développement durable

univers fin, sensible et délicat

H&M accusée de brûler des tonnes de vêtements invendus

L’enseigne affiche depuis des années une politique de développement durable, mais parallèlement à ce greenwashing marketing, la marque de vêtements H&M est accusée d’incinérer des tonnes de vêtements neufs invendus !

Voilà qui fait mauvais genre pour cette enseigne! Bien que H&M se targue de promouvoir une économie durable, l’enseigne se fait rattraper par ces pratiques ! En effet, malgré ces gros investissements en marketing, afin de promouvoir ces collections « conscious » l’enseigne est une fois de plus, au coeur d’un nouvel scandale ! Mais, cette erreur de parcours n’a rien d’anecdotique… Cela montre une fois de plus – encore, à quel point le système de la fast fashion est basé sur le gaspillage.

D’après l’enquête menée par les journalistes danois de l’émission de télévision Opération X, l’enseigne aurait brûlé 60 tonnes de vêtements invendus depuis 2013. Les vêtements incinérés seraient neufs, et même encore étiquetés ! De quoi avoir peur, surtout quand on connait les conditions de fabrication de ces vêtements, au cycle de vie inexistant.

Cependant, face à ces déclarations chocs, H&M a nié détruire des vêtements en parfait état.

En effet, afin d’étouffer la polémique, l’équipe de relations publiques de H&M a publié un communiqué. Dans celui-ci l’enseigne reconnait avoir eu recours à cette pratique. Seulement pour se dédouaner, la marque a affirmé et a justifié cette pratique, par des « défauts de fabrication ». À en croire l’enseigne, les produits incinérés seraient « uniquement ceux qui ne remplissaient pas les règles de sécurité ». L’enseigne aurait alors bruler des vêtements qui pouvaient en raison de composés chimiques s’avérer potentiellement dangereux.

Cependant, alors que le géant de la mode a qualifié ces pratiques « d’absolu recours », les journalistes ont mené une seconde enquête, afin de vérifier les affirmations du géant de la fast-fashion.

Les journalistes de Operation X ont alors envoyé des habits incinérés à un laboratoire indépendant de les tester. Cette enquête complémentaire a révélé  qu’aucun produit chimique ni taux d’humidité anormal n’a été détecté.

Ce qu’il faut retenir de toute cette histoire :

H&M dispose d’un modèle de production de et consommation insoutenable et non responsable :

Le modèle économique d’une telle enseigne — celui qu’on appelle « fast fashion » — est basé sur des prix bas et un renouvellement permanent des collections, pour nous inciter à acheter toujours plus. Avec le succès d’H&M ou d’autres comme Zara ou Primark, la production de vêtements a doublé entre 2000 et 2014. Dans le passé, les détaillants ne produisaient que 2 collections par an, puis s’est passé à 4. Puis à 8. Maintenant les enseignes de la fast-fashion produisent près de 16 collections par an. Et les nouveautés arrivent en boutiques quasi quotidiennement.

Mes ces derniers, auront beau à coups de campagnes inviter leurs clients à recycler, leurs vêtements, le modèle économique de ces entreprises n’est pas durable. Il est basé sur un modèle de gaspillage. Ce modèle économique a de lourdes conséquences. En bout de ligne, on gaspille les ressources de la planète. Et on néglige la vie et la santé des ouvriers.

Personnellement, suite à la tragédie de l’effondrement de l’immeuble du Rana Plaza au Bangladesh en 2013, j’ai changé ma façon d’acheter.

Ce joli manteau ou ces jolies chaussettes ne devraient pas coûter la vie ou les droits d’un autre être humains.

Ce gaspillage massif prouve que rien n’a vraiment changé dans le modèle économique et social de cette entreprise.

Plutôt que de faire dons de ces habits, à un orphelinat, à un camp de réfugiés, ou à je ne sais quel autre organisme, l’enseigne privilégie l’incinération à grande échelle. Je trouve cela tout simplement honteux et scandaleux.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

stella-mccartney-devoile-la-parley-ultra-boost-x-1

Stella McCartney dévoile la Parley Ultra BOOST X

Je vous ai déjà parlé de baskets à plusieurs reprises, notamment ici ou ici. Mais je vous ai déjà parlé d’Adidas et de ces chaussures de plastique recyclé. Amatrices de baskets de la collection Adidas by Stella McCartney, un nouveau modèle est sur le marché.

Si vous vous souciez de l’environnement, alors la paire que nous allons vous faire découvrir va vous faire craquer.

Il s’agit du Parley Ultraboost X, des chaussures eco- friendly.

Elles ont été conçues en partenariat avec Parley for the Oceans.

Parley for the Oceans est une ONG qui a pour but de sensibiliser des créateurs et  les leaders à la peservation des océans.

 

stella-mccartney-devoile-la-parley-ultra-boost-x-1

stella-mccartney-devoile-la-parley-ultra-boost-x-1

Parley for the Oceans s’attèle à nettoyer les océans ainsi qu’à nouer des partenariats avec des entreprises comme adidas.

Avec ces partenaires de choix, Parley for the oceans espère sensibiliser toujours plus les consommateurs à la lutte pour l’environnement et la réduction de la pollution des mers. L’ONG travaille actuellement aux Maldives et recueille près de 120 tonnes de déchets plastiques par mois.

Ultraboost X, une nouvelle chaussure de sport à l’esthétique épurée

Ultraboost X est donc fabriqué à partir de plastiques recyclés provenant des océans. Pensée pour s’adapter à la morphologie du pied, la chaussure garantit un maintien idéal et une stabilité totale.

 

stella-mccartney-devoile-la-parley-ultra-boost-x-1

stella-mccartney-devoile-la-parley-ultra-boost-x-1

Avec ces baskets Ultraboost X, nées de la collaboration avec « Parley for the ocean » et réalisées à partir de déchets recyclés, Adidas by Stella McCartney propose une mode aussi engagée que sa créatrice.

Pour en savoir plus au sujet de l’engagement de Stella McCartney consulter notre article à ce sujet ici.

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

veja-la-basket-equitable-sebastien-kopp-francois-ghislain-morillion-8

Veja, la basket équitable 

Veja est une marque de baskets française créée en 2005.

Elle a été fondée avec des principes et des valeurs de développement durable. Elle produit des chaussures éco responsables. Pour moi c’est un modèle d’entrepreneuriat, c’est pourquoi je me suis dit que pour ces raisons, il fallait que j’y consacre quelques lignes ici.

Veja n’a pas été crée pas dans l’optique de faire de l’argent. 

Bien sûr pour survivre, cela est nécessaire, mais le but premier de cette entreprise française, c’est de faire les choses différemment et de contribuer à améliorer le monde dans lequel on vit.

Vera c’est d’abord une histoire d’amitié : celle de François-Ghislain Morillion et de Sébastien Kopp.

Diplômés en management et sensibles à l’écologie, ils travaillaient alors dans des banques d’affaires aux États-Unis. Bien qu’une carrière prometteuse les attendaient, les deux jeunes diplômés réalisent que la vie qu’ils sont en train de se construire n’est pas en adéquation avec leurs valeurs, et qu’ils n’ont pas vraiment envie de devenir leur N+1. Partant de ce constat, les deux amis proposent à des multinationales de partir aux 4 coins de la planète pour d’auditer leurs investissements en matière de développement durable, afin de les conseiller sur le sujet. Ils arrivent à en convaincre un certain nombre, et partent visiter les 4 coins du globe.

Pendant cette année de vadrouille, ils découvrent les rouages de notre système mondialisé.

La plupart de projets qu’ils visitent ne sont pas si convaincants que ça. De plus, en découvrant des usines de production chinoises, ainsi que leurs employés, ils prennent réellement conscience des conditions dans lesquelles ils travaillent. Au cours de cette année de vagadobadage ils rencontrent Tristan Lecomte, le fondateur d’Alter Éco, une des premières marques françaises labellisées « commerce équitable ». Cette découverte leur prouve qu’il est encore possible de produire de façon équitable.

Suite à cette année d’audiences, ils auraient pu choisir de retrouver leurs vies de salariés, mais Sébastien Kopp et François Ghislain Morillion ont décidé de tenter pendant quelques mois, de fonder une marque de baskets…

veja-la-basket-equitable-sebastien-kopp-francois-ghislain-morillion-2

veja-la-basket-equitable-sebastien-kopp-francois-ghislain-morillion-2

Pour mettre au point ces fameuses baskets, les deux jeunes entrepreneurs décident de partir au Brésil pour trouver les matières premières et les fournisseurs avec lesquels ils vont travailler par la suite. Une fois sur place, ils rencontrent des producteurs et se rendent dans des usines. Le tout sans avoir fait aucune école, de design ou de stylisme. Sur place, ils font modéliser plusieurs prototypes, dans un processus itératif. (C’est à dire jusqu’à en trouver un satisfaisant.) Une fois le modèle défini, Sébastien Kopp et François Ghislain Morillion rentrent en France avec pour objectifs de séduire clients, investisseurs & banques.

Ils leur expliquent les bases de leur projet, et se montrent une fois de plus convaincant.

veja-la-basket-equitable-sebastien-kopp-francois-ghislain-morillion-2

© Corentin Fohlen

veja-la-basket-equitable-sebastien-kopp-francois-ghislain-morillion-2

Pourquoi Veja séduit autant et immédiatement les gens? C’est une marque bâtie sur de vraies valeurs :

La marque s’est développée en opposition au modèle économique traditionnel de son secteur d’activité. Dans le domaine des baskets, ou plus largement de l’industrie textile, l’essentiel de la valeur aux yeux du client est fondé sur le marketing et la communication.

À l’inverse de cette stratégie, Veja a choisi de ne faire aucune publicité :

Dans l’industrie traditionnelle la pub, la com, et le marketing représentent jusqu’à 70 % du prix de vente du produit. Alors l’idée de Sébastien Kopp et François Ghislain Morillion c’est d’éliminer les coûts liés à la publicité pour pouvoir les réinjecter ailleurs. Ainsi, en éliminant les coûts associés à ces activités, la marque les a reportés sur l’achat des matières premières et sures équitable, écologique et équitable.

Leurs baskets bio sont ainsi faites à partir de coton naturel. Il provient d’une coopérative de l’aride Nordeste brésilien, qui cultive sans engrais ni engins motorisés. Tandis que pour le caoutchouc des semelles, la marque fait appel à des saigneurs d’hévéas amazoniens. L’Amazonie est le seul endroit au monde où les hévéas (arbres à caoutchouc) poussent à l’état sauvage. Enfin, une convention a été passée avec des tanneurs de cuir. Ils travaillent le cuir de façon traditionnelle, sans utiliser de chrome, à la place ils travaillent avec des extraits végétaux comme l’acacia.

Pour Sébastien Kopp et François Ghislain Morillion, il n’y a qu’une seule façon de sauver l’Amazonie : il faut la rendre économiquement rentable: s’il est plus rentable économiquement d’abattre la forêt, alors elle sera abattue. Afin d’éviter la déforestation, Veja utilise les ressources offerte par l’Amazonie. Et en achetant le caoutchouc issu des hévéas assez cher, Veja protège une partie de la forêt. En effet, autour des zones dans lesquels Veja travaille, ce sont les zones dans lesquelles il y a le moins de déforestation. Après à l’échelle d’Amazonie c’est peu, car Veja occupe qu’une toute petite partie de l’Amazonie. Alors ce n’est pas Veja qui va sauver la forêt amazonienne, mais disons que pour un temps, elle évite la déforestation sur quelques milliers d’hectares et pour Sebastien Kopp et François Ghislain Morillion, c’est déjà superbe.

Après plus de dix années d’existence, VEJA a fondé une relation de confiance autant avec ces collaborateurs qu’avec ces clients.

En effet, VEJA est 100 % transparent.

Sur leur site, ils avouent ne pas être parfaits, mais ils sont 100 % transparents. Et c’est agréable de voir tant d’honnêteté.

Le projet « agroécologique » de Veja se double d’un volet social : rémunérer équitablement les travailleurs engagés dans la production de baskets. (…)

En bout de chaîne, les Veja sont surtout des baskets au design et aux coloris ultramode. Et si elles ne coûtent pas plus cher que les autres, c’est simplement parce qu’elles se vendent sans publicité.

Le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux font le boulot. Là est la différence! Pour les autres marques, la part de la pub et du marketing dans le prix de revient représente jusqu’à vingt fois le coût de fabrication.

Voici les 5 choses à retenir de l’histoire entrepreneuriale de Sébastien Kopp et François Ghislain Morillion :

1 / La première chose à retenir c’est  de réaliser ce qui nous tient vraiment à cœur :

Dans la vie il faut faire ce qui nous plait réellement et s’en donner les moyens.

2 / Pas besoin d’investir des centaines de dollars dans la com’ si le produit le fait pour nous : 

Veja touche et arrive à convaincre les consommateurs. Et cela non pas grâce à une stratégie de story telling bien rodée mais grâce à une histoire réelle et sincère.

3 / Ensuite, il est encore possible de faire du business sans faire de compromis sur ces valeurs :

C’est jouable, à condition de se déplacer et d’aller sourcer soi-même ces fournisseurs.

4 / Être le plus transparent possible ça paye :

Être intraitable sur l’éthique et la transparence de chaque maillon de la chaîne sans relâche tout en augmentant ses ventes, c’est possible.

5 / Enfin, parfois la stratégie sur le long terme est la plus gratifiante : 

Grandir doucement, mais sûrement pour vendre plusieurs centaines de milliers de chaussures par an, tout en gardant 100 % du capital à deux pour éviter les pressions inutiles, c’est exaltant.

 

veja-la-basket-equitable-sebastien-kopp-francois-ghislain-morillion-2

veja-la-basket-equitable-sebastien-kopp-francois-ghislain-morillion-2

 

J’espère que vous avez aimé cet article, puis qu’éventuellement ça vous encouragera à acheter autre chose que des Stan Smith ! 😉

Rassurez-vous je n’ai rien contre Adidas, et même je souligne leurs efforts, et leurs innovations écologiquement engagées. Vous pouvez consulter les articles que je leur ai consacré ici ou ici !

Vous avez j’adore la mode responsable, je vous ai ainsi déjà parlé d’Ekyog, d’Odelayo, d’Audvik, de Kinsu, de Qéiko, ou de Vymoo, et à travers ce blog je m’éfforce de montrer qu’il est possible d’acheter mieux, sans forcément compromettre le style. Je me demandais si par hasard vous aviez de belles adresses à me faire découvrir …? Si c’est le cas n’hésitez pas à me les partager en commentaire, je suis toujours avide de belles nouveautés sympa !

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

Nouveauté IKEA : une chaise 100 % recyclée 

IKEA, la grande nouveauté du catalogue 2018 : la chaise Odger !

Après la cuisine 100 % à partir d’éléments recyclés, IKEA renouvelle sa collaboration avec le studio de design suédois, Form Us With Love. En effet, dans les nouveautés du catalogue 2018 qui vient de sortir, Odger fait partie des nouveautés. La chaise Odger est une chaise éco-conçue. Mais qu’est ce que l’éco-conception ?

L’écoconception est une approche qui s’est principalement développée depuis une vingtaine d’années. Elle représente l’aboutissement d’une réflexion entamée dans les années soixante-dix sur la prise en compte des impacts environnementaux engendrés par tout les biens de consommations. Ce concept a été initié par le designer Victor Papanek. Ce fut le premier designer à intégrer les aspects sociaux et environnementaux dans le développement de produits. À cette époque, l’objectif principal de la démarche était de diminuer la quantité de déchets liée au produit. Aujourd’hui il s’agit d’un concept plus global. En effet, désormais lorsque parle d’écoconception, on évalue l’empreinte environnementale d’un produit. Pour cela il faut prendre en considération tout le cycle de vie du produit:  de sa conception à la fin de sa vie.

L”éco-conception est une démarche qui intègre des critères environnementaux tels que la réduction de matières vierges, en les remplaçant par l’introduction de matières recyclées.

En effet, les matières premières sont de plus en plus rares, et par conséquent il faut faire attention à ce que l’on consomme ! Pour se faire la chaise Odger a été conçue à 100 % avec des matinaux recyclés. Ainsi pour concevoir cette chaise, IKEA limite la quantité de matières premières  vierges utilisées. Et dans l’industrie ce genre de démarches et encore trop rares, c’est pourquoi je m’applique à les souligner. D’autant plus qu’IKEA est un géant de l’ameublement, alors une initiative plus durable ne serait-ce que sur quelques modèles, à un impact sur notre planète, étant donné que IKEA édite ses produits en milliers d’exemplaires.

IKEA et l’éco-conception : Comment minimiser les déchets en amont, lors du développement produit ?

Depuis quelques temps, IKEA s’engage réellement pour le développement durable. Et ils essayent d’intégrer au sein de leur studio de design, une démarche d’éco-conception. Pour se faire ils ont même identifiés 11 critères d’éco-conception sur lesquels ils pourraient s’appuyer pour minimiser leur empreinte environnementale. Les voici :

  • Faire plus avec moins
  • Utiliser des matériaux renouvelables
  • Utiliser des matériaux réutilisés ou recyclés
  • Prévoir la recyclabilité du produit en fin de vie
  • Utiliser des matériaux issus de sources gérées durablement
  • Garantir la qualité du produit
  • Optimiser le nombre de produits par chargement
  • Assurer l’efficacité énergétique lors de la production
  • Utiliser des énergies renouvelables lors de la production
  • Minimiser les pertes de matières premières lors de la production
  • Permettre à nos clients d’économiser l’eau, l’énergie, de mieux trier leurs déchets et vivre plus sainement

La chaise Odger, s’inscrit donc dans cette démarche d’écoconception entreprit par IKEA.

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

 Une chaise à partir de matériaux recyclés :

ODGER est le nom d’une chaise Ikea à la coque arrondie. Elles sont composées de  30% de fibres de bois et 70 % de bouteilles recyclées, le tout teinté dans la masse. Pour mettre au point l’élaboration de cette chaise IKEA a travaillé en collaboration avec les designers JOHN LÖFGREN ET JONAS PETTERSSON de suédois Form Us With Love. Ce n’est pas la première collaboration de ces 2 enseignes. En effet, il y a quelque mois déjà je vous parlais, de la cuisine Kungsbacka fabriquée à partir de bois recyclé.

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love- nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love- nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love- nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

Voici les trois premières couleurs que revêt la chaise Odger : ivoire, bois et bleu.

Je pense qu’elles se marieront aisément avec de nombreux intérieurs :

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

nouveaute-ikea-chaise-100-recyclee-materiaux-plastique-recyclage-bois-recupere-design-suedois-form-us-with-love-

Voilà c’était mon petit coup de coeur de la nouvelle collection !

Je trouve que la chaise Odger, est jolie confortable, douce et bien conçue ! Et vous qu’en pensez-vous ? Quel est votre modèle préféré ?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

IKEA-application-sensibiliser-enfant-développement-durable-1

IKEA lance une application pour sensibiliser les enfants au développement durable

Le géant du meuble veut sensibiliser les enfants aux enjeux du développement durable grâce à une application mobile appelée IKEA Kid’s Adventure.

Les enfants sont de grands utilisateurs de tablettes alors pourquoi ne pas créer une application développée spécialement pour eux, afin de les éduquer de les conscientiser sur les questions environnementales ?

Les enfants naviguent avec aisance sur les tablettes et autres téléphones intelligents, car leur utilisation assez intuitive. L’usage de ces interfaces ne nécessite pas de savoir lire ou d’écrire. Ainsi, ce n’est pas rare qu’un enfant d’à peine 3 ans s’empare aisément de cet outil. Ces technologies sont également particulièrement utiles pour les parents débordés… Les tablettes et les téléphones intelligents sont des objets immersifs, qui permettent de (im)mobiliser rapidement les enfants avec un film ou alors avec un jeu. Cette facilité d’utilisation rend ces petits objets électroniques très populaires auprès des enfants. Alors il est fréquent que des parents occupés, s’en servent pour calmer leurs enfants lors de longs trajets en voiture… et donc pourquoi pas lors de longues balades chez Ikea!

 

 

IKEA-application-sensibiliser-enfant-développement-durable-0

 

Si les enfants sont friands d’objets connectés, comment parvenir à les sensibiliser à des enjeux complexes ?  

Et bien, par le jeu! Pour le concevoir, Ikea a fait appel à la start-up my happy Tours.  Pour concevoir l’application basé sur le jeu, ils ont fait appel aux plus spécialistes en la matière : les enfants!

Un processus de co-création :

 

IKEA-application-sensibiliser-enfant-développement-durable-3

 

La start-up et Ikea ont invité les enfants à participer à la conception. Ils les ont conviés à différents ateliers, afin de savoir quelles étaient leurs connaissances en matière de développement durable, mais aussi quelles étaient leurs interrogations et leurs idées, pour le jeu. Ce sont donc les enfants qui ont orienté la conception et les contenus de l’application.

Ils ont également étés les premiers à le tester l’application au sein du IKEA de Bayonne.

Mais comment fonctionne cette application et à quels enfants est-elle destinée exactement?

Elle a été pensée pour les enfants âgés de 5 à 12 ans. L’application est disponible sur l’App Store ou sur Google Play. On peut la télécharger à domicile ou en magasin, via les bornes wifi du magasin. Une fois l’application téléchargée, il suffit de rentrer son adresse courriel, et un mot de passe pour créer un compte. Ensuite on renseigne notre âge, ce qui va influer sur le niveau de difficulté du jeu. Enfin, on peut créer un personnage très facilement.

 

IKEA-application-sensibiliser-enfant-développement-durable-141

 

Le but du jeu est ensuite de trouver les petits monstres qui se cachent dans le magasin. Chaque zone en cache quelques-uns. C’est un genre de chasse aux monstres. Après avoir capturé un monstre, l’application propose un petit jeu, une petite énigme, qu’il faut résoudre, pour avoir accès au secret du monstre. Les secrets détenus et délivrés par les monstres apprennent des éco-gestes ainsi que leurs impacts. Par exemple, les monstres apprennent aux enfants, comment économiser de l’eau, de l’énergie, ou encore comment éviter le gaspillage ou trier ses déchets? Il apprend aussi comme préserver des ressources naturelles comme l’eau le bois, le coton, le bambou.

Bref, chaque monstre dévoile une petite astuce pour préserver l’environnement.

 

IKEA-application-sensibiliser-enfant-développement-durable-2

 

IKEA-application-sensibiliser-enfant-développement-durable-4

 

Bref, le numérique est un moyen pédagogique ludique, idéal : il permet à la fois de s’amuser et de sensibiliser.

Mais une multinationale qui s’engage et lance une application autour du développement durable, c’est suspect? 

Tout d’abord, il faut être lucide, cela n’est pas dépourvu d’intérêt commercial :

L’enseigne ne se cache pas que cet « outil interactif et ludique a pour objectif et rendre leur visite en magasin plus agréable […] IKEA Kid’s Adventure vient s’ajouter aux services déjà existants tels que l’accueil gratuit des enfants au Smaland et les bornes de jeux en magasin ».

Cependant, avant de s’indigner et de juger cela comme du greenwahing, cette application constitue néanmoins un apport cohérent par rapport à l’actualité. De plus, le choix de leur cible est malin, car les enfants sont les acteurs de demain, c’est pourquoi dans une optique environnementale pensée sur le long terme, les enfants sont des acteurs à privilégier.

Un outil ludique, et pédagogique :

Grâce à ce dispositif, les parcours des enfants est agréable. Ils s’amusent… mais ils apprennent également! De plus, le fait d’apprendre en s’amusant et en résolvant des énigmes est un bon moyen pour mieux se souvenir des connaissances acquises.

Expérience réussie, enfants et parents sont conquis :

À lire les premiers commentaires de retours d’expériences via les plateformes de téléchargements, les enfants et les parents sont conquis!!

 

 

Des bénéfices pour les enfants :

Cette version de cache-cache numérique, qui mêle la technologie et le réel, est une belle idée pour canaliser les enfants lors de leurs visites. Sincèrement les immenses magasins IKEA représentent le lieu rêvé pour faire des parties de cache-cache interminable.

Des bénéfices pour les parents : ils pourront faire leurs achats tranquillement :

Grâce à cette petit application, fini les enfants qui trainent les pieds! Voilà le moyen de les motiver à venir en courses le dimanche. En plus de s’amuser, cette application les fera patienter intelligemment.

 

 

Alors si vous aussi, vous souhaitez être peinard, pendant votre prochaine visite, pensez à recharger votre tablette ou votre téléphone avant de partir! 

IKEA-application-sensibiliser-enfant-développement-durable-4

Cependant désolé pour mes lecteurs francophones qui ne résident pas en France… car cette application toute récente est pour le moment encore en phase de test. C’est pourquoi l’application n’est disponible que dans les magasins français.

Mais pour mes lecteurs québécois dont les enfants sont bilingues, si vous souhaitez tout de même sensibiliser vos enfants aux bonnes pratiques environnementales, il existe une application anglophone. Elle s’appelle Hyko Polar Bear. Développée à Amsterdam, elle sensibilise les enfants à des thématiques comme la consommation d’énergie. Pour chaque thème, il y a des explications simples et des mises en situation ludiques.

Et vous,  sensibilisez-vous vos enfants? Si oui dites nous comment !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.