Swap

echanger-vetements-swap-party

J’ai testé pour vous : le swap de vêtements

Trop petit, trop court, trop évasé, trop grand, trop démodé… Les raisons pour se départir de vêtements sont nombreuses.

Mais cette fois, plutôt que de donner les miens à des organismes de bienfaisance j’ai décidé de les échanger lors de l’événement Swap Party qui avait lieu dans le cadre du Festival Mode et Design de Montréal.

L’événement avait lieu à la Maison du Développement Durable. Le concept du swap était simple chaque morceau de vêtements apporté permettait de pouvoir échanger et repartir avec un autre morceau de vêtements.

Je me suis prêtée au jeu et j’ai testé l’expérience. J’avais donc sélectionné huit vêtements. Tous étaient encore de bonne qualités et pouvez donc être échangés contre d’autres.

On trouvait dans mon lot de départ 8 articles : 1 tee-shirt, 2 chemises, 1 jupe, 1 robe, 1 trench de pluie, 1 pull et 1 chemisier…

jai-teste-pour-vous-le-swap-de-vetements

Et je me suis rendue avec ce kit à l’événement. À l’entrée une personne était en charge de s’assurer que le vêtement ne présentait de signe majeur d’usure, et de comptabiliser le nombre de vêtement remis. Une autre personne m’a remis un petit papier avec le nombre de vêtements que je pouvais échanger.

À 14 h, lors de l’ouverture des portes du swap, les portants des vêtements ont vite été pris d’assaut.

echange-swap-de-vetements-mode-ethique-responsable-seconde-main-1 echange-swap-de-vetements-mode-ethique-responsable-seconde-main

Disons-le tout de suite je suis quand même assez difficile en matière de goûts vestimentaires. C’est pourquoi, j’ai préféré repartir avec moins de vêtements, mais avec des morceaux de linge qui me plaisent vraiment… Donc je n’ai pas échangé tous mes morceaux de vêtements contre des « nouveaux ». Mais j’ai tout de même réussi à trouver mon compte avec cet échange de vêtements. Et je suis reparti avec 4 nouveaux morceaux. J’ai trouvé un jeans noir type boyfriends ou mom’s jeans, un chandail gris en maillage tricoté main, une camisole en maille argentée, et mon morceau préféré un chandail noir avec un très joli maillage.

jai-teste-pour-vous-le-swap-de-vetements-mode-ethique-responsable-seconde-main

jai-teste-pour-vous-echange-swap-de-vetements-mode-ethique-responsable-seconde-main

Probablement que neufs ces vêtements m’auraient coûtés une centaine de dollars, si je les avais achetés en boutique.

C’est donc ça l’avantage du swap de vêtements celui de pouvoir renouveler sa garde-robe sans y laisser un sou.

C’était également plutôt marrant aussi de voir que les pièces que j’avais moi-même apportées qui sont des pièces que pour la plupart j’avais peu portées ont trouvés preneuse.

J’ai aperçu une jeune femme prendre le morceau que j’avais apporté. Si je l’ai vu, c’est qu’elle s’est vraiment très enthousiasmée à l’idée d’en être à la nouvelle propriétaire. En effet, lorsqu’elle a aperçu le petit chemisier blanc que j’avais apporté elle s’est exclamée, à haute voix « wow il est écœurant !!  J’en cherchais un de même depuis longtemps. » C’était drôle! C’est vraiment à cause de la réaction très enthousiasme de cette fille que j’ai vu qu’elle serait la nouvelle propriétaire.

Enfin les vêtements qui n’auraient pas trouvé preneur lors de cet événement seront remis à Certex.

Pour ma part, tout les vêtements que j’avais sélectionné on trouvé preneur. C’était assez cool de voir l’impact direct de l’évènement. Car environ 1 heure après le début de l’événement les portants étaient pas mal dégarnis.

Enfin, si vous avez manqué cet événement sachez que ce genre d’initiative est de plus en plus populaire à Montréal, mais aussi au Québec.

D’ailleurs récemment dans un article je vous ai parlé du Swhap Club. Le principe est assez similaire…  Le Swhap Club organise à Montréal des événements très régulièrement tout au long de l’année.  Donc plus de raison de dépenser une fortune pour renouveler sa garde-robe

Si vous n’habitez pas à Montréal, sachez qu’il existe de nombreuses autres initiatives pour acheter seconde main ou pour échanger des affaires.

Par exemple le groupe Facebook Troc moi ça ou encore le groupe Les pros Du Troc qui compte près de 100 000 membres. Sur le groupe on peut échanger des vêtements, mais aussi des meubles, des jeux vidéo et toutes sortes d’articles.

 

 

5-raisons-de-participer-a-levenement-swap-party

5 raisons de participer à l’évènement Swap Party

La semaine prochaine a lieu un échange de vêtements organisé dans le cadre du Festival mode et design de Montréal.

L’événement Swap Party a lieu jeudi prochain, le 23 août 2018 à la Maison du développement durable (située 50 rue Saint-Catherine O). C’est gratuit et ouvert à tous!

Cet événement est organisé en partenariat avec Global Fashion Exchange.

Global Fashion Exchange (GFX) est une plate-forme mondiale et un cabinet de conseil qui promeut la durabilité dans l’industrie de la mode. Pour ce faire GFX organise des évènements et forums inspirants, pour les consommateurs et les marques. Le GFX a également mis en place des “clothing swap events” ou en français, des événements d’échange de vêtements à travers le monde entier. D’ailleurs depuis 2013, GFX a touché plus de 850 millions de personnes sur les sept continents, en collaborant avec divers partenaires, notamment les Nations Unies, pour détourner de la décharge près de 110 tonnes de vêtements.

Voici donc 5 bonnes raisons qui vous inciteront je l’espère à venir échanger vos vêtements avec moi et de nombreuses autres personnes jeudi prochain.

5-raisons-de-participer-a-levenement-swap-party-contribuer-reduire-dechet-textile

1. Participer à un échange de vêtements pour contribuer à la réduction des déchets :

Chaque année, plusieurs millions de tonnes de textile sont jetées dans les dépotoirs. En effet, selon RECYC-Québec, au Québec chaque personne jette en moyenne 24 kg de vêtements par an, soit 190 000 tonnes. Le pire dans tout cela c’est que moins de 40 % du textile québécois est à ce jour récupéré. C’est pourquoi ce type d’événement qui favorise le réemploi est nécessaire. Les événements d’échange de vêtements permettent de contribuer directement à la réduction des déchets, puisque le swap est basé le troc. Le principe est l’échange : on échange un morceau de vêtement pour en obtenir un autre.

5-raisons-de-participer-a-levenement-swap-party-sensibiliser-ecoresponsabilite

2. Participer à un événement d’échange de vêtements vous permet également de sensibiliser votre entourage à l’écoresponsabilité.

L’idéal c’est d’inviter des amis ou des membres de votre famille à participer à l’événement. En effet, dans le placard de vos amis il y a bien souvent des morceaux de linge qui ne leur servent plus, mais qui pourrait totalement faire votre bonheur. Alors, pourquoi ne pas en profiter?

5-raisons-de-participer-a-levenement-swap-party-renouveler-garde-robe

3. Participer à un swap pour renouveler votre garde-robe.

Lire aussi : 10 conseils pour désencombrer son dressing

Participer un échange de vêtements ça signifie tout d’abord choisir parmi sa garde-robe quelles sont les choses qu’on ne porte pas et qui sont encore en état d’être porté.

Participer à un échange de vêtements c’est aussi faire le grand ménage dans sa penderie.

5-raisons-de-participer-a-levenement-swap-party-dechets-des-uns-bonheur-des-autres

4. Les déchets des uns font le bonheur des autres

Les habits que tu ne portes pas seront sans doute des trouvailles aux yeux de quelqu’un d’autre.

5-raisons-de-participer-a-levenement-swap-party-denicher-trouvailles-gratuites

5. Enfin participer à un swap de vêtements c’est aussi dénicher des trouvailles gratuites.

C’est la gratuité qui fait la popularité de ce genre d’événement. L’accessibilité fait que chacun y trouve son compte. Tu verras, c’est vraiment génial la sensation de pouvoir repartir avec des nouveaux vêtements sans pour autant avoir dépenser un seul dollar.

Alors on s’y voit le 23 août prochain?

Pour participer, rien de plus facile. Inscrivez-vous à l’avance en envoyant un courriel à l’adresse info@feminternational.org en inscrivant votre nom et le nombre de vêtements apporté. Puis emmenez vos vêtements sur place le 23 août de 11h à 13h30. Vous pouvez retrouvez toutes les informations relatives au Swap Party sur Facebook.

 

echange-swap-de-vetements-mode-ethique-responsable-seconde-main-montreal

Le Shwap Club : une boutique d’échange de vêtements à Montréal

Après les plates-formes qui proposent de louer les vêtements, un nouveau concept vient de voir le jour. Il s’agit d’une friperie qui ne fonctionne pas tout à fait comme celles que l’on connaît déjà. Le Shwap Club propose aux modeuses d’échanger leurs vêtements lors de ventes éphémères.

Le concept du Shwap Club est simple : échanger plutôt que magasiner !

Car dans cette boutique éphémère tu ne peux rien acheter, seulement échangez. Cependant ce n’est pas 100% gratuit. Pour faire rouler la machine il y a tout de même des frais d’adhésion.

Pour participer au Shwap Club tu as deux options : adhérer ponctuellement ou annuellement.

Dans le cas d’une adhésion ponctuelle, tu devras payer12 $ pour accéder à l’évènement. Certes il faut débourser 12 $, mais cela te permettra de repartir avec des nouveaux vêtements presque gratuitement.

Si tu penses adhérer au concept de façon annuelle pour y aller plusieurs fois dans l’année tu pourras devenir membre pour 60 $ et magasiner de façon illimitée.

Une fois que tu te seras acquitté des frais, donc soit de 12 $ soit de 60 $ selon l’option choisie, tu pourras prendre autant de choses que tu as déposé. Si tu apportes par exemple 2 Jeans, tu pourras repartir une chemise et un pull.

Si tu es une grande consommatrice de vêtements l’idéal c’est de prendre un abonnement à l’année qui te permettra de venir autant de fois que tu veux pour échanger ton linge.

le-shwap-club-une-boutique-dechange-de-vetement-a-montreal-1 le-shwap-club-une-boutique-dechange-de-vetement-a-montreal-1

Pour moi le Shwap Club est vraiment un concept magasinage qui manquait dans l’offre vestimentaire / chaque seconde main à Montréal.

L’idée du Shwap Club, c’est de proposer un entre deux entre la friperie qui propose des vêtements très ‘’vintage’’ et celle qui propose de vêtements très ‘’hipster’’. L’idée c’est de réunir des vêtements tendance, au goût du jour, pour faciliter le réemploi.

Le Shwap Club est la solution idéale pour faire tourner et évoluer sa garde-robe sans se ruiner tout en donnant une seconde vie à ses vêtements.

Je pense qu’on est vraiment très nombreux et nombreuses à avoir dans nos armoires des vêtements et des accessoires qui sont encore en état et que l’on ne porte pas ou plus. Les raisons sont multiples soit ils sont trop petits soit ils sont trop grands, soit parce qu’ils nous plaisent plus… alors autant qu’ils puissent trouver une seconde vie.

Cette boutique déborde de jolies pièces qui sont toutes classées soigneusement par taille et catégorie, ce qui rend l’expérience de magasinage facile et agréable. Le choix de vêtements est grand. Et comme il s’agit d’un lieu dédié aux fashionistas, on trouve beaucoup de vêtements tendance et en très bon état. Avec cette boutique vous ne regretterez pas d’avoir donné vos vêtements. Et vous aurez l’embarras du choix pour retrouver des nouveaux pour les remplacer.

Le Shwap Club c’est pour l’environnement bon pour le portefeuille, que demander de plus?

 

 

quest-ce-qui-se-passe-quand-vous-donnez-vos-vetements-lenvers-du-decor-de-la-2e-vie-des-vetements-usages

L’envers du décor : la 2e vie des vêtements usagés

Quand vient le printemps ou tout autre changement de saison, nous sommes nombreux et nombreuses à faire le tri dans notre garde-robe.

Nous mettons de cotés, les articles que nous n’avons pas portés au cours des derniers mois … Ou au cours des dernières années… Mais qu’arrive-t-il aux vêtements usagés que nous ne portons plus? Dans le meilleur des cas, nous les donnons à nos proches ou à nos amis. Parfois, nous les échangeons. Parfois également, nous les apportons à une organisation de charité ou à un organisme comme l’Armée du Salut pour en faire don. La plupart des consommateurs qui font dons de leurs vêtements pensent que leurs pièces indésirables bénéficieront à quelqu’un qui en a besoin. Ainsi, une fois débarrassés du trop plein de notre garde-robe, nous nous félicitons de notre don. Et nous repartons le cœur léger…

Cependant, le voyage d’un vêtement donné peut ne pas être aussi linéaire que vous le pensez. Voici qui arrive réellement à vos vêtements donnés.

Les vêtements collectés suivent un processus très complexe qui comporte beaucoup d’intermédiaires.

Contrairement à la croyance populaire (naïve), moins de 20 % des dons de vêtements envoyés à des organismes de bienfaisance sont effectivement revendus dans ces organismes de bienfaisance. Les 80 % des dons restants sont généralement envoyés à des recycleurs de textiles qui déterminent ensuite le cycle de la deuxième vie du vêtement.

Près de la moitié des dons seront exportés et vendus dans les pays en voie de développement, tandis que l’autre moitié sera recyclée en chiffons et en isolants ménagers.

don-vetements-export-lenvers-du-decor-de-la-2e-vie-des-vetements-usages

Pourquoi est-ce qu’on exporte les vieux vêtements ?

Elizabeth Cline, auteur d’Overdressed explique « il y a beaucoup plus de vêtements non désirés aux États-Unis qu’il n’y a de demande ». Ainsi, pour rééquilibrer le marché des vêtements de seconde main, les organismes de bienfaisance exportent une grande partie des vêtements reçus. Les organismes de bienfaisance reçoivent beaucoup plus de dons de vêtements que ce qu’ils pourraient vendre dans leurs friperies. Alors pour ne pas les jeter, et pour trier un revenu de ces vêtements collectés, ils font affaires avec des entreprises de tri et d’exportation de textiles. Cela leur permet de trouver un débouché pour vendre et écouler les vêtements récoltés.

Vous l’aurez compris, il y a peu de chances que votre vieux jeans se retrouve porté par l’itinérant du coin…

Cependant, la revente de vos dons, va tout de même aider l’organisation dans sa mission caritative.

Je pense que certains d’entre vous pourraient se sentir bernés ou mal à l’aise avec l’idée que quelqu’un, quelque part, tire profit de vos dons de vêtements. Mais il faut voir cela d’un point de vue pratique. Les organisations auxquelles on fait dons de nos vêtements nous fournissent un service. Ils font disparaître ces vêtements non désirés.

Cette situation d’exportation des vêtements usagés vers les pays en voie de développement est une conséquence de la fast fashion (mode rapide).

Les Américains achètent cinq fois plus de vêtements que dans les années 1980. La quantité de vêtements que reçoivent les organismes de bienfaisance et les friperies a doublé au cours des 15 dernières années, car les gens se séparent beaucoup plus souvent et plus souvent qu’avant. Une grande raison est la montée de la mode rapide.

Ainsi, par exemple les États-Unis envoient à l’exportation plus d’un milliard de livres de vêtements usagés par an. La plupart de ces textiles excédentaires sont acheminés vers des pays d’Afrique de l’Est comme le Kenya, le Rwanda et l’Ouganda.

La mode rapide nous a permis de développer une dépendance à l’achat de vêtements et, en même temps, elle nous a vraiment aidés à élever la culture du jetable.

Depuis l’inondation des marchés par la mode rapide, les pays occidentaux consomment la mode comme quelque chose de jetable. En 2015, l’association britannique Barnardo’s a interrogé 1 500 femmes de plus de 16 ans. L’étude révèle qu’en moyenne un vêtement n’est porté que sept fois. 33 % des femmes interrogées considèrent que les vêtements sont « vieux » après les avoir portés moins de trois fois. Des statistiques alarmantes quand on s’est l’impact environnemental d’un t-shirt.

Selon Kestrel Jenkins cette dépendance au shopping est due aux médias sociaux.

« Pensez au fait que beaucoup de blogueurs porteront une chose une fois et ne la porteront plus jamais », dit-il. Cela ne signifie pas nécessairement qu’ils le donnent tout de suite, mais la culture Instagram nous amène à croire que nous devrions avoir honte d’être vus plus d’une fois dans la même tenue.

Je pense également qu’Instagram et le hastag #ootd encourage la surconsommation de vêtements. J’ai d’ailleurs consacré un article à la tendance du “snap and send back”.

Les gens donnent trop rapidement les vêtements qu’ils achètent car la qualité des vêtements achetés est moindre.

5-conseils-mode-pour-acheter-mieux-moins-vetements

Une solution simple consiste à magasiner mieux.

  • Il faut cesser d’acheter des pièces tendance, à la mode, au profit de vêtements aux coupes plus intemporelles.
  • Préférer acheter un jeans plus cher, mais dont la coupe vous va parfaitement, et qui est fait pour durer.
  • Pensez à la fin de la vie d’un vêtement lorsque vous achetez quelque chose de nouveau.
  • Penser à combien de fois vous pourriez le porter : allez-vous pouvoir l’intégrer dans votre garde-robe et l’utiliser de multiples façons et vraiment lui donner la vie qu’il mérite?
  • Assurez-vous de poser suffisamment de questions lorsque vous faites un achat de vêtements. Plus une marque est transparente mieux c’est. Elle doit pouvoir être transparente sur le lieu de fabrication. Elle doit également être capable de mentionner les fibres utilisées et leurs provenances.
C’est un processus fastidieux, mais nécessaire.

Enfin, si vous ne souhaitez pas que vos vieux habits aient un fort impact environnemental lors de leur 2e vie, essayez de les donner à quelqu’un.

Pensez par exemple à organiser une soirée swap entre ami(e)s. C’est une des meilleures façon d’assumer la responsabilité de vos propres vêtements non désirés.

Cependant, si à l’issue d’une soirée de dons ou d’échange vos vêtements n’ont pas trouvés preneurs, apportez-les à une association.

Même si le fonctionnement de associations ne peuvent vous renseigner sur la seconde vie de vos vêtements, il reste primordial de se débarrasser adéquatement. Cela signifie que vous ne devez jamais jeter vos vêtements ou autres textiles à la poubelle. Le citoyen américain moyen jette environ 80 livres de vêtements et de textiles par an. Si vous disposez de vos vêtement de façon non responsable, il y a de fortes chances que celui-ci finisse sa vie dans une décharge ou dans un site d’enfouissement. Dans les 2 cas, la décomposition des fibres textiles va émettre une pollution toxique. Alors même si vous n’êtes pas 100 % d’accord avec la façon dont les organismes de bienfaisance disposent des vêtements que vous donnez, ça reste une meilleure alternative à la mise en décharge.

Et vous? Comment faites-vous pour vous débarrasser de vos vieux vêtements? Plutôt team vide-dressing ou soirée d’échange? Apportez-vous vos vêtements usagés dans des points de dépôts?