bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

Une bergerie à Montréal

Se nourrir est un des besoins fondamentaux de l’Homme. C’est pourquoi une collectivité viable doit pouvoir assurer à ces citoyens l’accès à une alimentation saine et durable. Mais l’approvisionnement alimentaire de Montréal, comme la majorité des villes québécoises, est assuré par un système de production et de distribution globalisé. Ce système fonctionne actuellement, mais cependant, il ne répond pas aux enjeux de sécurité alimentaire. En effet, la majorité des produits distribués et consommées sur le territoire sont des produits d’importation. Alors afin de palier à cela, l’arrondissement de Rosemont Petite-Patrie multiplie les projets pilotes, en faveur de la ré-introduction des animaux d’élevages en ville.

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

© Marie-Ève-Julien-Denis

Le retour d’écopâturage au Québec :

Même si ça paraît presque surréaliste aujourd’hui d’imaginer des moutons en ville, autrefois cette cohabitation n’avait rien d’étonnant.  En effet, jusque dans les années 1890 cette pratique était même très courante. Mais suite l’avènement de l’industrialisation, les Nord-américains sont devenus accros à leur pelouse et ont petit à petit ils ont délaissé leur moutons au profit de tondeuses à gazon.

Mais l’écopâturage urbain c’est quoi?

L’écopâturage c’est la ré-introduction d’ovins en ville, pour tondre les pelouses de la ville. L’écopâturage est une pratique qui se base sur des techniques ancestrales de pastoralisme. Il s’agit en fait d’un mode d’exploitation agricole. Ce mode d’exploitation est basé sur l’élevage extensif. L’élevage extensif, contrairement à l’élevage intensif est une méthode d’élevage caractérisée par une faible densité d’animaux.

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

© Marie-Ève-Julien-Denis

Le projet Biquette Montréal :

Biquette Montréal est un projet pilote mené par l’arrondissement de Rosemont Petite-Patrie. Il vise la réintroduction des moutons en ville. L’objectif du projet de réintroduction des moutons en ville est de sensibiliser les citoyens, d’une part aux avantages de l’écopaturage, mais aussi, de reconnecter les citadins à la provenance des produits qui se retrouvent dans leurs assiettes. Biquette Montréal souhaite contribuer à transmettre des informations nécessaires pour une alimentation plus raisonnée.

On doit cette belle initiative à l’organisme Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB).

Il prendra place au sein du parc Pélican, un lieu participatif et citoyen :

Ce projet a été mis en place l’an passé au parc Pélican, et suite à une première édition concluante, les moutons reviendront encore cette année.

Les bénéfices de l’écopâturage sont multiples : 

Tout d’abord cela permet de faire des économies : 

En effet, la gestion des espaces verts coûte cher aux collectivités. Cependant les municipalités n’ont pas toujours le réflexe de penser à des solutions alternatives. Étant donné que cette pratique a disparu au sein des métropoles, elles se montrent souvent frileuses pour acceuillir ce genre de projet. Elles craignent la réaction des citoyens ainsi que les éventuels débordements.

Mais cependant les alternatives écologiques ne sont pas toujours synonymes de complications ou de solutions onéreuses, bien au contraire!

Avoir un troupeau en milieu urbain permet d’abroger avec l’entretien mécanique des espaces verts qui peuvent mobiliser des énergies fossiles.

Mais cela permet aussi de participer au bon fonctionnement de la biodiversité :

En effet, en broutant, les animaux réduisent les déchets liés à la tonte et contribuent à une fertilisation naturelle des sols. Cela permet à la flore de se développer et de diversifier.

 

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

© Marie-Ève-Julien-Denis

 

Ce projet pilote a avant tout un rôle pédagogique :

Alors que nous sommes dans l’ère du « prêt à consommer », ce projet souhaite rapprocher les citadins de ce qu’ils mangent. Les citoyens curieux qui souhaitent en apprendre plus sur l’agriculture urbaine sont les bienvenus.

Pour sensibiliser, rien de mieux que l’expérimentation : ainsi des séances de transhumance seront proposées aux citoyens.

 

Biquette Montréal contribue à la Sécurité alimentaire : 

Tandis que le coût des aliments ne cessent d’augmenter, la malbouffe se répand chez les foyers moins fortunés. Cette situation qui se dégrade a d’importantes conséquences chez les ménages les moins fortunés. À petite échelle le projet biquette souhaite montrer aux citoyens que des alternatives sont possibles pour luter contre l’insécurité alimentaire.

Enfin ce projet constitue une animation du parc durant la période estivale :

Les animaux, sont un vecteur de rencontres entre les voisins et les résidents du quartier. De plus, ils permettent un rapprochement entre le rural et l’urbain.

 

Comment la bergerie urbaine est-elle gérée? 

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif-5

© Marie-Ève-Julien-Denis

Vous vous doutez bien que les petits moutons ne sont pas en totale liberté!  Pour contrôler leurs déplacements, les moutons sont placées dans un enclos mobile, afin de pouvoir permet de déplacer l’enclos facilement. De plus, afin de pouvoir garantir la sécurité des moutons le soir, une petite bergerie urbaine (fixe) est installée sur une parcelle du parc du Pélican. La bergerie est suffisamment grande pour abriter le petit troupeau, ainsi que la paille, les abreuvoirs, et les outils.

Enfin, afin de ne pas transformer le Parc du Pélican, en un épandage de fumier à ciel ouvert, ce dernier est amassé de façon quotidienne. Ensuite, il est redistribué aux jardins communautaires de l’Arrondissement.

Enfin, au terme du projet, quand vient la fin de l’été les moutons prêtés par l’éleveuse de la Ferme gastronomique chez Anouk  repartent à la ferme.

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif-1

© Marie-Ève-Julien-Denis

Bref, Biquette Montréal, c’est un projet rassembleur, pédagogique, ludique et participatif!

Allez y faire un tour, afin de vous forger votre propre opinion !

Et sachez que si les animaux ne vous passionnent pas, l’équipe de Biquette Montréal, anime divers ateliers sur l’art du feutrage, ou du tricot, et bien d’autres. Ainsi vous pourrez (re)découvrir comment transformer de la laine de mouton en de belles étoffes flexibles et solides.

Alors, n’hésitez pas à suivre toute l’activité de Biquette Montréal via leur page Facebook!

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

5 Commentaires

C’est vraiment une très bonne idée ! Je trouve que c’est une belle initiative la réintroduction des animaux en ville, cela amène un peu de campagne, ainsi que de l’écologie !
Si tu veux découvrir mon blog et ses actualités, entre autres, voici ma page Facebook :
https://www.facebook.com/Eclat.desoit/

Merci Morgane, moi aussi je crois que c’est une belle chose de ramener un peu de campagne dans nos villes … ça peut pas faire de mal, à condition que l’on prenne bien soin de nos jolies bestiaux ! 🙂

Sais-tu que ceci a été mis en place par ma ville cette année ? Des moutons pour tondre les pelouses de la ville, c’est ecolo et mes filles adorent s’arrêter deux minutes pour les regarder.

Super, souhaitons que ce genre d’initiatives se généralise à travers la planète ! 😉

Je trouve le concept vraiment génial, il mériterait d’être étendu à toutes les grandes villes. Je crois qu’en France il y a un ou plusieurs villages qui s’y sont mis, ça mérite que je recherche ça pour en être certaine ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :