couture

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

DIY couture : Pimp ton Tote Bag !

Ah les tote bags .. !

À l’heure où le sac plastique se retrouve enfin banni des commerces, il nous faut trouver des alternatives pour que nous puissions embarquer nos courses, nos petites affaires et bien plus. Le tote bag, par son prix modique, sa légèreté et sa simplicité, a tout pour s’accrocher à de plus en plus d’épaules. Mais, ce dernier, trop souvent publicitaire, parfois un peu terne n’est pas forcément l’accessoire qui égaiera votre tenue. Si vous voulez apporter un peu de fantaisie à votre sac de coton beige ce tutoriel est pour vous !

Pour ce do it yourself je vous propose de customiser un tote bag standard : on va le pimper avec un tissu fun : à paillette, rigide, cuivré, en cuir, en liège … soyons fous 🙂
Le tissu fun viendra habiller le fond du sac (l’extérieur bien sur).

 

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

Pour ce DIY spécial Tote Bag, il vous fau­dra :

  • un tote bag vierge (ici le prix est imbattable, prenez-en plusieurs !)
  • du tissu épais (skaï, liège, cuir.. )
  • une machine à coudre, des épingles, du fil
  • une paire de ciseaux, une règle, crayon à papier, fer à repasser.

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

Étape 1 :

Tracer un rectangle de la largeur d’un tote bag + 3 cm par la hauteur que vous voulez que votre tissu prenne sur votre tote bag x 2

Le tissu coloré sera plié en deux dans le sens de sa longueur pour créer le fond du tote bag.

Donc pour ma part j’ai tracé un rectangle de 30 cm X 41 cm

 

totebag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp

Étape 2 :

Découper le rectangle, les bords doivent-être bien nets parce qu’on ne fera pas de coutures.

-> Pour ce tutoriel, il est mieux d’avoir un tissu épais style skaï ou liège ou encore du cuir : qui ne s’effiloche pas et qui donc ne demande pas de coudre un revers.
Mais si jamais vous voulez faire ça avec un tissu « normal » il faudra coudre auparavant votre rebord ou au moins le coller légèrement sur lui-même.

 

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

Étape 3 :

Plier votre rectangle en deux et repasser-le pour marquer le pli (qui correspondra au fond du tote bag)
Si vous avez un tissu comme du liège ou du skaï pensez à utiliser un tissu entre votre fer à repasser et le fond du sac, histoire de ne pas le brûler.
Et attention certains tissus ne peuvent se repasser …

 

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

Étape 4 :

Poser votre tote bag sur votre futur fond de sac et tracer un trait représentant sa largeur.
On va coudre par la suite ces deux traits.

 

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliserÉtape 5 :

plier le fond en deux : face contre face. Épinglez-le, le long des traits précédemment tracés

 

totebag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

Étape 6 :

À l’aide d’une machine à coudre… coudre le long des traits !

 

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

Étape 7 :

Retourner votre pièce et marquer les plis à l’aide d’un fer à repasser (pensez à protéger votre tissu si besoin)

Voilà votre pièce en tissu est prête à être cousue sur un tote bag !

 

 

Étape 8 :

Enfiler le fond du sac sur le tote bag et épinglez-les deux ensemble.

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

 

Attention à ne pas épingler les quatre épaisseurs ensemble mais bien les deux épaisseurs du recto (face du tote bag + face du fond de sac coloré) et les deux épaisseurs du verso (dos du tote bag + dos du fond de sac coloré)

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

 

Pour vous faciliter le passage à la machine à coudre, je vous conseille de roulotter le haut du sac.

 

 

 

 

Étape 9 :

Alors voici l’étape qui nécessite le plus d’attention mais je vous rassure c’est assez simple tout de même. Et après, c’est fini !

Il va donc falloir coudre le fond du sac sur le tote bag. Pour vous faciliter la tâche, il vous faudra enlever la partie basse de votre machine à coudre (c’est souvent prévu pour) : ainsi vous allez pouvoir enfiler le tote bag sur la machine, cf photo.tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

 

Maintenant il faut simplement faire une couture le long du tissu coloré sur tout le tour du sac.

Faites ça avec un fil de la même couleur que votre tissu évidement, moi j’ai pris un fil noir pour le rendre visible sur les photos 🙂

 

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

Et voila !
C’est assez simple et rapide ! J’espère voir vos créations !

tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser tote bag-diy-do-it-yourself-sac-toile-customisation-pimp-liege-skai-personnaliser

 

DIY : Un lunch bag en tissu liège

Vous mangez au boulot ou en extérieur vos propres petits plats ou vous apportez un petit en-cas avec vous ? Grâce à ce nouveau tutoriel voici une jol­ie façon de transpor­ter tout cela.

Je vous propose de réaliser un lunch bag à base de tissu liè­ge !

Contrairement au lun­ch bag en papier, cel­ui-ci pourra résister à pas mal d’épreuv­es, en plus d’être tendance !

Ce n’est pas sans rappeler l’utilisation du liège dans la collection Sinnerlig  sortie il y a quelques mois chez IKEA.

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-sac-pochette-gamelle

 

J’ai trouvé ce tissu dans un magasin de tissus mais on le tro­uve aussi sur différ­entes boutiques en ligne ! Il est composé de liège véritable collé sur une toile.
Il y en a plusieurs sortes : standard cla­ir et foncé, avec des copeaux colorés, av­ec des détails dorés, …
Et pour tout vous di­re j’ai d’abord cru qu’il était fragile mais en fait pas du tout ! J’ai essayé de le déchirer, de le tordre, de le tremper longtemps dans l’e­au, de décoller le liège de sa toile : aucun souci vous pouv­ez y aller 😉

 

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture-materiel

Pour ce DIY lunch bag en liège, il vous fau­dra :

  • du tissu liège (dispo ici par exemple) ou un autre tissu de votre choix
  • une machine à coudre
  • une paire de ciseaux
  • un crayon
  • une règle

 

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

 

 

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

 

Étape 1 :

Tracez deux rectangl­es de 32 cm par 37 cm à l’­aide d’un crayon ou d’un feutre (s’il ne traverse pas votre tissu) : le trait orange épais sur le schéma.

Autour de ces deux rectangles tracez un contour d’environ 1,5 cm : en bleu sur le schéma

Je vous explique les mesures : mon lunch bag final fera 32 cm de hauteur, 22 cm de largeur et son épaisseur sera de 10cm.

C’est pourquoi on in­clut 5 cm de chaque coté des rectangles pour l’épaisseur fin­ale : en orange clair sur le schéma

 

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture-découper

Étape 2 :

Découpez vos deux re­ctangles de tissu li­ège.

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étape 3 :

Repliez sur eux-mêmes un des bords les pl­us courts de chaque rectangle et épinglez-les.
Cela correspondra au bord de l’ouverture du lunch bag.

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

Étape 4 :

Coudre les deux bords sur eux-mêmes à la machine.

Il faudra être assez précis pour faire une couture assez près du bord (quelques millimètres).

-> Si vous pensez av­oir un peu de mal vo­us pouvez lors de l’étape 2  replier vos bords sur 2cm au lieu d’un cm histoire d’avoir plus de marge de mano­euvre.

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couturecork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

 

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

Étape 5 :

Superposer vos deux rectangles de tissus endroit contre endr­oit.
Les épingler ensemble pour qu’ils ne bougent pas pendant la cou­ture.

 

 

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

 

Étape 6 :

Coudre les deux rect­angles de liège ense­mble. Pour cela il faudra passer avec vo­tre machine au niveau des traits tracés lors de l’étape 1 (les 3 côtés restants du rectangle)

 

 

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

Étape 7 :

Maintenant vous devri­ez avoir un petit sac plat ! Mais il man­que l’épaisseur que nous allons créer 🙂

Pour cela : plier le sac en deux, puis replier les coins du bas de la même maniè­re que sur la photo

Il va falloir tracer les deux traits noirs du schéma : prenez une règle et mesurez 5 cm comme sur le dessin, puis tracez le trait

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

Étape 8 :

Coudre les deux trai­ts précédemment tracés sur les coins.

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-couture

Étape 9 :

Retournez votre lunch bag ! Et voilà ! Prêt à être utiliser 🙂

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-sac

Vous voulez fermer votre lunch bag ? Une pince à linge peut faire l’affaire, ou encore un petit aimant posé à la fin

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-saccork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-saccork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-sac

cork-liege-paper-brown-lunch-bag-diy-sac-pochette-mode-tendance-claire-barrera-designercork-liege-lunch-bag-diy-mode-pochette-tendance-sac-main

 

Allez n’hésitez pas à vous lancer ! En plus d’être pratique, vous allez pouvoir épater vos collègues à la pause déjeuner avec votre création 😉

 

 

 

.

Réinventer la mode grâce au laser

Repenser le vêtement et même l’industrie textile avec la découpe laser

Au cours des dernières décennies, on a cessé d’augmenter la quantité des vêtements produits, mais souvent au détriment de la qualité. De plus, cette tendance n’est pas sans conséquence pour l’environnement et les gens qui travaillent au sein de ce secteur. C’est en partant de ces constats, que le collectif Post-Couture a souhaité imaginer une alternative au système de l’industrie actuelle de la mode.Ce jeune collectif néerlandais a pour ambition de modifier la façon de distribuer, consommer et produire la mode. Comment? L’idée c’est simplement de se servir de la découpe laser. Déjà présente dans l’industrie textile, cette technique permet de découper de nombreuses pièces de vêtements en même temps. Alors, pourquoi ne pas adapter la mode à cette technologie? Et bien c’est le pari du collectif qui a dessiné des vêtements sans couture. Il propose une collection numérique innovante.

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

La collection ONE | OFF:

La première collection du collectif Post-Couture se compose de six pièces. Elles ont été conçues par Martjin van Strien. Cette ligne de vêtement un peu particulière se présente sous forme de patronage digital. Mais la nouveauté c’est que chaque patron est téléchargeable. Les utilisateurs sont ainsi placés au cœur du processus, car chaque modèle a été pensé afin que n’importe qu’elle personne, puisse assurer la production du vêtement lui-même .

Le design des pièces :

La collection est composée de pièces aux coupes futuristes. Elles traduisent la fascination de Martjin van Strien pour l’architecture, et la science. Ces pièces aux allures parfois minimalistes sont découpées dans un matériau fabriqué à partir de bouteilles de plastique recyclées. Ce matériau high-tech est assez rigide. De plus, il a une bonne tenue, ce qui permet aux vêtements de ne pas se défaire.

Une mode téléchargeable… et après comment ça se passe?

Le principe est ultra simple : pas besoin d’être designer ni d’être couturier. Il suffit de sélectionner le modèle de votre choix sur le site du collectif The Post-Couture. Sur le site, vous renseignez vos mensurations, puis une fois la commande passée vous recevrez le patron dans votre boite courriel… Ensuite le producteur c’est vous!!

Combien ça coute? 

Le fichier téléchargé est un fichier au format illustrator (un logiciel vectoriel). Pour Martjin van Strien, si les gens ont recours actuellement au fast-fashion, c’est aussi grâce aux prix attractifs, peu élevés qu’elle propose. C’est pourquoi il a souhaité que son projet soit accessible. Le téléchargement d’un patron coûte 5 euros, soit environ 7 $. Par ce prix abordable, il instaure une nouvelle alternative.

Do it!!!

Dans ce processus de production inversé, c’est vous qui êtes au cœur du projet! Votre rôle est central. Vous devez choisir la matière et de la couleur qui vous convient pour réaliser votre vêtement. Ainsi, si vous souhaitez recycler une vieille robe liberty, dont vous adorez le motif, mais dont la coupe ne vous plait plus, et bien c’est possible!!

Après le choix du patron et du tissu, vous devez vous rendre dans un fablab afin de procéder à la découpe. Puis, une fois les morceaux découpés, c’est à vous de les assembler!! Inquiétez-vous pas, il y a des vidéos explicatives (sur le site du collectif). Vous n’aurez qu’à vous laisser guider.

L’avantage de cette technique, ce n’est que nul besoin d’avoir des connaissances en couture, pour réaliser un tee-shirt. C’est malade non? Pour Martjin van Strien, le fait d’intégrer les gens dans le processus de création de leurs vêtements, permet de créer des produits beaucoup plus attractifs, que ceux proposés par l’industrie de masse. De plus, si vous choisissez de vous faire une garde robe 100 % Post Couture, vous pourrez jouer avec les assemblages et reconfigurer vos vêtements! Bref, en fait c’est un jeu de construction, comme des legos!

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

Le coté innovant du projet Post-Couture

Cette façon innovante de produire des vêtements demande un fort engagement de la part de l’utilisateur. En effet, cette nouvelle façon de faire, et de produire, renverse le processus habituel, et le consommateur devient un acteur. De surcroit, cette expérience unique permet une personnalisation ultime que l’industrie actuelle ne permet pas. Au cours du processus, l’utilisateur s’implique et cela confère  une valeur ajoutée aux vêtements. Enfin, l’utilisateur portera un habit unique dont il sera faire. Le vêtement produit sera unique et révèlera son identité.

De plus, ce principe a d’autres avantages, il est éco-responsable. En effet, les dessins sont partagés numériquement et fabriqués localement et à la demande. Le fait de produire à la demande constitue un autre avantage de taille. Il n’y aucun stock à gérer. Le fait d’être découpé et assemblé de façon locale, entraine une réduction de  la pollution et les coûts de transport habituels.

Enfin, le dernier point positif, est celui de l’éthique. Ce mode de production, n’exploite pas des ouvriers dans des conditions lamentables.

Bref,  je vois en ce projet une porte de secours pour l’industrie textile. Vous l’aurez compris, à mes yeux le projet du collectif est prometteur. Il mêle design futuriste, «  Do it Yourself  » et technologie… J’ai hâte de découvrir les prochaines collections.

Que pensez-vous du projet de Post-Couture?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Découvrez la boutique QÉiKO

Il s’agit d’une boutique en ligne qui propose des vêtements, et des accessoires choisis avec soin pour leur style et pour leur fabrication respectueuse de la main d’œuvre. QÉiKO collabore avec des designers afin de proposer des produits écoresponsables et épurés.

Sur la boutique en ligne, on peut y trouver des vêtements, des accessoires et des bijoux.
Les vêtements ont des coupes intemporelles ainsi que des couleurs sobres, facile à porter. Mais mon gros coup de cœur, c’est pour les bijoux. Je vais vous faire une confidence, d’habitude les bijoux j’aime ça, mais surtout pour les autres. Et pour cause, je possède peu et j’en porte peu, et à l’heure actuelle je ne me suis encore jamais fait percer les oreilles. J’aime les bijoux discrets, minimalistes et intemporels. Je n’ai jamais sauté le pas. Car je n’ai, jusqu’à lors, jamais eu de véritable coup de cœur, au point que je me dise, wouah ce bijou est si sublime que je le veuille sur moi! Mais, les petites boucles d’oreilles proposées par Qéiko pourraient bien me faire changer d’avis. Elles sont à la fois discrètes et élégantes, bref tout ce que j’aime.
qeiko-robe-odile
qeiko-mini-en-or
qeiko-collier-laiza
qeiko-haut-nikiya
qeiko-boucles-barres-carrees
Mon petit coup de cœur ce sont les boucles Barres carrées. Le mieux dans tout cela, c’est que les prix restent abordables.

Et vous? Que pensez-vous de ces collections élégantes?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.