noel-avez-vous-ete-sage-cette-annee

Noël : avez-vous été sage cette année?

Quand les enfants sont jeunes, lorsqu’ils croient encore au père Noël on leur demande souvent « As-tu été bien sage cette année? ». Et si cette année, plutôt que de poser la question à vos enfants, vous vous la posiez à vous-même!

Ai-je été sage cette année?

Ici, je ne fais pas référence aux bêtises mais plutôt à l’étymologie du terme. La sagesse vient du latin sapere qui signifie « avoir du goût de la saveur » et « avoir du jugement, de l’intelligence, comprendre ».

Pour discerner et réfléchir autour de cette question, demandez-vous :

  • Quand avez-vous été courageux?
  • Qu’avez-vous fait cette année?
  • Quelles situations compliquées êtes-vous parvenu à gérer?
  • Qu’avez-vous appris?
  • Quelles décisions avez-vous prises?
  • De quoi êtes-vous fier?
  • Avez-vous atteint vos objectifs ou vous vous étiez fixé?
  • Avez-vous fait une différence?
  • En fin de compte, posez-vous les questions suivantes : ai-je assez aimé?
  • Est-ce que je ris assez?

Le but de ce petit article est de vous inviter à prendre le temps de regarder en arrière et faire le point.

Enfin, le meilleur cadeaux que l’on peut faire et se faire, c’est remercier !

Remerciez pour tout ce que vous avez déjà dans votre vie.

Notre ego en veut toujours plus, il n’est jamais satisfait. En remerciant pour les choses que nous avons déjà, nous attirons à nous encore plus d’abondance.

À mon tour, j’en profite également pour vous dire merci.

Merci à chacun de vous pour votre présence ici sur le blog, qui me fait si chaud au coeur. Merci pour vos messages, vos partages authentiques et vulnérables, vos questions, votre présence.

Enfin, je vous souhaite un joyeux Noël.

Profitez-en pour avoir tu temps de qualité avec vos proches, et pour vous délectez de plats délicieux!

Pour ma part, je vais prendre quelques congés. C’est pourquoi je commence une petite pause de blogue à compter d’aujourd’hui, pendant sept à dix jours. Je ne sais pas encore exactement, je déciderai spontanément au moment venu.

Photo : 
deuil-fêtes-comment-passer-les-fetes-de-fin-dannee-apres-la-perte-dun-proche

Comment passer les fêtes de fin d’année après la perte d’un proche?

Vous venez de perdre un être cher. Vous allez peut-être entrer dans une période difficile, un temps de séparation, d’ajustement : un temps de deuil.

Autrefois, les personnes endeuillées se paraient des vêtements noirs ou blancs. Cela leur permettaient d’informer de façon informelle leur entourage qu’elles traversaient une période douloureuse. Aujourd’hui, les temps ont changé. Le port du noir ou du blanc, n’est plus un signe distinctif puisque ces couleurs vestimentaires selon largement utilisées tout au long de l’année. Cependant, malgré que l’on affiche plus son deuil de façon visible, la réalité intérieure demeure.

Pendant la période des fêtes, là où tout le monde être heureux de se retrouver en famille, il n’est pas toujours facile de parler ou de vivre la perte d’un être cher.

En effet, les fêtes de fin d’année sont synonymes de cadeaux, de magie, et de féerie …  Mais ces moments de gaité, de partage et de rassemblement sont d’autant plus difficiles à vivre lorsque l’on vient de perdre un proche. Dans ce contexte, il n’est pas évident de vivre et/ou d’afficher son deuil au milieu de tous ceux qui nous souhaitent de passer de joyeuses fêtes entourés de notre famille, lorsque l’un d’entre eux manque à l’appel.

La période les fêtes de fin d’année est une période difficile pour vivre un deuil.

Car les fêtes de fin d’année sont, comme leur nom l’indique, réputées pour être une période heureuse.

Pourtant, vos soucis personnels viennent assombrir le tableau. Solitude, précarité, divorce, perte d’un proche, chômage : la magie de Noël, vous n’y croyez pas, bien au contraire, vous la fuyez. Vous ne trouvez pas votre place au milieu de tous ces visages comblés et souriants, le bonheur des autres ne fait qu’exacerber votre peine.

Il y a un an, j’ai perdu mon grand-père, durant les fêtes de fin d’année. C’était quelqu’un avec qui j’ai passé énormément de bons moments alors j’avais décidé de lui rendre hommage dans un article.
Mais ça n’a pas été si simple, de vivre la séparation à cette période ci de l’année.

deuil-fetes-deja-un-an-sans-toi.ai

C’est pourquoi aujourd’hui j’ai décidé de rédiger un article avec 5 conseils pour vous aidez à faire le deuil de quelqu’un pendant la période du temps des fêtes.

