quebec

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-7

Bkind, des cosmétiques durables et désirables 

Sur le blogue, j’aime mettre en avant des produits responsables. Des produits, qui sont autant beaux que bons. Et qui sont à la fois bon pour nous, mais aussi pour l’environnement. J’aime également aborder l’envers du décor des cosmétiques. Dans cette optique qu’il y a quelques semaines je vous ai parlé de la toxicité de la plupart des vernis à ongles qui sont commercialisés. Cet article a fait beaucoup jaser… alors je me suis dit que j’allais continuer à proposer des alternatives, afin de pouvoir faire nos manucures en toute sécurité! Pour cela, je vous propose de découvrir la marque BKIND. Comme son nom l’indique, cette marque vous veut du bien!

Cette marque répond à tout ce que l’on peut attendre d’une marque de cosmétique :

Ils sont beaux. Les emballages aux couleurs pastels sont magnifiques. Les produits sentent incroyablement bon. Ils sont fabriqués à partir de matériaux de qualité : 100 % naturels, sans parfum de synthèse et sans ingrédient imprononçables. Et leur fabrication, répond à tous les principes du véganisme. Ils sont non testés sur les animaux, et sans produit d’origine animale. Enfin ces cosmétiques sont fabriqués de façon artisanale à Montréal. Sincèrement que demander de plus?!

Pour une trousse de toilette écolo :

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-11

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-9

 

BKIND comporte une belle gamme de produits, comme des crèmes pour le contour des yeux, des huiles anticellulite, des crèmes à main, des exfoliants pour le corps, des mélanges pour le bain, mais aussi des vernis à ongles!

 

Des vernis non toxiques!

 

https://blog.la-pigiste.com/wp-content/uploads/2017/03/Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-10.jpg

 

Les vernis signés BKIND sont certifiés sans formaldéhyde, ou résine de formaldéhyde, sans toluène, sans camphre, sans DPB, sans xylène et sans parabène. Si vous ne savez pas pourquoi ces produits sont à fuir, consultez cet article!

Bkind, une marque de cosm’éthique :

Elle propose des produits non testés sur les animaux, faits à partir d’ingrédients naturels. Fini la cruauté animale. Bkind est complaisante envers vous, la planète et les animaux !

Bkind propose aussi des accessoires biodégradables et no-waste :

Récemment le site s’est doté d’une nouvelle section « accessoires ». Dans cette catégorie on trouve, par exemple, une brosse à dents ou des brosses à cheveux biodégradables. Bref, Bkind est engagée et 100 % ecofriendly.

 

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-8

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-12

 

Diminuer son empreinte carbone grâce à une livraison à vélo c’est possible! 

Enfin BKIND est une entreprise engagée jusqu’au bout dans la préservation de l’environnement puisque les livraisons locales se font à vélo sur l’île de Montréal. C’est une belle façon de diminuer l’empreinte carbone de l’entreprise…

Mais qui est derrière cette superbe initiative?

Sa fondatrice s’appelle Marilyne Bouchard. Elle a un baccalauréat et une maîtrise en microbiologie. Alors même si les produits ne sont pas testés sur les animaux, n’ayez crainte, c’est une experte en la matière. Marilyne Bouchard est sincèrement engagée envers le projet qu’elle porte. Et comme si toutes ses belles initiatives ne suffisaient pas, elle espère même ouvrir une boutique afin de pouvoir réutiliser les contenants et acheter en vrac. Vous l’aurez compris, c’est une compagnie 100 % respectueuse de l’environnement.

Bref on adore. Entièrement…Ah, on  oublierait presque de vous dire, le meilleur : les prix sont tout doux !

Bref qualité, éthique et prix très raisonnables! Et vous connaissez vous Bkind? Quels sont vos produits préférés?

Vymoo, une entreprise québécoise éco-responsable

Les fondateurs de la marque Vymoo m’ont contacté. Ayant un grand attrait pour la mode locale, responsable, éthique et écologique j’ai tout de suite accepté de vous parler des vêtements Vymoo. Car Vymoo c’est tout cela à la fois ! Si vous êtes familier du blogue, vous savez sans doute que cela fait un moment que je réfléchis à ma consommation de vêtements. Je cherche à limiter le plus possible les impacts sociaux environnementaux de mes petits plaisirs saisonniers, et c’est grâce à des créateurs locaux, que cela est possible. Plus les années passent, plus j’ai envie d’investir mon argent dans de belles pièces intemporelles et fabriquées selon des critères à la fois environnementaux et humains. C’est dans cette démarche que je vous ai déjà parlé des superbes vêtements écoresponsables québécois produits par des enseignes comme Odeyalo ou Qéiko.

Vymoo est la dernière née. C’est une petite entreprise qui s’inscrit dans la mouvance du slow fashion et du made in Québec.

Tout d’abord, Vymoo en quelques mots, ce sont des pièces chics et intemporelles :

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

 

Vymoo propose un nombre restreint de pièces intemporelles. En effet, à l’heure actuelle les collections sont assez limitées. C’est pourquoi on attend avec impatience d’en découvrir plus, les saisons prochaines. Vymoo, propose les pièces indispensables et indémodables d’une garde-robe. Vous pourrez porter ces pièces en toute circonstances. Ces vêtements monochromes s’agenceront parfaitement avec vos accessoires favoris.

Et sinon ils s’adressent à qui les vêtements Vymoo?

Et bien, tout d’abord, bonne nouvelle messieurs, Vymoo a aussi pensé à vous!! Vymoo offre une collection pour hommes, ainsi qu’une collection pour femme. Les vêtements Vymoo s’inscrivent dans un style « casual » et facile à porter. Ces indispensables sauront parfaitement se marier avec vos pièces favorites. Ils s’adressent à des personnes jeunes, qui aiment le streetwear et les vêtements « décontractés ». Lorsque vous porterez une pièce de la collection, vous aurez l’air à la fois relax, mais aussi élégant.

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

Bref, Vymoo c’est la bonne balance  entre nonchalance et l’élégance.

Qui sont les personnes d’ailleurs cette entreprise 100 % locale?

Vymoo c’est histoire de deux jeunes Véronique et Simon ayant la fibre entrepreneuriale. À peine âgés de 25 ans, ils se sont lancés en affaires.

Qu’est-ce qui a poussé deux jeunes, à lancer une marque de vêtements? 

Et bien, ils souhaitaient eux même, porter des vêtements fabriqués localement. Mais ils ne trouvaient pas ce qui leur convenait. Ne trouvant pas ce qu’il souhaitait acheter sur le marché, ils ont alors pensé qu’il y avait quelque chose à bâtir. C’est ainsi que ces jeunes ambitieux et passionnés se sont lancés en affaire avec l’ambition de contribuer à transformer notre mode de consommation de la mode.  Ils espèrent de tout cœur que leur entreprise en influencera plus d’un à se tourner vers le Slow Fashion. En effet, les créateurs de Vymoo s’imaginent presque déjà en train de tuer le méga industrie du fast Fashion.

Vymoo un gage de qualité et de durabilité :

Mais les collections aux modèles limités, cela comporte un avantage. En effet, en achetant un T-shirt gris basic Vymoo, par exemple, vous serez certain de le garder pendant très longtemps. C’est un incontournable avoir dans sa garde-robe, qui peut s’agencer avec n’importe quoi. De plus, avec l’achat d’un basic être fabriqué au Québec vous serez sure qu’il ne perde pas sa forme sa couleur, et qu’il ne bouloche pas. Bref, le made in Québec, c’est un gage de qualité et de durabilité. De plus l’avantage de fabriquer au Québec, c’est une garantie, vis-à-vis des conditions de travail, des employés. Avec les réglementations du travail du Québec, vous serez certains que votre t-shirt n’a pas été produit sous la pression du chronométrage. Le fait de vouloir produire des vêtements toujours plus rapidement entraine des assemblages, et de coutures de mauvaise qualité. Chez Vymoo les vêtements sont fabriqués avec soin.

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

En quoi Vymoo est-elle une entreprise écologiquement engagée?

Tout d’abord avec Vymoo  on est sur du 100 % local. C’est à dire que tout est concu et fabriqué au Québec. Chaque vêtement est conçu avec un tissu issu d’une fibre renouvelable biologique ou recyclé.

Les prix!

Un t-shirt de la marque Vymoo coûte un peu plus cher qu’un débardeur de la grande distribution. Mais la qualité est au rendez-vous. De plus, c’est un achat responsable, qui n’encourage ni l’exploitation humaine ni la dégradation de l’environnement. La gamme de prix va de 20 € à 60 $. ça ma parait clairement raisonnable vu la fabrication made in Québec, le choix des tissus et le respect des conditions de travail des fournisseurs et de l’atelier de confection.

Où peut-on se procurer les vêtements?

Comme l’entreprise en est encore à ses débuts, trois choix sont possibles. Soit, on peut se procurer les vêtements en ligne, via leur boutique web, ou via Etsy. Mais pour les Montréalais bonne nouvelle, vous pourrez les essayer, toucher leur douceur, dans la boutique La Gaillarde. Au passage, La Gaillarde est une super boutique, je vous en est déjà parlé ici. Cet endroit fabuleux  vous donnera l’occasion de découvrir plein de créateurs québécois!!

Rester à l’affut, car dans les mois à leurs collections seront disponible dans différentes boutiques à travers le Québec.

En Bref Vymoo : ce sont de beaux basics 100 % écoresponsable et 100 % québécois, et en plus c’est hyper abordable! Alors cette fois plus d’excuse!!

RDV sur leur site web ou sur leur page Facebook, ou Instagram pour rester informé de toutes les nouveautés  !

 

La recherche d’un logement à Montréal

Location

Pour trouvez le logement de vos rêves, prenez le temps de bien parcourir la ville. Le premier conseil que je vous donnerais, est de cibler le quartier idéal pour vous par rapport à votre de mode de vie. Ainsi si vous avez des enfants, il sera préférable de trouver un quartier avec une école, afin de pouvoir vous rendre à l’école à pied. Si vous aimez, sortir régulièrement, le plateau sera sans doute, un endroit propice pour vous.

Bref, je vous invite à consulter l’article dans lequel je vous parle des différentes ambiances de la ville.

Si vous vous orientez vers la collocation, qui est une superbe expérience, assurez-vous de bien connaitre vos colocataires. Car lorsqu’on partage tout, c’est souvent quitte ou double. Heureusement, dans la plupart des cas, avec un peu de savoir-vivre, tout se déroule à merveille!

 

Enfin, pour dénicher la perle rare, vous avez plusieurs options.

Soit vous savez exactement le quartier dans lequel vous rechercher je vous conseille de l’arpenter à pied ou à vélo, de façon à repérer les pancartes «à louer»?

Si votre recherche est plus vaste consulter les sites d’annonces classées comme Kijiji, Craigslist, LesPAC, ou VitePouf.

Si vous avez des exigences très précises, vous pouvez aussi avoir recours à une agence immobilière, qui vous aidera dans vos recherches.

 

Précis lexical pour vous aider dans vos recherches

Dans vos recherche vous allez vite voir des indications telles que “1 1⁄2”, “2 1⁄2”, “3 1⁄2”, etc.

En réalié, il s’agit du nombre de pièces de  l’appartement. Chaque pièce compte pour une pièce sauf la salle de bain qui elle compte pour une  demi-pièce.

 

La sous-location

Si vous demeurez seulement temporairement à Montréal, pour un séjour de quelques mois, pensez à la sous-location. Cette pratique est tout à fait légale au Québec. Elles sont très fréquentes sur les sites de petites annonces. Cependant, assurez-vous que le propriétaire en soit informé.

Le bail locatif

Le contrat de location, appelé bail, habituellement il démarre le 1er juillet et prend fin le 30 juin.

La période la plus propice pour chercher un logement est donc celle des mois qui précèdent cette date. En effet, à ce moment là de nombreux appartements sont remis sur le marché locatif.

N’hésitez pas à demander au locataire actuel lors de votre visite, la raison de lors déménagement, cela vous donnera une idée plus précise de ou est-ce que vous mettez les pieds.

Votre choix est fait, vous pensez avoir déniché l’appartement de vos rêves… il ne reste plus qu’à signer!

Vous allez devoir remplir un contrat qui définira votre les responsabilités respectives..

Le formulaire de bail mentionne les éléments ci-dessous;

❯ nom du ou des locataire(s) et du propriétaire;

❯ description du logement, ainsi que les éventuels meubles et/ou électroménagers inclus dans la location);

❯ durée du bail (durée fixe ou durée indéterminée);

❯ loyer : son montant, la date et le mode de son paiement (à la semaine ou au mois);

❯ services (travaux et réparations, service de conciergerie, autres services, taxes et coûts de consommation pour le chauffage, l’eau chaude, etc.) et conditions (règlements de l’immeuble);

❯ signatures de chacun .

Dans le bail vous devrez renseigner les coordonnées de vos anciens propriétaires. Cela permet à votre futur propriétaire de s assurer, que vous serez un bon locataire.

Quelques jours après le dépôt de votre dossier, vous aurez la réponse du proprio.

Enfin au Québec, il existe La Régie du logement.  Il s’agit d’un organisme super, qui défend souvent les droits des locataires, et qui saura vous informer sur toute question, ou situation insolite.

 

Enfin une dernière chose à savoir.

Au Québec, le propriétaire ne peut exiger de caution, la seule chose qu’il peut vous demandez lors de la signature du bail, c’est de déposer la somme du premier mois de loyer.

 

Bonne recherche !

Du surf sur le Saint-Laurent

Oui, je ne te niaise pas!

Oui, c’est possible de surfer à Montréal sur le Saint-Laurent!!

Qui pourrait imaginer qu’en face du vieux port de Montréal, on pouvait faire du surf ? Certes, l’eau est plus fraiche qu’en Australie, mais ici pas de requins !

Bon, alors tout d’abord, je m’excuse vis-à-vis des amateurs de palmiers et de sable chaud, car ce n’est pas à Montréal que vous serez servis. Cependant, pour les amateurs de surf, sachez que Montréal a plusieurs petits spots.

Comment ça du surf sur un fleuve ?

Bien sûr, il n’y a pas d’océan à Montréal, donc il s’agit de surf de rivière, ou plutôt du surf de fleuve, dans le cas de Montréal. Puis là, vous êtes sans doute déjà en train de penser de vagues dans un fleuve… N’importe quoi!

Et bien, certaines conditions sont nécessaires pour former une vague. Tout d’abord il faut un certain débit d’eau ainsi qu’un brusque changement du fond. À Montréal, derrière Habitat 67, se trouve un spot. Vous savez l’ensemble d’habitations avant-gardiste de l’architecte Moshe Safdie sur l’île Sainte-Hélène. Cette expérience urbaine est possible grâce à la vague permanente due à une fosse creusée durant les travaux de construction de l’île Notre-Dame pour Expo 67. Les conditions ont été crées artificiellement et accidentellement. En effet, les ouvriers manquaient de terre de remblai et une digue fut construite afin d’aller en chercher dans le fond du fleuve. Le trou creusé est à l’origine de cette fameuse vague.

Découvrez cette petite vidéo qui présente différents spots, en guise de mise en bouche!

 

Soyez prudent!!

Soyez prudent tout de même, car il s’agit de rapide, et le courant est important. De plus si l’accès n’est pas surveillé, il reste pas moins interdit. En effet, à l’entrée du parc de la Cité-du-Havre, il y a des pancartes qui stipulent : « Accès, baignade ou toute autre activité formellement interdite en tout temps ».

Les serres victoriennes, calme et sensualité

La rencontre du calme et sensualité

Enchâssées entre la bibliothèque municipale et le Victoria Hall,

Les serres victoriennes de Westmount sont un endroit sublime. Quand on pénètre sous les verrières, le temps semble s’arrêter. Sa toiture de verre et d’acier nous fait immédiatement replonger dans une autre époque. Il s’agit de l’époque victorienne.

C’est un lieu propice à la relaxation.

Les serres victoriennes sont également appelées la “Maison des Palmiers.”Cet authentique petit bijou d’architecture a été bâti en 1927.Au fil du temps, la “Maison des Palmiers” a subi diverses restaurations. Un vestibule a été ajouté et l’on a aménagé un bassin-étang dans la grande serre.

Le bâtiment accueille un petit jardin anglais du XIXe avec une superbe exposition florale composée, entre autres, d’orchidées et de jacinthes. On peut même y voir un bananier!

Quelques bancs et tables ont été installés pour permettre de prendre le temps de profiter de l’ambiance calme et reposante du clapotis de l’eau de la fontaine. J’aime la zénitude qui s’échappe des lieux. Ces serres font l’effet d’un havre de paix. On vient s’y ressourcer.

C’est aussi dans cette serre que l’on fait pousser les 8000 plantes qui vont être utilisées pour créer la gigantesque horloge florale située dans le parc Westmount juste à côté.

Accès à ce point bout de paradis :

On peut accéder à la serre par un passage depuis la bibliothèque. C’est  très pratique pour faire une pause nature entre deux lectures. Mais c’est aussi très agréable l’hiver quand il fait froid et que le sol est enneigé.

4574, rue Sherbrooke Ouest
• Métros : Atwater ou Vendôme

le Mile-End, un drôle de quartier

Il y règne une atmosphère bohème. C’est un drôle de quartier, le Mile-End.

Le Mile-End est un beau quartier alternatif un peu branché, orné de boutiques d’art, d’antiquaires, de librairies indépendantes, de petits bistrots.

Pas vraiment la fin d’un monde, plutôt le début d’un nouveau.


Ce quartier est situé à l’extrémité du Plateau, qui surplombe Montréal. 
Son nom fait référence à l’époque où le village de Saint-Louis se trouvait encore à un mile 
des limites de la ville. Terre de chasse, le lieu va rapidement se développer à la fin du XIXe siècle avec l’arrivée du chemin de fer du Canadien Pacifique, se transformant en une zone industrielle dont témoignent encore aujourd’hui les façades des fabriques de brique rouge.

Cette cohabitation est emblématique des mutations que connaît le quartier, où se côtoient toutes les communautés, venues d’Europe de l’Est et du pourtour méditerranéen, et aujourd’hui du monde entier.

Lesbiennes extraverties et juifs orthodoxes, vieux immigrés, nouveaux arrivants, antiquaires et hipsters, tous font désormais la vie de ce qui est considéré depuis peu comme un quartier branché de Montréal.



Des poètes comme Leonard Cohen ou des cinéastes comme Xavier Dolan y sont installés, suivant un mouvement initié il y a quinze ans par la scène indépendante musicale, à commencer par Godspeed You ! Black Emperor et Constellations… De nombreux labels y ont ainsi établi leurs studios, à l’instar de Dare To Care Records, de Bonsound et même d’une maison qui s’est baptisée Mile-End Records.

On y trouve de nombreux cafés musicaux, comme le Cagibi, le Dépanneur café où des musiciens jouent en vitrine.