fashion

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin

Station Service, lance une plateforme de location de vêtements.

Vous savez sans doute, si vous me lisez régulièrement que j’aime encourager les achats responsables et locaux. D’ailleurs, j’ai une petite section du blogue qui y est consacrée.

Mais, au fait qu’est-ce que la mode responsable ?

La mode responsable, c’est une démarche globale, qui vise à produire des collections dans le respect des valeurs du développement durable. Cela signifie produire des vêtements dans des conditions de travail humaines, mais aussi utiliser des matières dont la production ne nuit pas à la planète, et enfin, de confectionner des vêtements de qualité. C’est dans cette optique-là, que je partage avec vous, mes designers et mes enseignes de mode préférées telles que Qéiko, Odelayo, ou encore de Vymoo.

Bref, aujourd’hui la changer notre façon de consommer la mode, est vraiment nécessaire.

En effet, le système de production et de consommation des vêtements actuel n’a aucun sens. Autrefois, on sortait deux collections par an, puis s’était amplement suffisant. Aujourd’hui les collections sortent chaque semaine. C’est ce que l’on appelle le « fast-fashion ». À l’image des fast-food, la mode est aujourd’hui vite produite, et vite consommée.

Mais ce système ne fonctionne guère plus. Il n’y a lire les nouvelles, ou à s’intéresser aux conditions de production des vêtements qui logent dans nos placards. Dans les pays ateliers de pays plus pauvres, les conditions de travail s’apparentent presque à de l’esclavagisme. Leurs travailleurs confectionnent des vêtements non-stop durant des heures, sans pause bien sûr. Ils perçoivent un salaire ridicule, qui leur permet à peine de vivre décemment. Et tout cela, dans le but de satisfaire nos 1001 coups de cœur du moment !

Alors, bien que je vous présente souvent des créateurs de mode, que j’apprécie et dont les vêtements sont fabriqués dans des conditions responsables, il n’y a que cette façon de faire. Il est aussi possible d’acheter en friperie. C’est dans cette optique-là, notamment que je vous avais parlé de la Gaillarde, une boutique friperie, qui présente de nombreux éco-designers. Et aujourd’hui, j’aimerais attirer votre attention sur la nouvelle plateforme appelée Station Service. À l’ère de l’économie sociale et du partage, ce type de plateforme se démocratise et c’est tant mieux!

« Station Service » est une plateforme de location de vêtements imaginée par Raphaëlle Bonin (et dont je vous avais déjà parlé ici) .

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin

Le principe de la boutique Station Service est assez simple : il s’agit de louer un vêtement plutôt que de l’acheter.

Cette solution est hyper avantageuse ! En effet, pour le constater, il n’y a qu’à ouvrir votre placard pour le constater ; Comptez combien de vêtements vous n’avez pas portés plus de 5 fois… Sans doute un paquet !

Et bien, d’une part, je vous invite à vous départir de tous les vêtements que vous avez identifiés comme tels.

D’autre part, je vous invite à identifier dans quelles circonstances vous les avez achetés.

  • Peut-être qu’il s’agit de vêtements achetés en ligne qui finalement étaient trop étroits, ou trop amples.
  • Il se peut également que ce soit des vêtements achetés en gros soldes, en friperies, dont le prix accrocheur vous a plus convaincu que le vêtement en lui même.
  • Il se peut aussi que ce soit, une tenue achetée pour une occasion spécifique. Souvent, lors des occasions spéciales, il arrive que l’on fasse de petites folies, comme par exemple dépenser plusieurs centaines de dollars pour une robe, pour un mariage, pour un bal de finissant, ou encore pour le temps des fêtes.

Bref, Station Service vous permet de louer vos vêtements plutôt que de les acheter.

Cela vous permettra d’éviter de dépenser d’importantes sommes d’argent pour des vêtements que vous ne porterez sans doute que quelques fois.

Station Service c’est donc une façon de consommer moins tout en restant ultra stylé !

Et pour vous le prouver Station Service a mis au défi la belle et talentueuse Noémie Lacerte a créé 2 looks, pour deux occasions spécifiques; challenge qu’elle a bien sûr relevé haut la main ! Puisque la particularité de Station Service de proposer de vêtements des créateurs locaux les plus cool .

D’ailleurs le fonctionnement de la boutique de Station Service est super facile :

Il suffit de ce rendre sur leur site Web ici.

Ensuite, il faut faire un choix parmi tous les vêtements stylés des designers.

Puis, il faut simplement ajouter les articles sélectionnés dans le panier.

Enfin, il ne reste plus qu’à choisir entre la livraison chez soi ou la cueillette à l’atelier.

Et puis, si tu n’apprécies pas magasiner en ligne, il est aussi possible de passer directement à leur atelier sur rendez-vous pour jeter un coup d’œil aux morceaux disponibles. Sur place, tu pourras faire une séance d’essayage.

station-service-lance-une-plateforme-de-location-de-vetements-montreal-raphaelle-bonin-1

Station Service est donc une plateforme qui te permet de renouveler ta garde-robe sans te ruiner, sans encombrer tes placards, tout en encourageant les talentueux designers d’ici.

Crédits photo: Catherine Hébert (STRT Journal).

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

renouvellement-accord-bangladesh-resultats-de-recherche-effondrement-rana-plaza

Le renouvellement de l’accord Bangladesh

Bonne nouvelle pour l’industrie textile : l’Accord Bangladesh a été renouvelé :

À Paris, le 29 juin 2017, les grandes marques de l’industrie textile ont procédé au renouvellement de « l’accord Bangladesh ». L’accord Bangladesh est un accord mondial qui a pour but de renforcer la sécurité dans les usines textiles. Le premier accord avait été été signé en en 2013. Il avait été conclu suite à l’effondrement de l’immeuble du Rana Plazza. Ce drame a coûté la vie à plus de mille ouvriers bengalis.

La catastrophe du Rana Plaza est l’une des pires catastrophes industrielles survenues ces dernières années.

En effet, par cette tragédie, l’effondrement du Rana Plaza est devenu le symbole des dérives de la mondialisation et du fast-fashion.

L’accord qui avait précédemment été signé arrivait à échéance en 2018. Désormais il a donc été renouvelé pour trois ans, donc jusqu’en 2021.

L’« Accord Bangladesh » porte sur les mesures de sécurité des bâtiments et usines du Bangladesh.

C’est un accord qui est juridiquement contraignant. Il a été conclu par les fédérations syndicales internationales industrielles, par plusieurs syndicats du Bangladesh, et par les enseignes internationales qui délocalisent une partie de la confection au Bangladesh. Il a été rejoint par des ONG internationales cautionnent l’accord, parmi lesquelles  Clean Clothes Campaign (Campagne pour des vêtements propres), l’International Rights Labour Forum(Forum international pour les droits du travail)Maquila Solidarity Network(le Réseau de solidarité Maquila.) et Worker Rights Consortium(le Consortium pour les droits des travailleurs).

Enfin l’Organisation internationale du travail (OIT) en assure la présidence indépendante.

La finalité de l’Accord est la mise en place de mesures concernant la santé et la sécurité des travailleurs du secteur de la confection et du prêt-à-porter au Bangladesh.

Au total cet accord regroupe environ 200 les entreprises internationales. Il concerne 160 usines et protège plus de 2 millions de travailleurs.

renouvellement-accord-bangladesh-resultats-de-recherche-effondrement-rana-plaza-Final Embrace: L'effondrement de l'usine de vêtement du Rana Plaza au Bangladesh. PHOTO TASLIMA AKHTER

Final Embrace: L’effondrement de l’usine de vêtement du Rana Plaza au Bangladesh.
PHOTO TASLIMA AKHTER

L’Accord Bangladesh est constitué de six points essentiels :

❚  Les enseignes doivent assurer un environnement de travail sûr dans le secteur du prêt-à-porter.

❚ Un programme d’inspection indépendant a été mis en place, afin de contrôler que les mesures de sécurité soient respectées.

❚ La divulgation des rapports d’inspection et des plans d’action corrective est publique. Tout le monde peut ainsi y avoir accès.

❚ Les enseignes signataires s’engagent à assurer la disponibilité de fonds suffisants pour les mesures de réparation et pour le maintien des relations d’externalisation.

❚ L’élection démocratique de commissions santé et sécurité dans toutes les usines, chargées d’identifier et de corriger les risques à la santé et à la sécurité.

❚ Le renforcement du pouvoir des travailleurs, par le biais d’un programme de formation étendu, d’un mécanisme de réclamations et du droit de refuser un travail dangereux.

Je crois que la mise en place genre de mesures contraignantes est fondamental :

Notamment quand on constate que des compagnies comme H&M ont des résultats financiers fulgurants, qu’elle a le luxe, de lancer une nouvelle enseigne, mais que par ailleurs elle des retards dans les rénovations des usines et la mise aux normes de leurs fournisseurs actuels.  Ainsi, je m’interroge grandement sur le sens des priorités de ce genre d’enseigne… En effet,  Clean Clothes Campaign, l’International Rights Labour ForumMaquila Solidarity Network et Worker Rights Consortium rapportent que les usines du groupe H&M qui se décrivent eux-mêmes comme étant « les fournisseurs ayant les meilleures performances dans tous les domaines« , sont loin de respecter leur engagements rendus obligatoires par les accords Bangladesh.

 

Suite à un événement et une tragédie de telle ampleur, il est évident que; la sécurisation des usines de confection du pays est fondamentale afin que d’autres tragédies n’arrivent pas.

Cependant il est aussi essentiel d’indemniser les victimes.

Le laspe de temps entre l’incident et l’indemnisation des victimes a duré plus de deux ans. Demander à des familles qui ont tout perdus, d’attendre deux ans c’est bien trop long! Du jour au lendemain, certaines ont perdu des membres de la famille, d’autres leur capacité à travailler… Les laisser dans l’attente est inadmissible.

Le fond d’indemnisation devrait être obligatoire et il devrait y avoir une date butoir imposée.

Et pendant que les victimes restent dans l’attente, les compagnies millionnaires qui employaient les victimes pour des salaires misérables, dans des usines précaires, ont pris plus de deux années pour parvenir à réunir à elles toutes 30 millions de dollars au lieu des 74,57 millions comme l’avait conseillé l’organisme indépendant.

Pourquoi le fond d’indemnisation n’a pas attenint les 74,57 millions de dollars ?

Le fond mis en place était basé sur des contributions volontaires :

Or, dédommager les victimes lorsqu’on les fait travailler dans des lieux insécures, cela ne devrait pas être à leur bon vouloir des entreprises de payer ou non. Sachant que des consignes d’évacuation avaient été données après l’apparition de fissures, et avaient été ignorées elles sont responsables de cet accident.

Et quand on commet, une faute ou une erreur et bien on paye pour!

Mais certaines entreprises se sont senties peu concernées par cet incident.

Benetton avait d’ailleurs refusé de participer à ce fond. C’est seulement suite à une campagne de pression internationale que l’enseigne a finalement versé 1 million de dollars, alors que sa contribution estimée était à 5 millions de dollars.
À cause de sociétés radines, avares et peu concernées, l’indemnisation des victimes a eu plus de deux ans après le drame.

De plus, même si une indemnisation ne sera jamais réellement à la hauteur des dommages subis, je pense de mon point de vue personnel qu’elles sont relativement faibles. Aucun Occidental n’aurait accepté de percevoir si peu.
En effet, après deux ans de mobilisation internationale, le « Rana Plaza Donors Trust Fund » a atteint les 30 millions de dollars. Cela a permis de dédommager environ 5000 familles victimes. Ainsi les personnes qui avaient posé une plainte suite à un décès ont perçu 11 500 €, et pour les personnes qui ont été blessées 1200 euros. Lorsqu’on sait que les victimes travaillaient dans un lieu au sein duquel un avis d’évacuation avait était donné je trouve ça scandaleux.

Bref,  je crois que cette catastrophe a eu 1 impact « positif »! Elle a été médiatisé et à peut-être contribué à ouvrir les yeux à quelques consommateurs des pays occidentaux.

Personnellement, depuis cet événement j’ai banni de ma consommation les vêtements de certaines enseignes. Cependant, je ne suis pas allée jusqu’à me débarrasser des habits que j’avais par le passé achetés chez eux. Mais, depuis, j’essaye désormais de me tourner vers des compagnies locales et responsables. J’aime connaitre la provenance du tissu, savoir qui l’a fabriqué, et dans quelles conditions etc.

C’est plus qu’inacceptable que les travailleurs fabriquent mes vêtements au péril de leur vie. Pour cela j’ai radicalement changé ma façon de consommer la mode. Les fautifs sont pas uniquement ceux qui emploient les salariés. Quant est-il de « nous », les milliers de consommateurs qui continuent sans cesse d’acheter dans ces magasins?

Acheter c’est voter. Et acheter c’est encourager…

Alors questionnez-vous quelques minutes… Préférez-vous faire des économies et encourager la délocalisation et toutes les dérives qui s’en suivent, ou alors encourager l’économie locale et peut être payer un petit peu plus cher au moment du passage en caisse? Le choix est vite fait non ?
La vie d’un être humain vaut bien plus, que quelques dollars économisés à l’achat d’un t-shirt…

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Vymoo, une entreprise québécoise éco-responsable

Les fondateurs de la marque Vymoo m’ont contacté. Ayant un grand attrait pour la mode locale, responsable, éthique et écologique j’ai tout de suite accepté de vous parler des vêtements Vymoo. Car Vymoo c’est tout cela à la fois ! Si vous êtes familier du blogue, vous savez sans doute que cela fait un moment que je réfléchis à ma consommation de vêtements. Je cherche à limiter le plus possible les impacts sociaux environnementaux de mes petits plaisirs saisonniers, et c’est grâce à des créateurs locaux, que cela est possible. Plus les années passent, plus j’ai envie d’investir mon argent dans de belles pièces intemporelles et fabriquées selon des critères à la fois environnementaux et humains. C’est dans cette démarche que je vous ai déjà parlé des superbes vêtements écoresponsables québécois produits par des enseignes comme Odeyalo ou Qéiko.

Vymoo est la dernière née. C’est une petite entreprise qui s’inscrit dans la mouvance du slow fashion et du made in Québec.

Tout d’abord, Vymoo en quelques mots, ce sont des pièces chics et intemporelles :

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

 

Vymoo propose un nombre restreint de pièces intemporelles. En effet, à l’heure actuelle les collections sont assez limitées. C’est pourquoi on attend avec impatience d’en découvrir plus, les saisons prochaines. Vymoo, propose les pièces indispensables et indémodables d’une garde-robe. Vous pourrez porter ces pièces en toute circonstances. Ces vêtements monochromes s’agenceront parfaitement avec vos accessoires favoris.

Et sinon ils s’adressent à qui les vêtements Vymoo?

Et bien, tout d’abord, bonne nouvelle messieurs, Vymoo a aussi pensé à vous!! Vymoo offre une collection pour hommes, ainsi qu’une collection pour femme. Les vêtements Vymoo s’inscrivent dans un style « casual » et facile à porter. Ces indispensables sauront parfaitement se marier avec vos pièces favorites. Ils s’adressent à des personnes jeunes, qui aiment le streetwear et les vêtements « décontractés ». Lorsque vous porterez une pièce de la collection, vous aurez l’air à la fois relax, mais aussi élégant.

 

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

Bref, Vymoo c’est la bonne balance  entre nonchalance et l’élégance.

Qui sont les personnes d’ailleurs cette entreprise 100 % locale?

Vymoo c’est histoire de deux jeunes Véronique et Simon ayant la fibre entrepreneuriale. À peine âgés de 25 ans, ils se sont lancés en affaires.

Qu’est-ce qui a poussé deux jeunes, à lancer une marque de vêtements? 

Et bien, ils souhaitaient eux même, porter des vêtements fabriqués localement. Mais ils ne trouvaient pas ce qui leur convenait. Ne trouvant pas ce qu’il souhaitait acheter sur le marché, ils ont alors pensé qu’il y avait quelque chose à bâtir. C’est ainsi que ces jeunes ambitieux et passionnés se sont lancés en affaire avec l’ambition de contribuer à transformer notre mode de consommation de la mode.  Ils espèrent de tout cœur que leur entreprise en influencera plus d’un à se tourner vers le Slow Fashion. En effet, les créateurs de Vymoo s’imaginent presque déjà en train de tuer le méga industrie du fast Fashion.

Vymoo un gage de qualité et de durabilité :

Mais les collections aux modèles limités, cela comporte un avantage. En effet, en achetant un T-shirt gris basic Vymoo, par exemple, vous serez certain de le garder pendant très longtemps. C’est un incontournable avoir dans sa garde-robe, qui peut s’agencer avec n’importe quoi. De plus, avec l’achat d’un basic être fabriqué au Québec vous serez sure qu’il ne perde pas sa forme sa couleur, et qu’il ne bouloche pas. Bref, le made in Québec, c’est un gage de qualité et de durabilité. De plus l’avantage de fabriquer au Québec, c’est une garantie, vis-à-vis des conditions de travail, des employés. Avec les réglementations du travail du Québec, vous serez certains que votre t-shirt n’a pas été produit sous la pression du chronométrage. Le fait de vouloir produire des vêtements toujours plus rapidement entraine des assemblages, et de coutures de mauvaise qualité. Chez Vymoo les vêtements sont fabriqués avec soin.

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

vymoo-slow-fashion-mode-quebec-local-responsable-ethique-ecologique

En quoi Vymoo est-elle une entreprise écologiquement engagée?

Tout d’abord avec Vymoo  on est sur du 100 % local. C’est à dire que tout est concu et fabriqué au Québec. Chaque vêtement est conçu avec un tissu issu d’une fibre renouvelable biologique ou recyclé.

Les prix!

Un t-shirt de la marque Vymoo coûte un peu plus cher qu’un débardeur de la grande distribution. Mais la qualité est au rendez-vous. De plus, c’est un achat responsable, qui n’encourage ni l’exploitation humaine ni la dégradation de l’environnement. La gamme de prix va de 20 € à 60 $. ça ma parait clairement raisonnable vu la fabrication made in Québec, le choix des tissus et le respect des conditions de travail des fournisseurs et de l’atelier de confection.

Où peut-on se procurer les vêtements?

Comme l’entreprise en est encore à ses débuts, trois choix sont possibles. Soit, on peut se procurer les vêtements en ligne, via leur boutique web, ou via Etsy. Mais pour les Montréalais bonne nouvelle, vous pourrez les essayer, toucher leur douceur, dans la boutique La Gaillarde. Au passage, La Gaillarde est une super boutique, je vous en est déjà parlé ici. Cet endroit fabuleux  vous donnera l’occasion de découvrir plein de créateurs québécois!!

Rester à l’affut, car dans les mois à leurs collections seront disponible dans différentes boutiques à travers le Québec.

En Bref Vymoo : ce sont de beaux basics 100 % écoresponsable et 100 % québécois, et en plus c’est hyper abordable! Alors cette fois plus d’excuse!!

RDV sur leur site web ou sur leur page Facebook, ou Instagram pour rester informé de toutes les nouveautés  !

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

10 conseils pour prendre soin de vos vêtements

Après vous avoir parlé de Tangent GC, une entreprise qui élabore des produits pour prendre soin de vous, et de vos vêtements. Voici quelques conseils pour les choyer vos vêtements.

1 — Acheter des vêtements de qualité

Cela passe tout d’abord par le choix des matières. Ensuite, il faut savoir qu’une belle matière sans bon assemblage, ça ne sert pas à grand-chose. Alors, pour avoir une idée de la qualité de l’assemblage, vous pouvez tirer légèrement de part et d’autre de la couture. Voyez comment elle réagit, si elle lâche à la première extension, fuyez! Ensuite, prêter un œil attentif aux éventuels petits fils qui dépassent des coutures. En général, dans les boutiques de fast-fashion, ils sont nombreux. Leur présence démontre un assemblage de piètre qualité, alors fuyez également! Observer également si les coutures, sont droites, ou si elles suivent de belles courbes. Car lorsque les vêtements sont assemblés à la va-vite, il est fréquent de constater des coutures qui zigzaguent.

Ne négligez pas l’observation des coutures, car un assemblage de belle qualité est un facteur, qui va garantir la durabilité du vêtement.

Ensuite, si par le passé vous avez effectuez des achats, sans prêter attention aux matières et à l’assemblage, ce n’est pas grave! Pas besoin de vous sentir coupable même si la majorité de votre garde-robe a été acheté dans des boutiques de fast-fashion… Bref, peu importe la qualité de ce que vous possédez, je souhaite juste vous prodiguer quelques conseils, afin de prolonger la durée de vie de vos vêtements.

2 — Prêter attention aux étiquettes vos vêtements

Tout d’abord, vos vêtements ont avec des étiquettes de lavage. Si les marques prennent le temps d’apposer de petites étiquettes à vos habits, ce n’est pas pour rien!!  Alors le premier conseil à suivre, c’est simplement de lire et d’appliquer ces instructions. Le seul fait de correctement suivre les indications de lavage contribue à préserver vos vêtements plus longtemps. Voici les principaux symboleset leur signification :

 

10-conseils-prendre-soin-garde-robe-vetement-no-poo-denim-durable-fast-fashion-slow-ecolo-symbole-nettoyage-sec-chlorage-03-02

3 — Soyez attentifs et vigilants lors de l’achat de vos vêtements

Ensuite, si vous ne prenez jamais le temps de faire des lavages à la main, prenez ce facteur en considération lors de l’achat. En effet, il sera plus judicieux pour vous de dépenser votre argent dans des vêtements dont vous pourrez prendre soin par la suite, plutôt que d’ignorer les instructions de lavage lors de votre magasinage et de les ruiner votre linge dès les premières utilisations.

4 — Soyez à écoute des matières/apprenez à négocier avec le denim

Enfin, voici un autre conseil, qui risque de vous laisser bouche bée : ne lavez plus vos jeans!!! Cela va vous paraitre étonnant, voir aberrant pour certains, mais le denim n’est pas un textile fait pour être laver régulièrement. Si à cet instant vous vous demandez qu’elles soient mes sources pour affirmer cela, et bien voici une publication du PDG de Levi’s. Peut-être que les dires du président de la compagnie seront plus convaincants que les miens!

Cependant, notez que cela s’applique uniquement aux jeans de bonne qualité. Et si vous ne faites vos emplettes que dans des boutiques de fast-fashion, il est fort probable que vos jeans soient composés d’un mélange de tissus, donc cette technique n’est pas applicable.

En revanche, si vous avez investi dans une bonne paire de jeans, vous pouvez la porter pendant 6 mois avant de la passer en machine.

Pour un nettoyage intermédiaire entre deux lavages, vous pouvez accrocher vos jeans à l’extérieur par une journée ensoleillée et/ou venteuse, ou alors, mettre votre jeans au congélateur, afin de tuer les bactéries.

Enfin, quand vient le temps de les nettoyer, il est préférable de ne pas utiliser de détergent contenant des produits chimiques. En effet, la majorité des détergents disponibles en grandes surfaces contiennent des agents nocifs, pour vous, pour vos vêtements, et pour l’environnement. C’est pourquoi pour laver vos jeans en denim, je vous conseille de choisir le détergent de Tangent GC .

Après avoir choisi un bon détergent, et après une longue période de « no-poo », 2 méthodes s’offrent à vous.

La première, est celle du trempage dans une baignoire (si vous en disposez d’une). C’est très simple. Tout d’abord, remplissez votre baignoire avec de l’eau tiède, puis ajoutez un peu de détergent. Ensuite, placez votre jean dans l’eau, et remuez le tout quelques instants. Puis, laissez-le tremper pendant une quinzaine de minutes. Enfin, videz l’eau de la baignoire, et essorez votre jeans et accrochez-le pour qu’il finisse de sécher.

La seconde, est celle du lavage en machine. Soyons honnêtes, nous avons tous une préférence pour le lavage en machine!! Nos habitudes, nos modes et rythmes de vies font que cette solution nous parait bien plus pratique. Alors pas de panique!

Tout d’abord, tournez vos jeans à l’envers et insérez-les dans votre machine. Puis choisissez un cycle de lavage froid et doux. Lancez le programme, et ajoutez du détergent à l’endroit prévu à cet effet. Enfin, lorsque le cycle de lavage est terminé, placez votre jeans sur un étendoir. Et si jamais vous ne pouvez pas vous passer de la sécheuse, allez-y, mais sans chaleur!!

5 — Ne plus porter vos vêtements au nettoyage à sec.

Le nettoyage à sec est un procédé de nettoyage pour les vêtements et textiles qui utilise un solvant autre que l’eau. La plupart du temps, le nettoyage à sec est réalisé avec des hydrocarbures chlorés, dont le plus connu est le perchloroéthylène. Le Perchloroéthylène constitue une menace pour la santé. Selon plusieurs études il serait cancérigène pour l’homme. Pour en savoir plus sur le perchloroéthylène

6 — Quelques autres conseils de lavage :

Ne soyez pas paresseux, lavez les vêtements de couleurs sombres à l’envers, cela leur permettra de garder leur couleur plus longtemps.

Ensuite, n’hésitez pas à laver à froid (20 ou 30º) , cela réduira votre consommation d’électricité, c’est également bon pour les tissus.

Lavez séparément les vêtements qui contiennent du métal. Par métal , j’entends tous les vêtements qui comportent des boutons ou des fermetures éclairs, car ce matériau chauffe pendant du lavage. La chaleur dégagée, peut entrainer la brûlure d’autres vêtements particulièrement ceux synthétiques.

Enfin, lavez moins vos vêtements. Vos vêtements n’ont pas toujours besoin d’être lavés après une journée.

7 — Séchage

Vérifiez les réglages de votre sécheuse. La chaleur des sécheuses peut brûler les fibres du vêtements et causer le rétrécissement de certains ou la décoloration. Beaucoup de sécheuses permettent d’ajuster autant la température que le temps de séchage. Ainsi, si votre sécheuse vous le permet essayez de réduire la chaleur.

Sinon, si vous êtes un peu moins paresseux, disposez vos vêtements sur un étendoir.

 

8 — Repassage

Tout d’abord, ne repassez vos vêtements que lorsque cela est nécessaire. Le fer à repasser consomment beaucoup d’énergie. Et bien souvent le simple fait de suspendre ces vêtements sur des cintres, pour les faire sécher suffit à les défroisser.

Ensuite attention aux réglages. Une température trop élevée du fer à repasser, peut entrainer des traces indélébiles, jaunes ou marrons. C’est pourquoi il faut absolument adapter le niveau de chaleur à la matière de votre vêtement. La plupart des fers proposent différents réglages sur leur cadran de la chaleur, mais en règle générale :

Les matières d‘origine végétale telles que le lin, le coton, le chanvre, le bambou, ou toiles de jute sont des textiles qui supportent bien la chaleur.

Le lin est rigide, et très facilement froissable beaucoup. C’est pourquoi vous pouvez le repasser à haute température. Il supportera jusqu’à 230 °. N’hésitez pas à mettre un petit peu de vapeur.

Le coton peut également repassé à forte température, c’est à dire entre 180 et 200°.

Les matières d’origine animale comme la laine, la soie, le cachemire, l’angora ou le mohair ne supportent pas les températures élevées

Sensibles et peu froissables, les lainages doivent être repassés avec une pattemouille et un fer à température modérée (150 °). Cela consiste à placer un linge humide entre le vêtement et le fer afin d’éviter le lustrage.

Résistante, la soie se froisse peu. Cependant, la soie marque rapidement, c’est pourquoi il sera préférable de faire un défrisage vertical à la vapeur. Notez également que la soie sauvage doit être repassée sèche.

Pour les matières synthétiques, elles ont l’avantage de peu de froissés. En effet qu’il s’agissent de polyamide, d’acrylique, de viscose, ou de Nylon, elles ne nécessitent aucun repassage.

Enfin, pour les vêtements composés de mélanges de plusieurs matières il sera préférable de ne régler la température trop forte, allez-y avec du 110 °.

9 — Stockage

Pliez vos articles en laine, car cette matière a tendance à s’étirer. En revanche, n’hésitez pas à suspendre vos pièces en lin qui elles se froissent facilement.

Rangez toujours vos vêtements, après avoir fermé les boutons et fermetures éclair. Cela leur permettra de mieux garder leur forme et d’éviter d’endommager vos autres vêtements.

Faites tourner vos vêtements. En changeant d’habits régulièrement, vous éviterez de porter et de laver toujours les mêmes vêtements. Pour ce faire, mettez vos vêtements propres en bas de la pile.

 

10 — Apprenez à réparer vos vêtements, un réflexe écologique et responsable 

Apprenez les réparations de base pour réparer vos vêtements. Cela vous permettra de les faire durer plus longtemps et d’économiser de l’argent. Alors, investissez dans un kit de couture de base, ciseaux, aiguilles, et fil ce qui vous permettra de faire la majorité des petites retouches.

Si la couture pour vous c’est un monde à part, n’hésitez pas à regarder un tutoriel en ligne. Promis, ce n’est pas si compliqué d’apprendre à remplacer les boutons ou à faire un ourlet. Si la couture vous fait vraiment très peur, inscrivez-vous à un atelier… Et qui sait, peut être que vous vous découvrirez une nouvelle passion!!

Et voilà, prenez soin de ce qui vous entoure.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Des vêtements locaux, confortables & stylés.

Vous pensiez que l’adage de vêtements locaux confortables et  stylés c’était impossible? Et bien vous avez tort! Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont relevé le défi.

Pas toujours facile de trouver des vêtements locaux et tendances. En effet, elles n’ont pas les budgets et la visibilité des grosses multinationales. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on évite de parler d’elles ici. Elles n’ont pas besoin de plus de visibilité. Mais les initiatives locales et responsables sont les bienvenues. C’est pourquoi je vais vous parler de la marque Odeyalo.

 

Odeyalo — c’est quoi ce nom étrange?

Ca signifie couverture en russe. En d’autres termes, il s’agit de vêtements aussi moelleux qu’une couverte!

 

Les maitres mots? Élégance et douceur! L’objectif d’Odeyalo ce sont des vêtements qui puissent convenir à tout type de journée. En effet, les deux femmes Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont imaginé une ligne de fringues, que tu puisses aussi bien porter le dimanche pour trainer chez toi, mais qu’il soit suffisamment classe pour te rendre à une réunion.

Derrière ce concept de linge mou qui ne peut que séduire, les deux femmes ont à cœur le respect de l’environnement. C’est pourquoi, elles ont optées pour des fibres comme le bambou, le coton ou l’élasthanne. Ces tissus sont choisis d’une part pour leur douceur et d’autre part pour leurs propriétés. En effet, ces matières se froissent peu. Ainsi cela permet de ne pas laisser de marque le vêtement même après avoir passer une matinée à vous pavaner dans un fauteuil.

Odeyalo en plus d’être sensibles à la protection de l’environnement, ils sont également attachés à l’emploi et à la production locale.

Bref, toutes les raisons sont réunies pour vous faire craquer. Et bonne nouvelle pour vous, messieurs, pour une fois on a aussi pensé à vous puisque les deux jeunes designers proposent des vêtements pour hommes et pour femmes.

Néanmoins je n’ai pas encore craqué pour leurs vêtements ultras confo. Pourquoi? Tout d’abord les prix ne sont pas donnés et, car ma garde-robe est suffisamment remplie!!

Cependant si vous êtes à la recherche du parfait outfit qui vous accompagnera au fil des saisons, n’hésitez pas! Retrouvez l’ensemble de la collection hiver 2016-17 d’Odeyalo sur leur boutique en ligne. Suivez leur actualité à travers les réseaux sociaux comme sur leur page Facebook ou sur leur compte Instagram.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Découvrez la boutique QÉiKO

Il s’agit d’une boutique en ligne qui propose des vêtements, et des accessoires choisis avec soin pour leur style et pour leur fabrication respectueuse de la main d’œuvre. QÉiKO collabore avec des designers afin de proposer des produits écoresponsables et épurés.

Sur la boutique en ligne, on peut y trouver des vêtements, des accessoires et des bijoux.
Les vêtements ont des coupes intemporelles ainsi que des couleurs sobres, facile à porter. Mais mon gros coup de cœur, c’est pour les bijoux. Je vais vous faire une confidence, d’habitude les bijoux j’aime ça, mais surtout pour les autres. Et pour cause, je possède peu et j’en porte peu, et à l’heure actuelle je ne me suis encore jamais fait percer les oreilles. J’aime les bijoux discrets, minimalistes et intemporels. Je n’ai jamais sauté le pas. Car je n’ai, jusqu’à lors, jamais eu de véritable coup de cœur, au point que je me dise, wouah ce bijou est si sublime que je le veuille sur moi! Mais, les petites boucles d’oreilles proposées par Qéiko pourraient bien me faire changer d’avis. Elles sont à la fois discrètes et élégantes, bref tout ce que j’aime.
qeiko-robe-odile
qeiko-mini-en-or
qeiko-collier-laiza
qeiko-haut-nikiya
qeiko-boucles-barres-carrees
Mon petit coup de cœur ce sont les boucles Barres carrées. Le mieux dans tout cela, c’est que les prix restent abordables.

Et vous? Que pensez-vous de ces collections élégantes?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Plateforme de location de vêtements

Je vous présente Station Service, une plateforme de location de vêtements et accessoires de designers locaux qui arrivera à Montréal au printemps prochain! Cette initiative est un extraordinaire moyen pour louer son parfait outfit. Le mieux dans tout ça? Pas besoin de dépenser des sommes dispendieuses pour des vêtements qui finiront par dormir au fond de la garde-robe!

 

La fondatrice Raphaëlle Bonin a découvert dans le cadre de ses recherches aux HEC « que 66 000 tonnes de vêtements étaient enfouies chaque année, et ce, seulement au Québec! L’industrie de la mode est la 2e plus polluante après l’industrie alimentaire… C’est vraiment l’élément déclencheur qui m’a motivé à créer Station Service ».

 

Dans cette une boutique en ligne, on propose donc des vêtements et d’accessoires de designers locaux, à la location.

Cela permet, à la fois de pouvoir s’offrir de jolies pièces tendance. C’est aussi un avantage pour les designers, qui ont parfois du mal à écouler leur production. Cela leur donne aussi plus de visibilité aux designers.

Ce concept est innovant, et bon pour l’environnement. La location permet de réduire le nombre d’achats de vêtements. Cette diminution permet de diminuer l’impact des fashionistas. Cela permet aussi aux utilisateurs d’accéder à des produits de qualité, pour des frais moindres.

Comment ça fonctionne?

Exactement de la même façon que lorsque vous magasinez en ligne! Il vous suffit de choisir ce qu’il vous plait, et/ou ce dont vous avez besoin, de les mettre dans votre panier, de régler. Puis le site s’occupe de vous livrer, à l’endroit de votre choix.

Station Service vous permettra de renouveler aussi souvent que vous le souhaiter votre dressing!

Vous voulez encourager le projet?

Alors, il reste encore 7 jours pour le faire. Rendez-vous sur la plateforme Ulule pour appuyer le sociofinancement du projet! Par ici.

Enfin, pour en savoir un petit peu plus, c’est par !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.