produits-toxiques-dans-nos-vetements

Des produits toxiques dans nos vêtements?

Pour rendre les vêtements aussi colorés, brillants, si faciles à repasser et si bon marché on retrouve dans nos vêtements des perturbateurs endocriniens, des métaux lourds ou des nano matériaux!

Les vêtements peuvent-ils constituer un danger pour nous?

Existe-t-il un risque pour notre santé?

Comme je vous le disais dans mon article intitulé 5 astuces pour une garde-robe responsable, il existe une loi sur l’étiquetage des textiles. Elle stipule que l’étiquette de composition doit indiquer le nom et le pourcentage des différentes fibres textiles présentent le vêtement. Les fibres représentant moins de 15 % de la composition du produit peuvent être désignées par les termes « autres fibres », ce qui n’est déjà pas très transparent…

Mais qu’en est-il des ajouts?

  • Qu’en est-il des substances qui ont servi à rendre les textiles plus souples ou plus résistants ?
  • Combien de substances chimiques sont présentes dans nos T-shirt?
  • Combien de substances chimiques interdites ou jugées dangereuses pour la santé se retrouvent dans notre pantalon?

Difficile à dire. Car il n’y a aucune obligation légale à noter les procédés de teinture sur l’étiquette du vêtement.

Ce manque d’information est problématique. Les consommateurs ignorent donc totalement les concentrations et des substances qui composent leurs vêtements. Et lorsqu’ils le découvrent c’est souvent à leurs dépens, suite à des complications.

­ Top 3 des substances chimiques qu’on retrouve dans nos vêtements

1. Parmi les produits chimiques que l’on retrouve le plus souvent dans nos vêtements, il y a le formaldéhyde.

Il est souvent présent dans les vêtements synthétiques, car il permet les rendre infroissables, résistants, et hydrofuges.

Le formaldéhyde permet également d’aider à fixer les colorants. C’est grâce à lui que nos jeans, pulls et autres chaussettes ne se décolorent pas au premier lavage.
Cependant l’utilisation du formaldéhyde n’est pas sans danger. Il a été classé comme étant une substance cancérogène avérée pour l’homme par le centre international de recherche sur le cancer. Le formaldéhyde provoque entre autres des irritations aux yeux et affecte les voies respiratoires. Il accroît le risque de pathologies d’asthmatiques et de sensibilisation allergique.

2. D’ailleurs, en parlant de repassage facilité c’est aussi grâce aux composés perfluorés (PFC) que la tâche est plus simple.

En effet, grâce aux PFC les graisses et l’humidité pénètrent plus difficilement dans les fibres. Ainsi les vêtements sont plus faciles à nettoyer et repasser.

On retrouve ces composés perfluorés dans des vêtements type Gore-Tex. Les PFC sont des perturbateurs endocriniens. Ils provoquent entre autres des problèmes d’infertilité et favorise le développement de cancers.Les PFC sont présent dans de nombreux textiles et plus généralement dans les vêtements pour le plein air.

3. Parmi les autres substances toxiques également présentent dans de nombreux vêtements il y a aussi les retardateurs de flamme.

Les retardateurs de flamme permettent d’éviter que les vêtements s’enflamment rapidement. Il s’agit généralement d’un mélange de substances regroupées sous le nom de polybromodiphényléthers (PBDE).

Ces substances sont également dangereuses pour la santé. Elles altèrent la tension, la mémoire et l’apprentissage même à des doses minimes. Et au contact de la peau, elles pénètrent dans le corps humain… et se rendent même jusqu’au foetus, puisqu’on en retrouve même dans des cordons ombilicaux.

Alors bien pratique les vêtements « easy care » (entretien facile) qui ne se froissent pas. Mais à quel prix?

Vous l’aurez compris, nos vêtements contiennent de nombreux produits chimiques.

De plus, comme il n’est pas nécessaire de mentionner la présence de produits toxiques sur les étiquettes, cela rend le contrôle et la régulation de l’utilisation de ces substances chimiques synthétiques extrêmement compliquées à mettre en place.

Les 3 substances chimiques mentionnées ci-dessus, ne représentent que la partie émergée de l’iceberg. En effet, on estime que l’industrie textile utilise près de 1900 substances chimiques différentes. Parmi elles 1750 ne seraient pas classifiées en terme de dangerosité.

Cependant pour les 150 substances toxiques concernées peu d’États renforcent leurs règlementations au sujet de la présence des substances chimiques dans les textiles.

Les travailleurs sont les premières victimes

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-explosion-tannerie-cuir-apex-bangladesh

Les travailleurs de l’industrie textiles, sont les premiers qui sont en contact avec les composés chimiques. Ils les inhalent, et les ingèrent.

Au Bangladesh, il est fréquent que des ouvriers de l’industrie textile trouvent la mort suite au contact prolongé avec ces substances. Il y a également trop fréquemment des explosions de produits toxiques. Probablement suite à des erreurs de manipulation.

Ce fut le cas de la tannerie Apex, où plusieurs employés ont perdu la vie suite à une explosion. Apex a versé 2500$ aux familles des victimes, mais l’incident a fait l’objet d’aucune enquête, et aucune mesure n’a été prise à l’issu de celui-ci.

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements--Les-travailleurs-manipulent-des-colorants-chimiques-sans-la-moindre-protection

Mais ce ne sont pas les seuls à subir cette pollution. En effet, souvent c’est tout le village environnant qui pâtit de la pollution liée à ces substances.

