archi-warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-7

Warka Water, la tour qui transforme l’air en eau

Pour de nombreux pays en voie de développement, l’accès à l’eau potable est encore un luxe. Selon les estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), plus d’un milliard de personnes seraient actuellement privées de cette ressource essentielle. Cela provoque chaque année la mort de milliers de personnes, suite à des maladies provoquées par la consommation d’eau insalubre. Aujourd’hui alors que nous sommes capables d’aller dans l’espace, d’explorer d’autres planètes… il est étonnant que tous, autant que nous sommes, nous ne soyons pas capables avec toutes les technologies dont nous disposons, ainsi qu’avec le niveau de science et de technologie actuelle, nous ne soyons pas capable d’aider les personnes dans le besoin.

Pour pallier ce problème, un architecte italien s’est penché sur la question et a crée la tour Warka Water. Il l’a appelée « Warka » en hommage à un arbre qui produit une zone d’ombre précieuse, sous laquelle se rassemblent les communautés. L’architecte Arturo Vittori s’est entouré d’étudiants en architecture pour concevoir cette solution innovante. Ces derniers viennent de différents coins de la planète et notamment d’Éthiopie. warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-9

Derrière ce projet, il y a un objectif double : d’une part donner accès à de l’eau potable, d’autre part  créer un lieu de rencontre.

 

Warka Water : une solution au problème de l’accès à l’eau potable dans les zones rurales arides :

Warka Water, c’est une tour d’une dizaine de mètres de haut, sur laquelle est tendu un filet qui permet de récolter l’humidité des nuages. Désormais cette tour permet de les besoins en eau d’un village éthiopien.

warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-6

Mais quel est le principe de la tour Warka? Comment parvient-elle à capturer les nuages?

La tour Warka capte dans ses filets l’humidité de l’air et plus spécialement du brouillard. Ce filet est composé d’un matériau de mailles en plastique constitué de fibres de nylon et de polypropylène qui agissent comme des micros-tunnels pour « récolter » des gouttelettes. Cette technique qui capture l’humidité grâce au textile n’est pas nouvelle en soi. En effet elle a déjà été utilisée à diverses reprises, à divers endroits sur le globe. Cependant le fait d’appliquer cette technique à une structure cylindrique la rend plus efficiente. Cela récupérer l’humidité de l’air peut importe la direction du vent.

Mais comment ça fonctionne cette immense structure?

La tour Warka permet d’abord d’attraper les fines gouttes dos du brouillard qui se dépose sur les filets en le traversant. La tour Warka permet aussi récupérer les gouttes de pluie qui s’accrochent aux filets en tombant. Enfin, la Tour Warka permet de récupérer l’eau, mais aussi les gouttes de rosée qui se forment aux heures les plus fraîches de la nuit. Toutes les formes d’eau sont finalement recueillies dans une grande cuve de stockage. Cette cuve est située « en sous-sol » ce qui permet de la garder à une température plus fraîche, et d’éviter l’évaporation.

warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-12

 

Mais ce dispositif est-il bien efficace? Autrement dit quelle quantité d’eau ce dispositif permet-il de récolter?

L’architecte reste assez évasif sur les résultats de son installation car la collecte est très variable:  dépendamment  principalement de la météo. Mais la finalité de cette installation c’est de pouvoir apporter à la communauté 100 litres d’eau par jour en moyenne sur une année.

Mais comment la fabrique-t-on?

Cette tour peut être construite en environ 10 jours avec l’aide de cinq ou six personnes.

warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-14

Pour construire cette tour pas besoin de matériaux extraordinaires les outils sont basiques et les matériaux sont très simple. Pour construire cette tour, vous aurez donc besoin : de bambou de filet, de ficelle, et d’attaches métalliques.

warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-10

Les outils nécessaire pour sa construction sont eux aussi très restreint. En effet, pour fabriquer cette tour de plus de 10 m, il faut seulement, un marteau, une perceuse, une machine à coudre, des ciseaux, une scie, une pince coupante et une pince plate, ainsi qu’un mètre ruban et diviseur de bambou, ( ou outil qui permet de diviser la tige du bambou en morceaux de largeur égales).

tools-warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-10

La tour peut être assemblée  sans échafaudages ou d’équipements électriques. Arturo Vittori travaille en collaboration avec les communautés locales en intégrant les outils traditionnels et les techniques de construction ancestrales. La structure est composée de tiges de bambou croisés qui conférent à la structure une certaine résistance. La tour est donc constituée de plusieurs modules qui sont par la suite assemblés.

 

warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-10

Le bambou est un matériau adéquat pour ce genre de structure:

D’une part parce qu’il est léger, d’autre part il est élastique. De plus c’est un matériau qui pousse rapidement et qui est disponible un petit peu partout dans le monde. Cela permet d’utiliser des ressources disponibles localement.

 

Capter l’eau de l’air, une goutte après l’autre :

Dans les montagnes brumeuses de Dorzé, au sud de l’Éthiopie, une élégante structure de bambou capture dans ses  lets l’humidité de l’air pour offrir aux populations locales une ressource en eau saine, accessible et renouvelable. Dans ces régions où l’isole- ment et le relief rendent dif cile l’accès aux ressources, le forage de puits n’est pas la meilleure des solutions. Avec son projet Warka Water, l’architecte italien Arturo Vittori offre une alternative simple, peu coûteuse et à faible impact écologique. Cependant rien ne prédestinait Arturo Vittori a créé ce projet. Alors qu’il se passionner pour le design d’avion il est frappé par le problème de l’eau en Éthiopie. Il décida alors de mettre ses compétences d’architecte à la réalisation de ce projet. La base du projet a été l’arbre Warka car c’est la base du développement de la vie sociale en Éthiopie.

 

La forme des tours Warka Water a également beaucoup évolué depuis le début du projet:

archi-vittori-warka-water-tour-transforme-air-eau-potable-nuage-condensation-arturo-vittori-4

Arturo Vittori a réalisé des tests sur près de 14 prototypes afin de mettre au point celle qui permet d’obtenir le plus d’eau potable.

 

L’architecte Arturo Vittori travaille à l’amélioration des performances, et plus particulièrement sur la performance des filets.

En collaboration avec un  laboratoire allemand, il a mis au point de nouveaux échantillons plus dense qui permettent de récolter cinq fois plus d’eau que les filets d’origine.

Une nouvelle génération de Tour est déjà en gestation :

L’architecte et son équipe travaillent à adapter la forme à différents climats, notamment à des climats plus arides.

Il envisage aussi par la suite de créer des tours qui puissent collecter l’eau au sein même des maisons. Il souhaite intégrer la technologie de la tour Warka en acheminant l’eau directement dans l’habitat. Cela éviterait aux populations de se déplacer pour aller chercher de l’eau.

Le financement participatif au l’implantation d’un projet de design environnemental et social:

L’implantation de ces tours, permet aux population d’avoir accès à de l’eau potable, en tout temps. Ainsi libérés des contraintes de ravitaillement, les enfants, peuvent alors aller étudier, et les populations peuvent aussi faire pousser des fruits et légumes, grâce à l’eau disponible.

L’architecte a implanté ces tours à l’aide du financement participatif dans différentes zones arides.

Il estime que le coût de construction d’une tour avec les matériaux locaux ne dépasse pas 500 €.

La tour Warka a remporté le prix mondial du Design à « impact » environnemental. Et pour continuer à étendre son projet, l’entreprise associative Warka Water a lancé un appel au don sur Internet. Donc, si le coeur vous en dit, si vous souhaitez participer au financement de l’accessibilité à l’eau potable, dans les zones rurales arides, vous pouvez faire un don, via Paypal à partir du site internet du projet, ici !

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Un commentaire

Coucou ma Marie!

Ohlala encore un bel article!
Mais ce qui est bisarre, c’est que je vais quotidiennement sur hellocoton et je ne vois pas tes nouveaux articles sur mon mur… Étrange…

C’est vraiment une très bonne chose que tu aies fait un article du genre! Je sais que dans beaucoup d’endroits du monde on manque d’eau, et je pense même que ça va être de pire en pire…

Merci beaucoup pour ce partage encore une fois, grâce à toi j’ai pu apprendre des choses!

xx
Sarah
http://ladyzorro.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :