Vernis à ongles et toxicité

Aujourd’hui le vernis, c’est presque devenu un accessoire de mode. On en vend pour les femmes, pour ados, et même pour animaux. Cependant, derrière ces jolies couleurs glossy, se cachent en vérité des cocktails parfois toxiques, et nocifs pour la santé. Alors que de nombreux blogues beauté passent au crible, le temps de pose, la couleur, la tenue, rares sont ceux qui abordent la question de la composition de ces produits.

C’est pourquoi même si le vernis n’est pas mon sujet de prédilection, je crois que c’est important d’aborder ce sujet, afin de dévoiler les dangers que leurs ingrédients provoquent! Je n’aurais pas cru auparavant parler de ça ici, mais je me rends compte que ça fait partie de mon nouveau mode de vie. Alors comment suis-je venue à m’intéresser à cela? Et bien tout simplement, un jour en m’appliquant du vernis l’odeur dégagée m’a interpellée. N’ayant pas la réponse, je suis allée faire un petit tour sur Google mon ami, et j’ai découvert les effets pervers de cocktails chimiques contenus dans ces petits flacons.

Alors un vernis à ongles ça contient quoi?

En gros, on retrouve toujours les mêmes ingrédients à savoir de la résine, des colorants, des solvants et des conservateurs. Le problème c’est de choisir les bons!! Car cette chimie n’est pas sans conséquence sur l’organisme. En effet parmi les substances présentes dans la composition des vernis à ongles certaine sont allergisantes tandis, que d’autres sont toxiques pour notre organisme.

Alors pour remédier à cela il faut apprendre à déchiffrer les étiquettes. Le travail ne va pas être simple, car il n’est pas évident de décrypter ces composants chimiques. Alors, premier conseil, munissez-vous d’une loupe et/ou de lunettes! Car les étiquettes ne sont souvent guère plus grandes qu’un ongle, alors que la liste des ingrédients est souvent à rallonge. Voici les composants à proscrire si vous souhaitez protéger votre santé.

 

Un vernis à ongles sans danger pour la santé ne devrait pas contenir de dibutylphtalate, de toluène, de formaldéhyde, ou de xylène.

– le formaldéhyde:

On le retrouve également sous des appellations telles qu’éthanal, aldéhyde formique ou encore formol. Le rôle du formaldéhyde dans la composition, c’est d’agir comme durcisseur. Mais ce durcisseur n’est pas anodin, il a été identifié depuis 2004 comme cancérigène par le Centre International de Recherche sur le Cancer. D’autres études montrent qu’il serait également le responsable de problèmes respiratoires. Mais contre toute attente malgré ces effets nocifs sur la santé, sa présence est tolérée. Oui, les laboratoires sont tout de même autorisés à utiliser le formaldéhyde. La seule condition qui leur est imposée c’est de ne doivent pas dépasser une concentration de 5 %. Donc, si vous êtes une adepte du vernis, il est peut-être temps de faire un petit ménage au sein de votre collection!

– le dibutylphtalate:

Le dibutylphtalate se cache sous d’autres appellations comme le phtalate de dibutyle. Il est plus connu sous l’abréviation DBP. Il a un rôle de solvant et de plastifiant. Son action empêche les vernis de craqueler. Cependant il est identifié comme étant la cause d’allergies cutanées et respiratoires. Les DBP ont été interdits en Europe par la réglementation européenne sur les cosmétiques depuis 1976. Cette interdiction a entraîné sa suppression au sein des laboratoires européens. Cependant cette restriction ne s’applique pas aux vernis importés; donc si votre vernis provient de loin, soyez attentifs aux étiquettes!

–  le toluène:

Il est également appelé méthylbenzène ou phénylméthane. Son action rend l’application du vernis à ongles plus fluide. Cependant sa présence engendrerait elle aussi d’allergies cutanées et respiratoires.

– le camphre synthétique:

C’est un neurotoxique qui est dangereux pour le système nerveux par inhalation. Il est considéré comme potentiellement cancérigène,

– le xylène:

Il est aussi présent sous le nom de diméthylbenzène. C’est un dérivé du pétrole qui sert de solvant dans les vernis. Cette substance est nocive lorsqu’elle est inhalée et peut causer des maux de tête, des vertiges, et à forte dose des pathologies de l’estomac.

 

Bref, le vernis à ongles est nocif pour vous, mais également pour l’environnement…

En effet, après quelques mois d’utilisation, le vernis sèche. Alors lors d’un ménage on le met dans notre petite poubelle de salle de bain. Or, le vernis contient des substances chimiques nocives. La composition chimique d’un flacon de vernis est comparable aux compositions des peintures appliquées pour le revêtement des voitures. C’est pourquoi on devrait agir en conséquence pour la fin de vie de ces produits. Il faut donc les déposer dans un Écocentre adéquat qui se charge de la collecte des résidus domestiques dangereux.

 

Sinon, à part arrêter de porter du vernis, il existe des compagnies engagées qui utilisent des produits plus respectueux…

 

 

 

À ce propos, j’ai déniché sur instagram une marque de vernis qui respecte votre santé. Il s’agit de la marque Soigné Botanique. Je l’ai découvert, car j’ai été séduite par la mise en scène de ces produits, au premier coup d’œil. Ensuite j’ai découvert que cette marque au nom français cache en réalité une marque anglaise, qui soigne la composition de ces produits. En effet, leurs formules de vernis sont composées à 85 % de composants d’origine naturelle. Ce choix leur permet d’avoir l’appellation 5 — free. Cette appellation certifie que les vernis sont sans DBP, sans toluène, sans formaldéhyde, sans résine de Formaldéhyde et sans camphre synthétique. Ils sont donc sans risque pour votre santé. De plus leurs produits ne sont pas testés sur les animaux et sont « vegan friendly ». Il n’y a donc pas d’ingrédient d’origine animale non plus! Bref ils ont tout pour plaire.
Par ailleurs, ils ont mis le paquet sur le packaging. Cela ne va sans doute déplaire à certaines. Mais je suis obligée par déformation professionnelle de souligner le soin porté à ces produits. Les vernis sont disposés dans de superbes coffrets.

Et il n’y a pas que moi qui le dis, car les vernis Soigné Botanique ont remporté un prix décerné par Beauty Shortlist Awards.

Pour finir, apprenez à lire les étiquettes et méfiez-vous! Car, ce n’est pas parce qu’une marque se qualifie de bio que la composition du vernis est garantie 100 % naturelle. Ni que tout ce qui est naturel est bon pour la santé… Voilà attention à ne pas faire de raccourcis trop rapidement. Lisez toujours les étiquettes avec un œil aguerri! Avec le temps, vous prendrez l’habitude! Bon magasinage, et prenez soin de vous, et de vos ongles! Et n’hésitez pas à vous offrir ces jolis vernis, respectueux. La qualité est au rendez-vous! Si vous connaissez ces vernis et avez déjà testé, n’hésitez pas à me donner vos avis!

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Le jeu de construction réinventé par un architecte

Les legos et les Kapla sont connus de tous. Ils sont partis intégrantes de nos enfances. Mais il se pourrait bien qu’un nouveau jeu s’impose dans les années à venir, sur le marché du jeu de construction. Il s’agit du Tsumiki, ce qui signifie littéralement « Lego japonais ». C’est un jeu conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma. Il est mondialement connu pour son travail méticuleux. Il a énormément travaillé la question de l’assemblage des structures de bois.


Cet architecte est également le concepteur d’une panoplie de projets. Il a conçu aussi bien des musées comme le Nezu Institute of fine arts à Tokyo, le Xinjin Zhi ou encore le château de Kanayama à Gunma. Mais il a aussi conçu des maisons « Mesh/earth » à Tokyo, ainsi que des hôtels, comme l’hôtel international de Kyoto. C’est aussi lui qui a remporté la candidature pour la conception du nouveau stade olympique de Tokyo.

Un jeu de construction conçu par un architecte, ça donne quoi ?

Kuma a imaginé un jeu de construction avec lequel il aurait sans doute aimé jouer lorsqu’il était plus jeune. Car le Tsumiki représente en quelque sorte le prolongement de l’œuvre architecturale de Kuma. En effet, ce jouet créatif se compose des pièces en forme de V. À la base de chaque branche se trouvent des encoches qui permettent aux blocs d’être associés avec une grande flexibilité. Les combinaisons et l’empilement de pièces sont multiples et permettent de créer des formes organiques telles que des animaux, ou encore des sculptures. Les éléments triangulaires permettent de laisser libre cours à votre imagination. Ce jeu est adapté aux personnes de tous âges. Il permet non seulement de satisfaire le goût intuitif du jeu de construction, mais également d’entretenir la dextérité.

Un joli packaging, pour un jeu écoresponable

L’emballage du Tsumiki est également très élégant. Les pièces sont conservées dans de petites boîtes en forme de maisons avec des toits pointus. L’emballage comporte une fente qui attire le regard. Cela permet d’appréhender la matière et la texture des blocs de cèdre. Pour la fabrication du jeu Tsumiki l’architecte japonais Kengo Kuma, a collaboré avec l’organisation de protections des forêts « more trees ». Les blocs sont composés en bois de cèdre du Japon et certifiés par le Forest Stewardship Council (FSC).

 

Le jeu Tsumiki peut inspirer aux enfants, un goût pour l’esthétique et la nature. Et contrairement aux jeux en plastique, il a un impact positif sur l’environnement ainsi que sur de la protection de la nature. Tsumiki est disponible en trois formats différents. Il est possible d’acheter des boites de 7, 13 ou 22 pièces. Elles sont disponibles en ligne pour environ 70 $ ici.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Une montre pour arrêter de courir après le temps

Ralentir, grâce à une montre mono-aiguille.

J’ai découvert ce beau concept de montre par un ami. Le joli paquet qui renfermait ce petit bijoux s’est glissé sous le sapin, il y a tout juste un mois… Dès que je l’ai aperçu avec cette montre au poignet, le look épuré de la montre m’a tapé dans l’oeil. Bref, j’ai apprécié le concept très cool de cette montre à l’allure très classe. J’ai décidé de vous en parler car aujourd’hui, nous sommes régulièrement submergés, voire débordés par nos modes de vie à 1000km/heure. Difficile même parfois de parvenir à concilier le travail, à la vie de sociale et de famille. On aimerait tous pouvoir passer plus de temps avec nos proches. Mais bien souvent nous en manquons! Et comme le temps manque, nous courrons inlassablement après.

Slow est une entreprise de montres qui propose de changer notre perception le temps. Pour ce faire, elle s’est inspirée d’un concept original mis au point il y a des dizaines d’années maintenant. Il s’agit d’une montre mono aiguille. La montre mono aiguille vous fera penser l’heure différemment.

Alors que la plupart des montres comportent deux à trois aiguilles et permettent une précision à la seconde, un nouveau type de montre se fraye une place sur le marché. Ces montres sont pensées pour les personnes qui souhaitent ralentir, avoir une vie plus slow. Ces montres mono aiguille sont également appelée montres 24 h. Cela fonctionne comme une montre dont on a retiré l’aiguille des minutes et dont l’aiguille des heures fait un tour en 24 heures. L’unique aiguille avance de façon très lente mais continue, bien que cela soit perceptible. Ces montres qui ne possèdent qu’une seule aiguille ne permettent que d’obtenir une approximation de l’heure.

Faites du temps votre meilleur allié.

L’idée c’est donc de renoncer à courir contre la montre.  Grâce à un horaire plus approximatif, l’idée c’est de prendre ça plus relax.

Cela ne signifie pas que vos journées seront moins remplies, mais cela vous permettra d’appréhender vos journées autrement. Bref c’est certain que si vous êtes des personnes omnibulées par le timing, et par le fait de ne jamais arriver en retard, ça va plutôt être compliqué de s’adapter. Mais si vous souhaitez juste cesser de vous alarmer par le défilement incessant des heures et des minutes, cette montre est sans doute idéale pour vous.

Et vous quels sont vos astuces pour avoir une vie plus slow ?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Réinventer la mode grâce au laser

Repenser le vêtement et même l’industrie textile avec la découpe laser

Au cours des dernières décennies, on a cessé d’augmenter la quantité des vêtements produits, mais souvent au détriment de la qualité. De plus, cette tendance n’est pas sans conséquence pour l’environnement et les gens qui travaillent au sein de ce secteur. C’est en partant de ces constats, que le collectif Post-Couture a souhaité imaginer une alternative au système de l’industrie actuelle de la mode.Ce jeune collectif néerlandais a pour ambition de modifier la façon de distribuer, consommer et produire la mode. Comment? L’idée c’est simplement de se servir de la découpe laser. Déjà présente dans l’industrie textile, cette technique permet de découper de nombreuses pièces de vêtements en même temps. Alors, pourquoi ne pas adapter la mode à cette technologie? Et bien c’est le pari du collectif qui a dessiné des vêtements sans couture. Il propose une collection numérique innovante.

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

La collection ONE | OFF:

La première collection du collectif Post-Couture se compose de six pièces. Elles ont été conçues par Martjin van Strien. Cette ligne de vêtement un peu particulière se présente sous forme de patronage digital. Mais la nouveauté c’est que chaque patron est téléchargeable. Les utilisateurs sont ainsi placés au cœur du processus, car chaque modèle a été pensé afin que n’importe qu’elle personne, puisse assurer la production du vêtement lui-même .

Le design des pièces :

La collection est composée de pièces aux coupes futuristes. Elles traduisent la fascination de Martjin van Strien pour l’architecture, et la science. Ces pièces aux allures parfois minimalistes sont découpées dans un matériau fabriqué à partir de bouteilles de plastique recyclées. Ce matériau high-tech est assez rigide. De plus, il a une bonne tenue, ce qui permet aux vêtements de ne pas se défaire.

Une mode téléchargeable… et après comment ça se passe?

Le principe est ultra simple : pas besoin d’être designer ni d’être couturier. Il suffit de sélectionner le modèle de votre choix sur le site du collectif The Post-Couture. Sur le site, vous renseignez vos mensurations, puis une fois la commande passée vous recevrez le patron dans votre boite courriel… Ensuite le producteur c’est vous!!

Combien ça coute? 

Le fichier téléchargé est un fichier au format illustrator (un logiciel vectoriel). Pour Martjin van Strien, si les gens ont recours actuellement au fast-fashion, c’est aussi grâce aux prix attractifs, peu élevés qu’elle propose. C’est pourquoi il a souhaité que son projet soit accessible. Le téléchargement d’un patron coûte 5 euros, soit environ 7 $. Par ce prix abordable, il instaure une nouvelle alternative.

Do it!!!

Dans ce processus de production inversé, c’est vous qui êtes au cœur du projet! Votre rôle est central. Vous devez choisir la matière et de la couleur qui vous convient pour réaliser votre vêtement. Ainsi, si vous souhaitez recycler une vieille robe liberty, dont vous adorez le motif, mais dont la coupe ne vous plait plus, et bien c’est possible!!

Après le choix du patron et du tissu, vous devez vous rendre dans un fablab afin de procéder à la découpe. Puis, une fois les morceaux découpés, c’est à vous de les assembler!! Inquiétez-vous pas, il y a des vidéos explicatives (sur le site du collectif). Vous n’aurez qu’à vous laisser guider.

L’avantage de cette technique, ce n’est que nul besoin d’avoir des connaissances en couture, pour réaliser un tee-shirt. C’est malade non? Pour Martjin van Strien, le fait d’intégrer les gens dans le processus de création de leurs vêtements, permet de créer des produits beaucoup plus attractifs, que ceux proposés par l’industrie de masse. De plus, si vous choisissez de vous faire une garde robe 100 % Post Couture, vous pourrez jouer avec les assemblages et reconfigurer vos vêtements! Bref, en fait c’est un jeu de construction, comme des legos!

decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy decoupe-laser-post-couture-innovation-open-source-industrie-textile-mode-fablab-diy

Le coté innovant du projet Post-Couture

Cette façon innovante de produire des vêtements demande un fort engagement de la part de l’utilisateur. En effet, cette nouvelle façon de faire, et de produire, renverse le processus habituel, et le consommateur devient un acteur. De surcroit, cette expérience unique permet une personnalisation ultime que l’industrie actuelle ne permet pas. Au cours du processus, l’utilisateur s’implique et cela confère  une valeur ajoutée aux vêtements. Enfin, l’utilisateur portera un habit unique dont il sera faire. Le vêtement produit sera unique et révèlera son identité.

De plus, ce principe a d’autres avantages, il est éco-responsable. En effet, les dessins sont partagés numériquement et fabriqués localement et à la demande. Le fait de produire à la demande constitue un autre avantage de taille. Il n’y aucun stock à gérer. Le fait d’être découpé et assemblé de façon locale, entraine une réduction de  la pollution et les coûts de transport habituels.

Enfin, le dernier point positif, est celui de l’éthique. Ce mode de production, n’exploite pas des ouvriers dans des conditions lamentables.

Bref,  je vois en ce projet une porte de secours pour l’industrie textile. Vous l’aurez compris, à mes yeux le projet du collectif est prometteur. Il mêle design futuriste, «  Do it Yourself  » et technologie… J’ai hâte de découvrir les prochaines collections.

Que pensez-vous du projet de Post-Couture?

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

10 conseils pour prendre soin de vos vêtements

Après vous avoir parlé de Tangent GC, une entreprise qui élabore des produits pour prendre soin de vous, et de vos vêtements. Voici quelques conseils pour les choyer vos vêtements.

1 — Acheter des vêtements de qualité

Cela passe tout d’abord par le choix des matières. Ensuite, il faut savoir qu’une belle matière sans bon assemblage, ça ne sert pas à grand-chose. Alors, pour avoir une idée de la qualité de l’assemblage, vous pouvez tirer légèrement de part et d’autre de la couture. Voyez comment elle réagit, si elle lâche à la première extension, fuyez! Ensuite, prêter un œil attentif aux éventuels petits fils qui dépassent des coutures. En général, dans les boutiques de fast-fashion, ils sont nombreux. Leur présence démontre un assemblage de piètre qualité, alors fuyez également! Observer également si les coutures, sont droites, ou si elles suivent de belles courbes. Car lorsque les vêtements sont assemblés à la va-vite, il est fréquent de constater des coutures qui zigzaguent.

Ne négligez pas l’observation des coutures, car un assemblage de belle qualité est un facteur, qui va garantir la durabilité du vêtement.

Ensuite, si par le passé vous avez effectuez des achats, sans prêter attention aux matières et à l’assemblage, ce n’est pas grave! Pas besoin de vous sentir coupable même si la majorité de votre garde-robe a été acheté dans des boutiques de fast-fashion… Bref, peu importe la qualité de ce que vous possédez, je souhaite juste vous prodiguer quelques conseils, afin de prolonger la durée de vie de vos vêtements.

2 — Prêter attention aux étiquettes vos vêtements

Tout d’abord, vos vêtements ont avec des étiquettes de lavage. Si les marques prennent le temps d’apposer de petites étiquettes à vos habits, ce n’est pas pour rien!!  Alors le premier conseil à suivre, c’est simplement de lire et d’appliquer ces instructions. Le seul fait de correctement suivre les indications de lavage contribue à préserver vos vêtements plus longtemps. Voici les principaux symboleset leur signification :

 

10-conseils-prendre-soin-garde-robe-vetement-no-poo-denim-durable-fast-fashion-slow-ecolo-symbole-nettoyage-sec-chlorage-03-02

3 — Soyez attentifs et vigilants lors de l’achat de vos vêtements

Ensuite, si vous ne prenez jamais le temps de faire des lavages à la main, prenez ce facteur en considération lors de l’achat. En effet, il sera plus judicieux pour vous de dépenser votre argent dans des vêtements dont vous pourrez prendre soin par la suite, plutôt que d’ignorer les instructions de lavage lors de votre magasinage et de les ruiner votre linge dès les premières utilisations.

4 — Soyez à écoute des matières/apprenez à négocier avec le denim

Enfin, voici un autre conseil, qui risque de vous laisser bouche bée : ne lavez plus vos jeans!!! Cela va vous paraitre étonnant, voir aberrant pour certains, mais le denim n’est pas un textile fait pour être laver régulièrement. Si à cet instant vous vous demandez qu’elles soient mes sources pour affirmer cela, et bien voici une publication du PDG de Levi’s. Peut-être que les dires du président de la compagnie seront plus convaincants que les miens!

Cependant, notez que cela s’applique uniquement aux jeans de bonne qualité. Et si vous ne faites vos emplettes que dans des boutiques de fast-fashion, il est fort probable que vos jeans soient composés d’un mélange de tissus, donc cette technique n’est pas applicable.

En revanche, si vous avez investi dans une bonne paire de jeans, vous pouvez la porter pendant 6 mois avant de la passer en machine.

Pour un nettoyage intermédiaire entre deux lavages, vous pouvez accrocher vos jeans à l’extérieur par une journée ensoleillée et/ou venteuse, ou alors, mettre votre jeans au congélateur, afin de tuer les bactéries.

Enfin, quand vient le temps de les nettoyer, il est préférable de ne pas utiliser de détergent contenant des produits chimiques. En effet, la majorité des détergents disponibles en grandes surfaces contiennent des agents nocifs, pour vous, pour vos vêtements, et pour l’environnement. C’est pourquoi pour laver vos jeans en denim, je vous conseille de choisir le détergent de Tangent GC .

Après avoir choisi un bon détergent, et après une longue période de « no-poo », 2 méthodes s’offrent à vous.

La première, est celle du trempage dans une baignoire (si vous en disposez d’une). C’est très simple. Tout d’abord, remplissez votre baignoire avec de l’eau tiède, puis ajoutez un peu de détergent. Ensuite, placez votre jean dans l’eau, et remuez le tout quelques instants. Puis, laissez-le tremper pendant une quinzaine de minutes. Enfin, videz l’eau de la baignoire, et essorez votre jeans et accrochez-le pour qu’il finisse de sécher.

La seconde, est celle du lavage en machine. Soyons honnêtes, nous avons tous une préférence pour le lavage en machine!! Nos habitudes, nos modes et rythmes de vies font que cette solution nous parait bien plus pratique. Alors pas de panique!

Tout d’abord, tournez vos jeans à l’envers et insérez-les dans votre machine. Puis choisissez un cycle de lavage froid et doux. Lancez le programme, et ajoutez du détergent à l’endroit prévu à cet effet. Enfin, lorsque le cycle de lavage est terminé, placez votre jeans sur un étendoir. Et si jamais vous ne pouvez pas vous passer de la sécheuse, allez-y, mais sans chaleur!!

5 — Ne plus porter vos vêtements au nettoyage à sec.

Le nettoyage à sec est un procédé de nettoyage pour les vêtements et textiles qui utilise un solvant autre que l’eau. La plupart du temps, le nettoyage à sec est réalisé avec des hydrocarbures chlorés, dont le plus connu est le perchloroéthylène. Le Perchloroéthylène constitue une menace pour la santé. Selon plusieurs études il serait cancérigène pour l’homme. Pour en savoir plus sur le perchloroéthylène

6 — Quelques autres conseils de lavage :

Ne soyez pas paresseux, lavez les vêtements de couleurs sombres à l’envers, cela leur permettra de garder leur couleur plus longtemps.

Ensuite, n’hésitez pas à laver à froid (20 ou 30º) , cela réduira votre consommation d’électricité, c’est également bon pour les tissus.

Lavez séparément les vêtements qui contiennent du métal. Par métal , j’entends tous les vêtements qui comportent des boutons ou des fermetures éclairs, car ce matériau chauffe pendant du lavage. La chaleur dégagée, peut entrainer la brûlure d’autres vêtements particulièrement ceux synthétiques.

Enfin, lavez moins vos vêtements. Vos vêtements n’ont pas toujours besoin d’être lavés après une journée.

7 — Séchage

Vérifiez les réglages de votre sécheuse. La chaleur des sécheuses peut brûler les fibres du vêtements et causer le rétrécissement de certains ou la décoloration. Beaucoup de sécheuses permettent d’ajuster autant la température que le temps de séchage. Ainsi, si votre sécheuse vous le permet essayez de réduire la chaleur.

Sinon, si vous êtes un peu moins paresseux, disposez vos vêtements sur un étendoir.

 

8 — Repassage

Tout d’abord, ne repassez vos vêtements que lorsque cela est nécessaire. Le fer à repasser consomment beaucoup d’énergie. Et bien souvent le simple fait de suspendre ces vêtements sur des cintres, pour les faire sécher suffit à les défroisser.

Ensuite attention aux réglages. Une température trop élevée du fer à repasser, peut entrainer des traces indélébiles, jaunes ou marrons. C’est pourquoi il faut absolument adapter le niveau de chaleur à la matière de votre vêtement. La plupart des fers proposent différents réglages sur leur cadran de la chaleur, mais en règle générale :

Les matières d‘origine végétale telles que le lin, le coton, le chanvre, le bambou, ou toiles de jute sont des textiles qui supportent bien la chaleur.

Le lin est rigide, et très facilement froissable beaucoup. C’est pourquoi vous pouvez le repasser à haute température. Il supportera jusqu’à 230 °. N’hésitez pas à mettre un petit peu de vapeur.

Le coton peut également repassé à forte température, c’est à dire entre 180 et 200°.

Les matières d’origine animale comme la laine, la soie, le cachemire, l’angora ou le mohair ne supportent pas les températures élevées

Sensibles et peu froissables, les lainages doivent être repassés avec une pattemouille et un fer à température modérée (150 °). Cela consiste à placer un linge humide entre le vêtement et le fer afin d’éviter le lustrage.

Résistante, la soie se froisse peu. Cependant, la soie marque rapidement, c’est pourquoi il sera préférable de faire un défrisage vertical à la vapeur. Notez également que la soie sauvage doit être repassée sèche.

Pour les matières synthétiques, elles ont l’avantage de peu de froissés. En effet qu’il s’agissent de polyamide, d’acrylique, de viscose, ou de Nylon, elles ne nécessitent aucun repassage.

Enfin, pour les vêtements composés de mélanges de plusieurs matières il sera préférable de ne régler la température trop forte, allez-y avec du 110 °.

9 — Stockage

Pliez vos articles en laine, car cette matière a tendance à s’étirer. En revanche, n’hésitez pas à suspendre vos pièces en lin qui elles se froissent facilement.

Rangez toujours vos vêtements, après avoir fermé les boutons et fermetures éclair. Cela leur permettra de mieux garder leur forme et d’éviter d’endommager vos autres vêtements.

Faites tourner vos vêtements. En changeant d’habits régulièrement, vous éviterez de porter et de laver toujours les mêmes vêtements. Pour ce faire, mettez vos vêtements propres en bas de la pile.

 

10 — Apprenez à réparer vos vêtements, un réflexe écologique et responsable 

Apprenez les réparations de base pour réparer vos vêtements. Cela vous permettra de les faire durer plus longtemps et d’économiser de l’argent. Alors, investissez dans un kit de couture de base, ciseaux, aiguilles, et fil ce qui vous permettra de faire la majorité des petites retouches.

Si la couture pour vous c’est un monde à part, n’hésitez pas à regarder un tutoriel en ligne. Promis, ce n’est pas si compliqué d’apprendre à remplacer les boutons ou à faire un ourlet. Si la couture vous fait vraiment très peur, inscrivez-vous à un atelier… Et qui sait, peut être que vous vous découvrirez une nouvelle passion!!

Et voilà, prenez soin de ce qui vous entoure.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Faites durer vos vêtements plus longtemps!

Prendre soin de son linge pour le faire durer plus longtemps

La société TANGENT GC est basée à Stockholm. Elle est spécialisée dans les produits écologiques. Elle fabrique artisanalement des produits destinés au soin et au nettoyage de vos vêtements, vos chaussures ou pour votre peau.

Comment TANGENT GC est né ?

Fondée en 2012, cette entreprise suédoise a été inspirée par le grand-père du fondateur David Samuelsson. Il était ramoneur  de profession. Cependant, iI était particulièrement méticuleux envers sa garde-robe, ce qui lui conférait toujours une certaine élégance. Il possédait peu de vêtements, mais il en prenait soin et savait comment s’en occuper.

De nos jours cependant, alors que la qualité des textiles est souvent plus médiocre, les gens en prennent moins soin. Et lorsqu’un vêtement présente une tâche dont on ne parvient à s’en débarrasse ou des marques d’usures on s’en défait. C’est alors des quantités faramineuses de vêtements qui sont jetés chaque années au quatre coin du monde.

Pour remédier à cette tendance de l’achat à durée limité, dont on ne prend pas soin la firme TANGENT GC a mit au point des produits pour choyer ce qui nous entoure. La particularité de ces derniers, c’est qu’ils sont élaborés à base de produits naturels.

Nous l’ignorons mais bien souvent les détergents et les adoucisseurs de lessives sont composés d’agent très nocifs, pour nous, nos vêtements que pour l’environnement.

 

TANGENT GC a concocté une gamme complète pour entretenir votre garde-robe.

Du détergent délicat, à celui pour les affaires de sport , ou encore celui pour  le denim, en passant par l’adoucissant, la firme ne laisse rien au hasard. Par exemple, celui pour le lavage des jeans, a été formulé pour rincer soigneusement la graisse et la saleté recueillies par le denim. Ce nettoyant spécifique, a été élaboré de façon à nourrir les fibres, en préservant la couleur. Le nettoyant pour laver les textiles délicats contient des ingrédients tels que l’huile d’orange, le soja et le tournesol. C’est composants sont idéaux pour choyer les laines, les soies, les mohairs et les cachemires.

Retrouvez la gamme ici.

Au fils des années, l’entreprise à étendu leur gamme de produits afin d’inclure le soin des chaussures, ainsi que les soins de la peau, incluant des savons organiques.

Si on a particulièrement aimé ces produits, c’est d’une part grâce à leur éthique, mais d’autre part grâce à leur esthétique.

L’image de marque de l’entreprise à été confié à la firme de design Essen International. C’est une firme de design qui opère en Californie et en Suède. Elle a été chargée de rafraîchir leur identité précédemment lancée. Avec une agence de design suédoise et un client suédois, il n’est pas surprenant que la nouvelle identité soit propre et minimale.

Essen International a misé sur une typographie linéale, associée à une composition simple et efficace. Pour faciliter la lisibilité des produits, ils ont choisi l’Akkurat Mono. Cette typographie a été dessiner par le de­si­gner vi­suel Lau­renz Brun­ner. Il a été formé à l’Aca­dé­mie Riet­veld d’Am­ster­dam et au Cen­tral St Mar­tins Col­lege de Londres. L’Ak­ku­rat’ est une police de caractère sans empattements. Ce type de police est utilisée pour faciliter la lecture. Ainsi, l’information est directement perçue. L’identité visuelle est extrêmement simple. Elle est désencombrée de tout visuel superflu ou de tout détail graphique superficiel. Le blanc renforce le côté soin et propreté, tandis que la typographie facilite la lisibilité et met l’emphase sur les ingrédients nobles employés dedans.

Bref, on adore autant le fond que la forme, et vous? Que pensez-vous des produits TANGENTS GC?

N’hésitez pas à partager l’article et vos idées dans la section des commentaires ci-dessous !!

 

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Des vêtements locaux, confortables & stylés.

Vous pensiez que l’adage de vêtements locaux confortables et  stylés c’était impossible? Et bien vous avez tort! Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont relevé le défi.

Pas toujours facile de trouver des vêtements locaux et tendances. En effet, elles n’ont pas les budgets et la visibilité des grosses multinationales. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on évite de parler d’elles ici. Elles n’ont pas besoin de plus de visibilité. Mais les initiatives locales et responsables sont les bienvenues. C’est pourquoi je vais vous parler de la marque Odeyalo.

 

Odeyalo — c’est quoi ce nom étrange?

Ca signifie couverture en russe. En d’autres termes, il s’agit de vêtements aussi moelleux qu’une couverte!

 

Les maitres mots? Élégance et douceur! L’objectif d’Odeyalo ce sont des vêtements qui puissent convenir à tout type de journée. En effet, les deux femmes Marie-Eve Proulx et Yana Gorbulsky ont imaginé une ligne de fringues, que tu puisses aussi bien porter le dimanche pour trainer chez toi, mais qu’il soit suffisamment classe pour te rendre à une réunion.

Derrière ce concept de linge mou qui ne peut que séduire, les deux femmes ont à cœur le respect de l’environnement. C’est pourquoi, elles ont optées pour des fibres comme le bambou, le coton ou l’élasthanne. Ces tissus sont choisis d’une part pour leur douceur et d’autre part pour leurs propriétés. En effet, ces matières se froissent peu. Ainsi cela permet de ne pas laisser de marque le vêtement même après avoir passer une matinée à vous pavaner dans un fauteuil.

Odeyalo en plus d’être sensibles à la protection de l’environnement, ils sont également attachés à l’emploi et à la production locale.

Bref, toutes les raisons sont réunies pour vous faire craquer. Et bonne nouvelle pour vous, messieurs, pour une fois on a aussi pensé à vous puisque les deux jeunes designers proposent des vêtements pour hommes et pour femmes.

Néanmoins je n’ai pas encore craqué pour leurs vêtements ultras confo. Pourquoi? Tout d’abord les prix ne sont pas donnés et, car ma garde-robe est suffisamment remplie!!

Cependant si vous êtes à la recherche du parfait outfit qui vous accompagnera au fil des saisons, n’hésitez pas! Retrouvez l’ensemble de la collection hiver 2016-17 d’Odeyalo sur leur boutique en ligne. Suivez leur actualité à travers les réseaux sociaux comme sur leur page Facebook ou sur leur compte Instagram.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.

Jan Kochański re-dessine le duo pelle et balayette

« Sweeper and Dustpan » de Jan Kochański

Imaginé par le designer polonais Jan Kochański et produite par Menu, cet duo de pelle est balayette est appelé Sweeper & Funnel. Il a remporté le prix Wallpaper Design dans la catégorie « Best Fireseide ». Un prix qui souligne l’ingéniosité de la forme de l’objet.

La plupart des ensembles pelles et balayettes qui sont disponible sur le marché sont, pour la plupart, des objets de faible valeur esthétique. C’est pourquoi il a fallu que Jan Kochański s’intéresse à cet objet, pour lui redonner un peu de style et le faire évoluer un peu. L’objectif de Jan Kochański était simple. Il s’agissait de concevoir un objet fonctionnel et facile à utiliser.

Mais comment repenser un objet aussi banal et usuel que celui-ci?

Jan Kochański a développé des scénarios d’usages. Comment se sert-on d’une pelle et d’une balayette? Quelles sont les éventuelles difficultés rencontrées lors de l’utilisation? À partir de ces constats établis à partir d’observations, Jan Kochański à repenser la forme de la pelle. Il a évidé la poignée de celle-ci afin de pouvoir évacuer la poussière et autres résidus par un mince entonnoir. Cette modification permet désormais aux utilisateurs de ne plus faire tomber la moitié de ce qu’ils viennent de ramasser à côté de la petite poubelle de la salle de bain, par exemple. Il suffit de balayer votre poussière, de la transporter dans la pelle vers la poubelle, puis de l’incliner vers l’arrière vers la poignée. Ainsi, la poussière tombe  parfaitement à travers l’entonnoir.

 

inspiration-jan-kochanski-pelle-balayette-design-innovation

inspiration-jan-kochanski-pelle-balayette-design-innovationEt sinon, parlions de la composition de cet objet.

La balayette est fabriquée à partir de crin de cheval naturel et de hêtre. Le choix du crin de cheval est un matériau qui n’a pas été choisi au hasard. Il a été sélectionné, car le crin naturel est plus efficient pour balayer que son équivalent synthétique.

Les finitions sont également très soignées. La poignée de la balayette est fabriquée en bois. Elle est également bien proportionnée ce qui l’a rend confortable à tenir.

Cependant la pelle est fabriquée à partir de plastique. Personnellement, je regrette que le métal n’ait pas été privilégié pour ce type de produit.

Enfin, au niveau de la couleur, elle se décline en blanc ou noir.Et autrement au niveau du prix, il faut compter environ 50 dollars. Cela n’est pas donné. Cependant, je pense qu’il est important de savoir s’entourer de beaux objets fonctionnels.

En effet, c’est ici que réside le principe novateur de cette pelle.

Une boucle fixée à l’extrémité de la balayette permet de ranger les deux accessoires l’un dans l’autre. De plus cela permet de les suspendre pour les ranger.

inspiration-jan-kochanski-pelle-balayette-design-innovation

Pour conclure, on peut affirmer que ce projet apporte une réflexion sur un objet d’utilisation quotidienne. Les objets qui nous accompagnent dans notre vie quotidienne méritent qu’on leur prête attention. Bref je crois qu’on peut affirmer que le pari de Jan Kochański est réussi. Il a su créer un objet aux qualités esthétiques et fonctionnelles.

Fondatrice & Directrice artistique Voyageuse, curieuse, ses inspirations graphiques viennent du bout du monde ou du coin de la rue.