montreal

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin

Station Service, lance une plateforme de location de vêtements.

Vous savez sans doute, si vous me lisez régulièrement que j’aime encourager les achats responsables et locaux. D’ailleurs, j’ai une petite section du blogue qui y est consacrée.

Mais, au fait qu’est-ce que la mode responsable ?

La mode responsable, c’est une démarche globale, qui vise à produire des collections dans le respect des valeurs du développement durable. Cela signifie produire des vêtements dans des conditions de travail humaines, mais aussi utiliser des matières dont la production ne nuit pas à la planète, et enfin, de confectionner des vêtements de qualité. C’est dans cette optique-là, que je partage avec vous, mes designers et mes enseignes de mode préférées telles que Qéiko, Odelayo, ou encore de Vymoo.

Bref, aujourd’hui la changer notre façon de consommer la mode, est vraiment nécessaire.

En effet, le système de production et de consommation des vêtements actuel n’a aucun sens. Autrefois, on sortait deux collections par an, puis s’était amplement suffisant. Aujourd’hui les collections sortent chaque semaine. C’est ce que l’on appelle le « fast-fashion ». À l’image des fast-food, la mode est aujourd’hui vite produite, et vite consommée.

Mais ce système ne fonctionne guère plus. Il n’y a lire les nouvelles, ou à s’intéresser aux conditions de production des vêtements qui logent dans nos placards. Dans les pays ateliers de pays plus pauvres, les conditions de travail s’apparentent presque à de l’esclavagisme. Leurs travailleurs confectionnent des vêtements non-stop durant des heures, sans pause bien sûr. Ils perçoivent un salaire ridicule, qui leur permet à peine de vivre décemment. Et tout cela, dans le but de satisfaire nos 1001 coups de cœur du moment !

Alors, bien que je vous présente souvent des créateurs de mode, que j’apprécie et dont les vêtements sont fabriqués dans des conditions responsables, il n’y a que cette façon de faire. Il est aussi possible d’acheter en friperie. C’est dans cette optique-là, notamment que je vous avais parlé de la Gaillarde, une boutique friperie, qui présente de nombreux éco-designers. Et aujourd’hui, j’aimerais attirer votre attention sur la nouvelle plateforme appelée Station Service. À l’ère de l’économie sociale et du partage, ce type de plateforme se démocratise et c’est tant mieux!

« Station Service » est une plateforme de location de vêtements imaginée par Raphaëlle Bonin (et dont je vous avais déjà parlé ici) .

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin

Le principe de la boutique Station Service est assez simple : il s’agit de louer un vêtement plutôt que de l’acheter.

Cette solution est hyper avantageuse ! En effet, pour le constater, il n’y a qu’à ouvrir votre placard pour le constater ; Comptez combien de vêtements vous n’avez pas portés plus de 5 fois… Sans doute un paquet !

Et bien, d’une part, je vous invite à vous départir de tous les vêtements que vous avez identifiés comme tels.

D’autre part, je vous invite à identifier dans quelles circonstances vous les avez achetés.

  • Peut-être qu’il s’agit de vêtements achetés en ligne qui finalement étaient trop étroits, ou trop amples.
  • Il se peut également que ce soit des vêtements achetés en gros soldes, en friperies, dont le prix accrocheur vous a plus convaincu que le vêtement en lui même.
  • Il se peut aussi que ce soit, une tenue achetée pour une occasion spécifique. Souvent, lors des occasions spéciales, il arrive que l’on fasse de petites folies, comme par exemple dépenser plusieurs centaines de dollars pour une robe, pour un mariage, pour un bal de finissant, ou encore pour le temps des fêtes.

Bref, Station Service vous permet de louer vos vêtements plutôt que de les acheter.

Cela vous permettra d’éviter de dépenser d’importantes sommes d’argent pour des vêtements que vous ne porterez sans doute que quelques fois.

Station Service c’est donc une façon de consommer moins tout en restant ultra stylé !

Et pour vous le prouver Station Service a mis au défi la belle et talentueuse Noémie Lacerte a créé 2 looks, pour deux occasions spécifiques; challenge qu’elle a bien sûr relevé haut la main ! Puisque la particularité de Station Service de proposer de vêtements des créateurs locaux les plus cool .

D’ailleurs le fonctionnement de la boutique de Station Service est super facile :

Il suffit de ce rendre sur leur site Web ici.

Ensuite, il faut faire un choix parmi tous les vêtements stylés des designers.

Puis, il faut simplement ajouter les articles sélectionnés dans le panier.

Enfin, il ne reste plus qu’à choisir entre la livraison chez soi ou la cueillette à l’atelier.

Et puis, si tu n’apprécies pas magasiner en ligne, il est aussi possible de passer directement à leur atelier sur rendez-vous pour jeter un coup d’œil aux morceaux disponibles. Sur place, tu pourras faire une séance d’essayage.

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin-1

Station Service est donc une plateforme qui te permet de renouveler ta garde-robe sans te ruiner, sans encombrer tes placards, tout en encourageant les talentueux designers d’ici.

Crédits photo: Catherine Hébert (STRT Journal).

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

Une bergerie à Montréal

Se nourrir est un des besoins fondamentaux de l’Homme. C’est pourquoi une collectivité viable doit pouvoir assurer à ces citoyens l’accès à une alimentation saine et durable. Mais l’approvisionnement alimentaire de Montréal, comme la majorité des villes québécoises, est assuré par un système de production et de distribution globalisé. Ce système fonctionne actuellement, mais cependant, il ne répond pas aux enjeux de sécurité alimentaire. En effet, la majorité des produits distribués et consommées sur le territoire sont des produits d’importation. Alors afin de palier à cela, l’arrondissement de Rosemont Petite-Patrie multiplie les projets pilotes, en faveur de la ré-introduction des animaux d’élevages en ville.

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

© Marie-Ève-Julien-Denis

Le retour d’écopâturage au Québec :

Même si ça paraît presque surréaliste aujourd’hui d’imaginer des moutons en ville, autrefois cette cohabitation n’avait rien d’étonnant.  En effet, jusque dans les années 1890 cette pratique était même très courante. Mais suite l’avènement de l’industrialisation, les Nord-américains sont devenus accros à leur pelouse et ont petit à petit ils ont délaissé leur moutons au profit de tondeuses à gazon.

Mais l’écopâturage urbain c’est quoi?

L’écopâturage c’est la ré-introduction d’ovins en ville, pour tondre les pelouses de la ville. L’écopâturage est une pratique qui se base sur des techniques ancestrales de pastoralisme. Il s’agit en fait d’un mode d’exploitation agricole. Ce mode d’exploitation est basé sur l’élevage extensif. L’élevage extensif, contrairement à l’élevage intensif est une méthode d’élevage caractérisée par une faible densité d’animaux.

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

© Marie-Ève-Julien-Denis

Le projet Biquette Montréal :

Biquette Montréal est un projet pilote mené par l’arrondissement de Rosemont Petite-Patrie. Il vise la réintroduction des moutons en ville. L’objectif du projet de réintroduction des moutons en ville est de sensibiliser les citoyens, d’une part aux avantages de l’écopaturage, mais aussi, de reconnecter les citadins à la provenance des produits qui se retrouvent dans leurs assiettes. Biquette Montréal souhaite contribuer à transmettre des informations nécessaires pour une alimentation plus raisonnée.

On doit cette belle initiative à l’organisme Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB).

Il prendra place au sein du parc Pélican, un lieu participatif et citoyen :

Ce projet a été mis en place l’an passé au parc Pélican, et suite à une première édition concluante, les moutons reviendront encore cette année.

Les bénéfices de l’écopâturage sont multiples : 

Tout d’abord cela permet de faire des économies : 

En effet, la gestion des espaces verts coûte cher aux collectivités. Cependant les municipalités n’ont pas toujours le réflexe de penser à des solutions alternatives. Étant donné que cette pratique a disparu au sein des métropoles, elles se montrent souvent frileuses pour acceuillir ce genre de projet. Elles craignent la réaction des citoyens ainsi que les éventuels débordements.

Mais cependant les alternatives écologiques ne sont pas toujours synonymes de complications ou de solutions onéreuses, bien au contraire!

Avoir un troupeau en milieu urbain permet d’abroger avec l’entretien mécanique des espaces verts qui peuvent mobiliser des énergies fossiles.

Mais cela permet aussi de participer au bon fonctionnement de la biodiversité :

En effet, en broutant, les animaux réduisent les déchets liés à la tonte et contribuent à une fertilisation naturelle des sols. Cela permet à la flore de se développer et de diversifier.

 

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif

© Marie-Ève-Julien-Denis

 

Ce projet pilote a avant tout un rôle pédagogique :

Alors que nous sommes dans l’ère du « prêt à consommer », ce projet souhaite rapprocher les citadins de ce qu’ils mangent. Les citoyens curieux qui souhaitent en apprendre plus sur l’agriculture urbaine sont les bienvenus.

Pour sensibiliser, rien de mieux que l’expérimentation : ainsi des séances de transhumance seront proposées aux citoyens.

 

Biquette Montréal contribue à la Sécurité alimentaire : 

Tandis que le coût des aliments ne cessent d’augmenter, la malbouffe se répand chez les foyers moins fortunés. Cette situation qui se dégrade a d’importantes conséquences chez les ménages les moins fortunés. À petite échelle le projet biquette souhaite montrer aux citoyens que des alternatives sont possibles pour luter contre l’insécurité alimentaire.

Enfin ce projet constitue une animation du parc durant la période estivale :

Les animaux, sont un vecteur de rencontres entre les voisins et les résidents du quartier. De plus, ils permettent un rapprochement entre le rural et l’urbain.

 

Comment la bergerie urbaine est-elle gérée? 

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif-5

© Marie-Ève-Julien-Denis

Vous vous doutez bien que les petits moutons ne sont pas en totale liberté!  Pour contrôler leurs déplacements, les moutons sont placées dans un enclos mobile, afin de pouvoir permet de déplacer l’enclos facilement. De plus, afin de pouvoir garantir la sécurité des moutons le soir, une petite bergerie urbaine (fixe) est installée sur une parcelle du parc du Pélican. La bergerie est suffisamment grande pour abriter le petit troupeau, ainsi que la paille, les abreuvoirs, et les outils.

Enfin, afin de ne pas transformer le Parc du Pélican, en un épandage de fumier à ciel ouvert, ce dernier est amassé de façon quotidienne. Ensuite, il est redistribué aux jardins communautaires de l’Arrondissement.

Enfin, au terme du projet, quand vient la fin de l’été les moutons prêtés par l’éleveuse de la Ferme gastronomique chez Anouk  repartent à la ferme.

bergerie-biquette-montreal-agriculture-urbaine-projet-pedagogique-ludique-participatif-1

© Marie-Ève-Julien-Denis

Bref, Biquette Montréal, c’est un projet rassembleur, pédagogique, ludique et participatif!

Allez y faire un tour, afin de vous forger votre propre opinion !

Et sachez que si les animaux ne vous passionnent pas, l’équipe de Biquette Montréal, anime divers ateliers sur l’art du feutrage, ou du tricot, et bien d’autres. Ainsi vous pourrez (re)découvrir comment transformer de la laine de mouton en de belles étoffes flexibles et solides.

Alors, n’hésitez pas à suivre toute l’activité de Biquette Montréal via leur page Facebook!

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-7

Bkind, des cosmétiques durables et désirables 

Sur le blogue, j’aime mettre en avant des produits responsables. Des produits, qui sont autant beaux que bons. Et qui sont à la fois bon pour nous, mais aussi pour l’environnement. J’aime également aborder l’envers du décor des cosmétiques. Dans cette optique qu’il y a quelques semaines je vous ai parlé de la toxicité de la plupart des vernis à ongles qui sont commercialisés. Cet article a fait beaucoup jaser… alors je me suis dit que j’allais continuer à proposer des alternatives, afin de pouvoir faire nos manucures en toute sécurité! Pour cela, je vous propose de découvrir la marque BKIND. Comme son nom l’indique, cette marque vous veut du bien!

Cette marque répond à tout ce que l’on peut attendre d’une marque de cosmétique :

Ils sont beaux. Les emballages aux couleurs pastels sont magnifiques. Les produits sentent incroyablement bon. Ils sont fabriqués à partir de matériaux de qualité : 100 % naturels, sans parfum de synthèse et sans ingrédient imprononçables. Et leur fabrication, répond à tous les principes du véganisme. Ils sont non testés sur les animaux, et sans produit d’origine animale. Enfin ces cosmétiques sont fabriqués de façon artisanale à Montréal. Sincèrement que demander de plus?!

Pour une trousse de toilette écolo :

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-11

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-9

 

BKIND comporte une belle gamme de produits, comme des crèmes pour le contour des yeux, des huiles anticellulite, des crèmes à main, des exfoliants pour le corps, des mélanges pour le bain, mais aussi des vernis à ongles!

 

Des vernis non toxiques!

 

http://blog.la-pigiste.com/wp-content/uploads/2017/03/Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-10.jpg

 

Les vernis signés BKIND sont certifiés sans formaldéhyde, ou résine de formaldéhyde, sans toluène, sans camphre, sans DPB, sans xylène et sans parabène. Si vous ne savez pas pourquoi ces produits sont à fuir, consultez cet article!

Bkind, une marque de cosm’éthique :

Elle propose des produits non testés sur les animaux, faits à partir d’ingrédients naturels. Fini la cruauté animale. Bkind est complaisante envers vous, la planète et les animaux !

Bkind propose aussi des accessoires biodégradables et no-waste :

Récemment le site s’est doté d’une nouvelle section « accessoires ». Dans cette catégorie on trouve, par exemple, une brosse à dents ou des brosses à cheveux biodégradables. Bref, Bkind est engagée et 100 % ecofriendly.

 

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-8

 

Bkind-cosmetiques-durable-vegan-madeinqc-ecolo-12

 

Diminuer son empreinte carbone grâce à une livraison à vélo c’est possible! 

Enfin BKIND est une entreprise engagée jusqu’au bout dans la préservation de l’environnement puisque les livraisons locales se font à vélo sur l’île de Montréal. C’est une belle façon de diminuer l’empreinte carbone de l’entreprise…

Mais qui est derrière cette superbe initiative?

Sa fondatrice s’appelle Marilyne Bouchard. Elle a un baccalauréat et une maîtrise en microbiologie. Alors même si les produits ne sont pas testés sur les animaux, n’ayez crainte, c’est une experte en la matière. Marilyne Bouchard est sincèrement engagée envers le projet qu’elle porte. Et comme si toutes ses belles initiatives ne suffisaient pas, elle espère même ouvrir une boutique afin de pouvoir réutiliser les contenants et acheter en vrac. Vous l’aurez compris, c’est une compagnie 100 % respectueuse de l’environnement.

Bref on adore. Entièrement…Ah, on  oublierait presque de vous dire, le meilleur : les prix sont tout doux !

Bref qualité, éthique et prix très raisonnables! Et vous connaissez vous Bkind? Quels sont vos produits préférés?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Vymoo, une entreprise québécoise éco-responsable

Les fondateurs de la marque Vymoo m’ont contacté. Ayant un grand attrait pour la mode locale, responsable, éthique et écologique j’ai tout de suite accepté de vous parler des vêtements Vymoo. Car Vymoo c’est tout cela à la fois ! Si vous êtes familier du blogue, vous savez sans doute que cela fait un moment que je réfléchis à ma consommation de vêtements. Je cherche à limiter le plus possible les impacts sociaux environnementaux de mes petits plaisirs saisonniers, et c’est grâce à des créateurs locaux, que cela est possible. Plus les années passent, plus j’ai envie d’investir mon argent dans de belles pièces intemporelles et fabriquées selon des critères à la fois environnementaux et humains. C’est dans cette démarche que je vous ai déjà parlé des superbes vêtements écoresponsables québécois produits par des enseignes comme Odeyalo ou Qéiko.

Vymoo est la dernière née. C’est une petite entreprise qui s’inscrit dans la mouvance du slow fashion et du made in Québec.

Tout d’abord, Vymoo en quelques mots, ce sont des pièces chics et intemporelles :

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

 

Vymoo propose un nombre restreint de pièces intemporelles. En effet, à l’heure actuelle les collections sont assez limitées. C’est pourquoi on attend avec impatience d’en découvrir plus, les saisons prochaines. Vymoo, propose les pièces indispensables et indémodables d’une garde-robe. Vous pourrez porter ces pièces en toute circonstances. Ces vêtements monochromes s’agenceront parfaitement avec vos accessoires favoris.

Et sinon ils s’adressent à qui les vêtements Vymoo?

Et bien, tout d’abord, bonne nouvelle messieurs, Vymoo a aussi pensé à vous!! Vymoo offre une collection pour hommes, ainsi qu’une collection pour femme. Les vêtements Vymoo s’inscrivent dans un style « casual » et facile à porter. Ces indispensables sauront parfaitement se marier avec vos pièces favorites. Ils s’adressent à des personnes jeunes, qui aiment le streetwear et les vêtements « décontractés ». Lorsque vous porterez une pièce de la collection, vous aurez l’air à la fois relax, mais aussi élégant.

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

Bref, Vymoo c’est la bonne balance  entre nonchalance et l’élégance.

Qui sont les personnes d’ailleurs cette entreprise 100 % locale?

Vymoo c’est histoire de deux jeunes Véronique et Simon ayant la fibre entrepreneuriale. À peine âgés de 25 ans, ils se sont lancés en affaires.

Qu’est-ce qui a poussé deux jeunes, à lancer une marque de vêtements? 

Et bien, ils souhaitaient eux même, porter des vêtements fabriqués localement. Mais ils ne trouvaient pas ce qui leur convenait. Ne trouvant pas ce qu’il souhaitait acheter sur le marché, ils ont alors pensé qu’il y avait quelque chose à bâtir. C’est ainsi que ces jeunes ambitieux et passionnés se sont lancés en affaire avec l’ambition de contribuer à transformer notre mode de consommation de la mode.  Ils espèrent de tout cœur que leur entreprise en influencera plus d’un à se tourner vers le Slow Fashion. En effet, les créateurs de Vymoo s’imaginent presque déjà en train de tuer le méga industrie du fast Fashion.

Vymoo un gage de qualité et de durabilité :

Mais les collections aux modèles limités, cela comporte un avantage. En effet, en achetant un T-shirt gris basic Vymoo, par exemple, vous serez certain de le garder pendant très longtemps. C’est un incontournable avoir dans sa garde-robe, qui peut s’agencer avec n’importe quoi. De plus, avec l’achat d’un basic être fabriqué au Québec vous serez sure qu’il ne perde pas sa forme sa couleur, et qu’il ne bouloche pas. Bref, le made in Québec, c’est un gage de qualité et de durabilité. De plus l’avantage de fabriquer au Québec, c’est une garantie, vis-à-vis des conditions de travail, des employés. Avec les réglementations du travail du Québec, vous serez certains que votre t-shirt n’a pas été produit sous la pression du chronométrage. Le fait de vouloir produire des vêtements toujours plus rapidement entraine des assemblages, et de coutures de mauvaise qualité. Chez Vymoo les vêtements sont fabriqués avec soin.

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

En quoi Vymoo est-elle une entreprise écologiquement engagée?

Tout d’abord avec Vymoo  on est sur du 100 % local. C’est à dire que tout est concu et fabriqué au Québec. Chaque vêtement est conçu avec un tissu issu d’une fibre renouvelable biologique ou recyclé.

Les prix!

Un t-shirt de la marque Vymoo coûte un peu plus cher qu’un débardeur de la grande distribution. Mais la qualité est au rendez-vous. De plus, c’est un achat responsable, qui n’encourage ni l’exploitation humaine ni la dégradation de l’environnement. La gamme de prix va de 20 € à 60 $. ça ma parait clairement raisonnable vu la fabrication made in Québec, le choix des tissus et le respect des conditions de travail des fournisseurs et de l’atelier de confection.

Où peut-on se procurer les vêtements?

Comme l’entreprise en est encore à ses débuts, trois choix sont possibles. Soit, on peut se procurer les vêtements en ligne, via leur boutique web, ou via Etsy. Mais pour les Montréalais bonne nouvelle, vous pourrez les essayer, toucher leur douceur, dans la boutique La Gaillarde. Au passage, La Gaillarde est une super boutique, je vous en est déjà parlé ici. Cet endroit fabuleux  vous donnera l’occasion de découvrir plein de créateurs québécois!!

Rester à l’affut, car dans les mois à leurs collections seront disponible dans différentes boutiques à travers le Québec.

En Bref Vymoo : ce sont de beaux basics 100 % écoresponsable et 100 % québécois, et en plus c’est hyper abordable! Alors cette fois plus d’excuse!!

RDV sur leur site web ou sur leur page Facebook, ou Instagram pour rester informé de toutes les nouveautés  !

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

La Gaillarde, une boutique friperie responsable

La Gaillarde est une incroyable boutique située dans le quartier Saint-Henri, à deux pas du métro. Si vous ne connaissez pas encore la place, elle est pourtant implantée ici depuis de nombreuses années. Eh oui, cela fait désormais 17 ans que cette boutique a vu le jour. À l’origine, La Gaillarde était « seulement » une friperie, puis avec le temps elle a diversifié son choix, pour proposer également à la vente des vêtements de designers québécois. Si je dis, qu’à la base La Gaillarde était « seulement » une friperie, avec des guillemets, c’est que dès sa conception, c’était une friperie pas comme les autres. En effet, dès sa création, cette entreprise a vu grand, tant au niveau de ses ambitions qu’au niveau de sa concrétisation.

Tout d’abord l’ ambition de cette friperie, c’est de contribuer à réduire les quantités de textiles jetés chaque année par les fashionistas que nous sommes.

Sa mission première c’est de promouvoir la récupération de matières textiles afin qu’elles ne se retrouvent pas sur des décharges à ciels ouverts. En effet, aujourd’hui avec les faibles prix pratiqués dans les grosses enseignes, on a tendance à acheter bien plus que ce dont on a besoin. Puis une fois par année lorsque notre garde robe deborde, on se dit qu’il est temps de faire un tri. L’objectif de La Gaillarde c’est qu’au moment de se tri, les vêtements ne finissent pas dans une poubelle.

On n’y songe pas toujours mais l’industrie de la mode est l’une des industries les plus polluantes du monde. De plus, la sur-popularité du fast fashion n’arrange pas les choses. La Gaillarde est une entreprise consciente des enjeux actuels du secteur. C’est pourquoi elle milite pour une consommation écologique et responsable de la mode. Pour ce faire elle a crée cette friperie afin de proposer une alternative aux quantités de linges gaspillés.

Pour être à la hauteur de son ambition, La Gaillarde s’est interrogée sur la façon d’attirer une nouvelle clientèle. 

Car à cette époque le recyclage de vêtements était alors une pratique assez marginale. Désormais aujourd’hui cette pratique s’est largement propagée. Au fil des années petit à petit cette habitude est entrée dans les mœurs. À tel point, qu’elle est presque devenue une tendance… En effet, de plus en plus de personnes apprécient mélanger des pièces rétro avec d’autres. Mais à l’époque de sa création, les ventes de vêtements de seconde main, se limitaient aux sous-sols d’église et aux autres organismes communautaires.

Alors La Gaillarde à  proposer aux consommateurs un lieu cool et convivial qui se rapproche plus des boutiques dans lesquelles ils avaient l’habitude de magasiner. 

C’est ainsi que la Gaillarde opta pour une présentation plus chic et élégante des produits. Cet aspect rend le magasinage plus facile que lorsque les vêtements sont entassés dans des bacs dans lesquels ils sont tous en boule, et mélangés les uns aux autres.

Après avoir mis l’emphase sur une présentation plus épurée, la Gaillarde a commencé à présélectionner les vêtements qui allaient ensuite être proposées à la vente. 

Seules les plus belles pièces sont retenues, de façon à donner une nouvelle image des vêtements de seconde main.La Gaillarde facilite donc le travail des acheteurs à plusieurs niveaux. D’une part, car elle présélectionne de belles pièces, de plus elle prend le soin de les mettre en valeur. C’est de cette façon que la Gaillarde est parvenue à influencer et à convaincre les gens d’acheter des vêtements de seconde main.

Au fil des années, des créateurs écoresponsables ont vu en la boutique la Gaillarde un moyen de distribuer ou d’écouler leurs collections.

C’est ainsi que les créations de designers québécois se sont retrouvées chez la Gaillarde. Ces jolies pièces originales complètent l’offre proposée par La Gaillarde. Ils s’inscrivent dans la même démarche écoresponsable.

La Gaillarde présélectionne alors parmi les créateurs québécois, ce dont la démarche favorise la consommation locale et responsable. La mission de cette boutique s’étend donc à la mise en valeur de vêtements et de créateurs de mode écologique.

Ici, voici notre coup de coeur: il s’agit des créations de Ariane Brunet-Juteau, la fondatrice de la marque Kinsu. Kinsu est une entreprise, qui revalorise le dénim. Elle sélectionne chaque paire de jeans dans un centre de tri de vêtement Montréalais. À partir de cette matière première de seconde mains, elle crée des mitaines. Ce processus de revalorisation,  prolonge la durée de vie de la matière première.

kinsu-friperie-gaillarde-boutique-responsable-mode-industrie-polluante-environnement-consommation-ethique-kinsu

Quel est l’avantage pour les créateurs de faire parti de la sélection de La Gaillarde ?

Les créateurs présentés dans la boutique bénéficient d’une belle vitrine pour les créations. C’est pourquoi, pour un designer émergent c’est une belle façon de faire connaître leur marque. De plus, La Gaillarde fait également la promotion des designers avec lesquelles elle s’engage sur les réseaux sociaux. Enfin, les designers dispose d’une section particulière sur leur site Internet.

Bref la Gaillarde, c’est LA place à Montréal pour trouver un large choix de vêtements de seconde main et de designers locaux.

Elle offre une sélection de bijoux, de vêtements et d’accessoires autant pour hommes, pour femmes que pour bébés. Si vous souhaitez découvrir de beaux vêtements écolos et/ou un brin rétro, ou avant-gardiste, c’est définitivement l’endroit où il faut aller!

Les prix sont variés, il y en a pour toutes les bourses.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Des vêtements locaux, confortables & stylés.

Vous pensiez que l’adage de vêtements locaux confortables et  stylés c’était impossible? Et bien vous avez tort! Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont relevé le défi.

Pas toujours facile de trouver des vêtements locaux et tendances. En effet, elles n’ont pas les budgets et la visibilité des grosses multinationales. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on évite de parler d’elles ici. Elles n’ont pas besoin de plus de visibilité. Mais les initiatives locales et responsables sont les bienvenues. C’est pourquoi je vais vous parler de la marque Odeyalo.

 

Odeyalo — c’est quoi ce nom étrange?

Ca signifie couverture en russe. En d’autres termes, il s’agit de vêtements aussi moelleux qu’une couverte!

 

Les maitres mots? Élégance et douceur! L’objectif d’Odeyalo ce sont des vêtements qui puissent convenir à tout type de journée. En effet, les deux femmes Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont imaginé une ligne de fringues, que tu puisses aussi bien porter le dimanche pour trainer chez toi, mais qu’il soit suffisamment classe pour te rendre à une réunion.

Derrière ce concept de linge mou qui ne peut que séduire, les deux femmes ont à cœur le respect de l’environnement. C’est pourquoi, elles ont optées pour des fibres comme le bambou, le coton ou l’élasthanne. Ces tissus sont choisis d’une part pour leur douceur et d’autre part pour leurs propriétés. En effet, ces matières se froissent peu. Ainsi cela permet de ne pas laisser de marque le vêtement même après avoir passer une matinée à vous pavaner dans un fauteuil.

Odeyalo en plus d’être sensibles à la protection de l’environnement, ils sont également attachés à l’emploi et à la production locale.

Bref, toutes les raisons sont réunies pour vous faire craquer. Et bonne nouvelle pour vous, messieurs, pour une fois on a aussi pensé à vous puisque les deux jeunes designers proposent des vêtements pour hommes et pour femmes.

Néanmoins je n’ai pas encore craqué pour leurs vêtements ultras confo. Pourquoi? Tout d’abord les prix ne sont pas donnés et, car ma garde-robe est suffisamment remplie!!

Cependant si vous êtes à la recherche du parfait outfit qui vous accompagnera au fil des saisons, n’hésitez pas! Retrouvez l’ensemble de la collection hiver 2016-17 d’Odeyalo sur leur boutique en ligne. Suivez leur actualité à travers les réseaux sociaux comme sur leur page Facebook ou sur leur compte Instagram.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Découvrez la boutique QÉiKO

Il s’agit d’une boutique en ligne qui propose des vêtements, et des accessoires choisis avec soin pour leur style et pour leur fabrication respectueuse de la main d’œuvre. QÉiKO collabore avec des designers afin de proposer des produits écoresponsables et épurés.

Sur la boutique en ligne, on peut y trouver des vêtements, des accessoires et des bijoux.
Les vêtements ont des coupes intemporelles ainsi que des couleurs sobres, facile à porter. Mais mon gros coup de cœur, c’est pour les bijoux. Je vais vous faire une confidence, d’habitude les bijoux j’aime ça, mais surtout pour les autres. Et pour cause, je possède peu et j’en porte peu, et à l’heure actuelle je ne me suis encore jamais fait percer les oreilles. J’aime les bijoux discrets, minimalistes et intemporels. Je n’ai jamais sauté le pas. Car je n’ai, jusqu’à lors, jamais eu de véritable coup de cœur, au point que je me dise, wouah ce bijou est si sublime que je le veuille sur moi! Mais, les petites boucles d’oreilles proposées par Qéiko pourraient bien me faire changer d’avis. Elles sont à la fois discrètes et élégantes, bref tout ce que j’aime.
qeiko-robe-odile
qeiko-mini-en-or
qeiko-collier-laiza
qeiko-haut-nikiya
qeiko-boucles-barres-carrees
Mon petit coup de cœur ce sont les boucles Barres carrées. Le mieux dans tout cela, c’est que les prix restent abordables.

Et vous? Que pensez-vous de ces collections élégantes?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

La recherche d’un logement à Montréal

Location

Pour trouvez le logement de vos rêves, prenez le temps de bien parcourir la ville. Le premier conseil que je vous donnerais, est de cibler le quartier idéal pour vous par rapport à votre de mode de vie. Ainsi si vous avez des enfants, il sera préférable de trouver un quartier avec une école, afin de pouvoir vous rendre à l’école à pied. Si vous aimez, sortir régulièrement, le plateau sera sans doute, un endroit propice pour vous.

Bref, je vous invite à consulter l’article dans lequel je vous parle des différentes ambiances de la ville.

Si vous vous orientez vers la collocation, qui est une superbe expérience, assurez-vous de bien connaitre vos colocataires. Car lorsqu’on partage tout, c’est souvent quitte ou double. Heureusement, dans la plupart des cas, avec un peu de savoir-vivre, tout se déroule à merveille!

 

Enfin, pour dénicher la perle rare, vous avez plusieurs options.

Soit vous savez exactement le quartier dans lequel vous rechercher je vous conseille de l’arpenter à pied ou à vélo, de façon à repérer les pancartes «à louer»?

Si votre recherche est plus vaste consulter les sites d’annonces classées comme Kijiji, Craigslist, LesPAC, ou VitePouf.

Si vous avez des exigences très précises, vous pouvez aussi avoir recours à une agence immobilière, qui vous aidera dans vos recherches.

 

Précis lexical pour vous aider dans vos recherches

Dans vos recherche vous allez vite voir des indications telles que « 1 1⁄2 », « 2 1⁄2 », « 3 1⁄2 », etc.

En réalié, il s’agit du nombre de pièces de  l’appartement. Chaque pièce compte pour une pièce sauf la salle de bain qui elle compte pour une  demi-pièce.

 

La sous-location

Si vous demeurez seulement temporairement à Montréal, pour un séjour de quelques mois, pensez à la sous-location. Cette pratique est tout à fait légale au Québec. Elles sont très fréquentes sur les sites de petites annonces. Cependant, assurez-vous que le propriétaire en soit informé.

Le bail locatif

Le contrat de location, appelé bail, habituellement il démarre le 1er juillet et prend fin le 30 juin.

La période la plus propice pour chercher un logement est donc celle des mois qui précèdent cette date. En effet, à ce moment là de nombreux appartements sont remis sur le marché locatif.

N’hésitez pas à demander au locataire actuel lors de votre visite, la raison de lors déménagement, cela vous donnera une idée plus précise de ou est-ce que vous mettez les pieds.

Votre choix est fait, vous pensez avoir déniché l’appartement de vos rêves… il ne reste plus qu’à signer!

Vous allez devoir remplir un contrat qui définira votre les responsabilités respectives..

Le formulaire de bail mentionne les éléments ci-dessous;

❯ nom du ou des locataire(s) et du propriétaire;

❯ description du logement, ainsi que les éventuels meubles et/ou électroménagers inclus dans la location);

❯ durée du bail (durée fixe ou durée indéterminée);

❯ loyer : son montant, la date et le mode de son paiement (à la semaine ou au mois);

❯ services (travaux et réparations, service de conciergerie, autres services, taxes et coûts de consommation pour le chauffage, l’eau chaude, etc.) et conditions (règlements de l’immeuble);

❯ signatures de chacun .

Dans le bail vous devrez renseigner les coordonnées de vos anciens propriétaires. Cela permet à votre futur propriétaire de s assurer, que vous serez un bon locataire.

Quelques jours après le dépôt de votre dossier, vous aurez la réponse du proprio.

Enfin au Québec, il existe La Régie du logement.  Il s’agit d’un organisme super, qui défend souvent les droits des locataires, et qui saura vous informer sur toute question, ou situation insolite.

 

Enfin une dernière chose à savoir.

Au Québec, le propriétaire ne peut exiger de caution, la seule chose qu’il peut vous demandez lors de la signature du bail, c’est de déposer la somme du premier mois de loyer.

 

Bonne recherche !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Plateforme de location de vêtements

Je vous présente Station Service, une plateforme de location de vêtements et accessoires de designers locaux qui arrivera à Montréal au printemps prochain! Cette initiative est un extraordinaire moyen pour louer son parfait outfit. Le mieux dans tout ça? Pas besoin de dépenser des sommes dispendieuses pour des vêtements qui finiront par dormir au fond de la garde-robe!

 

La fondatrice Raphaëlle Bonin a découvert dans le cadre de ses recherches aux HEC « que 66 000 tonnes de vêtements étaient enfouies chaque année, et ce, seulement au Québec! L’industrie de la mode est la 2e plus polluante après l’industrie alimentaire… C’est vraiment l’élément déclencheur qui m’a motivé à créer Station Service ».

 

Dans cette une boutique en ligne, on propose donc des vêtements et d’accessoires de designers locaux, à la location.

Cela permet, à la fois de pouvoir s’offrir de jolies pièces tendance. C’est aussi un avantage pour les designers, qui ont parfois du mal à écouler leur production. Cela leur donne aussi plus de visibilité aux designers.

Ce concept est innovant, et bon pour l’environnement. La location permet de réduire le nombre d’achats de vêtements. Cette diminution permet de diminuer l’impact des fashionistas. Cela permet aussi aux utilisateurs d’accéder à des produits de qualité, pour des frais moindres.

Comment ça fonctionne?

Exactement de la même façon que lorsque vous magasinez en ligne! Il vous suffit de choisir ce qu’il vous plait, et/ou ce dont vous avez besoin, de les mettre dans votre panier, de régler. Puis le site s’occupe de vous livrer, à l’endroit de votre choix.

Station Service vous permettra de renouveler aussi souvent que vous le souhaiter votre dressing!

Vous voulez encourager le projet?

Alors, il reste encore 7 jours pour le faire. Rendez-vous sur la plateforme Ulule pour appuyer le sociofinancement du projet! Par ici.

Enfin, pour en savoir un petit peu plus, c’est par !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Mes spots préférés

Le cafe plume

Situé à quelques mètres de mon ancien chez moi. Je m’y rends régulièrement pour rédiger quelques articles.

Sa particularité, c’est qu’il est situé au premier étage d’une maison typique du plateau. L’atmosphère est chaleureuse, on se sent un peu chez soi. Quelques fleurs, des photos, des magazines, une décoration minimaliste, et une playlist pointue.

 

Le moineau masqué, un café caché

Situé dans un coin tranquille du Plateau, il n’est doté de quelques places pour flâner et profiter d’une charmante cour où l’on peut travailler à l’ombre d’un arbre. Des chaises
aux couleurs acidulées, une atmosphère DIY. Des pots de fleurs confectionnés en béton, des tables de bois.

On y trouve aussi de quoi paresser : journaux, magazines, et livres.

Le bar inc

On l’aime pour sa terrasse ensoleillée. Elle fait de lui un est l’endroit idéal pour boire un verre en fin de journée avec des amis. Le nombre de places est restreint et le bar en bois et bordé de hauts tabourets.
Dernier avantage, les boissons y sont plutôt bon marché.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.