Lifestyle

des-tapis-inspires-par-yann-arthus-bertrand-La Terre vue du Ciel ciudad-guatemala

Des tapis inspirés par Yann Arthus-Bertrand

C’est peut être kitsch ou peu original, mais j’adore les photos aériennes de Yann Arthus-Bertrand !

C’est grâce à lui que j’ai découvert les enjeux environnementaux, étant jeune, grâce à ces fameuses photo vues du ciel.

Lorsqu’on regarde la terre reste depuis là-haut, elle est extraordinaire!

J’étais à la fois fascinée par la beauté des ces photographies, et à la fois horrifiée en découvrant l’impact de l’activité économique de l’homme sur la planète. Ce mélange d’amour-haine que je ressentais en regardant ces photos me captivait.

En effet, au-delà de belles images photographies révèlent les réalités du monde. Ces photos aériennes reflètent la variété des milieux naturels et des expressions de la vie, mais aussi l’empreinte de l’homme sur son environnement. Par l’esthétisme de ces photographies Yann Arthus-Bertrand, parvient à attirer notre attention sur la fragilité des écosystèmes ainsi que sur les violences, parfois irréversibles, qu’ils subissent.

De plus, le moyen de la photographie, a permis à Yann Arthus-Bertrand de toucher un très grand nombre de personnes.

Les images, c’est universel! Lorsqu’une photo est réussie elle se passe à merveille de mots! C’est grâce aux messages puissants que véhiculent ces photographies qu’elles ont fait le tour du monde. C’est important que ces images voyagent, car même si certains se voilent la face, on est tous concernés. Et chacun, individuellement, nous avons un rôle à jouer pour l’avenir de la planète. Nous avons tous  le pouvoir et le devoir d’agir.

Cette chasse aux trésors à échelle planétaire qui dévoile les plus beaux endroits du globe, à attiré l’attention de Roche Bobois !

Roche Bobois a ainsi édité une collection de tapis signée Nicolas Roche. Ces tapis reprennent certains clichés du célèbre photographe Yann Arthus-Bertrand.

Les modèles « Cheval blanc d’Uffington » et « La Terre vue du Ciel » mettent en avant les dégradés de vert qui traduisent la richesse des paysages que l’on retrouve dans la nature.

des-tapis-inspires-par-yann-arthus-bertrand

des-tapis-inspires-par-yann-arthus-bertrand

Pour rester dans la lignée environnementale de l’artiste, Roche Bobois a conçu ses tapis à base de matériaux respectueux de l’environnement.

Ainsi, ils sont réalisés dans de la pure laine provenant de Nouvelle-Zélande. De plus, ils sont certifiés par la norme ISO 14 001 Environnement. Enfin, ces tapis font l’objet d’une compensation carbone. Pour chaque achat, une contrepartie est reversée à l’association GoodPlanet afin d’absorber  les rejets de CO2 générés par le transport des tapis.

 Bon la mauvaise nouvelle par contre, c’est que ces charmants tapis commercialisés par Roche Bobois ne sont pas donnés…

Alors il va falloir mettre la main au portefeuille si vous souhaitez les voir dans votre séjour !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
prendre-conge-sabbatique-rester-inspire-stefan-sagmeister-2

Prendre un congé sabbatique, pour rester inspiré !

Je suis une grande admiratrice de Stephan Sagmeister… J’admire autant son travail que sa philosophie. Mais peut-on vraiment dissocier les deux? Je ne pense pas!

Si vous connaissez son travail, mais pas son mode de fonctionnement je vous conseille vivement d’écouter sa conférence Design & HappinessCe designer touche-à-tout place la recherche du bonheur au cœur de son travail et ça se ressent! Ses œuvres sont souvent teintées d’humour et d’autodérision. Mais il semblerait que cette petite touche soit savamment cultivée et entretenue.

En effet, afin de pouvoir prendre du recul, de la distance et de pouvoir se re-inventer Stefan Sagmeister prend une année de pause tous les sept ans.

Tous les sept ans, il ferme l’agence, afin d’entreprendre des projets plus expérimentaux. Vous savez le genre de projets, que l’on traîne dans nos un coin de notre tête où sur un bout de carnet, mais qui ne voient jamais le jour, car ils sont parfois difficiles à accomplir pendant une année classique de travail.

La première fois que Stefan Sagmeister a décidé de fermer son studio, c’était en 2000. Ça à l’air beau, sur le papier mais fermer complètement son studio pendant une période aussi longue n’est pas si facile, que ça peut en avoir l’air…

Fermer son studio cela demande beaucoup de courage et de détermination :

En effet fermer son studio pendant ça peut entraîner la perte de clients fidèles mais aussi encore la perte d’opportunités majeures. Pour se résigner à fermer, il faut voir plus loin et considérer les opportunités que cela peut nous offrir. En fait c’est comme monter une société, lorsqu’on démissionne d’un emploi salarié, on perd quelques conditions comme un salaire fixe… mais on retrouve d’autres avantages. Et bien c’est similaire, pour fermer son studio il faut considérer non pas les opportunités que l’on perd, mais celles qui s’offrent à nous.

