architecte-encore-heureux-pavillon-circulaire-construire-materiaux-recuperation-economie-circulaire-1

Construire avec des matériaux de récupération

Et si l’avenir de la construction était dans les bennes à ordures et les sacs de gravats? C’est l’avis des architectes Julien Choppin et Nicola Delon de l’agence « Encore Heureux » qui considèrent que l’ont jette parfois au rebut des matériaux qui pourraient être encore exploités. Ainsi afin de prouver qu’il est possible de faire de belles choses même avec des matériaux de récup’ ils ont conçu le Pavillon circulaire. Il a donc été conçu avec la volonté de diminuer la consommation de matières premières et de ressources. La problématique de la gestion des déchets est au centre de la pratique des architectes.

Ainsi, ce bâtiment municipal n’a rien de circulaire, si ce n’est son processus de fabrication.

Ce bâtiment municipal a été commandé par la ville de paris, en amont de la COP21. Ainsi, la Ville de Paris s’est engagée à exposer des projets dans l’espace public, qui démontrent que l’on peut faire beaucoup avec peu de moyens.

Pour que le résultat soit à la hauteur de leurs ambitions, ils ont fait appel à l’agence Encore Heureux. Ces derniers ont alors conçu un bâtiment à faible impact environnemental, en suivant les principes de l’économie circulaire.

C’est-à-dire que ce bâtiment a été fabriqué uniquement avec des matériaux de réemploi.

Lorsque les déchets des uns sont les ressources des autres :

Le bâtiment est composé d’une structure en bois. Les tasseaux de la structure ont été récupérés. Ils proviennent du surplus d’une commande d’immeubles de bureaux. Ensuite, le pavillon est composé d’une couche d’isolation fabriquée à partir de laine de roche. Cette dernière provient d’un excédent de toiture d’un chantier de centre commercial. Puis, le bâtiment est recouvert d’un bardage étonnement très élégant. Il est constitué de 180 portes en chêne. Elles ont été assemblées suivant un motif à chevrons. Ces portes palières proviennent de la réhabilitation d’un immeuble de logements situé dans le 19e arrondissement.

Enfin, pour l’aménagement intérieur l’éclairage provient de la récupération de luminaires de voiries. Le sol est composé d’anciennes cimaises d’exposition en bois du Pavillon de l’Arsenal; et le mobilier provient de collectes réalisées auprès de déchetteries parisiennes. Tout le mobilier a été réparé et repeint afin de créer une uniformité entre tous ces éléments quelque peu éclectiques.

architecte-encore-heureux-pavillon-circulaire-construire-materiaux-recuperation-economie-circulaire-2

architecte-encore-heureux-pavillon-circulaire-construire-materiaux-recuperation-economie-circulaire-3

Cette démarche expérimentale démontre qu’il est possible de faire quelque chose d’élégant à partir de matériaux de récupération.

Le pavillon circulaire, a été construit d’un le cadre d’une manifestation éphémère. À la suite de celui-ci le bâtiment a été mis aux enchères et vendu, pour la modique somme de 10 euros !!

C’est pourquoi il était particulièrement important de tenir compte de l’impact environnemental des matériaux utilisés.

 

architecte-encore-heureux-pavillon-circulaire-construire-materiaux-recuperation-economie-circulaire-0

Lors de son installation sur le parvis de l’hotel de ville, le pavillon était un lieu multiculturel, qui accueillait des expositions, des débats, et des rencontres :

Ainsi ce lieu était la fois démonstrateur du potentiel du réemploi dans l’architecture mais également un lieu convivial. Le pavillon circulaire était un lieu d’échange et de rencontres.

Il accueillait une programmation riche, ouverte à tous et en accès libre :

Tous les mardis soirs étaient organisés des débats ou des conférences. Le but de ce rendez-vous était de donner la parole aux acteurs de l’économie circulaire, qu’il soit architecte, urbaniste ou paysagiste.

L’objectif était de réfléchir ensemble aux façons de créer des métropoles plus durables.

Tous les mercredis, les samedis et dimanche étaient organisés des ateliers et des spectacles de marionnettes. Cette fois, l’événement s’adressait à un public. Les thèmes des ateliers étaient orientés sur des problématiques de société, comme sur le vivre ensemble, les habitats écologiques et le gaspillage.

Bref, la programmation avait pour but de promouvoir une nouvelle économie; l’économie sociale, solidaire et circulaire

Le pavillon comportait également un café solidaire et un restaurant, au sein duquel, le chef Pierre Sang promouvait la gastronomie circulaire. Ainsi, il se servait des rebuts pour concocter de savoureux plats. La gastronomie circulaire est approche responsable qui lutte et réduit le gaspillage alimentaire.

Dommage que l’aventure du pavillon circulaire n’est pas durée plus longtemps.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

2 Commentaires

Quelle bonne idée de construire avec du matériel de récupération! 🙂 Et ce pavillon est vraiment réussi! 🙂

Bises!
http://dustandswallow.blogspot.com

Je partage vraiment ton opinion, je n’en reviens toujours pas qu’il a été vendu 10 euros !

Belle journée 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :