Participer à la fashion revolution en publiant un haulternative 

Les vidéos « HAUL » (en anglais « butin ») sont des vidéos très populaires sur YouTube.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le concept, un « haul »  est une vidéo qui présente les fruits d’une session de shopping. Ces vidéos sont généralement uploadées sur YouTube ou partagées sur Instagram Stories. Elles sont largement utilisées par les blogueurs/blogueuses pour partager leurs coup de cœur à leurs followers et communauté.

Le but de cette vidéo est donc de donner ses impressions sur les produits achetés.

Aujourd’hui les vidéos haul sont très populaire.

Les abonnées semblent adorer ce type de contenu. En effet, les vidéos de haul dépassent fréquemment les millions de vues sur les chaînes des youtubeurs et youtubeuses les plus influent.e.s.

Mais ce type de contenu est parfois commandité par des enseignes.

En effet, les hauls sont un format qui permet aux youtubeurs et youtubeuses d’offrir  des promotions spéciales à leurs fans et ainsi de faire la promotion d’une marque de manière organique et naturelle.
Pour les entreprises qui fournissent des réductions ou encore des produits aux Youtubeurs pour les hauls, il s’agit d’une opération marketing efficace et à faible coût.
En effet, en échange de quelques vêtements ou autres items gratuits, les youtubeurs font la promotion d’une marque à des milliers et parfois des millions d’abonnés.
Pour les marques ce type de contenu publicitaire est très pertinent. Car les youtubeurs et youtubeuses disposent de larges communautés d’abonnés qui les suivent de façon assidue. Ainsi de par leur audience, et de l’influence qui en découlent ils disposent d’un large  pouvoir de prescription auprès de leurs fidèles abonnés.

Cependant ce phénomène de popularité qui entoure le « hauling » a d’importantes répercussions.

En effet, la popularité de ces vidéos peut créer une dépendance au shopping.

La bloggueuse April Lane Benson a mis en avant le côté plutôt obscur de ce phénomène. Elle déclare “certaines blogueuses sont en train de devenir accros à ces vidéos (et abusent du shopping) ». Le phénomène est si populaire, que certaines se ruinent pour produire ce type de contenu.

Mais le coût environnemental de ces vidéos est également très important.

En effet, des nombreuses youtubeuses testent pour leurs communautés différents sites de vente en ligne chinois à bas prix pour en faire une revue à leurs abonnés. La conclusion tirée par les youtubeuses est souvent sans équivoque; la moitié des pièces ne conviennent pas et le coût de renvoi des pièces n’est pas défrayé. Mais ce bilan mitigé ne suffit pas pour ne pas encourager les abonnés à ne pas tester à leur tour. Ainsi de nombreuses pièces de vêtements se retrouvent au placard ou au dépôt de vêtements sans même avoir été portées une seule fois.

Pour contribuer à la fashion revolution week, il est possible de publier un  un haul-ternative ou des Frip-Haul.


Vous n’avez pas besoin d’acheter des habits neufs pour pouvoir faire un haul.

En effet, au lieu de faire un fashion haul traditionnel qui consiste à faire du shopping et publier une vidéo montrant vos achats, essayez un #haulternative; un moyen de renouveler votre garde-robe sans acheter de nouveaux vêtements.

Rejoignez les youtubeuses, comme Mila Taillefer, Chloée DB, ou Hecerosa, et partagez à vos tour vos meilleures trouvailles. D’ailleurs pour faire ce type de vidéos, il n’est pas nécessaire d’aller magasiner. Vous pouvez tout simplement filmer vos trouvailles faites en friperie, ou lors d’un événement swap (troc).

Pour t’aider si tu souhaites de lancer, voici 6 étapes faciles pour faire un  haulternative suggérées par le collectif Fashion Revolution !

  1. Présentez brièvement Fashion Revolution au début de votre vidéo.

  2. Mentionnez une ou deux informations concernant l’impact de la mode sur les gens et la planète.

  3. Expliquez ce qu’est un #haulternative et pourquoi vous en faites un.

  4. Montrez votre haulternative. Amusez-vous !

  5. Publiez votre vidéo sur Youtube pendant la Fashion Revolution Week.

    Mentionnez bien ‘haulternative’ dans le titre. Ajoutez le site internet de Fashion Revolution dans la description : www.fashionrevolution.org

  6. Faites savoir à vos spectateurs qu’ils peuvent rejoindre le mouvement et faire partie de la solution. Proposez leur d’essayez à leur tour de faire leur propre #haulternative.

    Utilisez tous vos réseaux sociaux (ex. : Instagram, Facebook, Twitter) pour parler du mouvement #haulternative afin de donner de la visibilité à ce hashtag.

    youtube-participer-a-la-fashion-revolution-en-publiant-un-haulternative-exemple-de-script

    Alors cap ou pas cap de filmer un haulternative et de le publier sur YouTube?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

la-fashion-revolution-cest-quoi-f --une-initiative-pour-une-mode-plus-responsable

La fashion revolution c’est quoi? 

Le mouvement Fashion Revolution s’est développé dans un contexte particulier.

Le 24 avril 2013, l’usine de production de textiles Rana Plaza située au Bangladesh s’effondre. Cette catastrophe a provoqué la mort de 1,129 travailleurs. Le bâtiment en question abritait des ateliers de confection de vêtements de nombreuses marques de mode internationales, que nous connaissons tous et toutes. Le désastre aurait pu être évité si les consignes d’évacuation ayant été données n’avaient pas été ignorées par les responsables des ateliers, pris dans la frénésie de la production à outrance.

Cet évènement tragique a révélé les conditions de travail des entreprises de fabrication de vêtements.

À la suite de cet évènement déplorable,  Carry Somers et Orsola de Castro ont créé  le collectif FASHION REVOLUTION afin d’inciter chacun à consommer la mode autrement.

Carry Somers et Orsola de Castro-la-fashion-revolution-cest-quoi

Le collectif FASHION REVOLUTION a pour but d’interroger sur ceux qui la fabriquent et à réfléchir aux atteintes portées à l’homme et à l’environnement tout au long de ce processus complexe, impliquant de nombreuses opérations de par le monde.

Ainsi, chaque année le collectif Fashion Revolution commémore ce drame chaque année de façon à ce que cette catastrophe ne s’oublie pas et ne se reproduise pas.  Pour rappeler  la mémoire des travailleurs décédés et pour mettre en lumière l’envers du décor,  les consommateurs sont invités à interroger les entreprises de la mode par le biais des réseaux sociaux pour savoir qui a fabriqué les vêtements qu’ils portent, avec le hashtag #whomademyclothes . (Signifiant« Who made my clothes ? »).

 

Dans ce processus il ne s’agit plus seulement de savoir « what we wear » (qu’est-ce que l’on porte), mais aussi « who we wear » (qui l’a fabriqué).

Cette initiative permet donc de réhumaniser le processus d’achat. 

Dans le processus d’achat au sein des grandes enseignes, nous sommes très loin des réalités des fabricant. Ainsi, pour un consommateur lambda, il n’est pas évident d’imaginer comment et par qui ces vêtements ont été fabriqué.

Ce hashtag#imadeyourclothes permet aussi aux enseignes qui ont des pratiques  éthiques de communiquer par des photos de leurs travailleurs ou travailleuses.

Au delà des réseaux sociaux, quel est l’impact de cet e-évènement?

Cet évènement permet d’exiger aux marques plus de transparence.

Il a contribué à la responsabilisation des grandes entreprises et la protection des droits humains et environnementaux. En effet, depuis  le 27 mars 2017, en France l’Assemblée Nationale a définitivement adopté un loi. Elle est la loi relative au Devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre. Ce texte impose donc aux grands groupes d’adopter un plan de vigilance. Il a pour but de prévenir les atteintes aux droits humains et à l’environnement que pourrait causer leur activité. Aussi bien en France, qu’à l’étranger.

Existe-t-il un rapport entre la  Fashion revolution week et la fashion week?

Oui et non. Elles ont en commun d’être une semaine remplie d’évènements en rapport avec le milieu de la mode… Cependant ce qui les distingue, c’est que la Fashion revolution week a pour objectif  de repenser la façon de consommer. Et ce, en exigeant plus de transparence. Et c’est justement ce point qui différencie beaucoup les 2 évènements. La Fashion revolution week met en avant des créateurs éthiques et transparents. Alors que la Fashion week est rythmée par des défilés de créateurs de mode opaques comme le démontre le Fashion Transparency Index.

mode-ethique-la-fashion-revolution-cest-quoi

La révolution de la mode, une belle révolution à mener, non?

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

comment-remedier-au-jai-rien-a-me-mettre-du-matin-minimalisme

Comment remédier au “j’ai rien à me mettre” du matin ?

Même avec une penderie qui déborde, on peut geindre en toute conscience. “Bouh… j’ai rien à me mettre / je ne sais pas comment m’habiller aujourd’hui “. Si cette question vous retarde chaque matin et vous vous retrouvez au bureau avec 10 minutes de retard? L’abondance de choix auxquelles nous sont sommes confrontés nous compliquent la vie.

Pour en finir avec cette prise de tête matinale, “de je porte quoi ce matin ?” simplifiez votre garde robe.

Cette sensation d’avoir rien à se mettre arrive en fait particulièrement lorsqu’on a beaucoup de choix. Il y a quelques années choisir ma tenue me prenait toujours énormément de temps, et de réflexion. Depuis quelque temps que je m’intéresse au minimaliste.  Petit à petit, je simplifie ma garde-robe et mon intérieur. Je m’aperçois que ce problème est avant tout un problème de surconsommateurs.

D’ailleurs pour l’éviter de nombreux chefs d’entreprises qui d’ailleurs ont décidé de s’habiller avec un uniforme tous les jours de leur vie afin de la simplifier… Une solution qui peut paraître radicale, mais qui reste néanmoins efficace.

Car qui a le choix, a aussi les soucis.

Plus vous aurez de vêtements différents plus vous aurez de possibilités d’assemblage. Et donc plus la tâche vous prendra du temps.

Ainsi le fait d’éliminer régulièrement des vêtements de votre garde-robe – en identifiant ce vous mettez moins souvent grâce à la technique des cintres retournés donc je vous parle dans cet article- va-vous permettre au quotidien de récupérer du temps, et surtout d’arrêter de vous prendre la tête pour des choix de vêtements alambiqués.

Cette question de choix multiples s’applique dans la penderie, mais aussi dans de nombreuses sphères de la vie.

En effet, vous pouvez aussi comparer ça aux grandes surfaces vs aux petits commerces de quartier. Lorsqu’on va faire ses courses dans une grande surface, on n’y passe plus de temps d’une part, car les rayons et les étalages sont plus grands, mais également, car il y a plus de choix.

Plus de choix engendre aussi plus de comparaison de prix, de visuels marketing attrayant et donc plus de temps dépensé dans la boutique.

J’espère que cette courte réflexion par rapport à l’abondance de choix auxquelles nous sont sommes confrontés quotidiennement vous aideront à simplifier votre garde-robe et votre vie.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

DIY : Faire un joli vase en papier

Les beaux jours tardent à revenir… Pourquoi ne pas faire entrer la nature dans nos intérieurs ?

Je vous propose de créer votre propre vase ! L’avantage du vase c’est que si vous n’avez pas la main verte ce n’est pas un problème : à vous les fleurs séchées ou les feuilles et fleurs coupées mises dans l’eau pour les conserver 🙂

On a tous un ou deux vases qui traînent à la maison que l’on sort de temps en temps, mais aujourd’hui vous allez imaginer le vôtre, super simplement et en .. papier

Ce sera donc une sorte de « cache vase » : le principe est de faire une forme simple avec le papier de votre choix, et d’y glisser un verre ou une petite bouteille dedans qui sera caché par le vase en papier. Rien de plus facile je vous dis.

 diy-flower-paper-vase-papier-tutoriel

Pour ce DIY vase en papier, il vous faudra : 

  • du papier un peu épais
  • une paire de ciseaux
  • de la colle pour papier
  • un crayon à papier
  • éventuellement un verre/ une bouteille

   

Étape 1 : 

Choisir votre papier ! Ici, j’ai choisi du papier peint que je trouve magnifique .. mais je n’ai pas de murs disponibles pour m’en servir haha
Il vous faudra du papier assez épais : le rendu sera plus joli. Si vous avez un joli papier fin sous la main vous pouvez simplement l’encoller sur une feuille d’imprimante. 
J’ai aussi essayé avec du papier adhésif (type vénilia) collé sur des A4 d’’imprimante et ça fonctionne aussi plutôt bien ! 
Il vous faudra deux feuilles : une pour la face avant, une pour la face arrière du vase.
 diy-flower-paper-vase-papier-tutoriel

Étape 2 :

Maintenant à l’aide d’un crayon, dessinez la future forme de votre vase dessus. Si vous n’êtes pas sûr(e) de vous, faites ça sur une feuille à côté pour tester la forme voulue auparavant et reportez la forme choisie sur votre vrai papier.
diy-flower-paper-vase-papier-tutoriel

diy-flower-paper-vase-papier-tutoriel

Étape 3 :

Découpez vos deux feuilles en suivant la forme dessinée  lors de l’étape 2. Soit feuille par feuille, soit en superposant vos deux feuilles de papier : la face motifs avant contre la face motifs arrière, puis en les maintenant avec de petites pinces.
diy-flower-paper-vase-papier-tutoriel

 

Étape 4 :

Collez ! Prenez votre colle et suivez les bords internes (les pointillés de l’image) d’une des feuilles, attention à ne pas coller le haut ni le bas du futur vase papier. 
 diy-flower-paper-vase-papier-tutoriel claire barrera

Étape 5 :

Une fois le papier bien sec, donnez-lui sa forme en y glissant un verre ou une petite bouteille à l’intérieur.
Rajoutez-y une jolie fleur ou des feuilles.. et voilà ! 
diy-flower-paper-vase-papier-tutoriel claire barrera
À vous de jouer ! Et n’hésitez pas à tenter d’autres DIY proposés ici

EnregistrerEnregistrer

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-10

Une cuisine sans poignée pour une allure minimaliste

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-10

Depuis quelque temps, j’accumule des images dans mon tableau Pinterest. Elles sont belles minimalistes… Et elles me donnent l’envie de cuisiner, mais aussi d’investir dans une jolie cuisine… Il y a quelques mois déjà je vous parlais de mon amour pour la cuisine Kungsbacka anthracite, qui a la particularité d’être fabriquée à partir de plastique recyclé. En regardant et en analysant, les images de cuisines qui me plaisaient je me suis rendue compte que beaucoup d’entre elles avaient un point commun : celui de ne pas posséder de poignées !

Le choix d’une cuisine sans poignée relève souvent d’un souci esthétique.

Les cuisines modernes et épurées sont toujours équipées de manière minimaliste, c’est-à-dire avec le minimum d’éléments superflus. Pas d’ustensiles de cuisine qui traînent, les appareils de cuisine soigneusement rangés derrière des parois ou dans les armoires, mais surtout pas de poignées sur les portes des armoires. C’est ainsi, en les supprimant que vous parviendrez à renforcer l’aspect épuré de votre cuisine minimaliste !

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-3

Une cuisine sans poignée ?

Si vous aimez les cuisines minimalistes, c’est le détail qui fait toute la différence !

Parce que les poignées sont souvent lourdes visuellement. Alors la solution ultime est bien sûr d’opter pour des portes de placard où elles sont dissimulées, ou discrètement intégrées.

Pour satisfaire nos envies, les cuisinistes ont multiplié les solutions : encoches invisibles, trous ronds, carrés, poussoirs…

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-3

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-10

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-3

Bref, la tendance c’est de mettre les poignées au placard !

Pourquoi compliquer quand on peut faire simple ? Entièrement débarrassées de poignées, les cuisines offrent une esthétique unique.

Ces cuisines nouvelle génération apportent une touche de fraîcheur à nos intérieurs. Dotés d’un système poussoir ou d’une ouverture mécanique, ces placards sans poignées permettent de ne pas encombrer le design de la cuisine et d’afficher des lignes pures.

Si vous optez pour des portes de placard sans poignées, mieux vaut les associer à des portes de placard lisses et sans moulures…

Avec ces deux options, vous parviendrez à avoir une cuisine 100 % minimaliste.

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-10

Enfin dernier avantage à opter pour une cuisine sans poignée ? La facilité d’entretien !

L’entretien des portes de placard sans poignées est bien plus aisé ! En effet, il n’est plus nécessaire de dépoussiérer et nettoyer les poignées.

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-3

une-cuisine-sans-poignee-pour-une-allure-minimaliste-3

Et vous, vous êtes plutôt team minimaliste sans poignée ou team rustique avec poignées bien affirmées ?

Sources 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6

EnregistrerEnregistrer

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

10-conseils-pour-desencombrer-son-dressing

10 conseils pour désencombrer son dressing

dressing-penderie-partagee-garde-robe-

Conseil numéro 1 : la location de vêtements

Le premier conseil que je peux vous donner voulez si vous voulez arriver à désencombrer votre dressing, c’est de faire appel à la location de vêtements.

Privilégier un maximum la location de vêtements :

Aujourd’hui en 2018, nous avons la possibilité de louer des vêtements. Donc on peut louer une robe de mariée, ou tout simplement louer une robe de soirée pour un événement, ou encore louer des vêtements de grossesse. Ce type de vêtements que l’on achète uniquement pour des occasions spéciales encombrent nos garde-robes. Alors que ce soit par un souci d’économie, où parce qu’on n’a pas envie d’investir dans des vêtements que l’on ne remettra sans doute pas, la location de vêtements est une bonne alternative.

À Montréal il y a par exemple Station-Service qui est une plate-forme de location de vêtements. Si vous voulez en savoir un peu plus j’en ai parlé il y a quelque temps sur le blogue ici.

desencombrer-dressing-minimaliste-decrypter-etiquettes-vetements

Conseil numéro 2  : vérifier les vêtements et leur étiquettes avant de passer à la caisse

Bien que l’on soit en 2018, il existe encore beaucoup de vêtements qui vendus dans le commerce, chez les créateurs ou dans les grandes surfaces, qui ne sont lavables qu’au pressing, en nettoyage à sec. Personnellement, un vêtement aussi contraignant pour moi c’est non. Pareil pour tout ce qui est repassage. Je ne repasse pas mes vêtements. Alors si dans la boutique le vêtement est froissé, ça va me questionner sur son entretien… Il se pourrait fortement que je me rétracte.

faire-tri-penderie-technique-cintres

Conseil numéro 3 : la technique des cintres

C’est tout simple ! Si voulez savoir quels sont les vêtements que vous ne portez pas, il suffit de changer le cintre de sens lors ce que vous lavez et ranger le vêtement. Au bout de quelques mois, ça va être clair, net et précis. En un coup d’œil, vous allez pouvoir vous rendre compte qu’elles sont les vêtements que vous ne portez pas. De cette façon vous aurez la preuve indéniable, que vous ne l’avez pas portés pendant un certain laps de temps. Ainsi, au bout de 3 mois, 6 mois ou 1 an vous pourrez vous en débarrasser.

Une petite astuce technique :

J’ai l’habitude de toujours ranger les cintres dans un certain sens. Alors lorsque je me décide à commencer le processus je les inverse tous. Ainsi, je peux facilement garder la même habitude que j’ai dit depuis longtemps de ranger les cinq toujours dans le même sens.

Petit à petit vous allez-vous rendre contre si ce n’est déjà fait que vous portez toujours les mêmes affaires. J’aime bien vous parler de la Loi de Pareto. Je vous en parle dans cet article et celui-ci. Elle s’applique à énormément de sphères dans la vie. Et pour le dressing la loi de Pareto serait que 80 % du temps on est 20 % de ses affaires. Ainsi vous pouvez éliminer une grosse partie de votre garde-robe (80 % ) sans avoir besoin de changer la façon dont vous vous vêtissez au quotidien.

Conseil numéro 4 : un objet rentre un objet sors

Mon quatrième conseil est également très connu dans l’univers du rangement et de l’organisation. Il s’applique pour toute la maison pas seulement pour votre garde-robe. Un objet rentre un objet sors. Aussi simple que ça ! C’est la règle de base si vous ne voulez pas accumuler et encombrer votre dressing. Si vous voulez acheter nouveaux vêtements vous devez d’abord en donner.

astuce-rangement-dressing-gain-de-place-gain-temps-mettre-vetements-cintres

Conseil numéro 5 : avoir une vision d’ensemble en mettant ces vêtements sur des cintres

C’est plutôt un conseil par rapport au rangement des vêtements… J’ai longtemps plié la plupart de mes vêtements jusqu’à ce que j’emménage à Montréal. Ici, de nombreux sont équipés de placard – penderie. Ainsi, depuis quelque années je n’ai pas de placard. J’ai d’abord commencé à utiliser à l’espace disponible plutôt qu’à acheter des meubles. Ainsi trois ans plus tard, tous mes vêtements sont suspendus (sauf mes sous-vêtements qui sont dans des boites sur une étagère au-dessus de ma penderie).

Pourquoi je conseille de mettre mes vêtements sur cintre ?

C’est pratique. Tout d’abord, après l’étape séchage, je n’ai pas besoin de les enlever du cintre et de les plier pour ensuite les ranger. Avec tous mes vêtements sur cintres, ça me permet de les faire sécher et de les ranger directement dans la garde-robe. La deuxième raison pour laquelle j’aime avoir mes vêtements sur des cintres c’est que ça me permet d’avoir une vue d’ensemble sur tous les vêtements.

desencombrer-dressing-technique-faire-tour-penderie-avant-magasiner-boutiques

Conseil numéro 6 : faire le tour de son dressing avant d’acheter

Ce sixième conseil rejoint le conseil numéro quatre : faire le tour de son dressing avant d’acheter. Comme je vous l’ai mentionné avec la technique de « un vêtement rentre, un vêtement sort » je combine cela dans l’autre sens. Un vêtement sort avant qu’un vêtement rentre. Ainsi avant d’aller faire les soldes ou tout simplement faire du lèche-vitrine je fais le tri et je regarde ce dont j’ai besoin.

Le fait de faire un tri dans ses vêtements avant d’aller magasiner vous permettra d’aller faire du magasinage en ayant conscience de vos réels besoins. Car hélas plus on a de vêtements, moins on sait ce qu’on a. Et c’est un cercle vicieux : plus on a de vêtements, plus on les disperse, moins on a une vue d’ensemble, moins on sait ce dont on a besoin,  plus on achète … plus on a de vêtements ! Et ainsi de suite!

Donc, avant de partir acheter des vêtements faites le tour de ce dont vous avez déjà. Si besoin, faites une liste de vos besoins dans votre téléphone par exemple. Cela vous permettra de vous centrer sur les choses dont vous avez vraiment besoin. Et cela vous permettra ainsi de vous limiter lors de votre séance de magasinage.

desencombrer-dressing-emprunter-plutot-qu-acheter

Conseil numéro 7 : après la location pensée également à l’emprunt

Souvent on n’a pas l’habitude de demander autour de soi lorsqu’on a besoin d’un vêtement.

De la même façon que les plates-formes de location de vêtements qu’il s’agit d’un événement d’une soirée d’un mariage d’une grossesse ou encore de vêtements de ski, ce sont des vêtements achetés pour une courte période de votre vie qui ne serviront sans doute plus après. Par contre ils finiront par s’entasser et par prendre de la place dans votre placard. Alors pour éviter cette situation, demandez autour de vous ! il y a sans doute des gens qui ont ce genre de choses dans leur placard. De plus, dans la plupart des cas, ils seront ravis de vous les prêter. En effet surtout s’il s’agit de vêtements pour des occasions particulières !

desencombrer-dressing-miser-sur-accessoires

Conseil numéro 8 : développer votre créativité grâce aux accessoires

Un joli collier, une jolie paire de boucles d’oreilles, un joli foulard ou encore un joli béret sont vraiment des accessoires qui vont changer toute une tenue. Les accessoires sont vraiment la preuve qu’il ne suffit souvent de pas grand-chose pour avoir du style. Alors, n’hésitez pas à développer votre créativité en misant sur les accessoires.

desencombrer-dressing-Organisation-garde-robe-tout-ranger-au-meme-endroit

Conseil numéro 9 : ne faites plus de différence entre le dressing été et le dressing hiver

Partout dans tous les magazines. on vous dit de séparer vos vêtements d’été et d’hiver. Cependant personnellement je n’applique pas cela, car je trouve que le fait d’avoir que 50 % de ces vêtements dans sa garde-robe, renforce le problème. En effet, le fait de ne pas avoir le vêtement sous les yeux on a tendance à les oublier. De plus, la plupart de vêtements sont portable toute l’année.

Par exemple : une chemise l’hiver je vais la porter avec un col roulé en dessous. L’été, je vais la porter avec un T-shirt en dessous. De même, l’hiver il y’a peu de chance que vous portez vos pulls avec rien en dessous. Donc, ce n’est pas logique pour moi en tout cas de me séparer de mes T-shirt à manches courtes pendant l’hiver et de ceux à manches longues durant l’été. De même, mes pantalons je vais les porter toute l’année. Bien qu’il arrive que l’hiver lorsque le mercure descend, je porte un sous pantalon dessous.

Souvent la raison pour laquelle vous avez séparé vos vêtements hiver/été, c’est parce que vous n’avez pas la place de tous vous les garder au même endroit. Pour moi ce stratagème est une façon d’essayer de fermer les yeux plus longtemps sur un problème d’encombrement.

De plus, le fait de séparer ses vêtements va aussi potentiellement vous conduire à faire des achats inutiles. En effet, je pense qu’ il y a de fortes chances que vous alliez chercher vos vêtements d’été au mois de juin, et non au dès le mois de mars, dès lors que les températures se radoucissent. Mais pendant ce laps de temps de quelques mois, il y a de fortes chances que vous vous laissez tenter par des vêtements en boutique et que votre problème de place s’aggrave…

desencombrer-dressing-investir-vetements-basiques-qualite

Conseil numéro 10 : établissez une relation entre le prix de vente est le nombre d’utilisations envisagées

En gros si vous achetez un jean 200 $ mais que vous aller le porter deux fois par semaines pendant 10 ans. Et bien en 10 ans, vous aurez portez ce jans 1040 fois. Faites le calcul : divisez le prix de votre jean, par le nombre de fois ou vous allez le porter. Vous découvrirez le prix de revient réel.  Ici le prix de revient est de 0,19 $.

Alors que si vous dépensez 60 $ dans un robe que vous allez porter 2 fois, en tout et pour tout, le prix de revient sera de 30 $.

Voilà ce petit calcul vous permettra sans doute, de réfléchir a deux fois avant de faire des achats cheap. Investissez dans de bons basiques, dans de belles pièces. Car mieux vaut une belle pièce, bien coupées que vous allez garder longtemps, que plusieurs de piètre qualité.

 

Et vous, quel est votre astuce ?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Une paire de chaises Éric Wörtz, adjugées 1 765 €, selon le site Barnebys, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

Ikea, le kit devenu chic

Quand des pièces Ikea s’arrachent aux enchères

Ikea est connue pour sa politique du petit prix. Si nous avons tous acheté des meubles à peu de frais chez Ikea, sachez qu’en vieillissant, ces meubles prennent de la valeur.

Alors que le fondateur de la célèbre enseigne Ikea, Ingvar Kamprad, est décédé le samedi 27 janvier à 91 ans, Barnebys, un moteur de recherche d’objets d’art et d’antiquité, a dévoilé les dix pièces IKEA qui ont fait les plus gros prix dans les salles de vente.

 La collection 1700 par Lars Sjöberg (1990)

Alors qu’il est membre du Musée national de Stockholm, Lars Sjöberg convainc IKEA de lancer une collection reproduisant le mobilier du XVIIIe siècle. Jugée peu rentable, la production cesse en 1999. Très rare, et très belle cette collection IKEA est aujourd’hui l’une des plus recherchées dans les salles de ventes.  En effet, le 1er mars 2015, ce service en porcelaine s’est vendu pour 1 100 € par Göteborgs Auktionsverk.

Service de porcelaine de la Collection 1700, adjugé 1 100 € par Göteborgs Auktionsverk, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

Un plat à terrine en céramique «Nejlika», adjugé 1 390 €, selon le site Barnabys, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheresMais qu’est-ce qui fait qu’un set de tasses à thé en porcelaine vendu à l’origine quelques dizaines de francs soit adjugé à 1800 euros?

« Ce sont des témoins de l’histoire d’une entreprise qui a évolué avec son temps, et également de l’histoire du design, analyse Alexis Georgacopoulos, directeur de l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Évidemment, leur rareté, comme c’est le cas avec cette collection 1700 stoppée assez rapidement, leur donne aussi de la valeur. »

Même influence, mêmes couleurs, les fauteuils de la collection 1700 ont connu évidemment un destin similaire que le service en porcelaine et que la table à rallonge Bergsladen, qui a-t-elle atteint les 2600 euros le 4 septembre 2013 par Bukowskis. Ce lot de huit fauteuils a lui été adjugé 3100 euros le 30 janvier 2017 par Stockholm Auktionsverk Online.

Table «Bergslagen» de la Collection 1700, adjugée 2 600 € par Bukowskis, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

Série de fauteuils de la Collection 1700, adjugée 3 100 € par Stockholms Auktionsverk Online, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

La série de fauteuils à 3 100 € le 30 janvier 2017, et enfin la table à 2 600 € le 4 septembre 2013.

Le fauteuil « Amiral » par Karin Mobring (1970)

Une paire de fauteuils « mairal » a été adjugée à 1 600 € le 13 mars 2015. Il se caractérise par un dos incurvé et un cuir couleur caramel.

Le fauteuil «Amiral», adjugé 1 600 € par la maison de vente Bukowskis, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

La chaise longue « Skye » par Tord Björklund (1980)

Intemporelle avec ses coloris et ses textures simples, « Skye » reste très prisée sur le marché des enchères. Une paire s’est d’ailleurs vendue à 510 € le 20 septembre 2016.

Une paire de fauteuils «Skye», adjugée 510 € par Bukowskis, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheresLa chaise « Oti » par le Danois Niels Gammelgaard (1980)

sCette assise, dont les lignes rappellent celles du fauteuil « Diamond » d’Harry Bertoia édité chez Knoll. La chaise « Oti » a été conçue par le designer danois Niels Gammelgaard, le fondateur de Pelikan Design. Il est connu essentiellement pour la conception de mobilier de bureau. Oti, a été imaginée pour Ikea en 1983. Elle allie élégance des lignes, confort et simplicité des matériaux.

Le 11 juin 2017, un modèle de la chaise a été adjugé pour 200 €.

Les chaises «Tellus», quatre d'entre elles adjugées 180 € par Stockholms Auktionsverk Online, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

 La chaise « Monaco » (1960)

Produite à la fin des années 1960, la chaise « Monaco » s’inspire des meubles de la fin du XIXe siècle. Un ensemble comprenant quatre chaises et une table Monaco s’est vendu à 210 euros en 2017.

La collection «Monaco», adjugée 210 € par Helsingborgs Auktionskammare, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

La chaise « Tellus » (1960-1970)

Produites dans les années 1960 et 1970, les chaises de cuisine « Tellus » se déclinaient alors dans de nombreux coloris allant du noir au blanc en passant par le bois. Quatre d’entre elles sont parties pour 180 € le 16 novembre 2016.

Les chaises «Tellus», quatre d'entre elles adjugées 180 € par Stockholms Auktionsverk Online, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

Le fauteuil « Premiär-69 » par Per-Olof Scotte (1950)

Deux fauteuils « Premiär-69 » se sont vendus à 2 100 € en 2015. Fait de chêne laqué et enveloppé de cuir patiné au niveau de l’assise, le « Premiär-69 » est l’un des grands succès d’IKEA.

Les fauteuils «Premiär-69», adjugés 2 100 € par la maison Lauritz, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

Les acheteurs séduits par les couleurs pop

Les fauteuils « Skopan » par Olle Gjerlöv-Knudsen et Torben Lind (1974)

On dirait des coquetiers, mais ce sont en fait des fauteuils ! Olle Gjerlöv-Knudsen et Torben Lind, ces deux designers scandinaves les ont  imaginés en 1974. Flashy et en plastique, ils sont typiques du style pop des années seventies. Ces quatre fauteuils « Skopan » aux couleurs vives, se sont vendus à 200 euros en 2016.

Les fauteuils «Skopan», adjugés 200 € par Stockholms Auktionsverk Online, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

 Le fauteuil « Impala » par Gillis Lundgren : look imparable grâce à sa couleur orange éclatant typique des années 1970. (1972)

Grand classique de chez Ikea avec son assise confortable et ses couleurs pop, le fauteuil « Impala » a séduit nombre de collectionneurs. En effet, cette paire s’est vendue 680 euros le 27 octobre 2016 par la maison de vente Bukowskis.

Les fauteuils «Impala», adjugés 680 € par la maison de vente Bukowskis, Ikeaikea-vintage-rétro-kit-devenu-chic-vente-aux-encheres

Qu’est-ce qui fait la valeur d’un objet ?

Pourquoi le prix d’une œuvre d’art, par exemple, ne correspond-il pas du tout au nombre d’heures prestées par l’artiste pour la créer ? Comment expliquer que la même bouteille d’eau aura une valeur bien plus importante dans un désert que dans une ville ?

Cela s’explique par la subjectivité de la valeur.

C’est pourquoi le principe de subjectivité de la valeur explique parfaitement ces variations. Le prix d’une marchandise ou d’un service dépend en fait de l’acheteur. En effet, la valeur dépend de l’intérêt qu’il porte au produit. À quel point a-t-il besoin du produit (subjectivisme personnel) ? Combien est-il prêt à payer pour se l’offrir ? Quelles sont les conditions de la vente (rareté, environnement, etc.) ?

La valeur découle donc de l’utilité ou de l’ophélimité, définie comme la capacité à satisfaire un désir, quel que soit ce désir.

Ainsi, pour avoir de la valeur, un objet doit être utile, rare et désiré.

Enfin, et vous  que pensez-vous du prix de ces enchères, sont-elles justifiées ? Quelle est votre pièce coup de coeur ? Cela vous donne-t-il envie de profiter plus souvent des collections limitées IKEA ?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

les-demandes-de-partenariats-foireux-quand-on-est-blogueurs

Les demandes de partenariats foireux quand on est blogueurs

Quand on est blogueurs, ont reçois toutes sortes de demandes de partenariats. Et la plupart sont vraiment inintéressante : mauvais ciblage, le manque de personnalisation et de clarté du message… Mais parfois il arrive également que les produits proposés soient très borderline …

Cette semaine j’ai été contacté via mes deux blogues. Une entreprise m’a proposé un partenariat pour proposer à mes lecteurs d’acheter ou de nommer une étoile.

À chaque fois que je reçois ce genre de demande je vais toujours une petite veille informatique. Cela me permet de voir qui en parle et de quoi il s’agit. Mais cela me permet également de ne pas proposer à mes lecteurs tout et n’importe quoi…attirée par l’appât du gain. Car à première vue ça à l’air plutôt cool non ?

Tout d’abord j’ai donc fait une recherche sur le site Hellocoton. 

Hellocoton, pour ceux qui ne sont pas familier avec le nom, il s’agit d’un portail d’actualité de blogs. Ainsi, une recherches sur ce site, me permet d’identifier rapidement quel genre de blogueuses ont collaboré avec cette entreprise. Mon constat ? Et bien, j’ai été surprise de voir que des centaines de blogueuses avaient déjà publié des articles à ce sujet. Compte tenu du nombre d’articles déjà en ligne, je me suis questionnée … Est-il encore pertinent que j’y consacre un article de de plus.

Au-delà de ça je me suis questionné sur la véracité du concept.

Alors bien sûr toutes les blogueuses qui ont accepté le partenariat ne font pas vraiment mention de cela. C’est pourquoi j’ai cherché à élucider cette question.

Bien que je trouve qu’offrir une étoile soit un cadeau très beau symboliquement parlant, je voulais m’assurer que si je proposais quelque chose à mes lecteurs il ne s’agisse pas d’un faux papier qui ne comporte rien d’autre que de la symbolique, vous comprenez…

Alors je me suis rendu sur le site web de l’entreprise qui m’a contacté à la recherche d’information. Car dans son courriel d’approche elle ne m’a pas fourni de dossier de presse ou autre document. Alors bien que leur site web tout soit très bien expliqué puis qu’ils mettent énormément en avant la dimension symbolique du cadeau, très peu d’informations sur la véracité du certificat remis.

Peut-on réellement acheter une étoile ?

Alors je vais la faire courte : ne vous faites pas d’idée !

On ne peut pas acheter une étoile ni en baptiser une — du moins, pas officiellement.

Alors les vendeurs d’étoiles sont-ils des vendeurs de rêve et de paillettes ?

Les revendeurs d’étoiles délivrent des certificats « officiels ». Cependant il n’existe aucun moyen d’acheter une étoile comme l’on achète un sac à main, et encore moins de leur donner un nom officiel.

En fait, seuls l’U.A.I, ou l’Union astronomique internationale a le pouvoir de nommer officiellement une étoile, ou tout autre objet céleste. De plus, toutes les étoiles reconnues ont déjà un nom ou un numéro qui les identifient…

Qui plus est, les sites vous offrant d’acheter une étoile ou d’en baptiser une ne sont pas reconnus par cet organisme.

les-demandes-de-partenariats-foireux-quand-on-est-blogueurs-acheter-une-etoile

Bref si vous approchez un blogueur ou une blogueuse dans le but de travailler avec lui ou elle, fournissez-lui un dossier de presse pour parler de vous, de votre entreprise et de votre produit.

Fournir un dossier de presse est sans doute une des choses essentielle à fournir. Cela permettra à la personne contactée de pouvoir se faire une idée, et lui permettra également lui faire économiser du temps.

De plus, je crois qu’un partenariat établi avec une blogueuse doit être gagnant-gagnant gagnant.

C’est-à-dire le partenariat, doit être pertinent pour la blogueuse et pour ces lecteurs. Quelles sont les raisons pour lesquelles elle s’associerait avec vous ?
Les courriels avec des phrases complètement bateau que l’on reçoit de façon unanime fonctionnent rarement. Et oui, jai deux blog, et donc deux boîtes courriels alors quand je reçois sensiblement le même bla-bla, disons que c’est tout tout suite moins convaincant !
De plus les courriels, sans avec aucune présentation de la société c’est beaucoup trop vague pour aller de l’avant.
Enfin, lorsque les courriels sont signés que par un prénom, cela démontre également un manque de professionnalisme évident.

Bref, si vous êtes une jeune blogueuse j’espère que cet article vous aidera à remettre les pendules à l’heure, et vous convaincra de ne pas acceptez tout et n’importe quoi.

Enfin, si vous êtes une marque, et que vous souhaitez contacter une blogueuse, faites lui une proposition directe et concrète, en lui fournissant l’information nécessaire pour qu’elle puisse prendre sa décision.

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

g-star-concoit-un-jean-durable-certifie-cradle-to-cradle-8

G-Star conçoit un jean durable certifié Cradle to Cradle™

Bien que je sois parfois très critique envers les géants de l’industrie de la mode, en hurlant et en dénonçant le greenwashing, j’aime tout de même me tenir informée et vous parler de leurs efforts… plus ou moins sincères, selon les groupes. C’est pourquoi il m’arrive parfois de pointer du doigt le greenwashing d’une enseigne et à la suite de vous parler d’une collection plus responsable. La raison de cette ambivalence, c’est parce que je pense que le changement vers un monde meilleur et plus durable doit également passer par eux. Car même un infime geste c’est de la part de H&M ou d’une autre grande entreprise de la fast fashion contribue tout de même à énormément faire bouger les choses. C’est pourquoi bien que je me montre parfois critique, je n’en appelle pas pour autant au boycottage et je reste toujours attentive aux bonnes initiatives.

Ainsi c’est dans la continuité de cela que j’aimerais aujourd’hui vous parler de G-Star qui a conçu un jean durable :

Ce jean a été développé avec le premier tissu en denim de l’histoire à être certifié Cradle to Cradle™.

Pharrell Williams, désormais copropriétaire depuis 2016, a déclaré à ce propos : “C’est un grand honneur de recevoir cette reconnaissance pour créer un avenir durable. Nous espérons que le reste de l’industrie du denim suivra notre mission de réduire l’impact des êtres humains sur la planète.”

La certification Cradle to Cradle a été émise par le Products Innovation Institute.  Lancé en 2005 par MBDC, C2C est un programme de certification à multi- attributs qui évalue les produits en se basant sur les principes de cradle to cradle , une philosophie de conception, fabrication et réutilisation des produits et matériaux. Ce label a un le processus de certification très rigoureux, qui analyse chaque étape du processus de conception du jean et explore toutes les possibilités de réduire l’impact environnemental à chaque stade.

Il a reçu la mention GOLD dans les catégories réutilisation des matières, énergie renouvelable, gestion du carbone, gestion patrimoniale de l’eau, équité sociale et la mention PLATINUM dans la catégorie matières saine. Il a également  obtenu la toute première certification GOLD au monde pour la fabrication de denim.

Voici les mesures entreprises par G-Star pour obtenir cette certification :

1. Travailler sur un procédé de teinture indigo plus propre :

G-Star RAW a collaboré avec DyStar et Artistic Milliners pour créer un processus de teinture indigo plus propre. Il consiste à associer l’indigo pré- réduit à un agent organique liquide qui remplace l’hydrosulfite de sodium traditionnel, un problème majeur de la teinture indigo.

g-star-concoit-un-jean-durable-certifie-cradle-to-cradle-procédé de teinture indigo plus propre

70 % de produits chimiques en moins et sans sels  :

De ce fait G-Star RAW utilise 70 % de produits chimiques en moins, aucun sel et aucun dérivé de sel. Cela permet d’économiser de l’eau et de rejeter une eau propre après la teinture indigo.

Cela signifie également l’élimination des risques pour la santé des personnes impliquées dans le processus. C’est également bénéfique pour l’environnement, car l’eau rejetée n’est pas pleine d’agents chimiques. Ainsi c’est également bon pour l’atmosphère ou les sols.

2. Les techniques de délavage les plus durables

G-Star a travaillé avec Saitex, un partenaire de longue date, pour faire délaver les jeans G-Star RAW. Ils ont mis au point un processus qui élimine le travail manuel et l’utilisation de substances nocives. Ainsi G-Star a banni l’utilisation de pierres et du permanganate de potassium au cours du processus de vieillissement. Ce procédé chimique propre permet de réduire la consommation d’eau par vêtement de 75 %.

g-star-concoit-un-jean-durable-certifie-cradle-to-cradle-8techniques de délavage les plus durables

3. Le jean G-Star RAW est fabriqué à 100 % en coton biologique.

Le coton bio est en revanche complètement exempt de pesticides toxiques et destructifs et d’engrais chimiques. Cultiver du coton bio aide à améliorer la qualité des sols. Le coton bio contribue aussi à prévenir la contamination des eaux et à préserver la biodiversité.

g-star-concoit-un-jean-durable-certifie-cradle-to-cradle- coton biologique

 Le coton bio, un choix durable :

Il engendre une diminution de 91 % d’eau, de 62 % d’énergie en moins. De plus, il n’utilise pas d’OGM et produit jusqu’à 46 % de CO2 en moins par rapport au coton traditionnel.

L’utilisation de coton cultivé sans engrais synthétiques ni pesticides toxiques. Cette mesure permet de lutter contre l’appauvrissement des sols. Elle contribue ainsi à améliorer la santé des écosystèmes et de la société dans son ensemble. Car la culture du coton non biologique est une véritable catastrophe environnementale pour les travailleurs, et les personnes vivant à proximité des champs de culture.

4. Boutons écofinis, rendant chaque vêtement 98 % recyclable.

g-star-concoit-un-jean-durable-certifie-cradle-to-cradle-boutons écofinis 98 % recyclable

Lors du recyclage du denim, la partie supérieure est souvent jetée. En effet, cette partie est compliquée à recycler, car il faut retirer les fermetures zippées et les rivets du denim. Afin de faciliter le recyclage, G-Star a remplacé les fermetures zippées par des boutons en métal de finition écologique et retiré les rivets de la conception pour que chaque vêtement soit à 98 % recyclable. L’enseigne affirme également ‘nous ne nous arrêterons pas tant que les 100 % ne seront pas atteints.’

Enfin, les emballages d’étiquettes et de cartons proviennent de sources responsables.

g-star-concoit-un-jean-durable-certifie-cradle-to-cradle- sources responsables

Des boutons exempts de produits chimiques :

G-Star a collaboré avec YKK pour créer des boutons en métal de finition écologique qui ne nécessitent pas de bains galvaniques au cours de la production, éliminant ainsi les produits chimiques acides et toxiques.

Cela résulte dans une diminution de la consommation d’eau et de la quantité de boue dans les eaux usées par rapport à une production normale de boutons en métal.

g-star-concoit-un-jean-durable-certifie-cradle-to-cradle-boutons exempts de produits chimiques

5.  Une innovation en Open-Source afin l’ensemble de l’industrie du denim s’y mette également :

Afin que cette innovation puisse inspirée d’autres entreprises de dénim, G-Star a partagé cela en libre d’accès. Ainsi, si vous vous rendez à la Fashion Positive Materials Library, pour pourrez découvrir tout le processus de développement du jean G-Star certifié Cradle to Cradle Certified™ au niveau Gold. Il peut être consulté et utilisé par n’importe qui grâce à la bibliothèque Fashion Positive Materials de Cradle to Cradle Institute.

N’hésiter à partager cet article, avec les enseignes qui devraient suivre l’exemple !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

cinq-conseils-avant-de-commencer-a-desencombrer-votre-maison

Cinq conseils avant de commencer à désencombrer votre maison 

Conseil numéro 1 : commencer par un endroit petit

Un endroit petit ça peut signifier une petite pièce comme un dressing, une buanderie, ou une salle de bain… Mais ça peut aussi signifier une armoire ou une commode. Cela peut aussi signifier de faire une série d’étagères à l’intérieur de l’armoire.

Pourquoi il faut commencer par petit ? Tout simplement, car il faut se lancer des objectifs réalisables!

D’ailleurs j’ai consacré un article à ce sujet. Tu peux le lire ici. Si on se met des objectifs trop importants, on risque de se décourager avant même d’avoir commencé.

De plus, le fait de se donner un objectif réalisable permettra d’atteindre la satisfaction une fois l’objectif atteint.

Si vous voulez obtenir ce contentement, et si vous voulez obtenir de l’énergie dont vous avez besoin pour faire l’étape suivante, je vous conseille de bien cibler un endroit petit pour commencer.

Conseiller numéro 2 : mettez de côté les catégories d’objets avec lesquels vous allez avoir plus de mal à commencer.

On a tous des objets un peu sentimentaux, qui ont une valeur particulière à nos yeux. Éviter de vous attaquer à ses objets en premier.

Les objets sentimentaux sont tous les objets qui ravivent des souvenirs.

Il peut s’agir des objets qui vous rappellent quelqu’un ou qu’il vous rappelle un moment. Lorsqu’on entretient une relation sentimentale avec des objets, c’est que l’on n’est pas capable de dissocier l’objet et la personne, ou la personne et l’objet. Alors s’en débarrasser est compliqué. Ces objets-là sont donc par définition plus difficiles à éliminer. C’est pourquoi je vous conseille de les mettre de côté, du moins pour commencer.

Commencer par des objets usuels, ce sera plus facile :

Cependant, si vous adorez votre dressing ne commencez pas par votre dressing. De même, si vous adorez cuisiner ne commencez pas par votre cuisine. Et si vous allez adorer, bricoler ne connaissait pas par votre atelier ou par votre garage. Commencer par une catégorie d’objets qui va vous être instinctivement facile à trier.

Lors ce que vous aurez commencé à percevoir les bienfaits du désencombrement dans un autre secteur d’objets, là vous pourrez vous attaquer aux objets plus sentimentaux.

Conseil numéro 3 : démarrer avec un plan d’action

Vous devez procéder par étapes.

Soit vous pouvez choisir de désencombrer pièce par pièce.

Par exemple : je commence par la dressing, puis je fais la chambre, puis je fais le salon et la cuisine pour finir par la salle demain.

Soit vous pouvez choisir de désencombrer par catégorie d’objets.

Choisissez cette deuxième option dans le cas où vous avez un peu de tout partout. Ainsi si vous avez des vêtements, des jouets, ou des papiers dans toutes les zones de la maison procédez plutôt de cette façon.

Conseil numéro 4 : préparez-vous physiquement et psychologiquement au travail que vous allez fournir

Vous avez sans doute déjà entendu parler tous ces sportifs qui ont tendance à visualiser les exploits qu’ils projettent de réaliser lors de leurs prochaines compétitions, et bien il s’agit de faire pareil. Visualisé, aide à se projeter pour se donner. Ainsi vous mettrez toutes les chances de votre côté pour y arriver.

Pour se faire mettez-vous en scène en train de dés désencombrer. Imaginez votre intérieur désencombré de toutes les choses qui traînent… Cette étape va vous permettre d’être dans de meilleures conditions psychologiques pour ensuite passer à l’action.

Le jour J, ou le moment venu, choisissez des vêtements confortables. Laissez votre téléphone à côté. Et couper vous du monde extérieur pour quelques heures, si besoin mettez votre smartphone en mode avion afin de ne pas être interrompu par le téléphone.

Conseil numéro 5 soyez la locomotive, le moteur du changement !

Ce qui fonctionne le mieux pour convaincre les autres de se lancer dans cette aventure de désencombrement c’est de montrer l’exemple !

Le meilleur moyen pour motiver, votre conjoint ou vos enfants c’est d’être la locomotive. Alors, commencez par vos propres affaires. Le meilleur moyen pour lancer le mouvement c’est de montrer l’exemple. En débarrassant le salon de vos magazines de déco qui jonchent la table basse, ou en optimisant le rangement des placards de la cuisine, vos proches vont constater les bienfaits du changement, et ainsi ils seront plus à même d’y prendre part.

N’essayez pas de rallier tout de suite, tout le monde à votre cause. N’essayez pas de convaincre tout le monde qu’il faut désencombrer ensemble… Le mieux c’est que chacun s’occupe de ses propres objets. Donc, focalisez-vous est vous sur les vôtres!

J’espère que ces cinq conseils vous aideront, dans votre démarche !

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.