retrospective-bilan-annee-2017-appris-flatlay

Rétrospective / Bilan : ce que 2017 m’a appris

L’année 2017 touche à sa fin, c’est donc l’occasion idéale pour faire un petit bilan des derniers mois écoulés.

Avant d’établir la liste de nos résolutions pour la prochaine année qui arrive à grands pas, pourquoi ne pas commencer par faire le bilan de cette année passée ? Nous ne prenons pas assez le temps de voir à quel point nous avons évolué, de nous féliciter pour les choses accomplies… Alors, c’est le bon moment !

Faire le bilan permet de prendre conscience de notre évolution, de savoir quels sont objectifs que l’on a atteints et surtout de se concentrer sur les points positifs de son année.

Ainsi, avant de s’attaquer à déterminer les objectifs pour l’année à venir, il faut je crois prendre le temps de regarder l’année écoulée, être fier du chemin parcouru.
Car oui, vous avez le droit d’être fier de vous, c’est même plutôt un devoir !

Cette année j’ai eu envie de faire ce petit bilan sur mon blogue afin de vous faire un peu profiter de ce que j’ai appris durant cette année. Je trouve que c’est essentiel de regarder à la fois le chemin parcouru, mais également celui qui nous reste à parcourir. Alors avant d’entrer dans la nouvelle année de prendre des résolutions, il est essentiel de savoir ce que l’on a réussi est ce que l’on a échoué.

Ce que j’ai appris en 2017 c’est sans doute l’importance des gens qui nous entourent.

Comme je vous l’ai mentionné dans un article sur les amitiés toxiques, j’ai fait du vide parmi mes relations. Qu’il s’agisse de personnes de ma famille de personnes au travail ou encore de soi-disant amies. Résultat moins de personnes envieuses ou jalouses dans les parages et je m’en porte que mieux.

retrospective-bilan-annee-2017-appris-7-love

2017 a aussi été marquée par la perte de mon grand-père.

C’était quelqu’un incroyable qui va énormément me manquer. De sa disparition je retiendrai l’importance de profiter de gens qui nous sont chers tant qu’il est encore temps.

En 2017 j’ai aussi fêté les 1 an de mon blogue cette première année m’a apporté beaucoup.

J’ai appris les bases du référencement, mais aussi beaucoup de choses techniques concernant l’écriture sur le Web. Et pour 2018 (je vous dévoile un peu mes résolutions) je vais essayer de développer un petit peu plus ma présence sur les réseaux sociaux. Choses que j’ai plus ou moins volontairement mises de côté notamment en cette fin d’année.

 

En 2017  j’ai aussi lancé mon second blogue : la mini maison.

Un espace sur lequel je partage essentiellement des inspirations et des articles réflexifs sur le micro habitat. En attendant de concrétiser ce projet qui me tient beaucoup à cœur : celui de construire ma propre Tiny House.

Étant expatrié, et je ne peut bénéficier de prêt hypothécaire, en attendant d’avoir un statut un peu moins précaire dans mon pays d’accueil je compte tout de même en 2018 investir avec des amis dans un terrain dans le but est d’y construire en 2019 ma propre mini maison. C’est un projet de taille, mais que j’ai vraiment hâte de mettre en œuvre.

Trouver un terrain pour ce genre de projet est également un défi contenu de la réglementation québécoise sur les mini maisons. Alors voilà en gros les thématiques abordées sur le second blog !

habitat-de-demain-maison-modulable-deplacable-micro-tiny-house-recyclable-high-tech-8

Contrairement à toutes les autres années 2017 n’a pas été une année vraiment riche en voyage.

Cependant elle a tout de même été ponctuée par un petit passage bref en France. Ce qui m’a permis de voir ma famille. C’est un peu un problème d’expatriés je trouve. À chaque année et bien lorsqu’on prend des vacances et bien l’on rentre chez soi voir sa famille. À défaut d’être partie loin, j’ai tout de même profiter multiples petites escapades à l’Ascension. Peut-être que ce nom ne signifie rien pour vous… mais sachez tout de même que c’est un petit coin de paradis sur le bord de la rivière Rouge au Québec…. Et avec ça on s’en va à mon prochain point.

retrospective-bilan-annee-2017-appris-9-les-choses-simple-camping-outdoor

 En 2017, j’ai appris à apprécier les vrais plaisirs simples de la vie.

J’ai redécouvert une des choses que j’ai appréciée désormais énormément. Il s’agit, du simple fait de partir camper ou de partir en randonnée. Passer du bon temps avec des amis, loin de nos Smartphones de nos ordinateurs et autres objets numériques je crois finalement qu’il n’y a rien de mieux sur terre.

Les week-ends dans le bois même sous la pluie sont devenus pour moi précieux. En 2017 j’ai découvert à quel point il peut y avoir énormément de richesse dans ces moments là passés à couper des arbres pour se chauffer le soir et pour ce faire à manger.

 

En 2017 j’ai constaté à quel point l’argent contribue peu au bonheur.

J’ai quelques copains dont les salaires annuels dépassent amplement les 6 chiffres. Et bien que matériellement ils peuvent s’acheter pas mal tout ce qu’ils désirent… les choses les plus importantes de la vie (l’amour l’amitié et la santé) ne s’achètent pas.

Mes premières fois en 2017 :

2017 a aussi été une année de concrétisation d’un de mes rêves de ma Bucket List : sauter en parachute !

C’était vraiment une superbe expérience. Voici mon article consacré à cette incroyable expérience. D’ailleurs je me languis déjà de recommencer !

retrospective-bilan-annee-2017-appris-realiser-ces-reves-saut-parachute

Pour la première fois de ma vie, je suis allée au casino.

Avant d’être effectivement aller au casino, je mettais imaginée cela, comme dans les films. C’est à dire, un bâtiment de 20 étages, de l’alcool à gogo, des nanas en jupe courte et la mafia. Bref, pour moi c’était le lieu par excellence ultra hyper bling-bling. Mon premier constat en a été tout autre. Oui le design du lieu est incroyable, mais on peut vraiment y aller en mode ultra relax : baskets / jeans.  Ce qui m’a vraiment frappé dans ce genre de lieu : d’une part, il y a pas tant que gens qui on du fun et qui s’amusent. L’endroit est peuplé de joueurs accros, blasés.
Enfin, c’est fou comment dans cet univers de glambling on perd totalement la notion du temps.
Outre toute ces considérations : j’ai adoré ça aller au casino, alors j’y suis retournée quelques fois !

retrospective-bilan-annee-2017-appris-5-casino

Voilà, les choses que je retiens qui ont marqué mon année 2017 !

J’espère que ce petit billet vous a intéressé. Sur ce, je vous souhaite un excellent réveillon, que vous ayez décidé de faire la fête ou non pour se passage à la nouvelle année,  profitez de vos proches c’est le principal. Je vous souhaite désormais une merveilleuse année 2018. J’espère qu’elle vous apportera tout ce à quoi  vous inspirer merci d’être ici et merci d’être là et merci de me lire.

À très vite.

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

au-revoir-grand-pere-adore-rendre-un-hommage-heure-des-nouvelles-technologies-1

Comment rendre un hommage à l’heure des nouvelles technologies… ?

C’est la question que je me suis posée ces derniers jours après avoir eu la douleur et la tristesse de perdre mon Grand-Père.

C’est assurément le moment que sans doute beaucoup de petit-filles et de petit-fils redoutent est arrivé : le mercredi 27 décembre, mon grand-père s’est éteint.

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris que mon grand-père était parti, car c’est vraiment quelqu’un d’incroyable.

Aujourd’hui  j’ai décidé de t’écrire et de te consacrer un petit article ici.

Car je sais que tu flânait parfois sur le blog. Alors j’espère que tu y auras aussi accès d’où tu es, mais je me plais à croire que oui.

Je voulais te dire que bien que je n’ai pas pu partager tes derniers instants à tes cotés, mon coeur et remplis de bons souvenirs et mon bureau des lettres que tu m’a envoyés durant ces dernières années.

Bien que la nouvelle m’est attristée, c’est aussi avec une très grande confiance et sérénité que je sais que tu as désormais retrouvé une partie de ta famille.

Hier tu t’en es allé. Tu aurais dit que c’est dans l’ordre des choses, je crois. Tu répétais souvent que la fin était proche. Finalement tu n’avais pas tort.

Même si elle fut un peu brutale et inattendue, c’est une jolie fin.

On n’est jamais prêt pour ça. Il n’y a jamais de bon moment pour s’en aller.

Mais je me console, en me disant, que tu nous prévenait souvent que tu avais fait ton temps. De plus, tu as eu la fin de vie que tu souhaitais. Entouré de tes enfants et petits enfants. Tu t’en es allé quelques semaines après ton 80e anniversaire, et toute ta tête. Heureusement je crois, car je sais combien tu aurais été malheureux en maison de retraite, entouré de « petits vieux », comme tu les appelait.

Je me sens vraiment chanceuse d’avoir partagé tout ces moments avec toi ces dernières années.

Combien de fin de déjeuners et de dîners avons-nous partagés — que ce soit en tête-à-tête ou avec la famille réunie?

De ces précieux moment à tes cotés, je me souviendrais de toi, que tu étais un bon vivant.

Chez toi et avec toi, il n’y avait pas d’heure, ni de jour d’ailleurs, pour prendre l’apéro, ou ouvrir une petite bouteille de vin.

au-revoir-grand-pere-adore-rendre-un-hommage-heure-des-nouvelles-technologies-1

Ton sens de l’humour était inépuisable.

Tu avais toujours une anecdote sur le bout des lèvres. Parfois elles étaient drôles, et amusantes. Parfois elles étaient trop longues et trop riches, pour les enfants que nous étions. Mais j’avais toujours plaisir à t’écouter.

Souvent, tu partageais avec nous tes multiples expériences de vie. Tu me regardais toujours avec des yeux ronds, quand j’ignorais telle ou telle tradition du pays basque.

Les anecdotes que tu nous racontais étaient aussi variées et cocasses les unes que les autres — qu’elles portent sur des moments de ta vie, comme ton renvoi de la légion d’honneur avec une lettre au Président Jacques Chirac,  ou encore qu’il s’agisse des nombreuses dames qui te faisait tourner la tête au supermarché.

Tu étais par ailleurs quelqu’un d’incroyablement cultivé.

Chez toi on trouvait toute sorte de littérature, et dans tout les coins de la maison. Je dois avouer que dans ma vie, parmi tout les endroits où j’ai été, il y a que chez toi dans tes toilettes vertes, que j’ai passé autant de temps. Il y avait toujours un assortiment de magazines plus ou moins instructifs mais néanmoins très divertissant.

J’aimais beaucoup le coté versatile, et non binaire que tu avais. Tu étais à la fois très à l’écoute mais aussi très ouvert. On pouvais parler de tout avec toi.

Bien que tu ne sois peu sportif, tu aimais bien partir en balade.

au-revoir-grand-pere-adore-rendre-un-hommage-heure-des-nouvelles-technologies-1

C’était sans doute pour nous faire plaisir. En tout cas, je me souviendrais toujours de nos balades à Biarritz, le long du Littoral, de la Grande-Plage, du Port des Pêcheurs et non loin du Rocher de la Vierge. C’était parfait pour moi, pour éliminer tout l’alcool emmagasiné la veille (lors des soirées trop arrosés avec les copains), ou pour simplement éliminer les repas trop copieux pour 10 que nous partagions à 2.

Mais les balades avec toi c’était aussi en voiture ! Dans ton auto informatisée qui faisait des bip-bip de tout bord tous côtés (comme on dit ici au québec), on partait aussi quelques fois sur les routes sinueuses de l’arrière pays basque, que tu étais fier de me faire découvrir.

Tu étais particulièrement patient.

Un exemple de patience … Notamment avec tes petits enfants dissipés. Tu gardais toujours ton calme, très rares sont les fois où je t’ai vu énervé.

Peut-être que la patience est une vertu qui me viendra avec l’âge…

Ceux qui ont eu le privilège de te rencontrer ont pu sentir ta bonté, ta générosité, ta grande humanité – c’est ça que je pense que je reteindrais de toi.

Tu avais le coeur sur la main. Toujours prêt à donner et à faire plaisir. Avec ta modeste retraite d’inventeur fou, tu t’es toujours montré très généreux à mon égard, et pour mon plus grand plaisir d’ailleurs.

Je crois pouvoir dire que tu fais parti de ceux qui ont donné un sens à ce que mes parents m’ont appris. Tu mettais toujours tout en oeuvre pour que l’on devienne la meilleure version de nous-même.

Tu fais d’ailleurs parti des personnes qui m’ont soutenues et encouragé dans mon projet de partir vivre à l’étranger.

Et puis tu étais un grand-père au moins autant passionné que travailleur.

Combien d’heures auras-tu passer à travailler ? Tu laisse derrière toi, de nombreux brevets. Mais surtout un bureau et un atelier que nous ont fasciné mais aussi beaucoup intrigué.

Tu as aussi été un exemple de persévérance.

Ça ne fonctionne pas ? On réessaye autrement… Il y a toujours une solution et la force de ton expérience te rendait intarissable d’astuces.

 Tu aimais aussi beaucoup ton jardin.

au-revoir-grand-pere-adore-rendre-un-hommage-heure-des-nouvelles-technologies-1

Et pour cause ! T’aimais bien nous mettre à contribution de son entretien, lorsqu’on venait passer des vacances l’été, bien que je ne sois pas très assidue à la tache.

En tout cas, je voudrais que tu saches que ton jardin a marqué les esprits. Une amie m’a confié qu’elle pensait toujours à toi dès qu’elle voyait un bougainvillier, depuis que tu lui avais fièrement montré le tien.

Moi je garderais toujours en mémoire, non seulement ton bougainvillier, mais aussi la belle allée d’hortensias mauves et bleus qui menait à ta maison. Je me souviendrais aussi des gouteuses tomates du jardin, et de figues semi-mures que je mangeais n’importante quand dans l’année.

De toi j’ai beaucoup appris, et notamment sur les relations entre les gens.

Un jour, nous discutions, de choses et d’autres, et il est venu sur le sujet des relations à l’autre. Tu m’avais confié à de multiples reprises, le chagrin que la distance au sein d’une famille pouvait causer. Ainsi tu as pardonné à ton ex-femme, qui pourtant ne t’a, je crois pas fait de cadeaux. Ce que je retiens de tout cela aujourd’hui c’est que la vie est courte, et les gens que nous chérissons s’en iront bien trop vite.

Je crois que la disparition de mon cher grand-père Jacquot nous laisse un message, quelque part : lorsqu’il y a un problème qui se pose, plutôt que de fermer nos portes, prenons le temps de discuter, de poser cartes sur table, de s’écouter et d’avancer.

C’est quelque chose qu’il a appris à ces dépens, je crois, et trop tardivement. Mais en tout cas, c’est une autre chose essentielle qu’il m’a transmise.

Il y a tant de moments que j’aimerais évoquer. J’ai la tête pleine de souvenirs, de discussions et d’échanges autant instructifs que constructifs.

Tu vas beaucoup me manquer. Cher grand-père Jacquot, merci pour tout, et bon voyage.

Ta petite fille qui t’admire et te remercie pour le grand-père fabuleux que tu as été.

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017

Stella McCartney reçoit le prix de l’innovation 2017

L’entrepreneure britannique, célèbre Stella McCartney pour sa marque de luxe est la première créatrice à recevoir le prix de l’innovation.

Stella McCartney a débuté sa carrière en tant que directrice artistique de la maison française Chloé. Forte de cette expérience enrichissante, elle a ensuite choisi de lancer sa propre marque. Celle-ci s’est rapidement développée. Désormais Stella McCartney offre des collections à la fois pour le prêt-à-porter féminin, masculin et enfant, et de la parfumerie.

Néanmoins, Stella McCartney a reçu pour sa contribution à l’industrie de la mode et son engagement pour la sensibilisation aux problèmes environnementaux le Prix de l’Innovation.

La designer a été choisie en raison de son engagement indéfectible envers la durabilité. Stella McCartney prouve que les vêtements respectueux de l’environnement ne sont pas synonymes de laideur. Ainsi que le luxe n’est pas uniquement synonyme de

Stella McCartney est l’une des rares créatrices à apporter autant d’importance à la mode éthique.

Chaque catégorie de produit présente des collections de Stella McCartney intègre une approche responsable.

Son engagement dans les dossiers environnementaux se traduit notamment par le refus d’utiliser de la vraie fourrure, du cuir animal, de la peau ou des plumes dans ses créations. À la place, StellaMcCartney utilise des matériaux innovants incluant de la viscose durable issue de forêts certifiées, réduisant ainsi l’effet sur la déforestation. De plus, plus de 60% du coton utilisé dans les collections est biologique. La laine utilisée provient de fermes gérées durablement et tout le cachemire est régénéré. Stella McCartney a remplacé le cachemire vierge par un fil de cachemire régénéré baptisé Re.Verso™. Ce tissu est fabriqué en Italie à partir de déchets post-industriels et présente un impact environnemental réduit de 92% par rapport au cachemire vierge.

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017-9
Stella McCartney a également lancé une nouvelle initiative de collaboration avec Bolt Threads. 

Bolt Threads est une société de biotechnologie. 

Basée dans la région de la baie de San Francisco elle est spécialisée dans la promotion de matériaux durables. Elle développe des fibres composées à base de plantes, d’eau, de sucre, de sel et de levure, inspirée de la soie d’araignée.

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017-1

Bolt Threads produit un genre de soie végétalienne, ou plutôt une reproduction à grande échelle du principe de la soie d’araignée.

Bolt Threads est une alternative aux matières premières actuellement utilisées.

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017-9

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017-9

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017-9

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017-5

stella-mccartney-recoit-le-prix-innovation-2017-4

 

Stella McCartney est aussi partenaire de The RealReal

Le RealReal est un marché de consignation d’articles de luxe authentifiés. Sur cette boutique en ligne, il est possible d’acheter et vendre des produits de luxe. Il regroupe des vêtements et accessoires dessinés par de grands créateurs de mode féminine et masculine,mais aussi de haute joaillerie et de montres, ainsi que des articles pour le maison.

The RealReal est basé sur le principe du gagnant-gagnant

Les acheteurs profitent de prix bas. En effet, les prix vont jusqu’à 90 % du prix initial. Les vendeurs eux, peuvent se départir de leurs articles inutilisés.
Et cela évite également d’enfouir quelques kilos d’articles en tout genre !

The RealReal a pour ambition de donner une seconde vie, à des articles de grande qualité, qui dorment dans des placards, mais qui sont encore en excellent état.  

Ce type d’innovation dans le secteur de la mode est aujourd’hui indispensable. En effet, le coût écologique de la mode prend sans cesse de l’ampleur. On estime que d’ici 12 ans, les déchets textiles devraient représenter 148 millions de tonnes par an. Ainsi, selon Pulse of the Fashion Industry, chaque habitant produirait 17,5 kg de déchets. Soit une somme considérable de vêtements, surtout lorsque l’on sait qu’aujourd’hui, seuls 20 % des vêtements sont récupérés en vue d’être réutilisés.

Compte tenu de cela, il est nécessaire de trouver des alternatives à certains types de textiles, qui sont de non-sens total pour la planète.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

le-visage-cache-de-noel-emballage-cadeau-suremballage-gaspillage

Le visage caché de Noël

Ah le temps des fêtes, la magie de Noël ! Les soupers en famille, la dinde de Noël, la buche de Noël, la neige sur le rebord des fenêtres…

Mais, saviez-vous que Noël est la fête qui pollue le plus?

Noël pollue beaucoup, en partie à cause du suremballage lié à l’emballage des cadeaux!

Alors afin de minimiser votre impact écologique, voici quelques trucs et astuces qui peuvent vous aider, à réduire l’impact environnemental des fêtes.

Bien que le papier cadeaux soit très sympa et très joli, ce dernier n’est pas toujours recyclable. En effet, parfois le papier est ciré et par conséquent, il va alors aux ordures, et non au recyclage.
C’est pourquoi, les festivités de fin d’année représentent une catastrophe écologique que nous perpétuons dans la joie et la bonne humeur!
Devons-nous pour autant arrêter d’emballer les cadeaux pour nos proches ?
La réponse est non. Car avouons-le, les emballages cadeaux, c’est fun, et ça crée un effet de surprise bien sympa.
Et en plus, c’est plutôt joli d’avoir pleins de cadeaux de formes et de tailles différentes tous emballés sous le sapin!
Alors pour continuer à déposer de jolis cadeaux empaquetés sous le sapin, il existe différentes alternatives pour remplacer le traditionnel papier cadeau. Voici quelques idées :

Idée 1 : Une feuille de papier journal, ou une page de magazine peut rendre un emballage-cadeau attrayant, pour autant qu’on en soigne la présentation.

 le-visage-cache-de-noel-emballage-papier-cadeau-suremballage-Sparkwrapping

Alternative : il est également possible de se servir de vieilles cartes routières !

Crédit photo:  Country Living

Idée 2 : Cette année, impressionnez famille et amis en faisant appel à la méthode d’emballage japonaise d’emballage : le furoshiki.

Le Furoshiki est une technique traditionnelle japonaise.

Ce sont des emballages réalisés avec des tissus. Ils sont très populaires au Japon. On les utilises pour emballer les cadeaux, mais également pour transporter des objets dans la vie de tous les jours. Les furoshiki sont des foulards de forme carrée qui sont pliés à la manière d’un origami.

Normalement, le donneur ouvre le paquet en face du receveur puis reprend son tissu, puis le réutilise ensuite. Mais comme cette pratique est peu répandue en France, vous pouvez l’offrir avec le cadeau… Si la personne est intéressée, bien sûr.

le-visage-cache-de-noel-emballage-papier-cadeau-suremballage-furoshiki

Crédit photo: Evermine

Idée 3 : Du papier-cadeau à planter ? 

Aujourd’hui il existe du papier cadeau ensemencé.

Le papier ensemencé est une invention super cool, que j’adore dont je vous ai déjà parlé ici.

Il s’agit de papier 100% biodégradable, au sein duquel de minuscules graines ont étés incorporés. Selon l’épaisseur du papier, on peut y incorporer des graines de fleurs sauvages, des annuelles, des vivaces, ou encore des graines de fruits et de légumes.

Ce papier permet, une fois votre cadeau déballé, il suffit de recouvrir le papier d’eau et de terre, pour y voir apparaitre, quelques mois plus tard, des jolies plantations!

le-visage-cache-de-noel-emballage-papier-cadeau-suremballage-original_super-food-plantable-wrapping-paper-pack

Crédit photo:  eden’s paper

Peu importe l’emballage choisit, recyclez-le ! 

Il n’y pas que l’emballage du paquet cadeaux qui compte ! Il y a aussi l’emballage de jouet lui-même. Même si ceux-ci sont souvent en carton il ne sont pas triés de manière systématique par chacun d’entre nous. En effet, seuls 66% des parents déclarent en effet trier les emballages de jeux et jouets après les avoir déballés !

Alors un seul mot d’ordre : RECYCLEZ !

Et vous, quelles sont vos petites astuces et vos trucs préférés pour ne pas avoir des poubelles plus grosses que votre sapin de Noël durant le temps de fêtes ?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

DIY : Faire une jolie couronne de l’avent

Après le calendrier de l’avent nature .. c’est au tour de la couronne de l’avent !

Un pas à pas super simple pour réaliser soi-même sa couronne de l’avent avec de jolis feuillages !

Pour égayer sa porte d’entrée ou ses murs, dans l’esprit de Noël, la couronne de l’avent fait toujours son petit effet, surtout si elle est réalisée par vos soins avec amour 🙂

 

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

Pour ce DIY couronne de l’avent, il vous fau­dra :

  • des branches, du feuillage..
  • du fil de fer ou des rubans
  • un cercle (en métal, en rotin…)
  • des ciseaux

 

Étape 1 :

Pour réaliser votre couronne de l’avent, il vous faudra .. des feuilles ! Alors hop, on part en balade et on récupère quelques branchages etc..  Vous pouvez aussi en acheter chez les fleuristes ou au marché (eucalyptus, branche de sapin, gui, … les espèces ne manquent pas)

l vous faudra aussi un cercle : soit en métal, par exemple des cercles pour abat-jour : disponible ici, soit en rotin, ou encore en vous le créant vous-même avec du fil de fer épais.

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

Étape 2 :

Commencez par poser une branche sur le cercle.

 

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

Attachez la base (l’extrémité) de la branche grâce à du fil de fer : faites un noeud ou des tours comme sur l’image :

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

Étape 3 :

Pour que votre branche prenne la forme du cercle : enroulez le fil de fer autour de la branche et du cercle, tout simplement ! N’hésitez pas, le fil de fer reste discret. Autant que cela tienne bien, car votre branche est encore souple : elle vient d’être cueillie mais dans quelques jours elle prendra la forme que vous lui aurez donnée grâce au fil de fer.

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

Étape 4 :

Posez de nouvelles branches dessus et composez une belle couronne à votre goût !

Même technique : on enrubanne avec le fil de fer.

Vous pouvez laisser le cercle apparent comme ceci :

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

Ou choisir de le recouvrir complètement :

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

 

Étape 5 :

Pour finir de garnir un peu plus la couronne de l’avent, moi j’ai choisi d’y insérer de petites branches par-ci par-là. D’ailleurs à la fin .. pourquoi ne pas lui ajouter une guirlande lumineuse ?! 🙂

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

Et voilà, votre jolie couronne est finie ! Il ne vous reste plus qu’à lui trouver une petite place chez vous !

D’ailleurs, si votre sapin n’est pas encore fait : pourquoi ne pas trouver l’inspiration par ici !

DIY couronne de l'avent noel deco branche faire do it yourself

princesse-un-jour-boniche-toujours

Noël, halte aux cadeaux sexistes

Les cadeaux de Noël sexistes …

Les militants ont beau, d’année en année, multiplier les happenings et autres performances, pour dénoncer, à coup d’humour et de légèreté, le sexisme qui se niche dans les cadeaux de Noël, le refrain des clichés se rejoue chaque année !

Mais dans cette mascarade marketing, en tant que consommateur, nous y sommes aussi bel et bien pour quelque chose… Car c’est nous qui mettons la main au portefeuille ! Nous sommes également au coeur de ce système !

Mais en cette période de fêtes de fin d’année on souhaite faire plaisir, on souhaite gâter nos proches et particulièrement les enfants ! On souhaite les voir s’émerveiller en découvrant les cadeaux que le prétendu Père Noël a déposé au pied du sapin ! Alors on a tendance à respecter à lettre, la lettre écrite au Père Noël. Néanmoins, le père Noël pourrait peut-être cette année être un petit peu plus rebelle et engagé… Vous ne pensez pas ?

Cependant, les  Barbies, les petites voitures et autres miniatures ne résultent pas d’un vieux barbu qui vivrait en Laponie, non loin du pôle nord… NON ! C’est bel et bien nous qui achetons ces jouets… Alors dans cette période de forte fréquentation, des rayons jouets des supermarchés, il est grand temps de s’interroger sur l’impact des jeux que nous achetons sur leur construction mentale et psychique des enfants.

Pour ce faire, voici un court extrait du livre Contre les jouets sexistes.

Écrit par des associations antisexistes (Mix-cité, le Collectif contre le publisexisme) il révèle l’ampleur de la discrimination sexiste que subissent les enfants et la manière au travers des jouets et de leurs usages. « Dans l’histoire humaine, la fin d’une domination n’est jamais advenue par hasard, ni n’a jamais été donnée en cadeau par les dominants : elle a toujours été rendue possible grâce à des combats, grâce au fait que les opprime-é-s ont su faire entendre leur voix. Les changements sociaux semblent toujours irréalistes avant d’être concrétisés, mais ils apparaissent bien souvent évidents, légitimes et « naturels  une fois opérés ».

Alors si vous ne souhaitez pas enfermez vos proches dans l’image d’une famille stéréotypée, posez-vous quelques questions lorsque vous entrez dans les magasins de jouets !

En effet, bien souvent les enseignes des magasins de jouets cloisonnent et séparent les rayons avec la mention « jouets pour filles » et « jouets pour garçons ». Cette séparation est toujours bien marquée, surtout en période de fêtes et de grande affluence. Mais celle-ci contribue à la perpétuité des traditions sexistes.

Même si vos enfants vous ont sans doute fait une liste très précise de ce qu’ils souhaitaient recevoir pour Noël, c’est vous qui êtes responsable de l’éducation et l’avenir de vos enfants.

Alors, pour lutter contre le sexisme, l’homophobie, le racisme et le consumérisme qui se dissimulent dans les jouets, posez vous quelques questions avant de sortir la carte bancaire, afin de ne pas perpétuer les stéréotypes !

Pour savoir si  le jouet que vous venez d’acheter ou que vous envisagez d’acheter pour votre enfant est sexiste, posez-vous les 3 questions suivantes :

  1. L’aurais-je également acheté pour un enfant de l’autre sexe ? Non ?
  2. Pourquoi donc de nombreux jouets sont-ils destinés exclusivement aux garçons ? Où à l’inverse uniquement aux filles ?
  3. Pourquoi mes enfants me demandent-ils précisément tels ou tels jouets pour Noël ?

Le phénomène est complexe, sous-jacent, et profondément ancré et intériorisé en chacun-ne d’entre nous.

Les jouets que nous offrons à nos enfants, nous paraissent anodins et inoffensifs. Pourtant, il n’en est rien.

Les jouets ne sont absolument pas neutres.

Ils participent à l’éducation des enfants. Les jouets sont des supports qui contribuent à la construction des enfants.

Les poupées aux critères de beauté blanche ne ressemblent pas aux petites filles noires qui jouent avec. Bien que des poupées de couleurs noires existes aussi, elles restent une exception dans les magasins de jouets. Les rayonnages de jouets, représentent peu la société. À quand une véritable diversité ethnique au sein des rayons ?! Les jouets doivent contribuer à l’épanouissement et à l’émancipation des enfants. Pour cela, il doivent permettre l’échange, l’amusement et l’imagination.

Le Collectif Contre le Publisexisme critique « l’industrie des jouets et de nombreux livres pour enfants [qui] enferment les filles et les garçons dans des rôles imposés dès leur plus jeune âge. » Mot d’ordre : « Ne participons pas au « dressage » culturel des enfants ! … Ne leur offrons pas les jouets correspondants au stéréotype de leur sexe ! … Des jouets pour s’amuser, pas pour être formaté-e ! »

Enfin, l’association Mix-Cités propose une action contre les jouets sexistes :

Une chasse aux jouets sexistes ! Qu’est ce que c’est ? Et bien, si vous repérez un magasin qui propose des jouets sexistes ou un rayon séparé par les mentions « fille » et « garçon », écrivez au Service Promotion de l’Egalité, de la HALDE. 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

10-trucs-pour-un-noel-plus-ecolo-et-responsable

5 trucs pour un Noël plus écolo et responsable

Le temps des fêtes est un moment de l’année où la consommation atteint des records et où nos sacs à ordures souffrent clairement d’embonpoint.

Voici quelques gestes faciles à adopter qui contribueront, je l’espère, à mettre vos sacs à ordures au régime !

Rassurer vous, je ne vais pas jusqu’à proposer un temps des fêtes sans achats ou sans sapin, cependant, il existe de nombreuses petites alternatives, et de nombreux petits gestes pour diminuer votre impact écologique lors de la période de Noël.

1 / Oubliez le sapin artificiel, préférez ceux naturels :

À première vue, le sapin artificiel peut sembler plus durable que le sapin végétal. En effet, le sapin artificiel est réutilisable. Ainsi le sapin artificiel peut sembler plus écologique que le fait d’avoir un sapin naturel à usage unique.

Mais, sans vouloir raviver le débat des sapins, le sapin naturel a un impact écologique plus faible.

Car comme son nom l’indique, il est naturel ! En effet, le sapin végétal est généralement spécifiquement planté pour l’occasion. La plantation d’arbres contribue à la réduction des gazs à l’effet de serre grâce aux CO2 qu’ils absorbent pendant leur croissance.

De plus, il est possible d’acheter un sapin local.

Tandis que le sapin artificiel, bien que réutilisable, il parcourt souvent de nombreux kilomètres avant de ce retrouver au milieu de votre salon.

Ainsi, l’achat annuel d’un sapin naturel est plus écologique que l’utilisation d’un même sapin artificiel pendant plusieurs années…

 

2 / Les décorations du sapin de Noël :

Inutile de renouveler les décorations de notre sapin chaque année!

  • Celles de l’an dernier conviennent encore !
  • De plus, ou soyez créatifs ! Il n’est pas obligatoire d’acheter des décoration. En effet, vous pouvez le décorer avec des petits DIY ou des petits bricolages réalisés par vous ou par vos enfants. Vous pouvez également aller vous promener en foret et ramasser quelques pomme de pins, qui feront très bien l’affaire

Pour le jardin et pour vos fenêtres, installez vos décorations lumineuses à la mi-décembre.

Et si possible, évitez de trop en mettre. Dans tous les cas, privilégiez les lumières D.E.L. ou L.E.D. qui sont à la fois plus écologiques et économiques !

3 / La table de fêtes : Utilisez de la vaisselle lavable !

  • Ça évite de remplir les poubelles avec de la vaisselle. N’oubliez pas ! Le carton souillé et les assiettes en styromousse ne vont pas dans les bacs à recyclage.
  • Dans la même lignée, préférez des serviettes lavables.

4 / Un repas de fête : Le repas du réveillon représente pour beaucoup d’entre nous un moment de plaisir gustatif très attendu.

Cuisinez avec des produits biologiques, équitables et de saison.

  • Oubliez ainsi les fraises et tomates qui n’auront par ailleurs aucun goût. Concernant les fruits exotiques, c’est aussi la saison d’en manger. Mais préférez ceux transportés par bateau et issus du commerce équitable.
  • Pour le poisson (notamment saumon et crevettes), préférez celui d’élevage et si possible bio : 75 % des réserves mondiales de poisson sont épuisées ou surexploitées.
  • Sachez par ailleurs qu’en plus d’être bonnes pour la santé, les huîtres, produit local, sont naturellement bio car élevées dans la mer, sans ajout de produits chimiques et faisant l’objet d’une vérification stricte de la qualité de l’eau.

Noël est une bonne occasion pour repenser nos habitudes alimentaires. Évitez de manger trop de viande.

  • Surprenez votre famille et vos amis avec des plats végétariens !

Gardez les restes du repas de Noël dans des contenants réutilisables ou distribuez-les à votre famille, ou amis.

Ça évite le gaspillage !

5 / Offrez des cadeaux de Noël responsables :

Offrez des cadeaux artisanaux ou produits près de chez vous.

Ça évite le transport et favorise les producteurs locaux.

Offrez des cadeaux issus du commerce équitable.

Ça stimule et fait connaître le commerce équitable.

 Selon vos talents et ce que vous avez sous la main, fabriquez vos propres cadeaux.

Si c’est un cadeau pour une personne gourmande, misez sur vos talents culinaires : Offrez des biscuits, des confitures faites maison, du caramel au beurre salé, des conserves préparées avec amour, des eaux de vie..
Sinon, vous pouvez également confectionnez un calendrier avec des photos, des vêtements fait à la main, un tricot un livre de recettes écrits à la maison, ou encore, si vous avez l’âme d’un artiste, un portrait, une chanson … ou que je-sais !

Bref, faire quelque chose de personnel et ça réduit la consommation, et ça lui fait également son petit effet ! !

Offrez des cadeaux culturels.

Exemples : Places de concert, de sport, spectacle, théâtre, cours de cuisine, etc.

Offrez des soins personnels.

Des massages et d’autres services de soins personnels

Ça limite les déchets et ça fait tellement de bien!

Enfin, pour les emballages : faites des emballages originaux et plus écolos pour vos cadeaux :

Emballez vos cadeaux dans des sacs réutilisables ou du tissu : pourquoi pas apprendre la technique du Furoshiki.

Ou alors, privilégiez le papier recyclable et réutilisez vos vieux emballages.

 

BONUS : Enfin, une fois les fêtes terminées pourquoi ne pas songer à faire un tri, parmi vos affaires :

À Noël, on reçoit parfois beaucoup de cadeaux, et après les fêtes vient le temps de tout ranger ! Alors pour faire entrer toutes ces nouvelles choses dans vos intérieurs il est sans doute temps de faire un tri et de ré-évaluer vos besoins.

Personnellement, je vous conseille de tout donner à des œuvres caritatives ou à des associations :

À moins que vous soyez extrêmement dans le rouge niveau financier, je vous conseille de vous départir au plus vite de tout ces objets inutilisés.

Vendre ces objets d’occasion demande beaucoup de temps et d’énergie. Alors personnellement, je préfère me dire que je ferais moins d’achats superflus, et tout apporter à un centre.

C’est aussi l’occasion de faire une bonne action !

Apporter vos objets à des associations et à des œuvres caritatives permet à des gens de vivre. En effet, la plupart de ces organismes, existent grâce aux dons.
En France, vous pouvez les porter chez Emmaüs, La Croix-Rouge, Le Secours Populaire, Le Secours Catholique, Les Petits Frères des pauvres… (N’hésitez pas à rallonger la liste dans les commentaires ! ).

Au Québec, vous pouvez les porter chez Renaissance, au Village des valeurs, chez L’Armée du Salut ou chez Saint- Vincent de Paul (Pareil n’hésitez pas à rallonger la liste dans les commentaires ! ).

Bref les organismes ne manquent pas !  Renseignez-vous pour trouver l’adresse la plus proche de chez vous.

En apportant vos objets délaissés à ces œuvres caritatives, vous permettez à vos objets d’avoir une seconde vie, plutôt que de les laisser pourrir dans votre étagère ou votre garde-robe.

Dites-vous que ça fera un heureux !

Donner vos objets à des organismes c’est à la fois, faire un geste pour la planète mais également un faire geste solidaire.

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.