mode

arket-mode-conceptstore-lifestyle-pret-a-porter-collections-4

Arket dévoile enfin les prémices de ses collections

La nouvelle enseigne du groupe H & M a été annoncée comme un concept store lifestyle.

Arket c’est donc un mix de mode (homme, femme, enfant), mais aussi de déco, et de restauration. La première boutique ouvrira ses portes à Londres le 25 août prochain.

arket-mode-conceptstore-lifestyle-pret-a-porter-collections-4

 

arket-mode-conceptstore-lifestyle-pret-a-porter-collections-3

 

arket-mode-conceptstore-lifestyle-pret-a-porter-collections-2

 

arket-mode-conceptstore-lifestyle-pret-a-porter-collections-5

À cette même date, elle ouvrira simultanément sa boutique en ligne dans 18 pays européens.

Arket se montrait jusqu’à lors plutôt discrète.

En effet, celle-ci divulgue petit à petit les informations relatives à cette nouvelle enseigne sur son compte instagram. Mais depuis peu elle dévoile aussi les nouveautés sur son site web, signe que l’ouverture approche à grands pas.

En effet, elle a rendu publics les premiers clichés de ses modèles de prêt-à-porter, mais aussi de ce que l’on va trouver du côté de la restauration. Ces clichés permettent de constater que les pièces proposées par l’entreprise s’inscrivent dans une esthétique scandinave épurée. Parmi les clichés dévoile on retrouve de belles matières, de la popeline, du coton. Mais aussi des coupes minimaliste, tel que des robes droites, des encolures géométriques, parka avec des volumes… Les lignes ne sont pas si classiques et intemporelles que ce qui avait été annoncé.

Fidèle à ce qu’elle avait annoncé la nouvelle enseigne du groupe H & M souhaite donner une image plus green.

arket-mode-conceptstore-lifestyle-pret-a-porter-collections-4

À cet effet, on peut constater que la boutique vendra même du café éthiopien issu de commerce équitable. Arket proposera dans ses boutiques un café qui proposera de la cuisine végétarienne. Le but de ces cafés c’est de proposer d’ingrédient frais et locaux. On pourrait donc supposer que le menu changera d’une boutique à l’autre.

Le site internet d’Arket ne ressemble à aucun autre eshop. Très minimal, les produits sont référencés telle une classification scientifique à base de chiffres et de codes. Pas d’ornement ni de description alléchante ici le choix est clair la marque mise sur ces produits. Un choix ambitieux, qui n’est pas s’en rappeler la stratégie de marque de la Maison Margiela, qui était quelque peu plus exagérée. La Maison Margiela avait choisi de ne pas identifier ces produits. Ainsi les étiquettes ne comportaient ni marque ni logo. Au début elles étaient totalement vierges, mais aujourd’hui, elles comprennent une série de chiffres !!

Doucement les choix d’Arket se définissent et se clarifient.

Et la volonté de se positionner comme une marque haut de gamme est de plus en plus perceptible.

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
arket-chaise-carl-malmsten-mobilier-design-scandinave

Arket réédite une chaise de Carl Malmsten

Vous souvenez-vous, je vous ai déjà parlé de l’ouverture d’Arket (ici)?

Le fameux groupe scandinave H&M lance une septième marque : Arket

Celle-ci a l’intention de créer un nouveau concept store dit durable et de qualité :

À l’instar de la marque & Other Stories ou de COS, on s’attend du côté des vêtements à des coupes minimalistes et élégantes.

Mais à la différence de ces dernières enseignes, cette fois l’ambition du géant du textile, c’est de se lancer dans la restauration! 

En effet, l’enseigne devrait ouvrir un concept store qui accueillera un café santé. Il sera orienté autour de la cuisine nordique. On parle déjà de jus de bouleau et autres trucs santé et détox.

D’après leurs publications Instagram, le café aura une déco ambiance scandinave, ultra soignée :

En effet l’enseigne a annoncé sur ces réseaux sociaux, avoir remis en production, exclusivement pour leur marque, la fameuse chaise Skedblad du designer Carl Malmsten, dessinée en 1933. Elle sera fabriquée à partir des dessins originaux issus des archives du designer. Il est annoncé qu’elle sera fabriquée en chêne massif, provenant la ville de Skövde en Suède.

arket-chaise-carl-malmsten-mobilier-design-scandinave-Skedblad

Carl Malmsten est un designer suédois moins connu que son confrère finlandais Alvar alto :

Pourtant, Carl Malmsten est l’un des pères fondateurs du mobilier scandinave.

En effet, tout au long de sa carrière il a créé de nombreux modèles intemporels. Parmi ces nombreuses pièces de mobilier incontournables, et peu connues, on retrouve par exemple chaise Lilla Aland. Elle a été créée en 1942. Ce modèle est aujourd’hui largement réédité et même souvent copié. Bien sûr sans que le nom de ce designer y soit associé.

arket-chaise-carl-malmsten-mobilier-design-scandinave-lilla-aland-0

arket-chaise-carl-malmsten-mobilier-design-scandinave-lilla-aland-2

Bref, je me réjouis déjà à l’idée qu’un modèle oublié de Carl Malmsten refasse surface !

Et pour ceux qui seraient déjà impatients de pouvoir tester le confort et l’ergonomie de cette chaise rééditée par Arket, veuillez noter que le premier magasin de l’enseigne sera inauguré sur Regent Street à Londres, à fin août!
Pour les plus curieux, les plus impatients et les plus fashions d’entre vous, sachez que le e-shop sera également mis en ligne au même moment, dans 18 pays européens.

(D’autres ouvertures notamment à Bruxelles Munich et Copenhague sont également prévus, mais pour le moment Paris n’est hélas pas sur la liste!)

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
retour-robe-portefeuille-diane-von-furstenberg-wrap-dress-4

La robe portefeuille de Diane Von Fürstenberg

C’est enfin l’été ! Et qui dit été… dit parfois canicule !

Mais quand vient la saison estivale et la chaleur, pas toujours facile de savoir comment s’habiller. Entre les textiles qui sont trop épais et donc trop chauds, ceux qui sont trop synthétiques dans lesquels on transpire, et ceux qui ont une coupe trop serrée… Ce n’est pas toujours chose facile de savoir quoi porter lorsqu’il fait très chaud.

La robe portefeuille ou la wrap dress pourrait bien être la solution idéale :

La wrap dress, une robe agréable à porter :

Elle est à la fois fluide et légère, tout en étant relativement proche du corps. Elle a un décolleté prononcé mais pas vulgaire.

La robe portefeuille, à la fois intemporelle et lookée :

Facile à porter autant le jour pour une réunion au travail, que le soir pour un 5 à 7. La robe portefeuille donne une allure habillée avec son cache-cœur, mais pas trop sophistiquée. À la fois pudique et raffinée, la robe portefeuille est synonyme d’élégance.

retour-robe-portefeuille-diane-von-furstenberg-wrap-dress-0

Topshop – Printemps / Éte 2017

De plus la coupe de la robe portefeuille, mais souvent les formes en valeur. En effet, la forme de la robe portefeuille est parfaite pour affiner la taille. De plus, elle souligne et met en valeur vos atouts !

Pour les plus tendances d’entre vous, il est possible de la porter ouverte.

retour-robe-portefeuille-diane-von-furstenberg-wrap-dress-0

COS – Printemps / Éte 2017

retour-robe-portefeuille-diane-von-furstenberg-wrap-dress-0

COS – Printemps / Éte 2017

N’ayez crainte d’investir un peu d’argent dans une wrap dress, car c’est vraiment une pièce indémodable :

En effet, cette pièce iconique a été popularisée dans les années 1970 par la designer Diane Von Fürstenberg. En 1974, Diane Von Fürstenberg lance son premier modèle : la mythique robe portefeuille, ou « wrap dress » en anglais. Cette robe va séduire les femmes, et va faire de Diane Von Fürstenberg l’une des plus prestigieuses créatrices de robe. Avec près de 5 millions de « wrap dret » vendus dans le monde, sera la première couturière jamais inscrite au Guinness des records.

À l’époque, le message véhiculé par cette création est très fort :

Finit la mini-jupe, (qui ne convainc pas toutes les générations), et place à la fluidité et à l’élégance !

De plus, cette robe iconique porte un message puissant :  « Feel like a woman wear a dress ».

retour-robe-portefeuille-diane-von-furstenberg-wrap-dress-feel-like-a-women-wear-a-dress

Diane Von Fürstenberg souhaite permettre aux femmes d’affirmer leur féminité en portant des robes, mais sans pour autant renter dans la vulgarité. Cette robe portefeuille est donc autant féminine qu’élégante.

La Wrap dress est un best-seller !

Elle s’est vendue à plus de dix millions d’exemplaires en près de quarante ans. À l’origine elle était conçue en jersey. Une matière infroissable qui s’est avérée être très pratique pour les femmes actives, qui repassaient autrefois leur vêtements de travail chaque matin. Enfin, elle s’enfile très facilement, comme un gilet, et se noue à la taille par une ceinture en tissu.

Bref, la robe portefeuille est une pièce idéale à avoir dans sa penderie!

Elle a été conçue pour des femmes actives et indépendantes. Cette robe possède de nombreuses qualités, elle est fluide et agréable à porter, elle est infroissable et peut se glisser aisément dans une valise. Enfin, elle va à pratiquement à tout le monde !

Et vous que portez vous quand il fait chaud ? Quelles sont les pièces incontournables de votre garde-robe?

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
taille-norme-standard-morphologie-vanity-sizing-marketing-pret-a-porter

Ce n’est pas la taille qui compte . . .

Je suis certaine que cela vous ait déjà arrivé, ne serait-ce qu’une fois. Vous entrez dans une boutique, trouvez un jeans qui vous plaît, puis vous vous dirigez en direction de la salle d’essayage. Vous enfilez votre jeans en taille 38 comme d’habitude et la, surprise : impossible de fermer le bouton. Instantanément vous songez à vos excès des semaines passées. Mais rassurez-vous, ce n’est pas vous le problème. Vous n’avez pas soudenaiment pris 3 kilos, ceci est du à une absence de standards dans la mode.

Alors, oui, si vous étiez de faire un 38, laissez-moi vous dire, et bien que cette norme varie selon les boutiques. Eh oui, aussi étrange que cela puisse paraître d’une enseigne à l’autre, les centimètres ne sont pas les mêmes!

Dans la jungle des tailles :

Depuis l’apparition du prêt-à-porter au milieu du 19e siècle, les tailles des vêtements n’ont cessé de changer en raison de l’évolution des proportions corporelles. Aujourd’hui elles continuent de changer, d’une marque et d’un pays à l’autre pour s’adapter aux différents profils morphologiques.

Une réglementation inexistante :

Étant donné que les morphologies diffèrent selon les pays, aucune norme internationale ne sert de base.

C’est pourquoi selon les régions de globe, chacun à ses propres standards:

En Europe, il y a la norme ISO 8559. Cette norme fournie aux fabricants du prêt-à-porter des lignes directrices pour établir des profils de tailles.

Aux états unis, le Bureau national des normes américaines a publié en 1958 un guide détaillé des tailles. Les tailles désignées allaient de 8 à 22 et devaient habiller les femmes pesant de 98 à 192 lb (44,5 à 87 kg).

Au Canada, l’Office des normes générales a aussi standardisé les tailles dans les années 50, à la demande d’une association de consommateurs. Mais cette normalisation des tailles a été supprimée en 2012, étant donné qu’elles n’étaient plus utilisées.

Alors voilà le fond du problème, les morphologies ne cessent d’évoluer, et finalement le fait de vouloir les standardiser conduit à l’échec assuré.

Alors chaque marque définit sa propre grille de mesures, en fonction de la morphologie de la clientèle qu’elle vise.

Les tailles varient donc en fonction de l’endroit où les vêtements sont conçus. Par exemple, les tailles en Europe varient entre 30 et 50, alors qu’au Canada, elles varient entre 0 et 20, en plus des plus traditionnels Petit, Moyen, grand, très grand, etc.

Certaines enseignes interprètent aussi volontairement la souplesse des normes. On appelle cela faire du « vanity sizing ». Cela signifie qu’elles taillent généralement plus large afin de flatter l’ego des clients. En effet si habituellement je fais en 38, je vais (très certainement) me sentir un peu flattée si je parviens à rentrer dans une taille 36. Le fait de flatter les clientes encourage leurs actes d’achat.

C’est pourquoi de plus en plus de marques n’hésitent pas à sous-tailler leurs vêtements.

Le problème avec cette pratique de vanity sizing ou plus généralement de non-standardisation des tailles, c’est que cela rend le magasinage plus complexe,car nous n’avons plus de véritables repères.

C’est pourquoi finalement pour trouver le vêtement qui convient il faut toujours essayer trois tailles dans chaque boutique. À moins d’être fidèle à un nombre de magasins restreints, et de bien connaitre leurs tailles.

taille-norme-standard-morphologie-vanity-sizing-marketing-pret-a-porter-men

https://cdn-images-1.medium.com/max/800/0*oOcwJNy4JkRsgGsa.jpg

 

Le problème du vanity sizing se fait d’autant plus ressentir lors d’achats effectués sur Internet.

En effet, même si sur le papier, c’est super pratique dans renouveler sa garde-robe depuis son canapé, ce type de magasinage, n’est pas efficace pour autant. Environ un tiers des commandes de vêtements passées en ligne sont retournées à cause des tailles inappropriées.

Enfin cette pratique de vanity sizing peut nous rendre mal à l’aise voir nous refiler des complexes!

Car lorsque l’égo est flatté c’est agréable, mais dans le sens inverse ça l’est moins. De plus, l’image corporelle véhiculée par l’industrie du prêt-à-porter est dans notre inconscient une norme. C’est pourquoi si on pense faire une taille 38 et qu’on ne rentre pas dedans, on va d’abord songer au kilo en trop, plutôt qu’aux pratiques marketings de ces entreprises. Cette pratique de vanity sizing peut avoir des conséquences sur l’estime de soi.

L’absurdité de la situation se fait aussi ressentir aux États-Unis.

Les étiquettes affichent désormais la taille 00 et parfois  000. L’entrée de cette nouvelle taille dans la gamme ne traduit pas une maigreur extrême des femmes, mais bien les limites du vanity sizing. Les enseignes à force d’avoir élargi leurs tailles se retrouvent contraintes à en créer des nouvelles pour répondre à toutes les morphologies tout en flattant leur ego.

Vous suivez? Les tailles 4 sont devenues des tailles 2, leurs tailles 2 sont devenues des tailles 0, alors les femmes les plus minces se sont retrouvées évincées du marché. Ainsi, afin de ne pas les exclure, les enseignes ont créé les tailles 00 et 000 afin de pouvoir habiller les femmes de plus petites corpulences.

Peut-on espérer le retour de normes qui seraient suivies par tout le secteur du prêt-à-porter? 

Alors que la population se diversifie, établir des standards internationaux semble utopique.

Mais alors quelle est la solution? Repenser l’étiquetage?

Les morphologies différentes des femmes complexifient toute volonté de standardisation.

taille-norme-standard-morphologie-vanity-sizing-marketing-pret-a-porter

De plus, les morphologies ne sont pas prises en compte dans les standards de tailles actuelles.

De plus on ne vous le dit pas, mais la plupart de grandes enseignes de prêt-à-porter en favorisent une plutôt qu’un autre.

En effet, la plupart des marques qui ciblent des jeunes proposent des tailles pour des morphologies à bassins étroits. Par exemple pantalon coupé pour Pimkie ne sera pas le même que celui coupé pour Caroll, même s’il affiche la même taille. L’un tient compte d’une morphologie de femme jeune, l’autre tient compte de morphologie de femmes plus matures, dont les bassins et les hanches se sont élargis.

Bref, alors désolée je n’ai pas de solution miracle pour palier ce problème de réglementation de standards et de normes !
À vous donc de repérer les boutiques dont les vêtements correspondent à votre morphologie.

Pour en savoir plus sur votre morphologie, vous pouvez jeter un oeil ici.

Voilà !

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
hm-lance-arket-concept-store-durable-greenwashing-Hennes-Mauritz1

H&M lance Arket : un « concept-store durable »

Le groupe suédois H&M étend son empire avec une nouvelle marque, baptisée Arket!

Qu’est-ce que la marque Arket : que nous réserve-t-elle?

Le géant du prêt-à-porter H&M nous a habitués à des vêtements d’entrée de gamme et produit dans des conditions pas toujours sécuritaires. Désormais, suite au scandale du Rana Plazza, l’enseigne souhaite verdir son image auprès des consommateurs.

Comment?

hm-lance-arket-concept-store-durable-greenwashing-Hennes-Mauritz2

En proposant une collection Consicous, mais aussi en ouvrant une nouvelle enseigne à la philosophie UN PEU différente !

Arket proposera des produits sobres et intemporels. Adieu, les imprimés, les coupes étranges, et les tendances éphémères.

Arket souhaite s’adresser à une nouvelle clientèle, plus consciente ou plus attentive à ce qu’elle achète. 

hm-lance-arket-concept-store-durable-greenwashing-Hennes-Mauritz3

Pour séduire les « conscious », Arket proposera des collections de prêt-à-porter et d’accessoires pour hommes, femmes et enfants ainsi que des articles pour la maison. Elle proposera des coupes et des produits basiques, le tout dans  de belles matières.

Cette approche n’est pas sans rappeler la direction prise a les marques & Other Stories et COS, appartenant aussi au groupe suédois.

À l’image de ces dernières, Arket se veut plus haut de gamme.

Et côté budget, les prix seront aussi plus élevés. On sera plus proche des prix proposés par COS que ceux proposés par H&M.

 

Le lancement de ce concept-store est prévu à l’automne:

hm-lance-arket-concept-store-durable-greenwashing-Hennes-Mauritz0

Le premier magasin ouvrira ses portes, sur la célèbre Regent Street à Londres. Le groupe envisage déjà d’autres ouvertures à Bruxelles, Copenhague et Munich. Mais ucune boutique n’est annoncée pour l’heure à Paris ni France. Cependant, les modeuses françaises pourront se réconforter avec l’e-shop déjà en ligne.

 

Grosse nouveauté pour le groupe qui proposait jusqu’à lors que des vêtements: Arket disposera d’une partie restauration!

On annonce l’ouverture d’un espace de restauration à la déco épuré de type scandinave.

Dans cette partie bouffe, on trouvera de la nourriture healthy, à prendre sur place ou à emporter.

 

Mais avec ce concept-store, le groupe Hennes & Mauritz tenterait-il de redorer son image?

Tout d’abord que signifie ce nom?   

hm-lance-arket-concept-store-durable-greenwashing-Hennes-Mauritz1

ARKET signifie « feuille de papier » en suédois. Si jusqu’ici l’enseigne optait jusqu’à pour des noms anglophones, cette fois, il a opté pour un nom suédois.

La directrice créative Ulrica Bernhardtz explique que ce choix «Il se rapporte à notre origine de la tradition nordique d’un design fonctionnel et durable, qui symbolise la feuille vierge, le sentiment d’optimisme et la possibilité que nous ayons cru créer cette nouvelle marque ».

La feuille de papier blanche, vierge une nouvelle page à écrire…?

Lars Axelsson, directeur général d’Archet a affirmé à Bof  « Nous avons fait des recherches assez approfondies et ce que nous avons clairement vu était une large base de clients [ … ]  qui recherchent des produits classiques et de qualité dans un environnement qui soit à la fois simple et inspirant ». Et si le groupe Hennes & Mauritz profitait de la vague durable pour mieux se remplir les poches?

Greenwashing, ou simple opportunisme?

Arket ce serait donc une nouvelle enseigne, crée afin de mieux répondre une demande du marché, et non à une volonté créative, ou éthique. Cette position me dérange un peu. Pour moi une entreprise durable, et ne peut être pensée et gérée par un groupe qui ne regarde que le profit. Mais pour sa directrice créative, Ulrica Bernhardt cela n’est pas un problème « Nous croyons qu’il est pertinent pour un client moderne de combiner différentes marques, sous un même toit, sous une seule chaîne ».

Bref, on ne fait pas un zèbre d’un âne en lui peignant des rayures. Bref, tout cela n’est qu’une question de point de vue.

 

Et vous, que pensez-vous de ce choix? Attendez-vous avec impatience l’ouverture du e-shop Arket? Ou au contraire, allez vous bannir cette nouvelle enseigne, pour laquelle le groupe investit visiblement plus de temps et d’argent, que pour sécuriser ces usines de production au Bangladesh…

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Vymoo, une entreprise québécoise éco-responsable

Les fondateurs de la marque Vymoo m’ont contacté. Ayant un grand attrait pour la mode locale, responsable, éthique et écologique j’ai tout de suite accepté de vous parler des vêtements Vymoo. Car Vymoo c’est tout cela à la fois ! Si vous êtes familier du blogue, vous savez sans doute que cela fait un moment que je réfléchis à ma consommation de vêtements. Je cherche à limiter le plus possible les impacts sociaux environnementaux de mes petits plaisirs saisonniers, et c’est grâce à des créateurs locaux, que cela est possible. Plus les années passent, plus j’ai envie d’investir mon argent dans de belles pièces intemporelles et fabriquées selon des critères à la fois environnementaux et humains. C’est dans cette démarche que je vous ai déjà parlé des superbes vêtements écoresponsables québécois produits par des enseignes comme Odeyalo ou Qéiko.

Vymoo est la dernière née. C’est une petite entreprise qui s’inscrit dans la mouvance du slow fashion et du made in Québec.

Tout d’abord, Vymoo en quelques mots, ce sont des pièces chics et intemporelles :

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

 

Vymoo propose un nombre restreint de pièces intemporelles. En effet, à l’heure actuelle les collections sont assez limitées. C’est pourquoi on attend avec impatience d’en découvrir plus, les saisons prochaines. Vymoo, propose les pièces indispensables et indémodables d’une garde-robe. Vous pourrez porter ces pièces en toute circonstances. Ces vêtements monochromes s’agenceront parfaitement avec vos accessoires favoris.

Et sinon ils s’adressent à qui les vêtements Vymoo?

Et bien, tout d’abord, bonne nouvelle messieurs, Vymoo a aussi pensé à vous!! Vymoo offre une collection pour hommes, ainsi qu’une collection pour femme. Les vêtements Vymoo s’inscrivent dans un style « casual » et facile à porter. Ces indispensables sauront parfaitement se marier avec vos pièces favorites. Ils s’adressent à des personnes jeunes, qui aiment le streetwear et les vêtements « décontractés ». Lorsque vous porterez une pièce de la collection, vous aurez l’air à la fois relax, mais aussi élégant.

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

Bref, Vymoo c’est la bonne balance  entre nonchalance et l’élégance.

Qui sont les personnes d’ailleurs cette entreprise 100 % locale?

Vymoo c’est histoire de deux jeunes Véronique et Simon ayant la fibre entrepreneuriale. À peine âgés de 25 ans, ils se sont lancés en affaires.

Qu’est-ce qui a poussé deux jeunes, à lancer une marque de vêtements? 

Et bien, ils souhaitaient eux même, porter des vêtements fabriqués localement. Mais ils ne trouvaient pas ce qui leur convenait. Ne trouvant pas ce qu’il souhaitait acheter sur le marché, ils ont alors pensé qu’il y avait quelque chose à bâtir. C’est ainsi que ces jeunes ambitieux et passionnés se sont lancés en affaire avec l’ambition de contribuer à transformer notre mode de consommation de la mode.  Ils espèrent de tout cœur que leur entreprise en influencera plus d’un à se tourner vers le Slow Fashion. En effet, les créateurs de Vymoo s’imaginent presque déjà en train de tuer le méga industrie du fast Fashion.

Vymoo un gage de qualité et de durabilité :

Mais les collections aux modèles limités, cela comporte un avantage. En effet, en achetant un T-shirt gris basic Vymoo, par exemple, vous serez certain de le garder pendant très longtemps. C’est un incontournable avoir dans sa garde-robe, qui peut s’agencer avec n’importe quoi. De plus, avec l’achat d’un basic être fabriqué au Québec vous serez sure qu’il ne perde pas sa forme sa couleur, et qu’il ne bouloche pas. Bref, le made in Québec, c’est un gage de qualité et de durabilité. De plus l’avantage de fabriquer au Québec, c’est une garantie, vis-à-vis des conditions de travail, des employés. Avec les réglementations du travail du Québec, vous serez certains que votre t-shirt n’a pas été produit sous la pression du chronométrage. Le fait de vouloir produire des vêtements toujours plus rapidement entraine des assemblages, et de coutures de mauvaise qualité. Chez Vymoo les vêtements sont fabriqués avec soin.

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

En quoi Vymoo est-elle une entreprise écologiquement engagée?

Tout d’abord avec Vymoo  on est sur du 100 % local. C’est à dire que tout est concu et fabriqué au Québec. Chaque vêtement est conçu avec un tissu issu d’une fibre renouvelable biologique ou recyclé.

Les prix!

Un t-shirt de la marque Vymoo coûte un peu plus cher qu’un débardeur de la grande distribution. Mais la qualité est au rendez-vous. De plus, c’est un achat responsable, qui n’encourage ni l’exploitation humaine ni la dégradation de l’environnement. La gamme de prix va de 20 € à 60 $. ça ma parait clairement raisonnable vu la fabrication made in Québec, le choix des tissus et le respect des conditions de travail des fournisseurs et de l’atelier de confection.

Où peut-on se procurer les vêtements?

Comme l’entreprise en est encore à ses débuts, trois choix sont possibles. Soit, on peut se procurer les vêtements en ligne, via leur boutique web, ou via Etsy. Mais pour les Montréalais bonne nouvelle, vous pourrez les essayer, toucher leur douceur, dans la boutique La Gaillarde. Au passage, La Gaillarde est une super boutique, je vous en est déjà parlé ici. Cet endroit fabuleux  vous donnera l’occasion de découvrir plein de créateurs québécois!!

Rester à l’affut, car dans les mois à leurs collections seront disponible dans différentes boutiques à travers le Québec.

En Bref Vymoo : ce sont de beaux basics 100 % écoresponsable et 100 % québécois, et en plus c’est hyper abordable! Alors cette fois plus d’excuse!!

RDV sur leur site web ou sur leur page Facebook, ou Instagram pour rester informé de toutes les nouveautés  !

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

La Gaillarde, une boutique friperie responsable

La Gaillarde est une incroyable boutique située dans le quartier Saint-Henri, à deux pas du métro. Si vous ne connaissez pas encore la place, elle est pourtant implantée ici depuis de nombreuses années. Eh oui, cela fait désormais 17 ans que cette boutique a vu le jour. À l’origine, La Gaillarde était « seulement » une friperie, puis avec le temps elle a diversifié son choix, pour proposer également à la vente des vêtements de designers québécois. Si je dis, qu’à la base La Gaillarde était « seulement » une friperie, avec des guillemets, c’est que dès sa conception, c’était une friperie pas comme les autres. En effet, dès sa création, cette entreprise a vu grand, tant au niveau de ses ambitions qu’au niveau de sa concrétisation.

Tout d’abord l’ ambition de cette friperie, c’est de contribuer à réduire les quantités de textiles jetés chaque année par les fashionistas que nous sommes.

Sa mission première c’est de promouvoir la récupération de matières textiles afin qu’elles ne se retrouvent pas sur des décharges à ciels ouverts. En effet, aujourd’hui avec les faibles prix pratiqués dans les grosses enseignes, on a tendance à acheter bien plus que ce dont on a besoin. Puis une fois par année lorsque notre garde robe deborde, on se dit qu’il est temps de faire un tri. L’objectif de La Gaillarde c’est qu’au moment de se tri, les vêtements ne finissent pas dans une poubelle.

On n’y songe pas toujours mais l’industrie de la mode est l’une des industries les plus polluantes du monde. De plus, la sur-popularité du fast fashion n’arrange pas les choses. La Gaillarde est une entreprise consciente des enjeux actuels du secteur. C’est pourquoi elle milite pour une consommation écologique et responsable de la mode. Pour ce faire elle a crée cette friperie afin de proposer une alternative aux quantités de linges gaspillés.

Pour être à la hauteur de son ambition, La Gaillarde s’est interrogée sur la façon d’attirer une nouvelle clientèle. 

Car à cette époque le recyclage de vêtements était alors une pratique assez marginale. Désormais aujourd’hui cette pratique s’est largement propagée. Au fil des années petit à petit cette habitude est entrée dans les mœurs. À tel point, qu’elle est presque devenue une tendance… En effet, de plus en plus de personnes apprécient mélanger des pièces rétro avec d’autres. Mais à l’époque de sa création, les ventes de vêtements de seconde main, se limitaient aux sous-sols d’église et aux autres organismes communautaires.

Alors La Gaillarde à  proposer aux consommateurs un lieu cool et convivial qui se rapproche plus des boutiques dans lesquelles ils avaient l’habitude de magasiner. 

C’est ainsi que la Gaillarde opta pour une présentation plus chic et élégante des produits. Cet aspect rend le magasinage plus facile que lorsque les vêtements sont entassés dans des bacs dans lesquels ils sont tous en boule, et mélangés les uns aux autres.

Après avoir mis l’emphase sur une présentation plus épurée, la Gaillarde a commencé à présélectionner les vêtements qui allaient ensuite être proposées à la vente. 

Seules les plus belles pièces sont retenues, de façon à donner une nouvelle image des vêtements de seconde main.La Gaillarde facilite donc le travail des acheteurs à plusieurs niveaux. D’une part, car elle présélectionne de belles pièces, de plus elle prend le soin de les mettre en valeur. C’est de cette façon que la Gaillarde est parvenue à influencer et à convaincre les gens d’acheter des vêtements de seconde main.

Au fil des années, des créateurs écoresponsables ont vu en la boutique la Gaillarde un moyen de distribuer ou d’écouler leurs collections.

C’est ainsi que les créations de designers québécois se sont retrouvées chez la Gaillarde. Ces jolies pièces originales complètent l’offre proposée par La Gaillarde. Ils s’inscrivent dans la même démarche écoresponsable.

La Gaillarde présélectionne alors parmi les créateurs québécois, ce dont la démarche favorise la consommation locale et responsable. La mission de cette boutique s’étend donc à la mise en valeur de vêtements et de créateurs de mode écologique.

Ici, voici notre coup de coeur: il s’agit des créations de Ariane Brunet-Juteau, la fondatrice de la marque Kinsu. Kinsu est une entreprise, qui revalorise le dénim. Elle sélectionne chaque paire de jeans dans un centre de tri de vêtement Montréalais. À partir de cette matière première de seconde mains, elle crée des mitaines. Ce processus de revalorisation,  prolonge la durée de vie de la matière première.

kinsu-friperie-gaillarde-boutique-responsable-mode-industrie-polluante-environnement-consommation-ethique-kinsu

Quel est l’avantage pour les créateurs de faire parti de la sélection de La Gaillarde ?

Les créateurs présentés dans la boutique bénéficient d’une belle vitrine pour les créations. C’est pourquoi, pour un designer émergent c’est une belle façon de faire connaître leur marque. De plus, La Gaillarde fait également la promotion des designers avec lesquelles elle s’engage sur les réseaux sociaux. Enfin, les designers dispose d’une section particulière sur leur site Internet.

Bref la Gaillarde, c’est LA place à Montréal pour trouver un large choix de vêtements de seconde main et de designers locaux.

Elle offre une sélection de bijoux, de vêtements et d’accessoires autant pour hommes, pour femmes que pour bébés. Si vous souhaitez découvrir de beaux vêtements écolos et/ou un brin rétro, ou avant-gardiste, c’est définitivement l’endroit où il faut aller!

Les prix sont variés, il y en a pour toutes les bourses.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Réinventer la mode grâce au laser

Repenser le vêtement et même l’industrie textile avec la découpe laser

Au cours des dernières décennies, on a cessé d’augmenter la quantité des vêtements produits, mais souvent au détriment de la qualité. De plus, cette tendance n’est pas sans conséquence pour l’environnement et les gens qui travaillent au sein de ce secteur. C’est en partant de ces constats, que le collectif Post-Couture a souhaité imaginer une alternative au système de l’industrie actuelle de la mode.Ce jeune collectif néerlandais a pour ambition de modifier la façon de distribuer, consommer et produire la mode. Comment? L’idée c’est simplement de se servir de la découpe laser. Déjà présente dans l’industrie textile, cette technique permet de découper de nombreuses pièces de vêtements en même temps. Alors, pourquoi ne pas adapter la mode à cette technologie? Et bien c’est le pari du collectif qui a dessiné des vêtements sans couture. Il propose une collection numérique innovante.

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

La collection ONE | OFF:

La première collection du collectif Post-Couture se compose de six pièces. Elles ont été conçues par Martjin van Strien. Cette ligne de vêtement un peu particulière se présente sous forme de patronage digital. Mais la nouveauté c’est que chaque patron est téléchargeable. Les utilisateurs sont ainsi placés au cœur du processus, car chaque modèle a été pensé afin que n’importe qu’elle personne, puisse assurer la production du vêtement lui-même .

Le design des pièces :

La collection est composée de pièces aux coupes futuristes. Elles traduisent la fascination de Martjin van Strien pour l’architecture, et la science. Ces pièces aux allures parfois minimalistes sont découpées dans un matériau fabriqué à partir de bouteilles de plastique recyclées. Ce matériau high-tech est assez rigide. De plus, il a une bonne tenue, ce qui permet aux vêtements de ne pas se défaire.

Une mode téléchargeable… et après comment ça se passe?

Le principe est ultra simple : pas besoin d’être designer ni d’être couturier. Il suffit de sélectionner le modèle de votre choix sur le site du collectif The Post-Couture. Sur le site, vous renseignez vos mensurations, puis une fois la commande passée vous recevrez le patron dans votre boite courriel… Ensuite le producteur c’est vous!!

Combien ça coute? 

Le fichier téléchargé est un fichier au format illustrator (un logiciel vectoriel). Pour Martjin van Strien, si les gens ont recours actuellement au fast-fashion, c’est aussi grâce aux prix attractifs, peu élevés qu’elle propose. C’est pourquoi il a souhaité que son projet soit accessible. Le téléchargement d’un patron coûte 5 euros, soit environ 7 $. Par ce prix abordable, il instaure une nouvelle alternative.

Do it!!!

Dans ce processus de production inversé, c’est vous qui êtes au cœur du projet! Votre rôle est central. Vous devez choisir la matière et de la couleur qui vous convient pour réaliser votre vêtement. Ainsi, si vous souhaitez recycler une vieille robe liberty, dont vous adorez le motif, mais dont la coupe ne vous plait plus, et bien c’est possible!!

Après le choix du patron et du tissu, vous devez vous rendre dans un fablab afin de procéder à la découpe. Puis, une fois les morceaux découpés, c’est à vous de les assembler!! Inquiétez-vous pas, il y a des vidéos explicatives (sur le site du collectif). Vous n’aurez qu’à vous laisser guider.

L’avantage de cette technique, ce n’est que nul besoin d’avoir des connaissances en couture, pour réaliser un tee-shirt. C’est malade non? Pour Martjin van Strien, le fait d’intégrer les gens dans le processus de création de leurs vêtements, permet de créer des produits beaucoup plus attractifs, que ceux proposés par l’industrie de masse. De plus, si vous choisissez de vous faire une garde robe 100 % Post Couture, vous pourrez jouer avec les assemblages et reconfigurer vos vêtements! Bref, en fait c’est un jeu de construction, comme des legos!

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

Le coté innovant du projet Post-Couture

Cette façon innovante de produire des vêtements demande un fort engagement de la part de l’utilisateur. En effet, cette nouvelle façon de faire, et de produire, renverse le processus habituel, et le consommateur devient un acteur. De surcroit, cette expérience unique permet une personnalisation ultime que l’industrie actuelle ne permet pas. Au cours du processus, l’utilisateur s’implique et cela confère  une valeur ajoutée aux vêtements. Enfin, l’utilisateur portera un habit unique dont il sera faire. Le vêtement produit sera unique et révèlera son identité.

De plus, ce principe a d’autres avantages, il est éco-responsable. En effet, les dessins sont partagés numériquement et fabriqués localement et à la demande. Le fait de produire à la demande constitue un autre avantage de taille. Il n’y aucun stock à gérer. Le fait d’être découpé et assemblé de façon locale, entraine une réduction de  la pollution et les coûts de transport habituels.

Enfin, le dernier point positif, est celui de l’éthique. Ce mode de production, n’exploite pas des ouvriers dans des conditions lamentables.

Bref,  je vois en ce projet une porte de secours pour l’industrie textile. Vous l’aurez compris, à mes yeux le projet du collectif est prometteur. Il mêle design futuriste, «  Do it Yourself  » et technologie… J’ai hâte de découvrir les prochaines collections.

Que pensez-vous du projet de Post-Couture?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Des vêtements locaux, confortables & stylés.

Vous pensiez que l’adage de vêtements locaux confortables et  stylés c’était impossible? Et bien vous avez tort! Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont relevé le défi.

Pas toujours facile de trouver des vêtements locaux et tendances. En effet, elles n’ont pas les budgets et la visibilité des grosses multinationales. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on évite de parler d’elles ici. Elles n’ont pas besoin de plus de visibilité. Mais les initiatives locales et responsables sont les bienvenues. C’est pourquoi je vais vous parler de la marque Odeyalo.

 

Odeyalo — c’est quoi ce nom étrange?

Ca signifie couverture en russe. En d’autres termes, il s’agit de vêtements aussi moelleux qu’une couverte!

 

Les maitres mots? Élégance et douceur! L’objectif d’Odeyalo ce sont des vêtements qui puissent convenir à tout type de journée. En effet, les deux femmes Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont imaginé une ligne de fringues, que tu puisses aussi bien porter le dimanche pour trainer chez toi, mais qu’il soit suffisamment classe pour te rendre à une réunion.

Derrière ce concept de linge mou qui ne peut que séduire, les deux femmes ont à cœur le respect de l’environnement. C’est pourquoi, elles ont optées pour des fibres comme le bambou, le coton ou l’élasthanne. Ces tissus sont choisis d’une part pour leur douceur et d’autre part pour leurs propriétés. En effet, ces matières se froissent peu. Ainsi cela permet de ne pas laisser de marque le vêtement même après avoir passer une matinée à vous pavaner dans un fauteuil.

Odeyalo en plus d’être sensibles à la protection de l’environnement, ils sont également attachés à l’emploi et à la production locale.

Bref, toutes les raisons sont réunies pour vous faire craquer. Et bonne nouvelle pour vous, messieurs, pour une fois on a aussi pensé à vous puisque les deux jeunes designers proposent des vêtements pour hommes et pour femmes.

Néanmoins je n’ai pas encore craqué pour leurs vêtements ultras confo. Pourquoi? Tout d’abord les prix ne sont pas donnés et, car ma garde-robe est suffisamment remplie!!

Cependant si vous êtes à la recherche du parfait outfit qui vous accompagnera au fil des saisons, n’hésitez pas! Retrouvez l’ensemble de la collection hiver 2016-17 d’Odeyalo sur leur boutique en ligne. Suivez leur actualité à travers les réseaux sociaux comme sur leur page Facebook ou sur leur compte Instagram.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Ekyog conjugue mode et éthique

Noël approche à grands pas et j’aimerais vous suggérez des idées de cadeaux, à offrir ou se faire offrir, plus éthique.

Ekyog est une marque de vêtements imaginée en 2004, c’est une marque française éthique. L’idée de la marque est de rendre la mode meilleure.
Comment? Ekyog est une entreprise qui conjugue mode, avec éthique autant au niveau de l’environnement que des salariés. Une marque ou qualité et conviction sont réunies.
C’est une marque qui avant de concevoir un produit, il pense à la consommation matière, ainsi qu’à l’impact environnemental dans la façon d’être réalisé.
Ekyog œuvre pour des conditions de travail éthiques et solidaires. Elle limite au maximum les produits nocifs pour l’environnement. Les matières premières comme le coton ne sont aujourd’hui pas cultivées de façon durable. En effet, la culture du coton est une industrie des plus polluante au monde. Il représente près d’un quart des pesticides dans le monde.
Le couple qui a fondé Ekyog s’est rendu en Inde, à Madagascar et en Turquie afin de travailler avec des producteurs locaux qui n’utilisent pas de pesticides. Ils ont signé des partenariats avec des entreprises de filatures, de teintures et d’assemblages, qui garantissent des contions de travail et une rémunération descente.
Ils ont également fondé une association, afin de poursuivre l’engagement de l’entreprise, auprès des salariés. Ainsi, ils soutiennent les familles qui travaillent pour la marque, en facilitant l’accès à l’éducation de leurs enfants. En conséquence, l’entreprise verse à l’association 10 % de leur chiffre d’affaires annuel.
ekyog-mode-ethique-france-inspiration-responsable-5
ekyog-mode-ethique-france-inspiration-responsable-6
ekyog-mode-ethique-france-inspiration-responsable-3

La gamme de prix?

La gamme de prix est un peu plus élevée que chez les grosses industries de la mode. Cela s’explique par leurs engagements, mais reste très abordable, avec des prix d’entrée de gamme séduisants. Pour moi le fait de payer un peu plus cher, demande parfois un engagement plus important, surtout si on a un budget limité. Mais ainsi, vous serez assuré d’acheter quelque chose qui vous plait réellement, et non pas parce que ce n’est pas cher.

Les matières ?

En effet, le site internet  présente les différentes matières utilisées. Les composants des produits sont naturels, biologiques ou recyclés, toute substance nocive est écartée!
Parmi elles on retrouve des matières traditionnelles comme du coton biologique, évidemment cultivé sans pesticides, sans OGM, ni engrais chimiques. Mais aussi de la laine, elle est issue du duvet de différents animaux. Cette première est naturelle, renouvelable et biodégradable. Ou encore la soie, également une matière naturelle d’origine animale. Ou le lin, une fibre écologique par excellence, qui nécessite peu d’eau et peu d’intrants (engrais, pesticides, insecticides). Ainsi que du cuir tanné avec des produits à base de plantes.
Mais aussi on peut également magasiner les vêtements à base de fibres recyclées. Ce processus participe à la valorisation des déchets en leur offrant une seconde vie.
Enfin, ils utilisent des fibres moins utilisées et moins connues telle que le cupro. C’est une fibre élaborée à partir du linter de coton. Il s’agit d’une enveloppe fibreuse qui protège les graines. Ou le lyocell et le modal. Ce sont des fibres issues de bois d’eucalyptus, pour la première et de bois de hêtre, pour la seconde. Ils émanent de domaines forestiers administres, de façon durable.

Les modèles, ça donne quoi?

On retrouve des produits, aux coupes simples et féminines. La gamme de couleurs est assez neutre, avec peu de motifs. Bref, Ekyog c’est des collections, faciles à porter et à agencer. En somme de bons basiques à ajouter ont vos garde-robes.

ekyog-mode-ethique-france-inspiration-responsable-8

ekyog-mode-ethique-france-inspiration-responsable-2

Bref, Ekyog c’est une marque de vêtement, pleine de beaux engagements.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.