Développement durable

Le développement durable est un concept flou:

Pour la plupart d’entre nous, on se s’est pas bien de quoi il s’agit. Une étude montre par exemple que seuls, 17% des Québécois ont une idée relativement précise, de ce qu’est le développement durable.

Le flou sémantique autour de la notion de développement durable est particulièrement problématique :

Car les politiques et autres institutions s’emparent de ce concept, et le détournent. En effet, depuis sa popularisation suite à la publication du rapport Brundtland, le concept de développement durable s’est propagé. Et il s’est alors beaucoup institutionnalisé.

À l’origine ce concept visait à satisfaire les besoins des générations présentes sans compromettre la possibilité pour les générations à venir de satisfaire leurs propres besoins. C’est ainsi que la Commission Brundtland de l’ONU l’a défini, en 1987.

En fait le développement durable c’est pas si compliqué :

L’homme jusqu’à présent s’est développé sans penser à la planète. Il a mis en place des infrastructures (techniques, agricoles, etc.…), mais il s’avère que certaines d’entre elles sont néfastes pour l’environnement. Donc, si on veut que les enfants de nos enfants puissent vivre dans un monde agréable, il faut penser aux conséquences et aux éventuels dégâts écologiques et culturels que nous causons, par nos modes de vies et de consommation. Le développement durable est un développement qui serait supportable. C’est à dire qu’il serait sans conséquences irréversibles pour la planète et ses habitants, auquel tout le monde participerait de façon équitable, et qui profiterait à tous.

« La Terre ne nous appartient pas, nous l’empruntons à nos enfants. » Au-delà de cette maxime qui exprime de manière forte et parlante le principe du développement durable, ce concept est plutôt  facile à expliquer, et mais parait difficile à mettre en place.

 

Le développement durable se base sur 3 principes :

•Adopter un modèle économique sans préjudice pour l’environnement.

•Réduire les inégalités sociales entre les individus, de façon à ce que chacun puisse satisfaire ses besoins, en matière de logement, alimentation, santé, éducation…

•Préserver nos ressources naturelles sur le long terme.

 

Tout le monde est concerné et chacun à son niveau doit contribuer au développement durable en respectant ses grands principes :

•La solidarité pour que tout le monde puisse profiter des ressources de la Terre.

•Le principe de précaution  pour agir de façon responsable et en prenant en compte les risques.

•La responsabilité de chacun, du simple citoyen aux grands groupes industriels.

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.