On en rêve tous, de prendre une année entière consacrée à nos projets, et bien lui le fait. Et il va même jusqu’à nous décrire à quel point, c’est un moment merveilleux et très énergique.

 

Prendre une année de congé sabbatique permet de se ressourcer et de s’inspirer :

Comme tout créatif, on a une patte un style qui nous appartient, mais parfois, les mêmes idées reviennent… Et comme elles ont bien fonctionné une première fois, il arrive que l’on adapte le concept, mais cela est lassant. Pour Stefan Sagmeister, le meilleur moyen pour éviter la lassitude c’est de sortir de sa zone de confort et de sa routine, en prenant des congés.

Cette idée du congé sabbatique lui a été inspirée par le mythique cuisinier catalan de Ferran Adrià. Son restaurant est fermé six mois par an pour permettre au chef de se livrer en toute tranquillité à ses expériences culinaires.

Je crois que cette idée du congé sabbatique devient de plus en plus nécessaire à nos vies modernes.

Nos rythmes de travail sont parfois devenus si intenses, les frontières entre vie pro et vie perso si floues, le souci de productivité si prégnant, que quelques périodes de ruptures sont les bienvenues pour retrouver un équilibre intérieur.

L’année sabbatique pour Stefan Sagmeister c’est réellement un rendez-vous!

En effet, il ne conçoit pas la vie professionnelle comme tout le monde. Pour nous, la vie est séparée en parties bien distinctes. La première partie dure environ 25 ans. Elle est consacrée à l’apprentissage. La seconde et bien plus longue, elle dure environ 40 ans, elle est consacrée au travail. Enfin la dernière, est à durée variable, mais elle dure environ 15 ans et elle consacrée à la retraite. Je ne sais pas si Stéphane Sagmeister envisage de mourir jeune, mais en tout cas il a décidé de ne pas attendre sagement comme tout le monde ces 65 ans pour prendre sa retraite. En effet, il a décidé d’intercaler ces années de retraites au milieu de ces années de travail.

Ainsi tous les 7 ans Stefan Sagmeister prend une année de sabbatique. 

Il a passé son premier congé aux États-Unis. Mais pour son second, il a choisi une destination plus exotique, qu’il connaissait moins, il est donc parti à Bali. Durant cette seconde année sabbatique, Stefan Sagmeister questionne la pratique du design graphique.

 

prendre-conge-sabbatique-rester-inspire-stefan-sagmeister-2

De ce questionnement est né un journal rassemblant aujourd’hui une vingtaine de maximes, réunies sous le titre Things I have learned in my life so far  

–  Complaining is silly. Either act or forget.
–  Thinking life will be better in the future is stupid, I have to live now.
–  Being not truthful works against me.
–  Helping other people helps me.
–  Organizing a charity group is surprisingly easy.
–  Everything I do always comes back to me.
–  Drugs feel great in the beginning and become a drag later on.
–  Over time I get used to everything and start taking it for granted.
–  Money does not make me happy.
–  Traveling alone is helpful for a new perspective on life.
–  Assuming is stifling.
–  Keeping a diary supports my personal development.
– Trying to look good limits my life.
– Worrying solves nothing.
– Material luxuries are best enjoyed in small doses.
– Having guts always works out for me.
– Whatever I want to explore professionally, it’s best to try it out for myself first.
– Thinking about ideas and content freely–with the deadline far away.
– Working without interruption on a single project.
– Using a wide variety of tools and techniques.
– Traveling to new places.
– Working on projects that matter to me.
– Having things come back from the printer done well.

 

 Soit en français : Les choses que m’a apprises la vie jusqu’à présent  

– Se plaindre est idiot. Il faut agir ou oublier.
– Penser que la vie sera mieux dans le futur est stupide, il faut vivre maintenant.
– Ne pas être sincère ça se retourne contre moi.
– Aider les autres m’aide moi-même.
– Créer une organisation caritative est étonnamment facile.
– Tout ce que je fais provoque toujours un retour.
– Les drogues sont toujours géniales au début et deviennent des putes par la suite.
– Avec le temps, je m’habitue à toutes choses et commence à les tenir pour acquis.
– Ce n’est pas l’argent qui me rendra heureux.
– Voyager seul est bénéfique pour s’ouvrir de nouvelles perspectives de vie.
– Supposer est étouffant.
– Tenir un journal de bord soutient mon développement personnel.
– Essayer de bien paraître limite ma vie.
– S’inquiéter ne résout rien.
– Le luxe s’apprécie mieux à petites doses.
– Avoir des couilles travaille toujours pour moi.
– Quoi que je veuille explorer professionnellement, il est mieux de l’essayer pour moi même d’abord.
– Penser les idées et le contenu librement, avec des délais lointains.
– Travailler sans interruption sur un seul projet.
– Utiliser une large variété d’outils et de techniques.
– Voyager dans de nouveaux endroits.
– Travailler sur des projets qui comptent pour moi.
– Avoir des choses qui reviennent bien faîtes de chez l’imprimeur.

 

Stefan Sagmeister prouve que ce moment privilégié permet de developper de nouvelles idées ainsi que de revenir plus motivé. Alors que les trous au sein des CV font toujours tâche, Stéphane lui y voit une belle illustration. Pour lui c’est un moyen idéal, pour enrichir sa vision des choses du monde.

Parmi les beaux exemples de break il y a aussi celui de la blogueuse et entrepreneuse Josée-Anne Sarazin-Côté. Elle est partie au Nicaragua, pour surfer et pour prendre des vacances. Finalement au cours de ce voyage elle a rencontré un amoureux et s’est révélé professionnellement.

Certains d’entre vous ont déjà pris des breaks ? Quelles sont vos expériences ?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Une planche de SURF 100 % écologique

On vous a déjà vanté les pouvoirs du mycélium pour faire des emballages, mais aussi pour faire du mobilier. Désormais ce  matériau innovant conquit le monde du surf !!!

Les surfeurs sont généralement des amoureux de l’océan et de ce fait la plupart sont particulièrement sensibles à l’environnement :

En dépit de cela, leur matériel n’est pas vraiment écolo. En effet, leurs planches, wax, et combinaisons sont fabriqués dans des matérieux qui ne sont pas toujours écologiquement exemplaires. Par exemple, les planches de surf sont généralement composées d’un pain de mousse coulé dans de la résine sur laquelle on applique de la fibre de verre. Ces matériaux sont toxiques et non pas recyclables.

 

Alors, comment inverser la tendance et parvenir à proposer une planche de surf 100 % écolo?

 

La société américaine Ecovative Design Society a proposé un moyen de remplacer les plastiques habituellement utilisés pour fabriquer une planche de surf (comme la styromousse ou le polystyrène) avec un matériau naturel comme du mycélium associé à des résidus alimentaires.

Le projet s’appelle Mycofoam, et vise à produire des planches de surf 100 % écologiques.

L’idée a été imaginée par Daniel Del Toro et David Purser. Ces deux hommes sont très engagés dans le développement durable. Le but de ce projet c’est de remplacer la mousse polyuréthane par du mycélium.

Cette idée est particulièrement ingénieuse!

Le mycélium fonctionne de la même façon que le polyuréthanne expansé, il s’empare et envahit de l’espace dans lequel on le place.

Alors de ce nouveau processus qui nécessite une culture de déchets agricoles, et du mycélium (la partie végétative des champignons) .

Pour la fabrication, c’est un processus très simple. Tout ce dont vous avez besoin est de mettre ces deux éléments dans un moule et de le laisser reposer pendant 10 jours. Au cours de cette période, le mycélium croît et prend la forme du moule.
Ensuite, une fois démoulée la planche sèche quelques jours, puis ensuite elle est enduite de résine Entropie afin de la rendre étanche.

ecovative-design-planche-de-surf-100-ecologique

Afin de rendre ce prototype commercialisable Ecovative Design est actuellement en train de collecter des fonds afin qu’ils puissent commencer à produire à plus grande échelle.

Je me demande cependant si cette planche est aussi légère que celles « habituelles »… Aussi je me demande qu’elle sera sa durée de vie ..?! Car les planches de surf se retrouvent parfois ensevelies par des tonnes d’eau. De plus, l’eau salée c’est tout de même assez agressif.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine0

Octobre Éditions, Sézane au masculin

Ici sur le blog, on parle de mode féminine mais pas que ! Car que ce soit pour offrir un cadeau à son mec à son frère ou à son père ce n’est pas toujours évident de trouver la boutique parfaite. Heureusement Morgane Sézalory & Corentin Petit les fondateurs de Sézanne ont annoncé, il y a quelque temps déjà, le lancement d’une nouvelle boutique masculine appelée Octobre Éditions.


Sézane se lance dans la mode masculine avec Octobre Éditions 

La mission d’Octobre Éditions, est semblable à celle de Sézane, proposer à la vente des pièces indispensables à avoir dans sa garde-robe.

Octobre Éditions, une marque qui s’adresse aux hommes !

La seule différence avec Sézane c’est que cette fois on s’adresse à la garde-robe uniquement masculine.

Ainsi on retrouve des pièces intemporelles, aux coupes simple mais de qualité. Le tout, crée dans de superbes matières.

Octobre Éditions a été créé pour répondre aux attentes de la gent masculine. Ainsi, Octobre Éditions propose tous les essentiels à avoir dans sa garde-robe! Les pièces sont réalisées avec des finitions précises, et des coupes étudiées.

 


octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine3 octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine3 octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine3 octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine3 octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine3 octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine3 octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine2 octobre-editions-sezane-mode-homme-masculine1
Dans la collection retrouve des mailles chaleureuses, des chemises en flanelle, ou encore des jeans en toile japonaise. Il y  aussi de beaux manteaux en peau retournée. Et bien sur, des accessoires, et des chaussures. On retrouve des modèles classiques comme des bottines et des derbies en cuir Suède.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
stop-la-procrastination-sur-facebook-avec-socialfixer

Stop la procrastination sur Facebook avec SocialFixer

Il y’a quelques jours j’ai écris un article sur comment déconnecter des réseaux sociaux de façon à opérer à une petite digitale détox estivale. Afin d’optimiser l’utilisation que l’on fait de Facebook, je viens de découvrir un plug-in super pratique. Il permet de faire du ménage dans votre fil d’actualité Facebook.

Si jamais vous voulez augmenter votre productivité, ou du moins cesser de procrastiner c’est l’outil idéal! 

Ce petit bijou s’appelle SocialFixer, il te permet tout simplement de paramétrer ce que tu souhaites voir ou pas. Car il faut se le dire, au fil des années, l’interface de Facebook s’est détériorée. Désormais nos fils d’actualité sont sans cesse pollués par de la publicité « sponsorisée ». En effet, depuis plus de 2 ans, Facebook optimise sa plateforme de façon à générer un maximum de trafic afin de répondre aux exigences des annonceurs, sans forcément penser au confort des utilisateurs.

Heureusement des développeurs ingénieux ont la parade à tout et même au mastodonte Facebook!

En effet, SocialFixer permet de remédier au fil d’actualité suggéré automatiquement par Facebook.

SocialFixer a été élaboré afin de rendre ton expérience sur Facebook encore plus intéressante et plus pertinente. Car Facebook choisit par défaut ce que vous devez voir dans votre fil d’actualité. Ainsi moi, personnellement je suis fatiguée de voir sans cesse le même genre de contenu, et non les publications de mes amis.

Social fixer tu peux tout gérer. Tu peux choisir librement de filtrer le flux d’actualités en choisissant d’afficher uniquement les publications qui t’intéressent selon tes propres critères, et non selon ceux que l’algorithme a choisis pour toi. Des filtres te permettent de gérer ton flux, mais aussi de gérer plus spécifiquement le genre de notification que tu reçois. Par exemple sur les photos de groupe où lorsqu’on prend pars à une discussion ensuite Facebook nous envoie toujours tout plein de notifications ennuyeuses pour nous dire que quelqu’un a aimé notre commentaire….

stop-la-procrastination-sur-facebook-avec-socialfixer-

De plus, depuis que l’algorithme privilégie ce qu’il y a des plus populaires, à ce qu’il y a de plus récent on se retrouve à être contraint de scroller la même chose plusieurs fois. Alors pour éviter de gâché ton temps à faire défiler ce qui ne te plaît pas installe social fixer. Ça te permettra de masquer automatiquement les publications que tu as déjà lues.

Avec social fixer les possibilités de choix sont immense! La liste complète est disponible sur le site officiel de l’extension.

Alors, allez-y c’est gratuit, et le plug-in est dispo sur de nombreux navigateurs, tels que Chrome, Firefox, Safari, Opera 11…

(Je crois que je suis rendue une vrai geek pour écrire des articles de même!)

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
5-conseils-desencombrer-maison-vie-minimalisme

5 conseils pour désencombrer sa maison et sa vie

Ranger aide à y voir plus clair. Y voir plus clair, pas seulement dans nos placards, mais aussi dans nos vies!

C’est pourquoi garder son intérieur en ordre est particulièrement important.

Cela aide à retrouver l’harmonie et le bien-être chez soi, mais aussi en soi… Et s’il suffisait de mettre de l’ordre dans son intérieur pour que sa vie commence à changer pour le mieux?

Notre habitation est le reflet de notre vie. Si je mène un train de vie stressé, avec un horaire surchargé où je cours partout, ça va se ressentir dans mon intérieur.

C’est pourquoi il faut parvenir à se débarrasser de tout ce qui nous encombre. C’est une manière de s’occuper de soi et de retrouver plus d’énergie. Dominique Loreau nous le rappelle dans son livre l’art de la simplicité : « vivre en permanence avec beaucoup d’objets qui ne nous plaisent pas vraiment, nous rend apathiques et tristes. Ils nous envoient même des ondes négatives qui affectent notre bien-être. »

 

1/Afin de parvenir à retrouver votre sérénité, procédez d’abord à un état des lieux : 

Pour se faire, commencez par prendre le temps d’observer votre habitat, mais avec des yeux neufs. C’est-à-dire, regardez vos placards, et vos bibelots en vous demandant pour chaque objet, qu’est-ce que cela signifie pour moi?

Faire ce petit exercice, permet de mesurer son attachement aux objets, mais cela permet aussi de comprendre comment tous ces objets ont atterri ici. Cela permet aussi d’en venir à la question essentielle, de quoi avons-nous besoin réellement pour nous sentir bien?

On a souvent tendance à accumuler des choses, mais cela ne nous rend pas forcément heureux. On accumule des objets pour répondre à un besoin de sécurité, mais cela témoigne aussi d’une certaine forme d’anxiété.

Plusieurs types d’accumulateurs qui se distinguent. Parmi lesquels on retrouve :

  • Les « accumulateurs affectifs » : ceux sont ceux qui garde par nostalgie. Ils sont attachés aux objets pour les souvenirs que les objets leur rappellent.
  • Les accumulateurs inquiets ce sont ceux qui amassent « au cas où ».
  • Et plus rarement on trouve les « accumulateurs altruistes » ceux qui stockent pour autrui, car oui après tout ça pourrait bien servir à quelqu’un.
  • Enfin, il y a ceux qui gardent et qui accumulent par souci d’économie. Ils ont payé certains objets cher et par conséquent ils ne veulent pas s’en débarrasser.

Enfin, pour parvenir à désencombrer sa vie, il faut prendre conscience des causes des désordres. Est-ce par peur du vide? Par culpabilité de jeter un cadeau dont on ne s’est jamais servis…?

2/ Se donner des objectifs pour réussir à désencombrer votre intérieur: 

Pour parvenir à désencombrer sa maison, le mieux parfois c’est de se donner les objectifs.

Ainsi, vous pouvez « jouer » au calendrier inversé. C’est comme un calendrier de l’avent sauf que chaque jour, on se débarrasse d’un objet. On peut le faire à la période de Noël, mais n’importe quand dans l’année convient aussi. Le principe est simple, il s’agit de jeter ou de placer dans une boite pour les donner ensuite, un objet par jour. Vous pouvez également faire le pari de ne porter que 33 vêtements et accessoires pendant trois mois sur le principe des « garde-robes capsules ».

Se donner un défi d’un mois est un bon challenge.

Car 30 jours, c’est tout juste le temps qu’il faut pour qu’un pari ou un défi deviennent une habitude. Un mois, c’est un peu près le temps qu’il faut pour intégrer quelque chose de nouveau dans sa routine. Une fois le mois écoulé, vous réaliserez que la plupart des objets ne vous manquent pas du tout. Les défis que vous entreprendrez vous permettront de réaliser à quel point votre intérieur est encombré. Une fois que vous avez pris conscience de cela, vous pourrez définir un plan d’action.

5-conseils-desencombrer-maison-vie-minimalisme

© Justin Tran

3/ Un plan d’action efficace :

Si Marie Kondo conseille dans son best-seller de ranger tout en une seule fois, cela peut être un petit peu radical et trop ambitieux.

Ainsi, moi je vous conseillerais plutôt d’y aller petit à petit, à votre rythme.

Pour moi c’est la meilleure façon de ne pas se décourager devant l’ampleur de la tâche. Le seul but c’est de parvenir à l’objectif final. J’aime me fixer des objectifs intermédiaires, cela me permet de mesurer mes progrès et mon avancement.

4/ Ensuite, il faut parvenir à identifier ce dont on n’a pas besoin :

Nos intérieurs sont remplis d’objets, mais, s’en sert-on vraiment?

Le beau, et nos déco sur les murs, sont-elles indispensables?

Pour identifier ce dont on n’a besoin, il faut se questionner pour chaque objet est-ce un indispensable? Si c’est un objet utile, il faut se demander de combien on en a besoin. Par exemple des poêles combien nous en faut-il vraiment? Pareil pour les paires de chaussures!

Afin d’effectuer ce tri radical, Marie Kondo conseille de garder uniquement ce qui nous procure de la joie.

Car personne ne peut nous dire où vous avez besoin de x choses. Car la notion du superflu variable. C’est pourquoi pour faire le tri, mieux vaut se fier à ce que l’on ressent.

De même, parfois on garde des choses comme un jeans trop serré et on se dit qu’un jour on rentrera dedans à nouveau. Mais tous les matins lorsqu’on le voit inconsciemment ça nous rappelle les kilos qu’on a pris ces dernières années.

5/ Enfin parvenir à se débarrasser des objets :

Personnellement, une des façons qui me plaît le plus, c’est d’en faire don à quelqu’un. J’aime mieux me débarrasser de mes affaires en faisant un don. À Montréal par exemple il y a un groupe Facebook qui s’appelle « As-tu ça toi? » C’est un groupe uniquement destiné aux dons. Sur le groupe il y a des personnes dans le besoin et des personnes qui ont besoin de donner des choses. Ainsi un bel échange se crée entre les différents membres.

Éviter la poubelle, si possible :

Parfois, les dons que l’on ne trouve pas superbes sont capables de faire extrêmement plaisir à quelqu’un dans le besoin.

Par exemple, un jour à Montréal j’ai donné de la vaisselle et les couverts tout dépareillés. En écrivant l’annonce, je trouvais ça moyen d’offrir mes vieilles assiettes rayées dépareillées… Pourtant il y a quelqu’un qui est venu les chercher. Il souriait immensément, cela lui faisait grandement plaisir.

Alors autant que c’est possible, évitez de jeter, ce que vous pensez être bon uniquement pour la poubelle.

Laissez une chance aux objets et peut-être que vous ferez des heureux!

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
huile-prodigieuse-de-nuxe-icone

L’huile prodigieuse de Nuxe une icône :

L’Huile prodigieuse est sans doute le premier produit que j’ai testé chez Nuxe, et il s’agit d’un produit que j’apprécie grandement. Et pour cause, je l’utilise depuis des années ! Je m’en sert parfois l’hiver, mais plus généralement quand vient l’été. C’est toujours immense un plaisir de la ressortir quant vient l’été.

Elle est rapidement devenue un incontournable pour moi, et peut être aussi pour certaines d’entre vous sans doute…

D’ailleurs savez vous que cette huile prodigieuse existe depuis près de 25 ans ?

En effet, cette huile miraculeuse a été crée en 1990. Et depuis sa création ce sont plus de 30 000 petits flacons rectangulaires qui ont été vendus !!! Mais ce succès fulgurant ne provient pas d’un hasard chanceux.

Retour sur l’histoire inédite de cette huile merveilleuse :

En 1990, Aliza Jabès, la présidente de la marque NUXE, est alors jeune maman. En tant que jeune femme active elle se met alors à rêver d’un produit universel.

C’est alors que lui vient l’idée de créer une huile à usages multiples. C’est ainsi que l’huile prodigieuse a  donc vu le jour !

 

huile-prodigieuse-de-nuxe-icone

L’huile prodigieuse a une formule composée de produits d’origine naturelle à 99 % : 

En effet, elle est composée de six huiles végétales comme le macadamia, la noisette la bourrache, l’amande douce, la Camillia, et le millepertuis.

L’association de ses multiples huiles font de ce mélange un cocktail magique. Cette combinaison d’huiles a pour but  de nourrir, d’hydrater et d’adoucir.

 

huile-prodigieuse-de-nuxe-icone

Grâce à cette formule est généreuse cette huile s’affiche comme un soin incontournable :

Et dès sa sortie cette nuit que l’on peut appliquer aussi bien sur le corps que le visage ou dans les cheveux, car après tout le but est le même il s’agit à chaque fois de nourrir de réparer et d’embellir.

On peut l’appliquer sur le visage directement ou alors ajouter lui il a d’une de ses crèmes. Elle aura alors pour fonction d’hydrater la peau. Mais moi j’aime beaucoup l’appliquer dans mes cheveux pour les nourrir. Je vaporisateur alors quelques pschitts dans ma main puis je viens les appliquer sur les pointes de mes cheveux. Cela déshydrate et leur donne un petit effet Way vie. Je ne sers particulièrement l’été lors ce que mes cheveux sont exposés à la chaleur est à diverses agressions comme la piscine ou la mère. Mais parfois quand vient Livert j’ai souvent les jambes particulièrement sèches alors.

S’il y a bien une fragrance pour moi exhale la détente et les vacances, c’est celle de l’Huile prodigieuse.

Sa formule est composée d’un savoureux mélange de fleurs d’oranger, de rose, de muguet, mais aussi de vanille et d’ambre. La fragrance de cette huile était si populaire que l’enseigne l’a même déclinée en parfum.

 

huile-prodigieuse-de-nuxe-icone

 

Et vous, connaissez-vous cette huile ?
Est-ce que c’est un produit que vous appréciez ?

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
digital-detox-se-desintoxiquer-reseaux-sociaux

Comment se désintoxiquer des réseaux sociaux? 

4 précieux conseils pour se désintoxiquer des réseaux sociaux :

Le premier conseil c’est de sortir du virtuel pour préférer rencontrer les gens en personne.

Pour se faire, privilégiez les activités et des rencontres en compagnie d’amis, en dehors de la vie virtuelle. Bref, entretenez le contact avec les personnes qui vous aiment et qui croient réellement en vous. Parmi vos 500 amis Facebook ou vos 500 000 abonnés, il y en a seulement une dizaine qui vous aime et qui croit réellement en vous.

C’est pourquoi, mettez votre téléphone de coté et concentrez-vous sur les relations qui sont réellement importantes pour vous. Vos abonnés ne doivent jamais être un moteur de vos décisions ou de vos actions.

Le second conseil c’est de reprogrammer votre esprit en faisant de l’exercice du yoga ou de la méditation.

Les activités de plein air font un bien fou!  Une bonne dose d’air frais, et le quota de bonne humeur sont à son comble.

Ainsi, essayez de trouver une activité plein air qui vous plaît. Tout est possible! vous pouvez aller courir dans un parc, ou même d’aller ramasser des champignons ou je ne sais quoi en forêt, ou simplement allez vous promener dans la ville… ça fait toujours du bien d’aller prendre une petite marche!
Si aucune des activités citées plus haut ne vous tente, pourquoi ne pas pensez à adopter un chien! Il sera là pour vous rappelez qu’il est temps de prendre un peu l’air!

Enfin troisième conseil : débranchez.

Prendre une pause et réseau sociaux permet de vous concentrer à d’autres activités sans doute plus concrètes et plus instructives. Bref, faites une cure! Pour soigner votre dépendance, le mieux et le plus efficace c’est sans doute tout simplement de désinstaller vos applications de votre smartphone pour quelque temps.
Pour une déconnexion plus douce et à plus long terme, vous pouvez également désactiver de votre téléphone, vos notifications sur l’écran de veille.Également si vous êtes beaucoup sur l’ordinateur, pensez à supprimer les raccourcis de vos écrans d’accueil dans votre navigateur. Ces petits gestes vous aideront à déconnecter.

Le dernier conseil serait de vous fixer des limites.

Aussi bête que cela puisse être, souvent on ne se rend pas compte de tout le temps que l’on gâche entre guillemets sur les réseaux. C’est pourquoi fixez-vous une minuterie. Cela vous permettra de vous rendre compte du temps que vous passez sur les réseaux mais aussi, cela vous permettra d’optimiser votre visite!

Et vous, quelles sont vos astuces pour déconnecter?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
flasque-de-whisky-Macallan-x-Urwerk-indestructible-3

Une Flasque de Whisky indestructible

De la même façon que l’on ne boit pas du champagne dans des Goblets en plastique, on ne devrait pas conserver du whisky dans une banale flasque en métal. La célèbre distillerie de whisky Écossaise Macallan rêvait de créer une flasque à son image. Pour ce faire elle s’est associé avec la manufacture horlogère suisse Urwerk. Ensemble elles ont conçu une flasque à la fois architecturale, mécanique, somptueuse et singulière.

Ainsi et le luxe est devenu réalité !

 

flasque-de-whisky-Macallan-x-Urwerk-indestructible-5

flasque-de-whisky-Macallan-x-Urwerk-indestructible-0
La flasque est composé de plus 150 pièces. C’est un véritable petit bijou d’ingénierie. Elle reflète la parfaite maîtrise et l’ingénierie révolutionnaire de Urwerk, alliée à la qualité et l’exigence de Macallan.

Ses flaques de Whisky indestructibles ont été fabriquées à partir de matériaux de qualité tels que l’aluminium, le titane et l’acier inoxydable :

La flasque créée est une véritable œuvre d’ingénierie. Elle a nécessité près de deux ans de développement, et près de 617 heures d’ingénieries afin d’assembler les 156 composants de ce flasque remarquable et unique.

flasque-de-whisky-Macallan-x-Urwerk-indestructible-3 flasque-de-whisky-Macallan-x-Urwerk-indestructible-4

Ainsi, elle possède deux réservoirs en titane qui peuvent accueillir 100 ml de whisky millésime.
Tout a été soigneusement pensé! De cette façon, sur les côtés de la flasque, deux petites ailettes ont été ajoutées. Elles se déplient de façon à stabiliser l’objet. Ainsi, la flasque peut être posée à la verticale, guise de décoration, par exemple.

Bien qu’indestructible la flasque a été recouverte d’un très élégant motif quadrillé antidérapant. De ce fait, elle ne risque pas de vous échapper des mains.

Cette édition ultra spéciale sera le une édition limitée à 500 exemplaires.

flasque-de-whisky-Macallan-x-Urwerk-indestructible-1
Autant vous dire que si vous êtes intéressés il va falloir faire vite !

 

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.
avocat-delicieux-desastre-environnemental

L’avocat, un délicieux désastre environnemental 

L’avocat a été introduit en Europe au XVIIe siècle. À l’origine, l’avocat est un fruit qui provient des forêts tropicales du Mexique. Autrefois il était perçu comme un produit de luxe, car il venait de loin. Désormais c’est un produit de consommation courante. Ce retour en force a été plébiscité par des études vantant ses vertus. Certaines vont même jusqu’à affirmer qu’il serait bon d’en manger 1 par jour! Ainsi, les magazines féminins ont rapidement relayés les vertus et bienfaits des avocats en proposant toutes sortes de recettes aux amateurs de cuisine.

De ce fait, en seulement quelques années, l’avocat est devenu le fruit le plus prisé des foodistas.

De plus, l’avocat est un fruit souvent plébiscité par les végétariens, les végétaliens. En effet, l’avocat apporte une source de gras alternative aux ingrédients issus de l’élevage, comme le beurre et les œufs. Ainsi il est souvent utilisé comme moyen de remplacer le beurre dans le dessert.

Si l’avocat a rapidement trouvé sa place au sein des pages de magazines, là où la tendance a pris son envol c’est sans doute sur les réseaux sociaux!

L’avocat est la vedette des réseaux sociaux :

Du simple guacamole, en passant par le brunch hipster ou par poke bowl veggie, l’avocat est la vedette des photos culinaires Instagram et Pinterest. La dernière tendance en matière d’avocat est la rose avocat. En effet, le hashtag # avocadorose a été publié plus de 13 000 fois.

 

avocat-delicieux-desastre-environnemental-instagram-avocadorose

Photo instagram de @lauriemahe


Cette avocat-mania a fait augmenter la consommation des ménages :

En effet, avec 1,5 kg par personne et par an, les Français n’en sont même devenus les plus gros consommateurs en Europe! Mais ce ne sont pas les seuls à raffoler d’avocats. Car la demande mondiale a doublé en 10 ans. Cela a provoqué une véritable flambée des prix. Désormais les producteurs d’avocats appellent leurs cultures l’or vert. Car une fois n’est pas coutume, lorsque la demande augmente, le prix augmente aussi en conséquence. Ainsi en 15 ans, le prix moyen d’un avocat a été multiplié par 30! … De quoi ravir les producteurs!

Jusqu’ici tout va bien, mais face à cette tendance qui ne cesse de s’accroitre, on se met à cultiver des avocats « un peu n’importe où ».

En effet, normalement l’avocatier pousse dans les forêts tropicales humides. Mais comme la demande ne cesse de croitre, et que les prix de vente ne cessent de grimper, les producteurs y voient une source de revenus. Alors désormais les avocats que l’ont retrouvent dans nos supermarchés proviennent, du Pérou, du Chili, mais aussi de Californie, d’Israël, d’Espagne, et d’Afrique du Sud.

Mais cultiver des avocatiers dans des zones qui ne leur sont pas destinées à un cout écologique très élevé.

Car l’avocat est un fruit dont la culture demande énormément d’eau. Et lorsque les exploitations ne se situent pas dans des zones tropicales fertiles (le milieu originel de l’avocat), mais dans les vallées semi-arides ou arides comme au Chili ou encore du Pérou. Cela a des conséquences désastreuses pour l’environnement. Car la culture des avocatiers requiert encore plus d’eau, puisqu’elle s’évapore plus vite dans les zones arides. Ainsi, dans ces régions les avocatiers sont alors irrigués aux gouttes à goutte quotidiennement.

L’avocat, un fruit très gourmand en eau :

L’avocat est un fruit qui est extrêmement demandant en eau. En effet, sa croissance requiert environ 1000 litres d’eau pour faire pousser un kilo d’avocats. Alors que pour faire pousser un poids équivalent de tomates il faut uniquement 180 litres d’eau et seulement 130 pour un kilo de salade.

Cette importante consommation d’eau est une véritable aberration surtout que la culture des avocats s’effectue souvent dans des zones arides ou semi-arides, comme c’est le cas dans au Pérou, ou Chili ou encore en Afrique du Sud. Ainsi on fait pousser des avocats, dans des zones géographiques où l’eau est déjà extrêmement rare. Ce sont parfois des zones qui sont déjà touchées par la raréfaction des ressources hybrides, ainsi des villages sont parfois privés d’eau afin de que les producteurs ne perdent pas leurs récoltes.

De plus, pour répondre à la consommation croissante, les exploitants entendent leurs plantations. Le filon de la culture de l’avocat est tellement rentable pour les exploitants que certains n’hésitent pas étendre leurs parcelles.

Une déforestation nocive pour l’équilibre écologique

Mais pour y parvenir, les agriculteurs mexicains emploient parfois les grands moyens … En effet, au Mexique des forêts de pins ont été détruite dans l’objectif d’augmenter et d’amplifier la superficie de culture d’avocats. En effet, le directeur de l’Institut national de recherches forestières, Victor Manuel Coria a déclaré que « les agriculteurs plantent clandestinement des avocatiers au milieu des pins ». Cette déforestation illégale a des conséquences irrémédiables sur l’environnement. En effet, la déforestation provoque des rejets importants de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère. La  déforestation est un facteur qui non seulement favorise, mais aggrave les effets du changement climatique, car au lieu d’absorber les émissions de gaz à effet de serre, elle en produit.

De plus, la déforestation a aussi des conséquences néfastes, pour la faune (comme les coyotes, les pumas, les oiseaux rares et les nombreux papillons ) qui vivent dans les forets.

Un problème écologique, mais pas uniquement, son impact relève aussi du domaine économique et social.

L’avocat, une catastrophe sociale :

Effectivement sa culture devenue très profitable. Le prix de vente des avocats, est tel, qu’au Mexique, il est désormais devenu plus cher que certains métaux. Ainsi,  le fruit suscite la convoitise de la mafia. Cette dernière souhaite contrôler tout les trafics lucratifs. Ainsi à Tancitaro, a connu en 2013 une « guerre de l’or vert » entre producteurs et narcotrafiquants.

Mais ce n’est pas tout la culture d’avocat, ce n’est pas si green que ça en à l’air…

L’avocat : une catastrophe sanitaire

Les plants naissent dans le noir, dans une  pépinière. L’obscurité permet de donner l’illusion à la plante qu’elle se développe sous terre. Ensuite, ils sont placés dans une pièce à la lumière verte tamisée. Ainsi le changement s’effectue en douceur. Puis, les avocats sont enduits d’hormones, afin que les plants deviennent grand et fort.

Enfin, comme si l’énergie grise nécessaire pour produire un avocat n’était pas suffisamment aberrante, l’acheminement des avocats vers les points de vente est également très peu écologique.

Un transport est particulièrement énergivore :

L’avocat est un fruit très capricieux. Ainsi afin qu’ils ne murissent pas trop rapidement, l’habitacle du transport est réfrigéré. En effet, durant toute la durée du voyage, les conteneurs sont climatisés à 6 °C. Le taux d’humidité, et la concentration de CO2 sont aussi contrôlés de façon très précise… Mais ce n’est pas tout, une fois, arrivés à destination, les avocats sont alors et placés dans des « mûrisseries ». La mûrisserie est un lieu dont la température va être contrôlée afin de faire murir l’avocat. En général, d’après ce que j’ai pu lire, ils sont maintenus dans un endroit à 25 °C dans pour but de les faire mûrir.

Face à ce phénoménal bilan écologique, en tant que consommatrice, je limite ma consommation, et je vous invite à en faire de même !
Car manger des avocats quotidiennement est une véritable aberration écologique.

Et même si vous achetez des avocats biologiques cela reste tout de même une absurdité environnementale !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.