C’est le cas notamment des citadins de la ville de Tiruppur, en Inde. Tiruppur est célèbre pour ses teintureries au sein desquelles les ouvriers utilisent des colorants azoïques (qui sont par ailleurs interdit en Europe) ou chlorés. Dans un reportage tourné par Arte on peut voir des travailleurs qui manipulent des colorants et les dissolvent dans l’eau sans la moindre protection. Les ouvriers sont donc directement exposés. Selon les professionnels de la santé interviewés dans le reportage intitulé « Du poison dans les vêtements », le nombre de personnes qui souffrent de cancer dans la ville aurait doublé durant les 10 dernières années.

Mais il n’y a pas que les travailleurs des usines du bout de la terre qui sont affectés par les substances chimiques.

Il y a aussi les ouvriers qui travaillent dans les ports ou dans les lieux d’embarquement et de réception des marchandises.

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-employe-se-plaignent-vapeurs-degagees-ouverture-des-conteneurs

Dans le port du Havre, en France les ouvriers se sont insurgés contre l’odeur et les vapeurs dégagées lorsqu’ils ouvraient les conteneurs. La seule mesure prise par le gouvernement, c’est de laisser le conteneur ouvert quelques temps afin que les émanations toxiques puissent s’en dégager. Dans le reportage mentionné ci-dessus, on apprend également que la plupart de ses composants chimiques retrouvés dans les conteneurs de marchandises sont interdits en Europe. Cependant aucune mesure restrictive n’a été prise pour de la part du gouvernement pour tenter d’endiguer le phénomène.

En effet, nous sommes dans une zone grise, dans un vide juridique par rapport à cette question. La réglementation européenne REACH s’applique uniquement si le produit a été fabriqué dans l’Union Européenne. Elle ne se s’applique donc pas à tout les vêtements et chaussures importés d’Asie, et du reste de la planète.

Même si les travailleurs sont les premiers à être contact avec des produits contenants de substances chimiques, mais ce ne sont pas les seuls.

En effet, nous en tant que consommateur nous y sommes également directement exposés. Différents scandales, ont éclaté ces dernières années à ce propos, notamment suite à la campagne internationale Detox de Greenpeace en 2011, qui a largement participé à sensibiliser les citoyens à la question.

Cependant sommes-nous tous autant sensibles à la présence de substances toxiques dans nos vêtements? Les enfants sont-ils plus vulnérables?

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-Proteger-les-enfants-des-substances-toxiques-

La présence de toutes ces substances toxiques dans nos vêtements et particulièrement problématiques pour les enfants. Notamment ceux en bas âge qui mettent les textiles dans la bouche. Ils absorbent directement les substances chimiques par voie orale. La peau des enfants est également plus perméable que celle des adultes et absorbe donc plus facilement les polluants.

Mais compte tenu de l’étiquetage très lacunaire des vêtements, il est extrêmement difficile d’y voir clair et de contrôler cela.

Ainsi qui dit absence de contrôle, dit aussi porte ouverte à beaucoup d’abus !

Par ailleurs, les teintures chimiques synthétiques causent de nombreux problèmes environnementaux au niveau notamment de la gestion des eaux.

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-teintures-chimiques synthetiques-pollution-inde-bangladesh-tirripur-problemes-environnementaux

Le problème de pollution de l’eau se pose au sein de l’usine dans lequel le textile est teint, mais aussi lorsqu’il est lavé dans nos machines à laver domestiques.

Les populations locales sont contraintes de vivre avec des eaux complètement polluées par les déchets des colorants toxiques. L’absence de réglementation autorise tacitement les usines à verser leurs eaux usées n’importe où.

Mais les vêtements polluent également lors du lavage. En effet, les vêtements en matières synthétiques comme le nylon, le polyester ou l’acrylique libèrent des microparticules de plastiques qui polluent les océeans! Les microparticules de plastiques comme leur nom l’indique sont minuscules. Ainsi même les stations de traitement des eaux usées ne sont pas capables de les filtrer. Ainsi, elles se retrouvent donc dans les océans.

Que faire pour éviter un maximum les substances chimiques présentes dans les vêtements?

des-produits-toxiques-dans-nos-vetements-eviter-les-substances-chimiquesTout d’abord privilégiez, les vêtements certifiés biologiques, et si possible privilégier les fibres naturelles comme le coton ou la laine.

Cependant en achetant un vêtement non labélisé vous n’êtes pas à l’abri de la présence de contaminants. Car les fibres naturelles sont également traitées avec des substances chimiques. Certaines sont traitées avec du nonylphénol éthoxylé. Il s’agit d’un perturbateur endocrinien qui intervient dans plusieurs étapes du processus de transformation de la fibre.

D’une façon générale il est toujours mieux de privilégier les vêtements labelisés par des labels indépendants et fiables tel que le label Oeko-Tex 100 qui limite les substances nocives dans les textiles.

Il est également préférable de toujours laver un vêtement neuf avant de le porter pour la première fois. Également si le vêtement dégorge au premier trempage, relaver-le. S’il perd encore de la couleur au second lavage, c’est mauvais signe… Recommencez-à nouveau.

Voici un petit tableau qui récapitule les principaux les labels qui certifient l’absence ou l’encadrement par règlementation des seuils autorisés de quelques-uns des très nombreux composés chimiques que l’on retrouve dans nos vêtements.

produits-toxiques-chimique-vetements-labels-reglementation

Voilà j’espère que ce petit article vous aura plu. Je vous détaillerai sans doute prochainement les différents labels mentionnés au sein du tableau ci-dessous.

À bientôt

Sources:
http://www.reponsesbio.com/2012/04/04/textile-industriel-attention-danger/
https://www.bastamag.net/Textile-ces-vetements-qui-nous
http://www.danger-sante.org/toxique-vetements/
https://www.greenpeace.fr/dessous-toxiques-de-mode/
Crédits photo :
icci-ci.com
Du poison dans les vêtements
20 Minutes
Être Parent

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :