urbain-au-canada-montreal-mile-end-street-art-3

Les édifices du 5445 et du 5455 de Gaspé comportent 24 murales. Elles ont été réalisées par 24 talentueux artistes montréalais.

On retrouve les oeuvres de Stikki Peaches, Pony, Bryan Beyung, Alexandra Levasseur, Fonki, Dalkhafine, Antoine Tava, Mono Sourcil, Whatisadam, Heidi Taillefer, Rafael Sottolichio, Os Cane, Pat Cantin, Annie Hamel, Jonathän Jouan, Roxy Peroxyde, Santerre, Anne-Laure Djaballah, Boris Pintado, Melissa del Pinto, Eberhard Froehlich, Cyndie Belhumeur, Meka et Amélie Tourangeau.

romeos-premier-musee-art-urbain-au-canada-montreal-mile-end-street-art-5

D’ailleurs Nicolas Duvernois, le président et fondateur de Pur vodka, et qui est également à l’origine de ce projet explique que les 24 artistes ont jouit d’une totale liberté d’expression et de création au sein de leur travail. Cette liberté artistique est parfois entachée. Notamment lors des festivals ou les commanditaires « souhaitent en avoir pour leur argent. »

Enfin, la méga nouvelle dans l’histoire c’est que le musée Romeo’s est ouvert à tous… Et surtout il est gratuit.

Quoi de mieux pour démocratiser l’art que de le laisser ou de le rendre accessible?

C’est donc une opportunité de découvrir les facettes et la créativité de l’histoire de l’art urbain montréalais, en dehors des festivals Mural et Underpressure.

romeos-premier-musee-art-urbain-au-canada-montreal-mile-end-street-art-cage-escalier

La seule critique que l’on pourrait exercer par rapport au Musée Romeo’s ce serait l’accessibilité aux personnes en fauteuil … puisqu’il est situé dans des escaliers !  En revanche, les personnes en fauteuil roulant pourraient tout de même prévoir une visite et prendre l’ascenseur entre chaque étage. La visite serait un peu plus longue, mais pas totalement impossible.

Crédit Photos : Romeo’s

Restez à l’affût ! D’ici quelques jours, je vous dévoilerais les photos de ma visite.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

les-premieres-stan-smith-vegan-par-stella-mccartney

Les premières Stan Smith vegan par Stella McCartney

La Stan Smith revue par Stella McCartney

Alors que les mastodontes du sportswear (Nike, Reebok et Fila) ont ressorti leurs modèles de Dad Shoes des nineties, Adidas renoue avec sa basket phare, la Stan Smith.  « Il y a plusieurs années, mon mari et Adidas m’ont offert une paire spéciale de Stan Smiths sans cuir », a déclaré Stella McCartney au magazine Vogue. En portant sa paire de baskets, et en observant les gens autour d’elle, Stella McCartney s’est mise à penser aux nombres de vies d’animaux qui pourraient être sauvées si Adidas acceptait de changer le matériau des Stan Smith. C’est donc suite à cette réflexion que Stella McCartney a proposé à Adidas de donner un coup de jeune à ce modèle emblématique.

Connue pour son engagement pour la cause animale, Stella McCartney la fille de l’ex-guitariste et co-compositeur des Beatles, Paul McCartney, n’a pas touché à la sobriété de la Stan Smith originelle.  Elle se présente dans sa forme habituelle et également dans un coloris à dominance blanc.

Stella McCartney a gardé le design iconique de la Stan Smith, mais y a quand même apporter quelques modifications.

les-premieres-stan-smith-vegan-par-stella-mccartney-0

les-premieres-stan-smith-vegan-par-stella-mccartney-1

On peut retrouver le portrait de Stanley Roger Smith sur une des languettes ainsi que celui de Stella McCartney sur l’autre. Ajouter ces portraits sur chaque pied est une bonne façon de rappeler l’histoire de la basket. Avant d’être un modèle de chaussure Stan Smith était un joueur de tennis professionnel américain.

Également sur le côté de la chaussure,  trois lignées d’étoiles ont remplacé les bandes mythiques d’Adidas.   On retrouve également une petite inscription “Stella McCartney” étampée sur le côté.

Également l’arrière du modèle est décoré d’une bande lignée bleue et bordeaux. Ce léger détail coloré permet aussi d’apporter une touche de couleur offrant ainsi du relief à la chaussure.

Enfin le nom de la créatrice entoure le logo Adidas.

L’innovation de Stella McCartney et de fait technique puisque la jeune femme a remplacé le cuir par du polyester recyclé.

La designer américaine, impliquée depuis ses débuts “mode” dans le véganisme, collabore depuis 13 ans avec Adidas. Alors pour elle l’utilisation de matériaux autres / alternatifs au cuir était fondamental.

Cependant ce qui est particulièrement remarquable c’est l’utilisation de polyester recyclé.

En attendant parlé d’une basket Adidas Vegan, j’espérais qu’elle soit en polyester recyclé. Et compte tenu les récents engagements d’Adidas en faveur de l’environnement j’espérais que la basket ne soit pas composée que de 5 % de polyester recyclé “histoire de dire” ou “histoire de faire genre engagé”.

les-premieres-stan-smith-vegan-par-stella-mccartney-2

Finalement cette basket est entièrement fabriquée à base de polyester recyclé.

Je trouve que le fait que cette chaussure soit composée de 100 % de polyester recyclé est tout de même louable de la part d’Adidas. Cependant, le polyester reste une ressource issue du pétrole, donc non renouvelable. Mais le polyester recyclé peut être une solution utile pour donner une seconde vie à la matière déjà existante. Le polyester recyclé est fabriqué à partir de bouteilles de plastique et de déchets industriels. Ils sont réduits en monomères puis retransformés. Cette méthode permet de recréer des matières quasi indéfiniment, alors c’est plutôt cool.

Bref, la Stan Smith fait son grand retour dans une version plus engagée, et tout aussi belle.

Cependant pour s’offrir cette paire de chaussures il faudra débourser tout de même 325 dollars (environ 250 euros).

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

la-mode-ethique-est-elle-reservee-aux-riches

La mode éthique est-elle réservée aux riches?

Est-ce que le vêtement éthique n’est pas une préoccupation de consommateur aisé, de bourgeois bohème? 

Sans surprise, les personnes aux hauts revenus sont plus enclines à plébisciter assidûment la mode éthique… Mais elle ne leur est pas réservée. Et d’ailleurs contrairement à ce qu’on pourrait penser la mode éthique n’est pas nécessairement synonyme de dispendieuse.

Le vêtement éthique n’est pas réservé qu’aux riches.

Loin, très loin de là. Il est largement possible de s’habiller de façon cool et tendance, sans y laisser en salaire.

Cela passe par des achats mieux choisis, ou par des achats seconde main.

Les achats de seconde main ne permettent pas directement d’éliminer les produits toxiques (pesticides, colorants…). Cependant ils permettent de recycler des déchets de l’industrie textile.

la-mode-ethique-est-elle-reservee-aux-riches-vetements-occasion-sont-les-plus-ecologiques

Les vêtements d’occasion sont les plus écologiques!

D’un point de vue environnemental, les achats de seconde main favorisent le développement de l’économie circulaire et les filières de recyclage. S’ils ne sont pas souvent écologiques et exempts de produits néfastes, ils sont l’alternative la moins polluante, puisque par définition, plutôt que de produire quelque chose de nouveau, on réutilise quelque chose qui existe déjà.
D’un point de vue social, les achats de seconde main permettent également de créer de l’emploi sur le territoire. Enfin, d’un point de vue économique ils sont également très concurrentiels pour le consommateur. En effet, les prix pratiqués en friperie sont hyper abordables pour tout le monde. Ils sont d’ailleurs bien plus accessibles que ceux pratiqués en dans les grandes enseignes de la fast-fashion.

la-mode-ethique-est-elle-reservee-aux-riches-etre-style-tout-en-maîtrisant-son-budget

Une autre façon d’être stylée tout en maîtrisant son budget, c’est de favoriser le réemploi en ayant recours au troc ou au swap :

Une des alternatives les moins chères est le troc. Eh oui, on a tendance à l’oublier mais cette pratique vieille comme le monde a déjà fait ces preuves. Pas besoin de dépenser une fortune, pour organiser un après-midi entre copine, ou entre voisines… Le principe du troc est simple : chacune amène un nombre d’habits déterminé de pièces en bon état, dont elle souhaite se départir, et chacune repart avec le même nombre de pièces qu’elle a apporté.

Le troc permet de diminuer les dépenses inutiles et encourage une économie de proximitéé́. Enfin, le troc favorise l’entraide ou encore l’économie solidaire. C’est pourquoi on peut affirmer que le troc s’inscrit dans un processus d’achats responsables. Bref, consommer moins de produits neufs, permet de diminuer le stock physique de la consommation tout en permettant à l’économie de marché de diminuer.

la-mode-ethique-est-elle-reservee-aux-riches-militer

Mais consommer éthique c’est aussi un acte militant.

Et militer, n’est également pas réservé qu’aux classes sociales supérieures de la société.

Lorsqu’on achète en boutique type fast fashion, on finance un système. On finance un système ultra polluant. Un système qui appauvrit les sols, qui prône la culture intensive, qui rend nécessaire l’utilisation d’engrais, de pesticides et d’insecticides, qui gaspille tous les vêtements non vendus, qui favorise la surconsommation, la pollution, l’exploitation de millions d’animaux et de millions d’humains.

la-mode-ethique-est-elle-reservee-aux-riches-acheter-moins-mieux

Pour acheter des choses éthiques, c’est-à-dire qui ne détruisent pas le vivant, il faut acheter moins et mieux.

Cependant, il ne sera jamais possible d’acheter des vêtements éthiques au même prix que les vêtements issus de la fast-fashion, c’est normal. Les prix pratiqués par les enseignes de fast fashion, ne reflètent pas le prix juste. Ces vêtements vendus à des prix défiants toutes concurrence sont peu dispendieux, car ils sont souvent fabriqués par une main-d’œuvre bon marché et parfois exploitée.

Mais pour acheter/être un consommateur éthique, il faut également apprendre à acheter moins.

Consommer de façon responsable, c’est avant tout consommer de façon plus raisonnée. C’est d’ailleurs pour cela que l’on parle de « slow fashion » ou « mode lente ».

Pour cela il faut cesser de courir les magasins pour acheter des vêtements et accessoires à tout va, sans réfléchir, ce n’est pas du tout responsable. Vous avez certainement déjà entendu parler de la règle des 80/20 , et bien celle-ci s’applique également à votre garde-robe : on porte en général 20 % de nos vêtements 80 % du temps. Ça fait donc un sacré nombre de vêtements qui prennent la poussière et une sacrée somme d’argent qui y ont été gaspillés!

Choisir la mode éthique, c’est aussi avoir une réflexion plus profonde sur notre façon d’acheter.

Bref, ouvrons les yeux. Donnez-vous les moyens de vos convictions.  Car ces moyens, nous les avons ; il suffit de réapprendre à consommer.

Pour ma part, par exemple je ne suis pas millionnaire, mais j’essaie autant que faire se peut de financer un système différent. J’essaie de financer un système plus respectueux des sols, la plupart du temps plus respectueux de l’humain. Je me renseigne, j’apprends, je consomme de façon militante.

Cessons de croire que les grands méchants sont les multinationales.  Et surtout cessons de croire que nous sommes obligés de subir leur dictats. Elles ne font que produire les choses que nous, consommateurs, achetons au quotidien. Vous, nous, avons un grand pouvoir. Celui de ne pas donner notre argent à ces multinationales, et de financer un autre système, et d’impulser un élan vers une consommation plus raisonnée.

Personne ne fera les choses à notre place. Et le fait que personne ne se réveille n’est pas une bonne raison pour ne rien faire… Et l’excuse la mode éthique c’est que pour les riches n’est pas valable.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.