deuil

deuil-fêtes-comment-passer-les-fetes-de-fin-dannee-apres-la-perte-dun-proche

Comment passer les fêtes de fin d’année après la perte d’un proche?

Vous venez de perdre un être cher. Vous allez peut-être entrer dans une période difficile, un temps de séparation, d’ajustement : un temps de deuil.

Autrefois, les personnes endeuillées se paraient des vêtements noirs ou blancs. Cela leur permettaient d’informer de façon informelle leur entourage qu’elles traversaient une période douloureuse. Aujourd’hui, les temps ont changé. Le port du noir ou du blanc, n’est plus un signe distinctif puisque ces couleurs vestimentaires selon largement utilisées tout au long de l’année. Cependant, malgré que l’on affiche plus son deuil de façon visible, la réalité intérieure demeure.

Pendant la période des fêtes, là où tout le monde être heureux de se retrouver en famille, il n’est pas toujours facile de parler ou de vivre la perte d’un être cher.

En effet, les fêtes de fin d’année sont synonymes de cadeaux, de magie, et de féerie …  Mais ces moments de gaité, de partage et de rassemblement sont d’autant plus difficiles à vivre lorsque l’on vient de perdre un proche. Dans ce contexte, il n’est pas évident de vivre et/ou d’afficher son deuil au milieu de tous ceux qui nous souhaitent de passer de joyeuses fêtes entourés de notre famille, lorsque l’un d’entre eux manque à l’appel.

La période les fêtes de fin d’année est une période difficile pour vivre un deuil.

Car les fêtes de fin d’année sont, comme leur nom l’indique, réputées pour être une période heureuse.

Pourtant, vos soucis personnels viennent assombrir le tableau. Solitude, précarité, divorce, perte d’un proche, chômage : la magie de Noël, vous n’y croyez pas, bien au contraire, vous la fuyez. Vous ne trouvez pas votre place au milieu de tous ces visages comblés et souriants, le bonheur des autres ne fait qu’exacerber votre peine.

Il y a un an, j’ai perdu mon grand-père, durant les fêtes de fin d’année. C’était quelqu’un avec qui j’ai passé énormément de bons moments alors j’avais décidé de lui rendre hommage dans un article.
Mais ça n’a pas été si simple, de vivre la séparation à cette période ci de l’année.

deuil-fetes-deja-un-an-sans-toi.ai

C’est pourquoi aujourd’hui j’ai décidé de rédiger un article avec 5 conseils pour vous aidez à faire le deuil de quelqu’un pendant la période du temps des fêtes.

1. Ne vous positionnez pas en victime…

Ne vous laissez pas embarquer dans une spirale de négativisme!

Souvent lorsqu’on perd un être cher on a l’impression que le monde s’écroule. Certes ce n’est jamais évident de perdre quelqu’un, mais ne vous laissez pas embarquer et submerger par des émotions négatives. On a pas le contrôle sur tout les événements de la vie, mais on peut essayer de faire de notre mieux pour rester positif.

Pour cela, pensez à ce qui pourrez vous faire du bien :

Écoutez votre musique préférée, allez au spa, entourez-vous des gens que vous aimez réellement. Bref, faites des activités qui habituellement vous procurent de la joie et du bonheur.
Et surtout ne culpabilisez pas d’être heureux, acceptez alors de prendre du plaisir, sans vous sentir coupable. Être heureux même après le départ d’un proche, ça ne veut pas dire que la personne ne vous manque pas, ou que vous ne pensez pas à elle.

2. Cependant pas besoin de vous prouvez à vous même, ou à autrui que vous allez bien.

Écoutez-vous. C’est correct parfois de chialer une journée au complet et de ne pas avoir honte de le dire. Il n’y a pas de mal ou de honte à ça.

3. Honorer la mémoire de la personne disparue

Il se peut que fêter Noël n’a plus de sens pour vous, maintenant que la personne que vous aimez n’est plus là. Néanmoins, vous pouvez redonner du sens à cette période en incluant, un hommage à sa mémoire. Le silence et le « faire comme si » font beaucoup plus de mal que de bien… En effet, plutôt que de passer toute la journée de Noël à penser à la personne disparue, sans oser prononcer son nom, de peur que toute la famille s’effondre, prenez le parti d’honorer explicitement sa mémoire, ce jour-là. Pour cela, essayez de définir ensemble la manière la plus belle et la plus appropriée de rappeler son souvenir, sans pour autant gâcher le plaisir d’être ensemble.

Qu’il s’agisse d’allumer une bougie, ou encore d’écrire chacun sur un bout de papier un bon souvenir pour se rappeler ensemble des bons moments passés en sa présence, mieux vaut en parler ouvertement et collectivement plutôt que de chacun ressasser ça dans son coin.

4. C’est correct de rire et de faire de l’humour sur la situation.

Mon grand-père était quelqu’un de très attaché à certaines traditions. Par exemple à chaque enterrement il était indispensable de sortir le set de vaisselle “spécial enterrement” qu’il faut absolument utiliser que dans ce cas de figure.

hérité de je ne sais trop qui pour l’occasion. Il n

5. Perpétuer les traditions.

Chaque personne a ces petites habitudes et ces petites traditions.

Pour les perpétuer il suffit de les refaire vivre. Et ça n’a pas besoin d’être compliqué.

Vous pouvez par exemple, cuisiner son plat préféré ou celui qui vous cuisinait souvent pour vous faire plaisir.

Mon grand-père me recevait toujours comme une princesse.(N’ayons pas peur des mots!) À deux on se fait des repas dignes de véritables banquets. Au menu, il y avait du crabe, des langoustes, d’huîtres, ou encore des fruits de mer en tout genre. Le tout parsemé de vin! Alors c’est certains que dès que je dégusterai des fruits de mer dans les mois et les années à venir j’aurais toujours une petite pensée pour le bon vivant et la personne généreuse qu’il était.

Vous pouvez également par exemple, être fleurir votre intérieur, en l’honneur de sa mémoire.

Par exemple mon grand-père adorerait les fleurs, à défaut de pouvoir en offrir à sa femme (il était veuf et puis divorcé) il s’en rapportait souvent un bouquet lorsqu’il revenait de courses. Il disait non sans humour que c’était son petit côté « Pd ».

Vous pouvez aussi faire perdurer un rituel bien-être.

Mon grand-père avait un petit rituel de lecture dans le bain. Il lisait chaque mercredi le canard enchaîné dans sa baignoire.
Personnellement, je pense que j’ai hérité de son amour pour les bains, alors c’est avec plaisir que je fais perdurer cette tradition.

Et vous quelles sont les astuces ou les conseils que vous donneriez à quelqu’un pour l’aider à mieux vivre son deuil?

Enfin, je tiens à préciser que je ne suis ni coach, ni psychologue. Alors si ces petits trucs ne vous suffisent pas pour vous aider à garder la tête haute ou plutôt pour relever la tête et bien allez consulter un spécialiste. Notez que la première année qui suit le décès est reconnue être la plus difficile. Car chaque saison, chaque fête, chaque anniversaire ramènent leurs souvenirs.

Cependant, n’oubliez pas que même si les fêtes de fin d’année ne seront plus jamais les mêmes, elles peuvent néanmoins rester sources de joie de positivisme et de souvenirs de l’être cher.

 

amitié-toxique-culpabilité-jalousie-pervers-rancune-reproche

Bye-bye les amitiés toxiques

Si de nombreuses personnes contribuent à notre bonheur, il y en a certaines qui, au contraire, nuisent à notre bien-être. Parfois il peut s’écouler plusieurs années avant que l’on prenne conscience que l’on est dans une relation toxique. Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler de ce sujet sensible. Ce sujet est un petit peu plus personnel que ceux habituellement évoqués et discutés sur le blogue. On dirait qu’après presque un an de blogging j’ai envie que vous connaissiez diverses facettes de moi. Alors si vous commencez à connaître un petit peu mes goûts en matière de mode, de design et de diy, aujourd’hui j’ai envie de vous dévoiler un bout de mon histoire.

Je ne fais pas cela par besoin de me confier ou par introspection, j’ai écris cet article dans le but de vous prévenir que ce type relation peut s’installer sans crier gare. Mon expérience personnelle servira donc à appuyer les faits et à les illustrer l’article via des exemples plus concrets.

Cet article a pour but de vous aider à entreprendre une chasse aux sorcières parmi vos amis toxiques.

Pour se faire, voici quelques caractéristiques qui devraient vous mettre la puce à l’oreille pour déterminer si votre amitié est toxique !

En effet, vous l’aurez compris, par le passé j’ai eu une amitié toxique. J’ai réellement pris conscience de la situation à partir du moment que je me suis mise en colocation avec cette personne. Très vite les choses ont pris de l’ampleur. Au total notre colocation a duré 6 mois. Je crois que dans tout cela il y a eu 5 mois de trop!

Mais bon restons sur le positif :

aujourd’hui je m’en suis défaite et c’est ça le principal !  Même si cet épisode a été tout de même difficile, heureusement pendant la dégénérescence de cette coloc jusqu’à mon départ, et même après, j’ai été soutenue par quelques paires oreilles bienveillantes, qui se reconnaîtront à la lecture de ces lignes !

Aujourd’hui j’évoque ce sujet car je trouve qu’on parle assez souvent des amours toxiques mais relativement peu des amitiés toxiques.

Une amitié toxique c’est quoi ?

Je crois qu’il y a différentes choses qui peuvent transformer l’amitié en quelque chose de nocif.

Une amitié est une relation basée sur la confiance et la bienveillance.

Une véritable amitié se doit d’être honnête et louable. Un véritable ami est là pour prendre des nouvelles et pour écouter ce qu’on aurait envie de lui faire savoir.

Mon ancienne amie était quelqu’un dotée d’une qualité d’écoute très faible.

Par exemple tu pouvais lui confier n’importe quoi, même des faits d’une certaine gravité, elle parvenait toujours à ramener tout à elle et à son vécu. À ces côtés, on se sentait constamment dévalorisé. En effet, c’était comme si notre histoire ou notre confidence était sans importance.

Et lorsqu’il s’agissait de bienveillance, de gratuité du geste, là il n’y avait plus personne !

En effet, lorsqu’il s’agissait de prendre de mes nouvelles d’une façon dénuée d’intérêt, c’est à dire sans pour pouvoir ensuite me raconter à son tour quelque chose, et bien elle n’en prenait pas.

J’ai pris conscience de cela plutôt j’ai eu déclic après les attentats de novembre 2015 qui ont eu lieu à Paris. Au lendemain alors que j’étais inquiète et sans nouvelle de certains de mes amis ou de ma famille qui vivent en grande majorité là-bas, à aucun moment elle n’a songée à me demander dans les jours qui suivaient les attentats si mes proches étaient tous sains et saufs. À l’époque ce manque de considération m’avait réellement fait prendre conscience d’à quel point c’était une personne ego-centrée.

L’ami négatif se crée ou s’invente des problèmes 

Vous savez l’ami ou à chaque appel, ou chaque prise de contact tout va mal. 

Il y’a des gens à qui il arrive toujours de drôle d’histoires mais qui vont le prendre avec légèreté et le sourire. Et il y a ceux qui ont tendance à surdramatiser.

Parmi les caractéristiques de personnes qui rendent les amitiés toxiques, il y a les jaloux maladifs :

Je veux dire par là que des amis très proches sont trop proches. Parfois ils peuvent se révéler exigeants voir intrusifs. 

Pour ma part mon amie était une personne extrêmement jalouse.

J’avais droit à des crises de jalousie pour tout et n’importe quoi. Au début je me remettais beaucoup en question. Je me justifiais sans cesse jusqu’à ce que je réalise que la situation était juste improbable et démesurée et que je n’ai rien à voir dans cela.

Par exemple un jour mes voisins avec qui je m’entendais très bien (et qu’elle connaissait également) m’invitent chez eux. Ni une deux je m’y rends. Et lorsque je lui raconte le fait que je suis allée chez mes voisins durant le week end, au lieu d’être heureuse que j’entretienne de bonnes relations de voisinage, elle pète littéralement les plombs. Elle me reproche de ne pas l’avoir pas conviée. Moi mon premier réflexe à l’époque c’était de m’excuser mais aussi de culpabiliser. Avec du recul je me rends compte que cette jalousie était tout simplement déplacée. Et oui si mes voisins souhaitaient l’inviter ce jour-là ils auraient pris leur téléphone et ils l’auraient appelée. Ce n’est pas de mon ressort qu’elle n’était pas invitée ce jour-là.

Finalement mon “amie” était en fait envieuse de moi, des relations que j’avais avec mon entourage.

Parfois la jalousie est si intense qu’elle va même jusqu’à s’immiscer dans vos relations les plus intimes. 

Mon amie par exemple avait un jour décrété qu’un gars que je fréquentais était une personne malsaine (et ceux sans même l’avoir rencontré!). Elle refusait ainsi qu’il vienne à l’appartement. Alors moi j’avoue face à tant de problèmes avec cette relation je fuyais la situation. J’essayais de me faire le plus discrète possible afin de ne pas a avoir à me justifier constamment. Cet épisode houleux et disproportionné a bien sûr ça changé quelque chose à notre relation.

Suite à ça je ne souhaitais plus lui parlais de ma vie privée de peur d’avoir à subir ces jugements hâtifs et les conséquences qu’ils engendraient.

