5-astuces-pour-une-garde-robe-responsable

5 astuces pour une garde-robe responsable

Cette semaine je me suis rendue à une conférence sur l’écosystème de la mode responsable au Canada. Ça m’a donné envie de rédiger un article sur les bonnes habitudes à prendre pour consommer les vêtements de façon éco responsable.

Voici donc une petite liste de cinq choses auxquelles on ne pense pas de façon systématique, mais qui mises bout à bout peuvent faire une différence.

5-astuces-pour-une-garde-robe-responsable-repriser-reparer-vos-vetements

1.Tout d’abord, pensez à raccommoder, à remettre vos vieux vêtements en état.

On oublie souvent, mais le meilleur achat c’est celui que l’on ne fait pas. Aujourd’hui on a trop tendance à se débarrasser de nos vêtements pour la moindre petite chose. Autre fois il était d’usage de raccommoder ses vêtements. Aujourd’hui avec la fast fashion, les vêtements coûtent si peu cher, que nous optons parfois pour la faciliter, en préférant en acheter des nouveaux, plutôt que de repriser ses vêtements. Désormais, suite à un accrochage, un trou ou une déchirure tenter plutôt de réparer ou de faire réparer vos vêtements plutôt que vous de vous en départir.

Prendre l’habitude de repriser votre vos vêtements peut paraître anodin ou désuet, mais ce sont ces petits gestes qui peuvent faire la différence.

Pour faire durer nous vertement plus longtemps il faut également en prendre soin, lorsqu’on les porte bien sûr, mais aussi lorsqu’on les lave. D’ailleurs à ce sujet j’y ai consacré un article : “Faites durer vos vêtements plus longtemps!” que vous pouvez lire ici.

5-astuces-pour-une-garde-robe-responsable-seconde-main

2. La deuxième habitude à prendre c’est d’acheter seconde main.

Aujourd’hui nous prenons conscience petit à petit que nous vivons dans un monde fini et que les ressources de notre planète sont limitées. Acheter des vêtements en boutique de seconde main c’est limiter la consommation de produits neufs. Acheter des vêtements dans une logique de récupération c’est s’opposer à la consommation « kleenex » jetable. C’est aussi utiliser les vêtements déjà produits. C’est donc cessé d’encourager la société de consommation qui a des conséquences désastreuses.

Acheter des vêtements de seconde main c’est contribuer à limiter son impact écologique. En effet, les achats de vêtements de seconde main permettent de contribuer à limiter les impacts environnementaux et sociaux de la filière textile. Ils permettent d’encourager et de développer un système qui prolonge la durée de vie des vêtements.

5-astuces-pour-une-garde-robe-responsable-lires-les-etiquettes-composition

3. La troisième habitude à intégrer dans sa routine d’achat c’est de prendre en considération les étiquettes des vêtements et particulièrement les étiquettes de composition.

Selon la loi sur l’étiquetage des textiles tout produit textile doit être identifié à l’aide d’une étiquette. Les professionnels appellent l’étiquette de composition. La plupart du temps elle se trouve à l’intérieur du vêtement souvent sur le côté gauche. On la retrouve également parfois sur le collet ou dans le dos. Cette étiquette nous permet de prendre connaissance de la fibre ou des fibres utilisées pour la conception dudit vêtement. Elle peut également mentionner les éventuelles certifications qui attestent  la provenance et de l’origine de ces textiles.

Pensez de façon générale à privilégier les fibres naturelles et certifiées. Je vous ferai prochainement des articles plus détaillés sur chacune des fibres textiles ainsi que leurs impacts respectifs sur la planète. Également je vous présenterai les différentes certifications et labels afin que vous ayez une meilleure idée de ce que ces petits logos signifient réellement.

5-astuces-pour-une-garde-robe-responsable--connaitre--vos-valeurs-et-vos-priorites

4. La quatrième astuce pour avoir une garde-robe responsable c’est de bien connaitre vos priorités.

L’industrie textile est complexe.

Un vêtement comporte de nombreuses étapes : le vêtement est conçu. Ensuite il faut considérer la matière : Qui l’a produit et dans quelles conditions. Quel est l’impact environnemental de cette production? Ensuite il y a le tissage et la teinture. La teinture peut également avoir de lourds impacts sur l’environnement et les travailleurs lorsque celle-ci utilise des produits chimiques. Ensuite, il faut prendre en considération le lieu de production et d’assemblage ainsi que l’éventuel cout environnemental que le transport implique.

Bref au sein du processus de production d’un vêtement, il y a plusieurs étapes ou -l’environnement, les droits de l’Homme, ou le bien-être animal, peuvent être bafoués.

Aujourd’hui il n’est pas si simple de trouver un vêtement 100 % sans fibre synthétiques, certifié biologiques, équitable. Alors si vous ne voulez pas faire de compromis sur l’impact environnemental et social des vêtements que vous achetez il va falloir y mettre le prix.

Cependant, peu de consommateurs sont près aujourd’hui à payer le prix juste. Ainsi, pour arriver à un prix raisonnable la plupart du temps les compagnies font des compromis.

Alors, si ton budget ne te permet pas d’acheter 100% éthique, il va falloir faire des sacrifices. Alors pour faire un choix aligné avec vos valeurs il faut connaître ses priorités.

  • Si votre priorité se trouvait être les droits de l’Homme, privilégiez les achats certifiés équitables.
  • Si votre priorité est de réduire et de ne pas contribuer à la création de déchets, préférez les vêtements en fibres naturelles. Ces derniers sont biodégradables.
  • Également si vous voulez contribuer à la réduction des insecticides et des pesticides pour l’environnement et la santé, achetez des vêtements certifiés biologiques.
  • Si votre priorité est le respect et le droit des animaux acheter Vegane.
  • Si vous voulez préserver les lots acheter des vêtements temps de façon naturelle ou certifiée Oeko — tex 100.
  • Enfin, si votre priorité et votre motivation et de soutenir l’économie locale privilégier des vêtements faits au Québec, si vous résidez dans cette région. Si ce n’est pas le cas, privilégiez des vêtements faits près de chez vous. Si vous vivez dans un pays francophone et développé probablement que les droits des travailleurs en place dans votre pays vous permettront de vous assurer que la personne qui a travaillé pour faire votre vêtement est rémunéré correctement.

5. Enfin la dernière astuce que je pourrais vous donnez pour s’assurer de faire des achats responsables c’est de s’informer continuellement.

Comme je vous l’ai mentionné un peu plutôt, l’industrie du vêtement est une industrie complexe et polluante.

En effet elle engendre des problèmes au niveau de:

  • La contamination des océans. En effet, j’y reviendrai sans doute dans un article plus détaillé, mais les fibres synthétiques libèrent tout au cours de l’utilisation des microplastiques. Ces derniers sont si petits qui ne sont pas filtrés par les usines de traitement de l’eau. Ainsi, ils se retrouvent donc dans nos cours d’eau et dans les océans.
  • Une autre des problématiques majeures liées à la production et la consommation de vêtements est l’ utilisation massive et destructrice d’insecticides et de pesticides. Ces derniers sont notamment largement utilisés dans la culture du coton.
  • Un autre problème engendré par l’industrie textile et la contamination des cours d’eau par les usines de teinture.
  • Les deux problématiques mentionnées ci-dessus, à savoir la teinture et l’utilisation pesticides et insecticides font de nos vêtements des produits toxiques. Ils contiennent métaux lourds, phtalates, NPEs, PFCs,… qui peut avoir des conséquences notamment sur notre santé.
  • Et aussi sur la santé des travailleurs. La délocalisation de la production dans des pays en voie de développement engendre souvent la violation des droits de l’Homme par les manufacturiers.

Ainsi il y a énormément à apprendre sur chacun de ces sujets. C’est pourquoi il est bon de prendre l’habitude de s’informer régulièrement. Pour cela, faites des recherches. Abonnez-vous à la page Facebook du blog. Enfin, pensez à rejoindre le groupe de discussion sur la mode éthique!

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Un commentaire

Merci! Je me dis qu’on peut peut-être rencontrer différents critères en achetant du bio équitable végane, de seconde main 🙂 C’était très instructif en tout cas. Tu as des marques privilégiées?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :