photographe

set-design-nature-morte-photographe-maud-remy-lonvis-iko-paris-3

Vent de fraicheur sur la nature morte

Mon dernier petit coup de cœur. Il s’agit du travail de la photographe Maud Rémy-Lonvis. Photographe dans l’âme elle se consacre à sa passion depuis ces 15 ans. Éprise de nature morte elle poursuit ses études dans la prestigieuse école des Gobelins, à Paris. Au cours de ces années d’études, elle perfectionne sa technique, mais aussi elle affine et aiguise son regard.

Mais souvent quand on dit, nature morte, on pense plutôt aux tableaux de la Renaissance, qu’a quelque chose de contemporain…C’est pourquoi il est temps de redéfinir ce qu’est une nature morte.

Une nature morte c’est quoi ?

C’est avant tout une représentation d’un ou de plusieurs éléments inanimés. Si lors de la renaissance les sujets de prédilection, étaient souvent des compositions florales, des bouquets de fleurs, des corbeilles de fruits, des coquillages, ou des échoppes de bouchers… aujourd’hui les sujets ont un peu évolués, mais il s’agit toujours de présenter et mettre en scène des objets.

La nature morte un sujet classique, mais aussi un sujet de prédilection depuis les origines de la photo.

La photographie de nature morte n’est pas un art si simple qu’il n’y parait.

En effet, la photographie de nature morte permet un d’avoir un temps de préparation et le sujet photographié est inerte. Cependant il n’en reste pas moins être un art difficile à maitriser. Il faut à la fois, avoir un regard particulier sur l’objet photographié choisir la bonne composition, maitriser la lumière, etc. Mais le plus difficile, c’est sans doute d’avoir un bon parti pris pour présenter à la fois quelque chose d’original et de visuellement séduisant.

 

Une simplicité savamment travaillée

Maud Rémy-Lonvis a donc a appris et intérioriser les codes de la nature morte de façon à pouvoir en jouer. Et c’est avec très peu d’éléments qu’elle parvient à démontrer et sublimer les objets qu’elle shoote. Ses photographies sont toujours dénuées de tout ornement superflu, mettant ainsi l’emphase sur l’objet.

Ces natures mortes sont caractérisées par un dépouillement soigneusement établi, qui permet de mettre en avant l’objet et de révéler les aspérités de celui-ci grâce à des jeux de lumière subtils. Maud Rémy-Lonvis exploite à merveille la lumière. Elle ne cesse de jouer, avec les ombres et la diffraction. Cette approche particulière de l’objet, en fait sa marque de fabrique.

 

set-design-nature-morte-photographe-maud-remy-lonvis-iko-paris-8

set-design-nature-morte-photographe-maud-remy-lonvis-iko-paris-7

Selon la particularité de sujets, elle n’hésite pas à faire des gros plans, pour mettre en valeur des différents motifs.

set-design-nature-morte-photographe-maud-remy-lonvis-iko-paris-18

set-design-nature-morte-photographe-maud-remy-lonvis-iko-paris-18

Des clients illustres :

Désormais, elle est représentée par Iko (un collectif d’artistes inspirants), et travaille pour de prestigieux clients, tels qu’hermès, Piaget, Louis Vuitton, Lacoste, Samsung, ou encore, M Le Monde, ou Air France Mag.

Vous aimez ?

Pensez à la suivre sur son Instagram !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Méditerranée et couleurs acidulées

Aujourd’hui, vous allez découvrir le travail du photographe Gray Malin. D’origine américaine, il n’hésite pas à parcourir la planète pour réaliser des photographies aux couleurs éclatantes.

Au sein desquelles, on retrouve souvent le même univers. Il dispose des objets aux couleurs acidulées dans des environnements totalement inattendus. En plein milieu de la banquise ou dans les champs, l’artiste ne lésine sur rien! Il voyage beaucoup. Il a shooté des images sur pas moins de trois continents (Amérique, Europe, Océanie). Gray Malin a régulièrement recours à des hélicoptères! Ce photographe a toujours une idée très précise de ce qu’il souhaite photographier. C’est pourquoi il n’hésite pas à employer les grands moyens.

 

Dans son travail on très trouve souvent la répétition de motifs.

Tout d’abord, le photographe s’est rendu en Espagne. Au cœur de la méditerranée, il a photographié des piscines remplies de bouées colorées. Grâce à des bouées colorées, il tente de retrouver le charme de la jet set des années 1960. Il intitule sa série « Poolside Mediterranean ». Ainsi, au beau milieu d’une piscine recouverte de bouées rondes aux couleurs acidulées, on aperçoit des vacanciers sirotent une boisson ou lisent le journal ou qui prennent simplement un bain-de-soleil.

 

Le tout est photographié avec une vue aérienne. Cela provoque pour un effet insolite. Ce sont ces vues qui font le style de Gray Malin.

 

des-ronds-dans-eau-photo-poolside-mediterranee-gray-malin

des-ronds-dans-eau-photo-poolside-mediterranee-gray-malin

des-ronds-dans-eau-photo-poolside-mediterranee-gray-malin

des-ronds-dans-eau-photo-poolside-mediterranee-gray-malin

Enfin, je ne sais pas vous, mais moi ça me donne envie de partir en vacances!

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.