minimalisme

5-conseils-desencombrer-maison-vie-minimalisme

5 conseils pour désencombrer sa maison et sa vie

Ranger aide à y voir plus clair. Y voir plus clair, pas seulement dans nos placards, mais aussi dans nos vies!

C’est pourquoi garder son intérieur en ordre est particulièrement important.

Cela aide à retrouver l’harmonie et le bien-être chez soi, mais aussi en soi… Et s’il suffisait de mettre de l’ordre dans son intérieur pour que sa vie commence à changer pour le mieux?

Notre habitation est le reflet de notre vie. Si je mène un train de vie stressé, avec un horaire surchargé où je cours partout, ça va se ressentir dans mon intérieur.

C’est pourquoi il faut parvenir à se débarrasser de tout ce qui nous encombre. C’est une manière de s’occuper de soi et de retrouver plus d’énergie. Dominique Loreau nous le rappelle dans son livre l’art de la simplicité : « vivre en permanence avec beaucoup d’objets qui ne nous plaisent pas vraiment, nous rend apathiques et tristes. Ils nous envoient même des ondes négatives qui affectent notre bien-être. »

 

1/Afin de parvenir à retrouver votre sérénité, procédez d’abord à un état des lieux : 

Pour se faire, commencez par prendre le temps d’observer votre habitat, mais avec des yeux neufs. C’est-à-dire, regardez vos placards, et vos bibelots en vous demandant pour chaque objet, qu’est-ce que cela signifie pour moi?

Faire ce petit exercice, permet de mesurer son attachement aux objets, mais cela permet aussi de comprendre comment tous ces objets ont atterri ici. Cela permet aussi d’en venir à la question essentielle, de quoi avons-nous besoin réellement pour nous sentir bien?

On a souvent tendance à accumuler des choses, mais cela ne nous rend pas forcément heureux. On accumule des objets pour répondre à un besoin de sécurité, mais cela témoigne aussi d’une certaine forme d’anxiété.

Plusieurs types d’accumulateurs qui se distinguent. Parmi lesquels on retrouve :

  • Les « accumulateurs affectifs » : ceux sont ceux qui garde par nostalgie. Ils sont attachés aux objets pour les souvenirs que les objets leur rappellent.
  • Les accumulateurs inquiets ce sont ceux qui amassent « au cas où ».
  • Et plus rarement on trouve les « accumulateurs altruistes » ceux qui stockent pour autrui, car oui après tout ça pourrait bien servir à quelqu’un.
  • Enfin, il y a ceux qui gardent et qui accumulent par souci d’économie. Ils ont payé certains objets cher et par conséquent ils ne veulent pas s’en débarrasser.

Enfin, pour parvenir à désencombrer sa vie, il faut prendre conscience des causes des désordres. Est-ce par peur du vide? Par culpabilité de jeter un cadeau dont on ne s’est jamais servis…?

2/ Se donner des objectifs pour réussir à désencombrer votre intérieur: 

Pour parvenir à désencombrer sa maison, le mieux parfois c’est de se donner les objectifs.

Ainsi, vous pouvez « jouer » au calendrier inversé. C’est comme un calendrier de l’avent sauf que chaque jour, on se débarrasse d’un objet. On peut le faire à la période de Noël, mais n’importe quand dans l’année convient aussi. Le principe est simple, il s’agit de jeter ou de placer dans une boite pour les donner ensuite, un objet par jour. Vous pouvez également faire le pari de ne porter que 33 vêtements et accessoires pendant trois mois sur le principe des « garde-robes capsules ».

Se donner un défi d’un mois est un bon challenge.

Car 30 jours, c’est tout juste le temps qu’il faut pour qu’un pari ou un défi deviennent une habitude. Un mois, c’est un peu près le temps qu’il faut pour intégrer quelque chose de nouveau dans sa routine. Une fois le mois écoulé, vous réaliserez que la plupart des objets ne vous manquent pas du tout. Les défis que vous entreprendrez vous permettront de réaliser à quel point votre intérieur est encombré. Une fois que vous avez pris conscience de cela, vous pourrez définir un plan d’action.

5-conseils-desencombrer-maison-vie-minimalisme

© Justin Tran

3/ Un plan d’action efficace :

Si Marie Kondo conseille dans son best-seller de ranger tout en une seule fois, cela peut être un petit peu radical et trop ambitieux.

Ainsi, moi je vous conseillerais plutôt d’y aller petit à petit, à votre rythme.

Pour moi c’est la meilleure façon de ne pas se décourager devant l’ampleur de la tâche. Le seul but c’est de parvenir à l’objectif final. J’aime me fixer des objectifs intermédiaires, cela me permet de mesurer mes progrès et mon avancement.

4/ Ensuite, il faut parvenir à identifier ce dont on n’a pas besoin :

Nos intérieurs sont remplis d’objets, mais, s’en sert-on vraiment?

Le beau, et nos déco sur les murs, sont-elles indispensables?

Pour identifier ce dont on n’a besoin, il faut se questionner pour chaque objet est-ce un indispensable? Si c’est un objet utile, il faut se demander de combien on en a besoin. Par exemple des poêles combien nous en faut-il vraiment? Pareil pour les paires de chaussures!

Afin d’effectuer ce tri radical, Marie Kondo conseille de garder uniquement ce qui nous procure de la joie.

Car personne ne peut nous dire où vous avez besoin de x choses. Car la notion du superflu variable. C’est pourquoi pour faire le tri, mieux vaut se fier à ce que l’on ressent.

De même, parfois on garde des choses comme un jeans trop serré et on se dit qu’un jour on rentrera dedans à nouveau. Mais tous les matins lorsqu’on le voit inconsciemment ça nous rappelle les kilos qu’on a pris ces dernières années.

5/ Enfin parvenir à se débarrasser des objets :

Personnellement, une des façons qui me plaît le plus, c’est d’en faire don à quelqu’un. J’aime mieux me débarrasser de mes affaires en faisant un don. À Montréal par exemple il y a un groupe Facebook qui s’appelle « As-tu ça toi? » C’est un groupe uniquement destiné aux dons. Sur le groupe il y a des personnes dans le besoin et des personnes qui ont besoin de donner des choses. Ainsi un bel échange se crée entre les différents membres.

Éviter la poubelle, si possible :

Parfois, les dons que l’on ne trouve pas superbes sont capables de faire extrêmement plaisir à quelqu’un dans le besoin.

Par exemple, un jour à Montréal j’ai donné de la vaisselle et les couverts tout dépareillés. En écrivant l’annonce, je trouvais ça moyen d’offrir mes vieilles assiettes rayées dépareillées… Pourtant il y a quelqu’un qui est venu les chercher. Il souriait immensément, cela lui faisait grandement plaisir.

Alors autant que c’est possible, évitez de jeter, ce que vous pensez être bon uniquement pour la poubelle.

Laissez une chance aux objets et peut-être que vous ferez des heureux!

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.