Mais il se peut aussi que la jalousie soit combinée à la rancune…

Et si c’est le cas pour vous, vous avez tiré le gros lot!

C’était également le cas de mon “amie”. Elle ne passait jamais l’éponge sur rien. Même les situations les plus anodines (comme l’exemple cité plus haut sur l’inviation) m’ont été reprochées des tonnes et de fois. Si bien qu’à la fin, je connaissais par cœur les reproches et les rancunes qu’elle avait envers si moi. Si bien que j’avais l’impression de vivre avec un disque rayé. Elle ressassait sans cesse les mêmes trucs. Même après que je lui ai présenté mes excuses moult et moult fois.

Par exemple, pour reprendre l’exemple de l’invitation informelle chez mes voisins dont je ne lui ai pas fait profiter, elle me le rappelait à chaque crise. Ainsi à chaque crise c’était la même rengaine elle mettait bout à bout tout pleins d’exemples aussi anodins que celui-ci dans le but de me faire culpabiliser et de se faire passer en victime. Alors qu’au contraire c’était elle qui me reprochait des faits improbables.

Au début son petit manège marchait. Je m’excusais, je me justifiais et culpabilisais. Mais à force d’entendre ses disquettes j’ai pris conscience que ce n’était pas moi le problème, mais elle qui éprouvait une jalousie déplacée voir maladive.

Pour moi la prise de conscience de cette pathologie s’est avérée positive et bénéfique.

En effet, plus je réalisais le non-fondement de ces reproches, plus je me détachais. Et plus je me détachais plus j’avais le droit au disque rayé souvent et intensément. Plus j’entendais les mêmes reproches, plus je me détachais. Et ceux, jusqu’au jour où nous avons pris nos distances pour de bon. Je ne vous cache pas que ça a été une séparation violente.

Mais parfois il faut ça pour se défaire totalement des personnes toxiques.

 

Enfin comment se défaire d’une relation toxique ? 

Lorsqu’on est dans une relation, même si elle est malsaine parfois on a du mal à s’en rendre compte.

Pour faire le point avec vous même pour cela, il faut que vous évaluiez ce que cette amitié vous apporte concrètement à l’instant présent. Ce peut sembler égoïste, mais parfois, il faut penser à soi! Ainsi, pour cela munissez-vous de votre jugement critique, de votre discernement ainsi que d’un papier et d’un crayon. Ensuite, sur la feuille tracez deux colonnes. L’une sera destinée aux avantages, et l’autre aux inconvénients. Pour que cet exercice soit juste, il faut que vous focalisiez sur le présent. Ainsi si vous avez passé d’incroyables moments avec la personne inscrivez souvenirs, plutôt que de mentionner fou-rire ou que sais-je.

Une fois la feuille est remplie, déterminez s’il y a plus de pour ou de contre. S’il y’a plus d’éléments qui vous blessent, tentez de parvenir à déterminer pourquoi. Ensuite, essayer de voir s’il est possible d’arranger la situation. Malheureusement pour moi la situation avait déjà pris de trop grosses proportions. Parfois… il vaut mieux abandonner le navire plutôt que de couler avec!

Voici 3 raisons de fuir une personne toxique :


1. Parfois on se dit que c’est une petite passade et que d’ici quelques mois ça ira mieux. 

En réalité il n’en est rien et même au contraire. Les amitiés toxiques c’est comme de la vaisselle sale : plus en attend plus c’est difficile et plus la situation s’empire. C’est pourquoi il vaut mieux prendre le problème à bras le corps dès que vous prenez conscience que quelque chose ne tourne pas rond !


2. Ensuite la seconde raison et non l’une des moindres : Vous ne pourrez pratiquement jamais changer une personne toxique. 

Et oui une personne toxique est quelqu’un qui présente un genre de pathologie mentale. Alors à moins que vous soyez un chirurgien de l’âme et que votre ami accepte l’opération je ne pense pas que cela soit possible !


3. Enfin, vous devez fuir car si vous n’êtes pas heureux dans une situation il ne tient qu’à vous d’en changer ! 

Et oui c’est la bonne nouvelle ! Si vous ne pouvez pas grand-chose pour votre ami en revanche vous êtes responsable de votre bonheur.

 

 

Voilà j’espère que ce bref article vous aidera à faire à prendre conscience que certaines amitiés ne sont pas saines et qu’il faut couper court à ce genre de relation des que vous prenez conscience de leur nocivité.

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous en avez le courage et l’audace si vous avez déjà été confronté à ce genre de relation.

Si vous vous en êtes sortis n’hésitez pas à nous partager vos petits trucs à vous pour passer le cap.