1. Ne vous positionnez pas en victime…

Ne vous laissez pas embarquer dans une spirale de négativisme!

Souvent lorsqu’on perd un être cher on a l’impression que le monde s’écroule. Certes ce n’est jamais évident de perdre quelqu’un, mais ne vous laissez pas embarquer et submerger par des émotions négatives. On a pas le contrôle sur tout les événements de la vie, mais on peut essayer de faire de notre mieux pour rester positif.

Pour cela, pensez à ce qui pourrez vous faire du bien :

Écoutez votre musique préférée, allez au spa, entourez-vous des gens que vous aimez réellement. Bref, faites des activités qui habituellement vous procurent de la joie et du bonheur.
Et surtout ne culpabilisez pas d’être heureux, acceptez alors de prendre du plaisir, sans vous sentir coupable. Être heureux même après le départ d’un proche, ça ne veut pas dire que la personne ne vous manque pas, ou que vous ne pensez pas à elle.

2. Cependant pas besoin de vous prouvez à vous même, ou à autrui que vous allez bien.

Écoutez-vous. C’est correct parfois de chialer une journée au complet et de ne pas avoir honte de le dire. Il n’y a pas de mal ou de honte à ça.

3. Honorer la mémoire de la personne disparue

Il se peut que fêter Noël n’a plus de sens pour vous, maintenant que la personne que vous aimez n’est plus là. Néanmoins, vous pouvez redonner du sens à cette période en incluant, un hommage à sa mémoire. Le silence et le « faire comme si » font beaucoup plus de mal que de bien… En effet, plutôt que de passer toute la journée de Noël à penser à la personne disparue, sans oser prononcer son nom, de peur que toute la famille s’effondre, prenez le parti d’honorer explicitement sa mémoire, ce jour-là. Pour cela, essayez de définir ensemble la manière la plus belle et la plus appropriée de rappeler son souvenir, sans pour autant gâcher le plaisir d’être ensemble.

Qu’il s’agisse d’allumer une bougie, ou encore d’écrire chacun sur un bout de papier un bon souvenir pour se rappeler ensemble des bons moments passés en sa présence, mieux vaut en parler ouvertement et collectivement plutôt que de chacun ressasser ça dans son coin.

4. C’est correct de rire et de faire de l’humour sur la situation.

Mon grand-père était quelqu’un de très attaché à certaines traditions. Par exemple à chaque enterrement il était indispensable de sortir le set de vaisselle “spécial enterrement” qu’il faut absolument utiliser que dans ce cas de figure.

hérité de je ne sais trop qui pour l’occasion. Il n

5. Perpétuer les traditions.

Chaque personne a ces petites habitudes et ces petites traditions.

Pour les perpétuer il suffit de les refaire vivre. Et ça n’a pas besoin d’être compliqué.

Vous pouvez par exemple, cuisiner son plat préféré ou celui qui vous cuisinait souvent pour vous faire plaisir.

Mon grand-père me recevait toujours comme une princesse.(N’ayons pas peur des mots!) À deux on se fait des repas dignes de véritables banquets. Au menu, il y avait du crabe, des langoustes, d’huîtres, ou encore des fruits de mer en tout genre. Le tout parsemé de vin! Alors c’est certains que dès que je dégusterai des fruits de mer dans les mois et les années à venir j’aurais toujours une petite pensée pour le bon vivant et la personne généreuse qu’il était.

Vous pouvez également par exemple, être fleurir votre intérieur, en l’honneur de sa mémoire.

Par exemple mon grand-père adorerait les fleurs, à défaut de pouvoir en offrir à sa femme (il était veuf et puis divorcé) il s’en rapportait souvent un bouquet lorsqu’il revenait de courses. Il disait non sans humour que c’était son petit côté « Pd ».

Vous pouvez aussi faire perdurer un rituel bien-être.

Mon grand-père avait un petit rituel de lecture dans le bain. Il lisait chaque mercredi le canard enchaîné dans sa baignoire.
Personnellement, je pense que j’ai hérité de son amour pour les bains, alors c’est avec plaisir que je fais perdurer cette tradition.

Et vous quelles sont les astuces ou les conseils que vous donneriez à quelqu’un pour l’aider à mieux vivre son deuil?

Enfin, je tiens à préciser que je ne suis ni coach, ni psychologue. Alors si ces petits trucs ne vous suffisent pas pour vous aider à garder la tête haute ou plutôt pour relever la tête et bien allez consulter un spécialiste. Notez que la première année qui suit le décès est reconnue être la plus difficile. Car chaque saison, chaque fête, chaque anniversaire ramènent leurs souvenirs.

Cependant, n’oubliez pas que même si les fêtes de fin d’année ne seront plus jamais les mêmes, elles peuvent néanmoins rester sources de joie de positivisme et de souvenirs de l’être cher.

 

DIY : Broder un panier

Les cadeaux de Noël sont finis ?! Dans la lignée du dernier article où je vous proposais de créer un porte-monnaie vous même, je vous apprends aujourd’hui à personnaliser un panier en osier.

Les paniers c’est pratique, c’est tendance, on peut ranger des choses dedans, s’en servir de cache-pot, faire ses courses avec, et j’en passe. Le top !

Donc voici un tutoriel pour apprendre à broder un panier, à l’aide de fil, mais aussi de sequins !

 Pour rappel vous avez sur cette page un tutoriel entier consacré aux bases de la broderie : DIY apprendre à broder

 

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

Pour ce DIY panier brodé, il vous faudra : 

  • un panier
  • un feutre
  • de la laine/coton
  • une grosse aiguille
  • du fil, et des sequins, des perles
  • des ciseaux

Étape 1 : 

À l’aide d’un feutre dessinez un motif sur votre panier, moi j’ai choisi un motif simple et rapide à broder : en effet, il n’est composé que de lignes droites. Si vous y arrivez avec un crayon c’est bien aussi, sur mon panier, ils ne marquaient pas assez.

Après avoir dessiné au feutre, j’ai vaporisé un peu de laques pour que le motif reste intact le temps de broder.

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

 

Étape 2 : 

Munissez-vous d’une grosse aiguille et de fil assez épais (type pelote de coton)

Faites un bon nœud au bout du fil et enfilez l’aiguille. Commencer par piquer le panier de l’intérieur pour que le nœud soit caché.

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

Étape 3 : 

Dans mon cas, j’ai simplement fait des allers, retours entre la tige de la plante et ses extrémités

Pour plus de détails, je vous renvoie à mon premier tutoriel : DIY apprendre à broder

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

Étape 4 : 

Continuez le motif et n’hésitez pas à repasser aux mêmes endroits pour épaissir le trait.

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

Et voilà !

 

Étape 5 : 

Si vous voulez rajouter des sequins, il vous faudra du fil à coudre bien résistant, une aiguille plus fine, des sequins, et pourquoi pas des perles.

Passer dans le fil, la petite perle. Puis rassemblez les deux extrémités du fil et enfilez le sequin.

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

Étape 6 : 

Disposez-les de part et d’autre sur votre panier, en faisant des nœuds cachés à l’intérieur.

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

Vous avez fini ! Simple, non, ce tutoriel broderie ?

 

diy panier broderie broder tutoriel tuto embroidery cache pot

 

 

 

7 façons de limiter l'impact environnemental de notre garde-robe

7 façons de limiter l’impact environnemental de notre garde-robe

Les vêtements que nous portons ont des impacts environnementaux et sociaux considérables.

La plupart des gens savent que le pétrole est l’industrie la plus polluante au monde. Mais la plupart des gens ignorent que la mode est la troisième industrie la plus polluante au monde. Chaque année, les femmes dépensent trois millions de dollars en vêtements neufs. La femme moyenne possédera en moyenne plus de trois mille articles au cours de sa vie. Elle en portera environ 20%. Les 80% restants finiront enfouis dans les décharges. Pour ce pas participer à ce gaspillage monumental, voici 7 manières de réduire l’impact environnemental de vos vêtements.

7-facons-de-limiter-limpact-environnemental-de-notre-garde-robe-vetements-labels

1. Préférer les produits écolabelisés (GOTS, OEKO-TEX, Cradle 2 Cradle).

Les écolabels distinguent des produits et des services plus respectueux de l’environnement. Leurs critères garantissent l’aptitude à l’usage des produits et services, et une réduction de leurs impacts environnementaux tout au long de leur cycle de vie. Ainsi ils garantissent des vêtements durables exempts de substances chimiques dangereuses pour la santé humaine et l’environnement.

reduire-impact-environnemental-notre-garde-robe-preferer-coton-bio-au-coton-conventionnel

2. Préférez le coton biologique, au coton régulier.

Le coton biologique présente de nombreux avantages : qu’il s’agisse de la qualité, de la douceur ou de la résistance du tissu, ou encore des facteurs humains et environnementaux, il représente un meilleur choix, sur de nombreux aspects.

3. Prenez bien soin de vos vêtements pour les garder le plus longtemps possible.

7-facons-de-limiter-limpact-environnemental-garde-robe-poser-les-bonnes-questions

4. Demandez-vous:

  • Qui a fabriqué cet article de vêtement?
  • Comment?
  • Dans quelles conditions?
  • Avec quels matériaux?
  • Et qu’en est-il du respect des droits de l’homme dans tout cela?

7-facons-de-limiter-limpact-environnemental-de-notre-garde-robe-vetements-seconde-main

5. Choisissez des vêtements de seconde main, et réparez et transformez vos anciens habits!

Les vêtements et chaussures de seconde main représentent aussi une vraie solution pour les petits budgets.
Pour les occasions spéciales (mariages et autres festivités) pensez à partager et louer vos vêtements.

7-facons-de-limiter-limpact-environnemental-garde-robe-offrir-deuxieme-vie--pour-vos-vetements-textiles-usages

6. Recyclez vos vêtements en les amenant à un point de chute.

Selon Greenpeace, on estime que 95% des vêtements jetés avec les ordures ménagères pourraient être réutilisés ou recyclés. Aujourd’hui avec internet il existe de nombreux de points de vente pour vos vêtements usagés. Alors, donnez-les, si vous ne souhaitez pas le revendre. Vous pouvez les apportez dans les boîtes de dépot Certex, ou les déposer dans des organismes communautaires qui favorisent la réinsertion.

7. Enfin, prenez soin de vos vêtements au moment du lavage.

Lavez vos vêtements à 30 ° C. Évitez la sécheuse. Pensez à utiliser des détergents à lessive doux, sans phosphate et hypoallergéniques. Si votre détergent à lessive détient une certification écologique, c’est encore mieux.

Enfin, j’espère que cet article vous a permis de lever le voile, sur les moyens de réduire l’impact environnemental de votre garde-robe!

Source : ADEME
le-visage-cache-de-noel-emballage-cadeau-suremballage-gaspillage

Le visage caché de Noël

Ah le temps des fêtes, la magie de Noël ! Les soupers en famille, la dinde de Noël, la buche de Noël, la neige sur le rebord des fenêtres…

Mais, saviez-vous que Noël est la fête qui pollue le plus?

Noël pollue beaucoup, en partie à cause du suremballage lié à l’emballage des cadeaux!

Alors afin de minimiser votre impact écologique, voici quelques trucs et astuces qui peuvent vous aider, à réduire l’impact environnemental des fêtes.

Bien que le papier cadeaux soit très sympa et très joli, ce dernier n’est pas toujours recyclable. En effet, parfois le papier est ciré et par conséquent, il va alors aux ordures, et non au recyclage.
C’est pourquoi, les festivités de fin d’année représentent une catastrophe écologique que nous perpétuons dans la joie et la bonne humeur!
Devons-nous pour autant arrêter d’emballer les cadeaux pour nos proches ?
La réponse est non. Car avouons-le, les emballages cadeaux, c’est fun, et ça crée un effet de surprise bien sympa.
Et en plus, c’est plutôt joli d’avoir pleins de cadeaux de formes et de tailles différentes tous emballés sous le sapin!
Alors pour continuer à déposer de jolis cadeaux empaquetés sous le sapin, il existe différentes alternatives pour remplacer le traditionnel papier cadeau. Voici quelques idées :

Idée 1 : Une feuille de papier journal, ou une page de magazine peut rendre un emballage-cadeau attrayant, pour autant qu’on en soigne la présentation.

 le-visage-cache-de-noel-emballage-papier-cadeau-suremballage-Sparkwrapping

Alternative : il est également possible de se servir de vieilles cartes routières !

Crédit photo:  Country Living

Idée 2 : Cette année, impressionnez famille et amis en faisant appel à la méthode d’emballage japonaise d’emballage : le furoshiki.

Le Furoshiki est une technique traditionnelle japonaise.

Ce sont des emballages réalisés avec des tissus. Ils sont très populaires au Japon. On les utilises pour emballer les cadeaux, mais également pour transporter des objets dans la vie de tous les jours. Les furoshiki sont des foulards de forme carrée qui sont pliés à la manière d’un origami.

Normalement, le donneur ouvre le paquet en face du receveur puis reprend son tissu, puis le réutilise ensuite. Mais comme cette pratique est peu répandue en France, vous pouvez l’offrir avec le cadeau… Si la personne est intéressée, bien sûr.

le-visage-cache-de-noel-emballage-papier-cadeau-suremballage-furoshiki

Crédit photo: Evermine

Idée 3 : Du papier-cadeau à planter ? 

Aujourd’hui il existe du papier cadeau ensemencé.

Le papier ensemencé est une invention super cool, que j’adore dont je vous ai déjà parlé ici.

Il s’agit de papier 100% biodégradable, au sein duquel de minuscules graines ont étés incorporés. Selon l’épaisseur du papier, on peut y incorporer des graines de fleurs sauvages, des annuelles, des vivaces, ou encore des graines de fruits et de légumes.

Ce papier permet, une fois votre cadeau déballé, il suffit de recouvrir le papier d’eau et de terre, pour y voir apparaitre, quelques mois plus tard, des jolies plantations!

le-visage-cache-de-noel-emballage-papier-cadeau-suremballage-original_super-food-plantable-wrapping-paper-pack

Crédit photo:  eden’s paper

Peu importe l’emballage choisit, recyclez-le ! 

Il n’y pas que l’emballage du paquet cadeaux qui compte ! Il y a aussi l’emballage de jouet lui-même. Même si ceux-ci sont souvent en carton il ne sont pas triés de manière systématique par chacun d’entre nous. En effet, seuls 66% des parents déclarent en effet trier les emballages de jeux et jouets après les avoir déballés !

Alors un seul mot d’ordre : RECYCLEZ !

Et vous, quelles sont vos petites astuces et vos trucs préférés pour ne pas avoir des poubelles plus grosses que votre sapin de Noël durant le temps de fêtes ?

princesse-un-jour-boniche-toujours

Noël, halte aux cadeaux sexistes

Les cadeaux de Noël sexistes …

Les militants ont beau, d’année en année, multiplier les happenings et autres performances, pour dénoncer, à coup d’humour et de légèreté, le sexisme qui se niche dans les cadeaux de Noël, le refrain des clichés se rejoue chaque année !

Mais dans cette mascarade marketing, en tant que consommateur, nous y sommes aussi bel et bien pour quelque chose… Car c’est nous qui mettons la main au portefeuille ! Nous sommes également au coeur de ce système !

Mais en cette période de fêtes de fin d’année on souhaite faire plaisir, on souhaite gâter nos proches et particulièrement les enfants ! On souhaite les voir s’émerveiller en découvrant les cadeaux que le prétendu Père Noël a déposé au pied du sapin ! Alors on a tendance à respecter à lettre, la lettre écrite au Père Noël. Néanmoins, le père Noël pourrait peut-être cette année être un petit peu plus rebelle et engagé… Vous ne pensez pas ?

Cependant, les  Barbies, les petites voitures et autres miniatures ne résultent pas d’un vieux barbu qui vivrait en Laponie, non loin du pôle nord… NON ! C’est bel et bien nous qui achetons ces jouets… Alors dans cette période de forte fréquentation, des rayons jouets des supermarchés, il est grand temps de s’interroger sur l’impact des jeux que nous achetons sur leur construction mentale et psychique des enfants.

Pour ce faire, voici un court extrait du livre Contre les jouets sexistes.

Écrit par des associations antisexistes (Mix-cité, le Collectif contre le publisexisme) il révèle l’ampleur de la discrimination sexiste que subissent les enfants et la manière au travers des jouets et de leurs usages. “Dans l’histoire humaine, la fin d’une domination n’est jamais advenue par hasard, ni n’a jamais été donnée en cadeau par les dominants : elle a toujours été rendue possible grâce à des combats, grâce au fait que les opprime-é-s ont su faire entendre leur voix. Les changements sociaux semblent toujours irréalistes avant d’être concrétisés, mais ils apparaissent bien souvent évidents, légitimes et « naturels  une fois opérés ».

Alors si vous ne souhaitez pas enfermez vos proches dans l’image d’une famille stéréotypée, posez-vous quelques questions lorsque vous entrez dans les magasins de jouets !

En effet, bien souvent les enseignes des magasins de jouets cloisonnent et séparent les rayons avec la mention « jouets pour filles » et « jouets pour garçons ». Cette séparation est toujours bien marquée, surtout en période de fêtes et de grande affluence. Mais celle-ci contribue à la perpétuité des traditions sexistes.

Même si vos enfants vous ont sans doute fait une liste très précise de ce qu’ils souhaitaient recevoir pour Noël, c’est vous qui êtes responsable de l’éducation et l’avenir de vos enfants.

Alors, pour lutter contre le sexisme, l’homophobie, le racisme et le consumérisme qui se dissimulent dans les jouets, posez vous quelques questions avant de sortir la carte bancaire, afin de ne pas perpétuer les stéréotypes !

Pour savoir si  le jouet que vous venez d’acheter ou que vous envisagez d’acheter pour votre enfant est sexiste, posez-vous les 3 questions suivantes :

  1. L’aurais-je également acheté pour un enfant de l’autre sexe ? Non ?
  2. Pourquoi donc de nombreux jouets sont-ils destinés exclusivement aux garçons ? Où à l’inverse uniquement aux filles ?
  3. Pourquoi mes enfants me demandent-ils précisément tels ou tels jouets pour Noël ?

Le phénomène est complexe, sous-jacent, et profondément ancré et intériorisé en chacun-ne d’entre nous.

Les jouets que nous offrons à nos enfants, nous paraissent anodins et inoffensifs. Pourtant, il n’en est rien.

Les jouets ne sont absolument pas neutres.

Ils participent à l’éducation des enfants. Les jouets sont des supports qui contribuent à la construction des enfants.

Les poupées aux critères de beauté blanche ne ressemblent pas aux petites filles noires qui jouent avec. Bien que des poupées de couleurs noires existes aussi, elles restent une exception dans les magasins de jouets. Les rayonnages de jouets, représentent peu la société. À quand une véritable diversité ethnique au sein des rayons ?! Les jouets doivent contribuer à l’épanouissement et à l’émancipation des enfants. Pour cela, il doivent permettre l’échange, l’amusement et l’imagination.

Le Collectif Contre le Publisexisme critique « l’industrie des jouets et de nombreux livres pour enfants [qui] enferment les filles et les garçons dans des rôles imposés dès leur plus jeune âge. » Mot d’ordre : « Ne participons pas au “dressage” culturel des enfants ! … Ne leur offrons pas les jouets correspondants au stéréotype de leur sexe ! … Des jouets pour s’amuser, pas pour être formaté-e ! »

Enfin, l’association Mix-Cités propose une action contre les jouets sexistes :

Une chasse aux jouets sexistes ! Qu’est ce que c’est ? Et bien, si vous repérez un magasin qui propose des jouets sexistes ou un rayon séparé par les mentions “fille” et “garçon”, écrivez au Service Promotion de l’Egalité, de la HALDE. 

10-trucs-pour-un-noel-plus-ecolo-et-responsable

5 trucs pour un Noël plus écolo et responsable

Le temps des fêtes est un moment de l’année où la consommation atteint des records et où nos sacs à ordures souffrent clairement d’embonpoint.

Voici quelques gestes faciles à adopter qui contribueront, je l’espère, à mettre vos sacs à ordures au régime !

Rassurer vous, je ne vais pas jusqu’à proposer un temps des fêtes sans achats ou sans sapin, cependant, il existe de nombreuses petites alternatives, et de nombreux petits gestes pour diminuer votre impact écologique lors de la période de Noël.

1 / Oubliez le sapin artificiel, préférez ceux naturels :

À première vue, le sapin artificiel peut sembler plus durable que le sapin végétal. En effet, le sapin artificiel est réutilisable. Ainsi le sapin artificiel peut sembler plus écologique que le fait d’avoir un sapin naturel à usage unique.

Mais, sans vouloir raviver le débat des sapins, le sapin naturel a un impact écologique plus faible.

Car comme son nom l’indique, il est naturel ! En effet, le sapin végétal est généralement spécifiquement planté pour l’occasion. La plantation d’arbres contribue à la réduction des gazs à l’effet de serre grâce aux CO2 qu’ils absorbent pendant leur croissance.

De plus, il est possible d’acheter un sapin local.

Tandis que le sapin artificiel, bien que réutilisable, il parcourt souvent de nombreux kilomètres avant de ce retrouver au milieu de votre salon.

Ainsi, l’achat annuel d’un sapin naturel est plus écologique que l’utilisation d’un même sapin artificiel pendant plusieurs années…

 

2 / Les décorations du sapin de Noël :

Inutile de renouveler les décorations de notre sapin chaque année!

  • Celles de l’an dernier conviennent encore !
  • De plus, ou soyez créatifs ! Il n’est pas obligatoire d’acheter des décoration. En effet, vous pouvez le décorer avec des petits DIY ou des petits bricolages réalisés par vous ou par vos enfants. Vous pouvez également aller vous promener en foret et ramasser quelques pomme de pins, qui feront très bien l’affaire

Pour le jardin et pour vos fenêtres, installez vos décorations lumineuses à la mi-décembre.

Et si possible, évitez de trop en mettre. Dans tous les cas, privilégiez les lumières D.E.L. ou L.E.D. qui sont à la fois plus écologiques et économiques !

3 / La table de fêtes : Utilisez de la vaisselle lavable !

  • Ça évite de remplir les poubelles avec de la vaisselle. N’oubliez pas ! Le carton souillé et les assiettes en styromousse ne vont pas dans les bacs à recyclage.
  • Dans la même lignée, préférez des serviettes lavables.

4 / Un repas de fête : Le repas du réveillon représente pour beaucoup d’entre nous un moment de plaisir gustatif très attendu.

Cuisinez avec des produits biologiques, équitables et de saison.

  • Oubliez ainsi les fraises et tomates qui n’auront par ailleurs aucun goût. Concernant les fruits exotiques, c’est aussi la saison d’en manger. Mais préférez ceux transportés par bateau et issus du commerce équitable.
  • Pour le poisson (notamment saumon et crevettes), préférez celui d’élevage et si possible bio : 75 % des réserves mondiales de poisson sont épuisées ou surexploitées.
  • Sachez par ailleurs qu’en plus d’être bonnes pour la santé, les huîtres, produit local, sont naturellement bio car élevées dans la mer, sans ajout de produits chimiques et faisant l’objet d’une vérification stricte de la qualité de l’eau.

Noël est une bonne occasion pour repenser nos habitudes alimentaires. Évitez de manger trop de viande.

  • Surprenez votre famille et vos amis avec des plats végétariens !

Gardez les restes du repas de Noël dans des contenants réutilisables ou distribuez-les à votre famille, ou amis.

Ça évite le gaspillage !

5 / Offrez des cadeaux de Noël responsables :

Offrez des cadeaux artisanaux ou produits près de chez vous.

Ça évite le transport et favorise les producteurs locaux.

Offrez des cadeaux issus du commerce équitable.

Ça stimule et fait connaître le commerce équitable.

 Selon vos talents et ce que vous avez sous la main, fabriquez vos propres cadeaux.

Si c’est un cadeau pour une personne gourmande, misez sur vos talents culinaires : Offrez des biscuits, des confitures faites maison, du caramel au beurre salé, des conserves préparées avec amour, des eaux de vie..
Sinon, vous pouvez également confectionnez un calendrier avec des photos, des vêtements fait à la main, un tricot un livre de recettes écrits à la maison, ou encore, si vous avez l’âme d’un artiste, un portrait, une chanson … ou que je-sais !

Bref, faire quelque chose de personnel et ça réduit la consommation, et ça lui fait également son petit effet ! !

Offrez des cadeaux culturels.

Exemples : Places de concert, de sport, spectacle, théâtre, cours de cuisine, etc.

Offrez des soins personnels.

Des massages et d’autres services de soins personnels

Ça limite les déchets et ça fait tellement de bien!

Enfin, pour les emballages : faites des emballages originaux et plus écolos pour vos cadeaux :

Emballez vos cadeaux dans des sacs réutilisables ou du tissu : pourquoi pas apprendre la technique du Furoshiki.

Ou alors, privilégiez le papier recyclable et réutilisez vos vieux emballages.

 

BONUS : Enfin, une fois les fêtes terminées pourquoi ne pas songer à faire un tri, parmi vos affaires :

À Noël, on reçoit parfois beaucoup de cadeaux, et après les fêtes vient le temps de tout ranger ! Alors pour faire entrer toutes ces nouvelles choses dans vos intérieurs il est sans doute temps de faire un tri et de ré-évaluer vos besoins.

Personnellement, je vous conseille de tout donner à des œuvres caritatives ou à des associations :

À moins que vous soyez extrêmement dans le rouge niveau financier, je vous conseille de vous départir au plus vite de tout ces objets inutilisés.

Vendre ces objets d’occasion demande beaucoup de temps et d’énergie. Alors personnellement, je préfère me dire que je ferais moins d’achats superflus, et tout apporter à un centre.

C’est aussi l’occasion de faire une bonne action !

Apporter vos objets à des associations et à des œuvres caritatives permet à des gens de vivre. En effet, la plupart de ces organismes, existent grâce aux dons.
En France, vous pouvez les porter chez Emmaüs, La Croix-Rouge, Le Secours Populaire, Le Secours Catholique, Les Petits Frères des pauvres… (N’hésitez pas à rallonger la liste dans les commentaires ! ).

Au Québec, vous pouvez les porter chez Renaissance, au Village des valeurs, chez L’Armée du Salut ou chez Saint- Vincent de Paul (Pareil n’hésitez pas à rallonger la liste dans les commentaires ! ).

Bref les organismes ne manquent pas !  Renseignez-vous pour trouver l’adresse la plus proche de chez vous.

En apportant vos objets délaissés à ces œuvres caritatives, vous permettez à vos objets d’avoir une seconde vie, plutôt que de les laisser pourrir dans votre étagère ou votre garde-robe.

Dites-vous que ça fera un heureux !

Donner vos objets à des organismes c’est à la fois, faire un geste pour la planète mais également un faire geste solidaire.

 

mon-evolution-en-tant-que-blogueuse

Mon évolution en tant que blogueuse

En faisant un petit tour sur la fameuse l’outil Search Console de Google Webmaster Tools je me suis mise à réfléchir sur ma façon de bloguer… Et surtout mon évolution, en tant que blogueuse.

Je me suis dit que partager tout ça et surtout découvrir vos propres expériences pourrait être très intéressant ! Alors n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !

Au tout début,  lorsque j’ai ouvert mon blogue je n’avais pas de ligne éditoriale.

Je ne savais d’ailleurs pas vraiment dans quoi je m’embarquais… Je n’avais pas de fil rouge, ni de sujets préférés à proprement parler.

Depuis, les temps ont changés, de l’eau a coulé sous les ponts… Et désormais, s’il y a une chose dont je suis certaine c’est que j’ai beaucoup évolué en tant que blogueuse. J’ai fait des erreurs. J’ai appris. Et j’ai envie de partager tout cela, avec vous.

L’orthographe, un point à ne pas négliger !

Il est possible que je fasse encore des fautes dans mes articles, mais mon blog m’a permis de faire plus attention à ma façon de m’exprimer à l’écrit. En effet, depuis que j’écris et que je publie de façon plus régulière, j’ai appris à faire plus attention aux fautes d’orthographe. Parfois, lorsque je regarde mes statistiques sur Google Analytics, je réalise que mon blogue est pas mal lu. Alors, pour tes ces personnes, qui prennent le temps de me lire, j’essaie de soigner mon orthographe, du mieux que je peux. Je dis du mieux que je peux, car étant dyslexique, il se peut que des coquilles se glissent encore dans mes textes…

La longueur des articles

Une des choses sur lesquelles j’ai changé c’est la longueur des articles.

Petit à petit en analysant mes statistiques, mais aussi mon propre comportement sur le Web je me suis aperçue que j’aimais mieux lire des textes pas trop court. Sinon j’ai l’impression de rester sur ma fin.

Je vais vous apprendre à ce sujet, car je crois intimement, que le nombre de mots idéal pour un article de blog n’existe tout bonnement pas…Cela dépend des sujets, de votre audience, et de votre style rédactionnel.

Qu’est-ce que ça signifie pour moi en termes de chiffres ?

Et bien, j’écris des articles qui font entre 600 et 1200 mots je dirais. Cependant je ne m’impose pas un nombre de mots définis. J’essaye de faire en sorte que l’article se tienne, sans trop me préoccuper de sa longueur. S’il dépasse les 2 000 mots, je vais essayer de voir s’il est possible que je le coupe. Dans ce cas de figure, s’il est possible, je le sépare en 2 articles distincts.
Cependant, il arrive que des articles très courts ,en terme de nombre de mots soient également publiés sur le blog. C’est le cas notamment des DIY. Bien que ce type d’article soient assez court, ils comportent de nombreuses photographies pour pouvoir suivre visuellement les étapes une à unes. Dans ce cas de figures là, il est tout à fait possible de réduire le nombre de mots de façon assez conséquente.

La promotion de mes articles.

Ce point mériterait un article complet sur le sujet. Mais il est vrai que j’ai souvent utilisé les réseaux sociaux pour partager mes articles sur Facebook sur Pinterest sur Instagram afin de les partager. Car au début lorsqu’on commence à bloguer, on est tout content tout excité. Mais lorsqu’on regarde nos statistiques, on déchante un peu. Alors si comme moi le fait de ne pas être beaucoup lu dès le début vous déçoit un peu il est possible de remédier à ça en partageant vos articles sur différents réseaux sociaux. Ça peut faire une grande différence.

Ce que je vous conseille au début c’est de le faire sur toutes les plates-formes, et de regarder lesquels marchent le mieux pour votre secteur…

Voilà j’espère que ce petit article vous a plu.

Et vous quelles sont les choses sur lesquelles vous avez évoluer depuis que vous êtes devenus blogueur ou blogueuse ?