Agriculture urbaine durable & culture de champignons

Les poissons et légumes ne sont pas les seules denrées à pouvoir être cultivés en ville. En effet, ces dernières années des champignonnières poussent à travers de nombreuses grandes villes.

La culture des champignons est sans conteste un modèle de référence du développement de l’agriculture urbaine durable :

Tout d’abord la culture des champignons est un modèle de développement durable, car elle réutilise les déchets agricoles. De plus, elle donne une production élevée comparativement à la surface cultivée.

Une ferme urbaine montréalaise appelée Blanc de gris en est un bon exemple. Mais, comme ce genre d’initiatives se généralise, il existe des exemples similaires comme comme le Permafungi, ou le Champignon de Bruxelles en Belgique ou encore la boîte à Champignons en France.

Blanc de gris est une entreprise qui produit des pleurotes. 

 

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-2

 

Le pleurote est champignon cultivable. Il est caractérisé par un pied excentré.

Comme la plupart des champignons, le pleurote est une espèce fragile et périssable. C’est pourquoi ce champignon se prête particulièrement bien à cette forme d’agriculture de proximité. Une culture locale réduit les intermédiaires : peu de délais et transport entre la ferme et l’assiette.

Pourquoi cultiver des pleurotes? 

D’une part parce que c’est bon à la santé : 

En effet, sur le plan nutritionnel, le pleurote a une saveur unique et possède des propriétés aromatiques particulières. Les champignons de façon plus globale sont riches en bonnes protéines. Les protéines des champignons contiennent tous les acides aminés essentiels et beaucoup d’acides aminés non essentiels. Les champignons sont pauvres en lipides, mais riches en acides gras insaturés. Ils contiennent beaucoup de vitamines, d’éléments minéraux et des fibres.

Bref, c’est le top!

 

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-5

D’autre part parce que c’est rentable! 

Eh oui, le cycle de culture des champignons est très court.

À titre d’exemple, la plupart des espèces de pleurotes commencent à produire des champignons 3 semaines après le semis, voir 2 semaines pour certaines souches précoces.

Un environnement exigeant et maitrisé est nécessaire pour la myciculture :

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-1

© https://nutritionnisteurbain.ca

Aération/ventilation :

La chambre de croissance doit être pourvue d’ouvertures de ventilation qui permettent également à la lumière d’entrer.

Lumière :

Cependant les pleurotes sont très sensibles au manque d’aération et de lumière. La lumière exigée (couleur et intensité) dépend de la variété.

Si les pieds sont longs et les chapeaux petits, c’est que les conditions d’aération et de lumière sont insuffisantes. En l’absence complète de lumière, les pleurotes ne formeront que des pieds, pas de chapeaux, et ressembleront à du corail.

Humidité :

Il faut bien surveiller le taux d’humidité de tous les champignons pendant leur croissance.

Les champignons sont fragiles. Ils ne supportent pas les bactéries et autres impuretés qui les privent alors de leurs nutriments. Tout doit être parfait le degré d’humidité la température, le taux de dioxyde de carbone dans l’air…

Finalement pour bien pousser les champignons ont besoin d’un local propre, mais aussi de nourriture. 

La semence de champignon (matériau de propagation) est généralement désignée sous le nom de blanc.

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-3

 

La production de blanc :

Cela revient à mettre du mycélium du type champignon désiré dans des substrats adéquats, qui ont été au préalable stérilisés dans des conditions aseptisées. Et la particularité des champignons de Blanc de gris c’est qu’ils sont cultivés sur un substrat 100 % local!

Le substrat mélange du café, des résidus de microbrasserie et du bois

La champignonnière Blanc de gris ramasse quotidiennement le marre de café des brûleries avoisinantes. Une microbrasserie leur donne leur résidus de brassage de bière et l’arrondissement leur fournit des copeaux de bois d’émondage.

 

Les champignons de culture, est-ce bon pour la santé?

 

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-7

 

Enfin si vous êtes toujours sceptiques à l’idée de manger de champignons cultivés en ville, sachez que des tests ont montré que les champignons qui poussent en champignonnières sont plus saints que ceux qui poussent dans la nature.

En effet, ces derniers n’absorbent pas les polluants parfois présents dans le sol.

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :