locale

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin

Station Service, lance une plateforme de location de vêtements.

Vous savez sans doute, si vous me lisez régulièrement que j’aime encourager les achats responsables et locaux. D’ailleurs, j’ai une petite section du blogue qui y est consacrée.

Mais, au fait qu’est-ce que la mode responsable ?

La mode responsable, c’est une démarche globale, qui vise à produire des collections dans le respect des valeurs du développement durable. Cela signifie produire des vêtements dans des conditions de travail humaines, mais aussi utiliser des matières dont la production ne nuit pas à la planète, et enfin, de confectionner des vêtements de qualité. C’est dans cette optique-là, que je partage avec vous, mes designers et mes enseignes de mode préférées telles que Qéiko, Odelayo, ou encore de Vymoo.

Bref, aujourd’hui la changer notre façon de consommer la mode, est vraiment nécessaire.

En effet, le système de production et de consommation des vêtements actuel n’a aucun sens. Autrefois, on sortait deux collections par an, puis s’était amplement suffisant. Aujourd’hui les collections sortent chaque semaine. C’est ce que l’on appelle le « fast-fashion ». À l’image des fast-food, la mode est aujourd’hui vite produite, et vite consommée.

Mais ce système ne fonctionne guère plus. Il n’y a lire les nouvelles, ou à s’intéresser aux conditions de production des vêtements qui logent dans nos placards. Dans les pays ateliers de pays plus pauvres, les conditions de travail s’apparentent presque à de l’esclavagisme. Leurs travailleurs confectionnent des vêtements non-stop durant des heures, sans pause bien sûr. Ils perçoivent un salaire ridicule, qui leur permet à peine de vivre décemment. Et tout cela, dans le but de satisfaire nos 1001 coups de cœur du moment !

Alors, bien que je vous présente souvent des créateurs de mode, que j’apprécie et dont les vêtements sont fabriqués dans des conditions responsables, il n’y a que cette façon de faire. Il est aussi possible d’acheter en friperie. C’est dans cette optique-là, notamment que je vous avais parlé de la Gaillarde, une boutique friperie, qui présente de nombreux éco-designers. Et aujourd’hui, j’aimerais attirer votre attention sur la nouvelle plateforme appelée Station Service. À l’ère de l’économie sociale et du partage, ce type de plateforme se démocratise et c’est tant mieux!

« Station Service » est une plateforme de location de vêtements imaginée par Raphaëlle Bonin (et dont je vous avais déjà parlé ici) .

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin

Le principe de la boutique Station Service est assez simple : il s’agit de louer un vêtement plutôt que de l’acheter.

Cette solution est hyper avantageuse ! En effet, pour le constater, il n’y a qu’à ouvrir votre placard pour le constater ; Comptez combien de vêtements vous n’avez pas portés plus de 5 fois… Sans doute un paquet !

Et bien, d’une part, je vous invite à vous départir de tous les vêtements que vous avez identifiés comme tels.

D’autre part, je vous invite à identifier dans quelles circonstances vous les avez achetés.

  • Peut-être qu’il s’agit de vêtements achetés en ligne qui finalement étaient trop étroits, ou trop amples.
  • Il se peut également que ce soit des vêtements achetés en gros soldes, en friperies, dont le prix accrocheur vous a plus convaincu que le vêtement en lui même.
  • Il se peut aussi que ce soit, une tenue achetée pour une occasion spécifique. Souvent, lors des occasions spéciales, il arrive que l’on fasse de petites folies, comme par exemple dépenser plusieurs centaines de dollars pour une robe, pour un mariage, pour un bal de finissant, ou encore pour le temps des fêtes.

Bref, Station Service vous permet de louer vos vêtements plutôt que de les acheter.

Cela vous permettra d’éviter de dépenser d’importantes sommes d’argent pour des vêtements que vous ne porterez sans doute que quelques fois.

Station Service c’est donc une façon de consommer moins tout en restant ultra stylé !

Et pour vous le prouver Station Service a mis au défi la belle et talentueuse Noémie Lacerte a créé 2 looks, pour deux occasions spécifiques; challenge qu’elle a bien sûr relevé haut la main ! Puisque la particularité de Station Service de proposer de vêtements des créateurs locaux les plus cool .

D’ailleurs le fonctionnement de la boutique de Station Service est super facile :

Il suffit de ce rendre sur leur site Web ici.

Ensuite, il faut faire un choix parmi tous les vêtements stylés des designers.

Puis, il faut simplement ajouter les articles sélectionnés dans le panier.

Enfin, il ne reste plus qu’à choisir entre la livraison chez soi ou la cueillette à l’atelier.

Et puis, si tu n’apprécies pas magasiner en ligne, il est aussi possible de passer directement à leur atelier sur rendez-vous pour jeter un coup d’œil aux morceaux disponibles. Sur place, tu pourras faire une séance d’essayage.

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin-1

Station Service est donc une plateforme qui te permet de renouveler ta garde-robe sans te ruiner, sans encombrer tes placards, tout en encourageant les talentueux designers d’ici.

Crédits photo: Catherine Hébert (STRT Journal).

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Agriculture urbaine durable & culture de champignons

Les poissons et légumes ne sont pas les seules denrées à pouvoir être cultivés en ville. En effet, ces dernières années des champignonnières poussent à travers de nombreuses grandes villes.

La culture des champignons est sans conteste un modèle de référence du développement de l’agriculture urbaine durable :

Tout d’abord la culture des champignons est un modèle de développement durable, car elle réutilise les déchets agricoles. De plus, elle donne une production élevée comparativement à la surface cultivée.

Une ferme urbaine montréalaise appelée Blanc de gris en est un bon exemple. Mais, comme ce genre d’initiatives se généralise, il existe des exemples similaires comme comme le Permafungi, ou le Champignon de Bruxelles en Belgique ou encore la boîte à Champignons en France.

Blanc de gris est une entreprise qui produit des pleurotes. 

 

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-2

 

Le pleurote est champignon cultivable. Il est caractérisé par un pied excentré.

Comme la plupart des champignons, le pleurote est une espèce fragile et périssable. C’est pourquoi ce champignon se prête particulièrement bien à cette forme d’agriculture de proximité. Une culture locale réduit les intermédiaires : peu de délais et transport entre la ferme et l’assiette.

Pourquoi cultiver des pleurotes? 

D’une part parce que c’est bon à la santé : 

En effet, sur le plan nutritionnel, le pleurote a une saveur unique et possède des propriétés aromatiques particulières. Les champignons de façon plus globale sont riches en bonnes protéines. Les protéines des champignons contiennent tous les acides aminés essentiels et beaucoup d’acides aminés non essentiels. Les champignons sont pauvres en lipides, mais riches en acides gras insaturés. Ils contiennent beaucoup de vitamines, d’éléments minéraux et des fibres.

Bref, c’est le top!

 

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-5

D’autre part parce que c’est rentable! 

Eh oui, le cycle de culture des champignons est très court.

À titre d’exemple, la plupart des espèces de pleurotes commencent à produire des champignons 3 semaines après le semis, voir 2 semaines pour certaines souches précoces.

Un environnement exigeant et maitrisé est nécessaire pour la myciculture :

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-1

© https://nutritionnisteurbain.ca

Aération/ventilation :

La chambre de croissance doit être pourvue d’ouvertures de ventilation qui permettent également à la lumière d’entrer.

Lumière :

Cependant les pleurotes sont très sensibles au manque d’aération et de lumière. La lumière exigée (couleur et intensité) dépend de la variété.

Si les pieds sont longs et les chapeaux petits, c’est que les conditions d’aération et de lumière sont insuffisantes. En l’absence complète de lumière, les pleurotes ne formeront que des pieds, pas de chapeaux, et ressembleront à du corail.

Humidité :

Il faut bien surveiller le taux d’humidité de tous les champignons pendant leur croissance.

Les champignons sont fragiles. Ils ne supportent pas les bactéries et autres impuretés qui les privent alors de leurs nutriments. Tout doit être parfait le degré d’humidité la température, le taux de dioxyde de carbone dans l’air…

Finalement pour bien pousser les champignons ont besoin d’un local propre, mais aussi de nourriture. 

La semence de champignon (matériau de propagation) est généralement désignée sous le nom de blanc.

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-3

 

La production de blanc :

Cela revient à mettre du mycélium du type champignon désiré dans des substrats adéquats, qui ont été au préalable stérilisés dans des conditions aseptisées. Et la particularité des champignons de Blanc de gris c’est qu’ils sont cultivés sur un substrat 100 % local!

Le substrat mélange du café, des résidus de microbrasserie et du bois. 

La champignonnière Blanc de gris ramasse quotidiennement le marre de café des brûleries avoisinantes. Une microbrasserie leur donne leur résidus de brassage de bière et l’arrondissement leur fournit des copeaux de bois d’émondage.

 

Les champignons de culture, est-ce bon pour la santé?

 

agriculture-urbaine-durable-locale-proximite-culture-de-champignon-pleurotes-blanc-de-gris-montreal-7

 

Enfin si vous êtes toujours sceptiques à l’idée de manger de champignons cultivés en ville, sachez que des tests ont montré que les champignons qui poussent en champignonnières sont plus saints que ceux qui poussent dans la nature.

En effet, ces derniers n’absorbent pas les polluants parfois présents dans le sol.

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Plateforme de location de vêtements

Je vous présente Station Service, une plateforme de location de vêtements et accessoires de designers locaux qui arrivera à Montréal au printemps prochain! Cette initiative est un extraordinaire moyen pour louer son parfait outfit. Le mieux dans tout ça? Pas besoin de dépenser des sommes dispendieuses pour des vêtements qui finiront par dormir au fond de la garde-robe!

 

La fondatrice Raphaëlle Bonin a découvert dans le cadre de ses recherches aux HEC « que 66 000 tonnes de vêtements étaient enfouies chaque année, et ce, seulement au Québec! L’industrie de la mode est la 2e plus polluante après l’industrie alimentaire… C’est vraiment l’élément déclencheur qui m’a motivé à créer Station Service ».

 

Dans cette une boutique en ligne, on propose donc des vêtements et d’accessoires de designers locaux, à la location.

Cela permet, à la fois de pouvoir s’offrir de jolies pièces tendance. C’est aussi un avantage pour les designers, qui ont parfois du mal à écouler leur production. Cela leur donne aussi plus de visibilité aux designers.

Ce concept est innovant, et bon pour l’environnement. La location permet de réduire le nombre d’achats de vêtements. Cette diminution permet de diminuer l’impact des fashionistas. Cela permet aussi aux utilisateurs d’accéder à des produits de qualité, pour des frais moindres.

Comment ça fonctionne?

Exactement de la même façon que lorsque vous magasinez en ligne! Il vous suffit de choisir ce qu’il vous plait, et/ou ce dont vous avez besoin, de les mettre dans votre panier, de régler. Puis le site s’occupe de vous livrer, à l’endroit de votre choix.

Station Service vous permettra de renouveler aussi souvent que vous le souhaiter votre dressing!

Vous voulez encourager le projet?

Alors, il reste encore 7 jours pour le faire. Rendez-vous sur la plateforme Ulule pour appuyer le sociofinancement du projet! Par ici.

Enfin, pour en savoir un petit peu plus, c’est par !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.