3d

des-vases-imprimes-en-3d-de-fibres-vegetales

Des vases en fibres végétales imprimés en 3D

Je vous ai déjà parlé d’impression 3D, et il semblerait que l’article vous ait plu… C’est pourquoi je reviens aujourd’hui pour vous présenter ma dernière découverte! ! Il s’agit de vases imprimés en 3D à base de fibres végétales.

Des fibres végétales en impression 3D c’est possible : 

Eh oui les imprimantes 3D ce n’est pas que pour imprimer du plastique! En effet, il est aussi possible d’imprimer des matériaux de qualités tels que de la porcelaine, du bronze ou encore de l’acier!!!

Mais cette série de vases expérimente non pas à partir de matériaux classique mais à partir de filaments d’un nouveau genre. Il s’agit de filaments composites : tel que le PLA transparent, le PLA Bamboofill, et PLA Woodfill. Les filaments composites sont des matériaux fabriqués à partir d’acide polylactique, couramment appelé PLA, et de fibres de bois ou de bambou réduits en poudre en associé au mélange. La particularité de l’acide polylactique, c’est que c’est un biopolymère. Il est fabriqué à partir d’amidon de maïs. Ainsi il est composé de ressource 100 % renouvelable, à la différence du plastique, mais de plus il est biodégradable.

Ainsi le PLA Bamboofill, est composé d’environ 80 % de PLA auquel est ajouté 20 % de fibres de bambou recyclées. Et le filament Woodfill est composé de 30 % de fibres de bois et de 70 % de PLA.

Ces filaments composites sont fabriqués par la société Colorfabb

C’est une entreprise néerlandaise fondée en 2012 par un certain Ruud Rouleaux et qui s’est spécialisée dans les filaments composites.

Les filaments composites sont moins nocifs pour l’environnement, mais il confèrent aux objets une texture particulière. En effet, les filaments Woodfill et Bamboofill ne se contentent pas de simplement d’imiter le bois ou le bambou. Ils donnent l’illusion qu’il s’agit bien d’un produit conçu à partir de l’un de ces matériaux.

Les vases sont dessus sont issus de la collection Poilu. C’est édition limitée à 8 exemplaires qui comporte 3 vases imprimés en 3d.

des-vases-imprimes-en-3d-de-fibres-vegetales

Ils ont été conçus par Bold-design, un studio de design parisien. Il a été fondé en 2008 par William Boujon & Julien Benayoun.

Ce studio de design attache une grande importance à l’expérimentation et ça ce ressent pas mal dans leurs projets ! La série de vases « Poilu » explore les possibilités offerte par une imprimante 3D.
Cette forme de vase un peu étrange à sans doute émerger suite à une réflexion sur les capacités et limites de l’imprimante. Suite à ce test le studio a découvert qu’il est possible d’implanter directement un poil à mesure que l’imprimante construit une forme.

des-vases-imprimes-en-3d-de-fibres-vegetales des-vases-imprimes-en-3d-de-fibres-vegetales

Et vous qu’est-ce que ces vases expérimentaux vous inspirent ?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-34

L’impression 3d et les arts de la table :  Une collection de vaisselle imprimable en 3D

Une collection de vaisselle imprimable en 3D :

Eh oui, aujourd’hui le web facilite de la diffusion des créations, mais aussi le partage de connaissance.

Dans cette logique est née une plateforme qui permet de vendre et/ou d’acheter des fichiers pour imprimer soi-même divers objets en 3D. Cette plateforme s’appelle Cults. Elle s’est démarquée sur le web par la qualité des modèles proposés. En effet, afin de satisfaire au mieux sa clientèle Cults, sélectionne les projets plus aboutis, et plus séduisants sans pour autant mettre de coté l’aspect fonctionnel.

Chez Cults, les fichiers sont vendus à des prix très très très accessibles. Cela permet donner faciliter l’acquisition de fichiers. Cela permet de promouvoir le travail de jeunes designers talentueux, mais aussi banaliser l’impression 3D.

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-37

 

Et parmi les projets sélectionnés, il y a ceux du studio de design polonais UAU. Ils ont mis au point une collection d’art de la table entièrement imprimable (à condition évidemment de posséder soi-même une imprimante 3D ou d’emprunter celle d’un fab lab). Grâce à cette mise à disposition des fichiers 3D, toute personne qui dispose d’une imprimante 3D peut refaire chez elle sa vaisselle, ou bien une serre minimaliste GROWW, ou encore une lampe imprimable.

Cette collection nommée Table7, car elle regroupe sept objets simples, et fonctionnels.

Parmi eux il y’a un casse-noisette, des bols, une assiette pour casse-croûte, un bougeoir, une porte-cure-dents, un sucrier, une salière et une poivrière.

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-5

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-43

 

 

La collection a été imprimée dans de douces couleurs pastels. Le résultat est très harmonieux.

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-6

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-27

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-16

collection-vaisselle-impression-3D-art-table-7-objets-table-uau-project-cults-plateforme-collaborative-18

Mais qui sont ces jeunes designers ambitieux?

Le projet est mené par un studio de design multidisciplinaire basé à Varsovie, en Pologne. Il a été fondé en 2011 par Justyna Fałdzińska et Miłosz Dąbrowski. Ils sont tous deux diplômés de la faculté de design industriel de l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie. L’objectif du studio UAU c’est d’explorer et d’expérimenter l’impression 3D axée sur des objets domestiques.

Comment ça marche l’impression 3D? 

Tout d’abord il faut concevoir la pièce. Ce studio de design dessine, ou plutôt modélise à l’aide du logiciel Rhinoceros. Ensuite, ils impriment la pièce à l’aide d’une imprimante 3D. Eux la Zortrax M200 utilisent pour l’impression 3D.

D’ailleurs ces designers ont le sens du partage : ils n’hésitent pas à partager leurs secrets de fabrication. En effet, pour garantir un résultat optimal, ils donnent leurs réglages : «au niveau de l’impression 3D, tous nos modèles sont imprimés en 0.2mm de hauteur de couche, 2-3 coques et 15% de remplissage. Ces paramètres marchent très bien sur quasiment toutes nos créations. »

Verdict, on adore, en plus les prix sont vraiment dérisoires!! 

Avez-vous des bons plans d’impressions 3D à nous partager?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Quand les designers s’auto-éditent

OTHR est une marque de design d’objets 3D imprimés uniques pour la maison. Elle a été fondée par les designers Joe Doucet, Dean Di Simone et Evan Clabots.

Basé à New York, les designers d’OTHR développent des produits de qualité.

La particularité de ce studio, c’est que les designers conçoivent et produisent leurs créations. Ainsi ils contrôlent toutes les étapes de la production à la vente au détail, de leurs créations.

Le studio utilise l’impression 3D. Et ils impriment des matériaux de qualités tels que de la porcelaine, du bronze ou encore de l’acier.

Chaque produit est conçu selon trois principes. Tout d’abord, il doit être utile. En effet, chaque objet est créer dans un but précis. Ensuite, il doit être esthétique. Il faut que l’objet soit beau à regarder. Et enfin, il doit être unique. Cela passe par la conception de séries limitées. Pour faire de chaque produit un produit unique, il est numéroté et accompagné d’un certificat d’authenticité.

Pour une gestion des stocks moindre, et peu de pertes, les articles sont produits sur demande lors de l’achat. C’est pourquoi, il faut être un petit peu patient pour la livraison.

 

Découvrez mes objets 3D préférés.

L’ensemble Juicer EE

C’est un ensemble graphique de presse-agrumes. Il en existe de trois tailles différentes. Il y en a de petites tailles, pour presser des citrons, de moyenne pour les oranges et de grande taille pour les pamplemousses. Chacune de ces presses agrumes est imprimé en 3D en porcelaine blanche.

 

 

Le réceptacle sculpté

Les courbes asymétriques du réceptacle présentent les possibilités du procédé d’impression 3D. Il a été inspiré par les formes créées lorsque le yogourt est mangé avec une cuillère. Le récipient est aussi élégant que sophistiqué. Ses ondulations permettent à l’utilisateur de compartimenter facilement leurs effets favoris.

Ces récipients sont disponibles en porcelaine noire ou blanche.

Torq Casse-noix

Cet outil robuste est aussi beau que puissant. Il est réalisé en acier chromé mat noir. Il s’inspire de la fonctionnalité des outils industriels. La forme de cet objet dicte la tâche de casser les noix. (form follow fonction)

Set de couteaux et spatules

Aussi élégant qu’unique, ce set de pelle à tarte est fabriqué en bronze. Lui aussi a été imprimé en 3D. Il saura attiré l’attention de vos convives.

 

L’Ico Bottle Opener.

Ce décapsuleur au design très atypique est lui aussi imprimé en 3D. Il est réalisé en acier noir. Il prend la forme d’un polygone à 20 facettes. Ce décapsuleur est disponible en édition limitée à 100 exemplaires. Chacun dispose de son numéro gravé.

 

 

Enfin, que pensez-vous de ces objets autoproduit?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

IKEA présente des chaises en tricot 3D

Le tricot est une technique qui date du 11e siècle, mais grâce à l’innovation technologique, il s’inscrit dans la tendance de l’année 2017.

Le tissage 3D fait son entrée chez IKEA

Le fauteuil mis au point par IKEA fait partie de la collection expérimentale PS. Il a été développé par Sarah Fager. Il présente un design minimaliste, léger et compact. La chaise est disponible en deux couleurs différentes (rose ou grise). Le tricot qui la compose la rend particulièrement confortable.

 

 

La machine à tricoter 3D d’IKEA peut tricoter dans n’importe quel matériau, comme le lin, la laine, le coton ou le polyester. Le tricot 3D permet de façonner un textile à la structure exacte d’un objet. Ainsi le textile est parfaitement ajusté à la structure. Cette technique permet de ne pas avoir besoin de coudre les différents morceaux de tissu entre eux.

Cette technique permet de faire baisser les couts de fabrications. Car au-delà du prix de la machine et de son entretien, peu de coût sont à prévoir. En effet, cette technique permet de réduire des déchets de matériaux notamment ceux liés à la découpe de matériaux volumineux comme de la mousse.

En d’autres termes, le tricot 3D est une nouvelle technologie durable, qui permet de fabriquer des produits innovants et confortables.

Les machines à tricoter automatisées sont capables de transformer les dessins et fichiers numériques en formes complexes. Bref, ce qui est vraiment cool, c’est que grâce au tricot 3D, on va pouvoir imaginer des tas d’objets en tricot.

Désormais, le tricot ce ne sera plus uniquement destinée à l’industrie textile ou aux chapeaux et écharpes que vos grand-mères vous offrent à Noël. Tout est possible!!! Une table, un frigo…

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le compte Instagram de Sarah Fager, ou visitez la page IKEA.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.